Palmarès Chéries-Chéris

Publié le 23 Novembre 2016

Palmarès Chéries-Chéris

Le festival Chéries-Chéris a couronné hier soir sept films qui représentent la diversité du cinéma LGBT mondial. Certains sortent bientôt en salles.

Longs métrages

Grand Prix

L’Ornithologue de João Pedro Rodrigues. Sortie en salles mercredi 30 novembre.

Fernando, un ornithologue, descend une rivière en kayak dans l’espoir d’apercevoir des spécimens rares de cigognes noires. Absorbé par la majesté du paysage, il se laisse surprendre par les rapides et échoue plus bas, inconscient, flottant dans son propre sang.

Prix du jury

Barash de Michal Vinik

Naama Barash est une jeune femme de 17 ans qui aime boire, se droguer et traîner avec ses potes. Tout ce qui peut lui faire oublier que ses parents se disputent tout le temps et que sa soeur, rebelle dans l’âme enrôlée dans l’armée, a disparu. Elle tombe éperdument amoureuse de la nouvelle du lycée, Dana, un premier amour qui va donner un autre sens à sa vie.

Prix d’interprétation

à l’ensemble des protagonistes de Brothers of the night de Patric Chiha. Le film sortira en salles le 8 février prochain.

Les protagonistes de ce film documentaire sont de jeunes Roms bulgares qui ont immigré à Vienne à cause de la pauvreté et la nécessité de gagner de l’argent pour envoyer à leurs familles. Ils offrent maintenant leurs services dans un bar à gigolos, le Rüdiger, dans le quartier ouvrier de Margareten. Ils attendent, fument, boivent, jouent au billard, dansent, s’amusent comme de jeunes taureaux, évoquent leurs maigres excès, leurs familles et les prostitués, échangent leurs expériences et des informations sur le business. Au coeur d’un choc des cultures et des traditions, ils mènent une vie transitoire, trompeuse et passagère, entre les mondes, entre réalité et illusion.

Documentaires

Grand prix

Kiki de Sara Jordenö

A New York, les jeunes LGBTQ se rassemblent sur le quai de Christopher Street, pratiquant une forme d’art basée sur la performance, Ballroom, qui a été rendue célèbre au début des années 1990 par la vidéo de Madonna « Vogue » et le film documentaire « Paris Is Burning ». Vingt-cinq ans après, une nouvelle génération, très différente, de jeunes LGBTQ forment une sous-culture artistique activiste, nommée « Scène Kiki ».

Prix du jury

Stories of our lives de Jim Chuchu

Composé de cinq segments, « Stories of Our Lives » adopte la forme du docufiction. « Ask Me Nicely » : Kate, une jeune étudiante rebelle, rencontre Faith. Lorsque la hiérarchie scolaire les sépare, Kate rencontre impulsivement un garçon de son quartier. Deux semaines plus tard, Kate et Faith se revoient de façon maladroite. « Run » : Après avoir négocié une affaire, Patrick rencontre dans un bar gay local son meilleur ami homophobe, Kama. Patrick revient plus tard au club pour une soirée, en espérant que personne ne le découvrira. « Athman » : Les ouvriers agricoles Ray et Athman sont des amis proches depuis des années. Blessé par la relation d’Athman avec Fiona, Ray doit faire un choix difficile. « Duet » : Jeff attend dans une chambre d’hôtel loin de chez lui. Il a économisé pendant des mois pour réaliser son fantasme ultime d’avoir des rapports sexuels avec un homme blanc. Enfin, on frappe à la porte. « Each Night I Dream » : Lorsque les autorités locales menacent d’appliquer les lois anti-homosexuels, la foule se rassemble pour expulser les personnes soupçonnées d’être homosexuelles. Alors que la tension augmente dans son quartier, Liz échafaude des plans d’évasion

Courts-métrages

Grand prix

Mother knows best de Maikel Bundsen

Après avoir présenté son copain à sa mère, un adolescent angoissé se trouve confronté à une conversation gênante avec elle dans la voiture.

Prix du Jury

I’m Fine de Lucretia Knapp

« I’m Fine » est un film documentaire qui mélange performance et interviews. Filmé dans une pièce unique, le salon d’une mère et de sa fille, la réalisatrice nous invite à une conversation sensible et profonde.

Source tétu

Rédigé par Michael

Publié dans #festival gay

Commenter cet article