Sortie ciné « Frantz »

Publié le 8 Septembre 2016

Sortie ciné « Frantz »

Frantz est le nouveau film de François Ozon. A la fin de la Première Guerre mondiale, il met en scène une sorte de triangle amoureux entre l’Allemand Frantz, mort à la guerre, Anna, sa fiancée, et le Français Adrien, qui a connu Frantz au front.

« Comment pourrais-je l’oublier ? », « Ma seule déchirure, c’est Frantz ». La bande-annonce du nouveauFrançois Ozon installe l’ambiguïté amoureuse qui constitue la trame de fond du film. A la fin de la Grande Guerre, un Français joué par Pierre Niney se rend en Allemagne pour se recueillir sur la tombe de Frantz, tombé au champ d’honneur. Il se fait héberger par la famille de celui-ci et rencontre sa fiancée en deuil. Adrien commence à faire partie de la famille.

Autour de la mémoire de Frantz se nouent et se dénouent les non-dits : Anna semble comprendre qu’Adrien lui cache un pan de sa relation avec Frantz; quant à elle, elle n’éprouve pas que de l’amitié pour Adrien. Les parents vont finir par l’accepter comme leur fils.

Chez Ozon, tout commence par un absent

Presque intégralement filmé en noir et blanc, François Ozon surprend avec ce film d’époque « librement inspiré » du film d’Ernest Lubitsch, Broken Lullaby (1932), lui-même inspiré d’une pièce de Maurice Rostand. Ozon donne plus d’importance au personnage de la fiancée, Anna, et met l’accent sur l’ambiguïté des sentiments qui liaient Adrien et Frantz.

Par ailleurs, comme toujours chez Ozon, on retrouve la thématique de l’absent. Tout est construit autour d’un personnage qui n’est plus là. C’était le cas dans son précédent film, Une Nouvelle amie, dans lequel Romain Duris jouait le rôle d’un homme qui entame sa transition. Il vient de perdre sa femme – point de départ du film, comme dans Frantz – et sa transition est vue par le regard de la meilleure amie de celle-ci, campée par Anaïs Demoustier. Dans 8 femmes aussi, qui réunissait toutes les actrices françaises les plus connues en 2001, l’enquête très Cluedo qui s’ouvre part de l’assassinat du père, le seul homme de la maison.

Source tétu

Rédigé par Michael

Publié dans #sorties cinéma, #cinéma gay

Commenter cet article