Le cinéma LGBT est-il devenu grand public?

Publié le 19 Juin 2014

Le cinéma LGBT est-il devenu grand public?

«Clap Mag» a donné la parole à Daniel Chabannes, responsable de la société de distribution Epicentre Films.

Les succès critiques et commerciaux rencontrés par La Vie d’Adèle d’Abdellatif Kechicheet L’Inconnu du lac d’Alain Guiraudie ont-ils ouvert la voie pour que d’autres films mettant en scène des personnages lesbiens ou gays atteignent à leur tour le grand public? Pas vraiment, estime Daniel Chabannes de la société de distribution Épicentre Films, interviewé par Clap Mag. Il cite Noor et Eastern Boys dont la diffusion au cinéma est restée discrète.

Et s’il se réjouit que l’image des homos au cinéma soit moins caricaturale que par le passé, il déplore le fait que le cinéma LGBT reste finalement très gay. «Au niveau du cinéma lesbien, j’ai l’impression que les réalisatrices sont un peu plus discrètes, même d’après ce que je peux voir en festivals», indique-t-il. Céline Sciamma, dont le dernier film,Bande de filles, a été diffusé à la Quinzaine des réalisateurs à Cannes, contourne heureusement cette tendance. Tout comme Anna Margarita Albelo avec le récent Qui a peur de Vagina Wolf?.

Les quelques succès rencontrés jusqu’ici ne parviennent toutefois pas à faire entrer les films LGBT dans le circuit traditionnel des salles nationales. «On a du mal à sortir ces films-là pour les mettre un peu plus au grand jour, explique Daniel Chabannes. La diffusion est restreinte. Certes, avec le temps, on a quand même évolué. Mais lorsqu’on a sorti Gerontophilia, beaucoup d’exploitants étaient très réticents. Ils ont eu peur à cause des débats sur le “mariage gay”, des manifs…»La censure que certain.e.s opposant.e.s à l’égalité des droits tentent d’imposer à des films comme Tomboy démontre la nécessité du cinéma LGBT pour faire progresser les mentalités.

Publié par Julien Massillon

Journaliste de Yagg.

Rédigé par Michael

Publié dans #sorties cinéma

Commenter cet article