Les meilleurs striptease masculins

Publié le 7 Juillet 2015

Magic Mike XXL est sorti vendredi aux Etats-Unis, pour le plaisir des femmes : 96% des spectateurs de la suite de Magic Mike étaient des spectatrices. Son argument choc : Channing Tatum se déshabille. En son honneur et pour faire plaisir aux femmes, voici dix striptease 100% masculins au cinéma où l'on croise Ben Affleck, John Cleese, Jake Gyllenhaal ou encore l'extraordinaire Christopher Walken.

Nulle en tous points par ailleurs, cette romcom mal branlée avec Sandra Bullock et Ben Affleck a le (seul et unique) mérite de clouer ce dernier sur la scène d'un bar gay et de l’initier, d’abord contre son gré, à l’effeuillage. Il finira par y prendre goût.

On n’en trouve pas beaucoup dans le cinéma français, celui de Jacques Gamblin dans la comédie de Gabriel Aghion au son de Salma Ya Salama de Dalida restera donc dans les annales (mais malheureusement pas en entier sur les sites de partages vidéo). Suffisamment pour lancer la carrière du comédien.

Pas exactement un striptease car Jake débarque dans le cadre déjà en string, mais la danse qu’il exécute les fesses à l’air et un bonnet de père noël sur la tête donne envie d’en voir plus.

Grand film de sport méconnu, La Castagne dresse une critique en règle du hockey et de ses dérives façons jeux du cirque. Dans cette séquence, Michael Ontkean (que les amateurs de Twin Peaks découvriront plus tard sous le nom de Shérif Harry Truman), pour faire diversion au milieu d’une baston sanglante sur le terrain, réalise un striptease extraordinaire, sans jamais quitter ses patins. Même Paul Newman apprécie.

Avant Magic Mike, c’était évidemment LA référence en matière de striptease mâle. Sauf que, contrairement au film avec Channing Tatum et ses amis huilés, il mettait en scène des quadras buveurs de bière pas tout à fait taillés comme des Apollon. Pourtant, le film britannique, énorme succès public et critique, a régné sur le genre pendant une bonne quinzaine d’années. Sans montrer le « full monty », malgré la promesse du titre.

Markété comme le « Magic Mike black » et né dans son sillage, ce film dont le principe est à peu près le même que celui du film de Soderbergh est sorti de manière confidentielle aux Etats-Unis en début d’année et ne traversera sans doute pas l’Atlantique. Dommage, car les performances (et les performeurs) sont à peu près du même niveau que celles de Tatum et sa bande.

Le striptease du très peu sexy John Cleese devant une Jamie Lee Curtis au bord de l’orgasme est évidemment culte, notamment parce que le Monty Python s’effeuille en récitant un vieux poème russe (de Michael Lermontov). Il l’est d’autant plus qu’il paraîtrait qu’on le doit à Jamie Lee Curtis : c’est l’actrice qui devait finir nue devant les propriétaire de l’appartement au départ. Mais comme elle venait de se dénuder dans Un Fauteuil pour deux, elle a suggéré que ce soit à Cleese de s’y coller. Elle redonnera pourtant de sa personne, ô combien généreusement, dans True Lies quelques années plus tard.

Tout le monde sait que Christopher Walken fut d’abord danseur. Dans ce drame musical en pleine Grande Dépression, l’acteur vole la vedette à Steve Martinen performant, dans une séquence fantasmatique, un numéro incroyable de strip-claquettes. En bonus : à la place des habituelles Weather Girl, on se délecte au son d’un morceau de jazz de Cole Porter. Sublime.

Et avant d’aller voir la suite, on révise les mooves de Channing appris dans le premier avec ce best of des scènes de danse.

Le striptease avorté du Soulèvement des machines.

source première

Rédigé par Michael

Publié dans #sorties dvd, #striptease

Commenter cet article