ce soir : J. Edgar sur France 3

Publié le 10 Septembre 2015

Avec J. Edgar, Clint Eastwood s'attaquait en 2011 à un des personnages les plus importants de l'histoire américaine du XXe siècle : John Edgar Hoover, omnipotent premier directeur du FBI de 1924 à 1972 ayant servi huit présidents américains. Ayant accompagné la plupart des grandes affaires criminelles de ce demi-siècle, de la Prohibition à la traque de John Dillinger, de l'assassinat de John Fitzgerald Kennedy à l'espionnage des soviétiques pendant la Guerre froide, Hoover est un personnage-clé du siècle dernier, aussi respecté que controversé par ses méthodes parfois limite.

Dans ce J. Edgar, Eastwood met en images le scénario deDustin Lance Black (oscarisé pour Harvey Milk en 2009), qui s'intéresse aussi bien à l'action politique de l'homme qu'à sa vie privée et notamment à sa possible homosexualité et à son goût pour le travestissement. Pour l'occasion, c'estLeonardo DiCaprio qui prête ses traits à l'historique Hoover, formant un attelage qui attira forcément l'attention au moment de la sortie en salles du film.

Le résultat fut pourtant quelque peu en demi-teinte comme l'expliquait Première dans sa critique de l'époque, le film brillant là où on ne l'attendait pas forcément : "Eastwood, qui s’appuie sur un scénario de Dustin Lance Black, le jeune prodige auteur du script d’Harvey Milk, a fait de cette love story impossible le centre de gravité du film. Mais J. Edgar peine à se déployer dans sa dimension tragique. Sans doute parce qu’il brasse un peu trop d’éléments pour ne pas rester à la surface des choses. Et aussi parce que le récit est parasité par d’incessants allers-retours entre le passé et le début des années 70 (époque où il rédige ses Mémoires) […] J. Edgar, sous le couvert du film d’époque, dessine un captivant portrait de l’Amérique post-11 Septembre".

DiCaprio livra tout de même avec ce film l'incarnation la plus remarquée et célèbre de Hoover au cinéma, bien que le personnage ait déjà à plusieurs reprises investi le petit et le grand écran. Si très peu de films avaient jusqu'ici fait de lui son personnage central, Hoover a déjà à sa manière, accompagné l'histoire du cinéma comme il accompagna celle de son pays pendant près de cinquante ans. À l'occasion de la diffusion de J. Edgar ce soir, retour sur quelques Hoover qui ont pavé la route pour DiCaprio.

L'histoire de J. Edgar : En 1924, J. Edgar Hoover prend la direction du Bureau d'investigation américain. Sous son impulsion, le bureau lutte contre le grand banditisme des années de prohibition et modernise les techniques policières. C'est à cette époque qu'il rencontre Clyde Tolson, qui deviendra son bras droit et son alter ego. En 1935, Hoover crée le FBI avec l'ambition d'en faire une machine de guerre impitoyable contre la subversion. Pendant près de cinquante ans, jusqu'à sa mort, l'homme fort du FBI aura l'occasion de développer ses méthodes : contre les nazis, puis les communistes, mais également contre certains de ses compatriotes, n'hésitant pas à ficher, pour les faire chanter, ses opposants les plus tenaces. Or, sa propre vie privée n'est pas exempte de zones d'ombre...

ce soir : J. Edgar  sur France 3

Leonardo DiCaprio – J. Edgar

Dans la peau de Hoover, Leonardo DiCaprio trouvait un rôle ambigu à la mesure de ses talents d'acteurs, une figure historique qui lui permettait également d'interpréter un personnage dont l'histoire s'étend sur cinq décennies. Sa prestation impressionnante avait d'ailleurs été soulignée par Première qui la qualifiait de "performance transformiste dont on entendra parler aux Oscars". Malheureusement pour lui, la "malédiction" qui le poursuit depuis le début de sa carrière le poursuivra encore avec ce film : nommé au Golden Globe du meilleur acteur dans un film dramatique, il est battu par un autre play-boy hollywoodien, George Clooney, récompensé pour The Descendants. Et lorsque Jean Dujardin triomphe aux Oscars avec The Artist, DiCaprio n'est même pas sur la liste des nominés. Un chapitre de plus dans l'histoire tourmentée de l'acteur avec la plus prestigieuse des cérémonies de récompenses.

source première

Rédigé par Michael

Publié dans #programmes télé gay

Commenter cet article