Festival "Face à face" de Saint Etienne 2014

Publié le 26 Novembre 2014

Festival "Face à face" de Saint Etienne 2014

Du 27 au 30 novembre, le festival de cinéma LGBT de Saint-Etienne, Face à Face, offre une sélection sur quatre jours de films à voir (In the Family, Le Cercle) ou à redécouvrir (Xenia, Reaching For The Moon), sans oublier la Soirée Volt/Face avec la DJ Jennifer Cardini. Le festival Face à Face propose aussi pour la troisième année la Nuit du Court-Métrage: «C’est une séance assez originale et unique, explique le président de l’association organisatrice Antoine Blanchard. Nous sommes inscrit.e.s à l’Agence du court-métrage et toute l’année, nous visionnons plusieurs centaines de films pour préparer cette sélection. À l’issue de cette projection qui aura lieu samedi 29, des prix seront décernés par le public, mais aussi par un jury de professionnel.le.s. C’est un moment toujours très apprécié et très convivial.»

FACE A FACE, MOTEUR DE LA VIE LGBT STEPHANOISE
Le festival fête cette année sa dixième édition, l’occasion de dresser un premier bilan de cette décennie très fructueuse: «Le festival a évolué de façon spectaculaire, confirme Antoine Blanchard. Il faut savoir que la première année, nous étions quelques centaines dans un cinéma. L’an dernier, deux mille personnes ont assisté à Face à Face et nous proposons des séances dans plusieurs salles à Saint-Étienne et à Roanne». À cela se sont ajoutées la diffusion de films et l’organisation de projections-débats dans plusieurs villes de la région Rhône-Alpes, ainsi que les séances mensuelles Over The Rainbow. «Il y a dix ans, il n’y avait pas de vie gay à Saint-Étienne, affirme le président de l’association. C’était le désert. Avec Face à Face, on a montré qu’on n’est pas obligé de s’exiler à Paris ou à New York pour avoir accès à la culture LGBT. En 2009, nous avons aussi lancé lesPremières assises nationales du cinéma LGBT, puis l’Arc-LGBT, qui est un réseau européen pour fédérer les festivals LGBT. Toutes ces initiatives, elles viennent de Saint-Etienne.»

Pourtant Saint-Etienne n’était pas considéré comme une ville gay-friendly: «Surtout à côté de sa grande voisine Lyon, renchérit Antoine Blanchard. C’est vrai qu’il n’y a pas grand-chose au niveau des commerces. Mais au niveau culturel, c’est très vivant.» Antoine Blanchard cite le dernier classement des villes gay-friendly du magazine Têtu, dans lequel Saint-Étienne est effectivement remontée en flèche, gagnant neuf places pour devenir cette année la 13e ville du classement: «Face à Face y est pour beaucoup».

Publié par Maëlle Le Corre

Journaliste de Yagg.

Rédigé par Michael

Publié dans #festival gay

Commenter cet article