Théatre : "le fils du comique"

Publié le 16 Mars 2015

"Le fils du comique"

Après le triomphe de la saison dernière, Le Fils du Comique revient à Paris. Pierre Palmade, toujours dans la peau de Pierre Mazar, son alter ego à la scène, veut un fils. Toujours égocentrique et à la recherche de bons mots, toujours homosexuel assumé, mais cette fois-ci en couple avec un compagnon qu’il adore martyriser, c’est maintenant son envie de faire un enfant qui sera le nœud de l’histoire.
Il veut un fils et il l'a promis à deux femmes : Sylvie, sa meilleure amie, et Isabelle, l’actrice, très prometteuse, de sa prochaine pièce ! Une vraie bataille de « femelles » opposera alors les deux jeunes femmes, chacune d’une nature très affirmée… Cinq personnages qui se déchirent pour notre plus grand plaisir.

Palmade : "Il faut avoir l'élégance d'être drôle"

La Nouvelle République : Certains ont estimé que vous repreniez cette pièce par opportunisme…


Pierre Palmade : C'est vrai que, quand j'ai repris la pièce, les gens se sont demandé si je ne cherchais pas simplement à surfer sur l'actualité. C'était au moment de la discussion de la loi sur le mariage pour tous et " Le fils du comique " met en scène un couple homosexuel… Mais j'avais écrit la pièce bien avant les manifestations. Ce sujet, que je trouvais tout simple, s'est finalement révélé complexe. Pour autant, je ne suis jamais dans la revendication lorsqu'il s'agit d'homosexualité, mais plutôt dans la banalisation. 

Personnellement j'ai adoré les deux personnages secondaires : Benjamin (le compagnon) et Sylvie (la copine) qui sont franchement très drôle et étrangement bien plus amusant que le personnage joué par Pierre Palmade.

Une pièce très moderne avec un sujet pourtant scabreux sur le désir d'enfant pour les couples homosexuels. Assez surprenant, dans une salle rempli d'hétéro, Palmade peut sortir une phrase comme :

" tu me suces d'abord et on en discute en même temps" et personne de bronche...

Il dépeint un couple homosexuel très loin de l'angélisme. Pierre est même assez méprisable dans ses discours que ce soit sa vision du couple que sur son désir d'enfant au final très nombrilisme.

Effectivement il est un homme ordinairement assez pourri. L'humour des deux rôles secondaires allègent le discours de la pièce pour en faire une vraie pièce comique assez efficace.

Théatre : "le fils du comique"

Rédigé par Michael

Publié dans #théatre et culture

Commenter cet article