Cérémonie des césars 2014

Publié le 2 Mars 2014

Cérémonie des césars 2014

Les 39e Césars ont consacré Guillaume Gallienne grand vainqueur.

"Les garçons et Guillaume à table", nommé 10 fois et qui faisait figure de super favori, a reçu cinq Césars dont plusieurs prestigieux: celui du meilleur film, du meilleur acteur, du meilleur premier film, de la meilleure adaptation et enfin celui du meilleur montage.

"S'il y en a un qui peut remercier sa mère c'est bien moi!", a lâché non sans humour Guillaume Gallienne, qui passait pour la première fois derrière la caméra avec ce film. Dans cette comédie autobiographique décapante sur les traumatismes de son adolescence et sa quête d'identité sexuelle, Gallienne interprète à la fois son rôle et celui de sa mère.

"Les garçons et Guillaume à table" a d'abord été une pièce à succès pour laquelle Gallienne, sociétaire de la Comédie française, a reçu le Molière de la révélation masculine en 2010. Le film a rassemblé plus de 2,6 millions de spectateurs depuis sa sortie en novembre.

Pour "La vie d'Adèle", Palme d'or du dernier Festival de Cannes, la récolte est maigre avec un seul trophée, le César du meilleur espoir féminin qui est allé logiquement à Adèle Exarchopoulos.

Le film d'Abdellatif Kechiche, absent à la soirée, était pourtant nommé 8 fois.

Même nombre de nominations et même résultat pour "L'inconnu du lac" d'Alain Guiraudie, thriller dans un lieu de drague homosexuel, qui vaut à Pierre Deladonchamps, le César du meilleur espoir masculin.

"Faut arrêter d’être frileux, a chanté Cécile de France, maîtresse de cérémonie. Le public veut des choses audacieuses".

"Je voudrais m’adresses aux quelques hétéros qui sont dans la salle et qui n’osent pas toujours l’avouer (…) Plutôt que de polémiquer sur l’amour, faites l’amour et qu’on en parle plus", a-t-elle déclaré plus tard dans la soirée.

Zabou Breitman a quant à elle ironisé sur la polémique sur le genre et la "masturbation" des cinéastes français dans une intervention assez drôle.

"Vous avez sûrement entendu dire qu’on enseignerait désormais la théorie du film de genre dans les écoles de cinéma française. C’est faux !, a-t-elle déclaré. Je rassure aussi tous les membres de l’Académie qui auraient reçu un SMS où il serait question de cours de masturbation intellectuelle dans des groupes de films d’auteur français. C’est absolument faux ! Alain Guiraudie et Abdellatif Kechiche ont prouvé que la masturbation dans le film d’auteur français n’était pas seulement intellectuelle".

(Avec AFP) et e-llico

Rédigé par Michael

Publié dans #César 2014

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article