Lynda Carter contre l'homophobie

Publié le 16 Octobre 2016

A l'occasion des 75 ans du personnage de comics Wonder Woman, Lynda Carter, celle qui l'a incarnée pour la télévision dans la célèbre série des années 1970, a tenu à valoriser le rôle des femmes. 

Révélée par la série Wonder Woman, de 1975 à 1979, Lynda Carter a retrouvé en 2016 l'univers des superhéros en rejoignant Supergirl. Et pas pour n'importe quel rôle, puisque la belle américaine de 65 ans incarne la présidente des États-unis. Si l'héroïne de comics fera prochainement l'objet d'une adaptation au cinéma, les fans de Wonder Woman sont tous d'accord pour dire que personne ne manie le lasso comme Lynda Carter.

Interviewée à l'occasion des 75 ans de Wonder Woman par le magazine américain Variety, l'actrice et ancienne Miss USA en a profité pour souligner que la télévision a besoin de grands rôles féminins. "Lorsque Wonder Woman est arrivée à la télévision, les filles n'avaient personne à admirer. Aujourd'hui, il faut poursuivre le combat. Nous avons besoin de plus de figures féminines fortes. Wonder Woman était bien plus qu'un simple personnage de comics. Elle lutte pour la justice et la vérité et les ressources insoupçonnées qui existent en chaque femme et jeune fille. Ce personnage possède une fibre morale et la bonté que l'on retrouve dans le cour de toutes les femmes".

L'actrice est également revenue sur son engagement contre l'homophobie. "Cela fait 40 ans que je me bats pour l'égalité des droits et je soutiens ardemment la communauté gay. J'ai tellement d'amis hommes et femmes homosexuels, que l'homophobie me touche personnellement. C'est dans ces moments là que la Wonder Woman qui est en moi a envie de sortir ses griffes et de bondir sur les homophobes".

Lynda Carter, qui a reçu en mai dernier un Lifetime Achievement Award pour l'ensemble de sa carrière, est également chanteuse. Les fans peuvent retrouver les titres de son album "Crazy Little Things" sur son site officiel.

Source : Télé-Loisirs

Rédigé par Michael

Publié dans #people, #homophobie

Commenter cet article