Les films à avoir vu en 2016

Publié le 28 Décembre 2016

Sans aucun doute, 2016 a été une année prolifique en nous offrant beaucoup de films de qualités ayant pour thème l’homosexualité.

Voici une petite liste de se qu’il ne fallait surtout pas rater. Certains ne sont pas encore sortie en France donc on les attend avec impatience.

Si vous avez des coups de cœurs cinématographiques n'hésitez pas à nous les faire partager

Quand on a 17 ans (2016)

Damien, 17 ans, fils de militaire, vit avec sa mère médecin, pendant que son père est en mission. Au lycée, il est malmené par un garçon, Tom. La violence dont Damien et Tom font preuve l'un envers l'autre va évoluer quand la mère de Damien décide de recueillir Tom sous leur toit.

Mon coup de coeur de cette année !

« Beautiful something » (2015)

réalisé par Joseph Graham.2015.  

Brian (Brian Shepard) est un poète gay en pleine crise d’inspiration. Traumatisé par un amour perdu, se sentant terriblement seul, il se retrouve au plus bas, bientôt sans argent et avec personne pour le consoler. Il se rue vers un bar gay désert où il a ses habitudes et y fait la rencontre d’un bel inconnu. Mais ce garçon vaincra-t-il la malédiction dont l’artiste pense être atteint (tous ses partenaires le quittent après avoir joui) ? 

Jim (Zack Ryan) est un jeune et beau comédien. Il vit dans un loft avec Drew (Colman Domingo) , sculpteur célèbre et reconnu. Ce dernier ne cesse de lui témoigner son affection et de le combler sexuellement mais Jim étouffe, se sent enfermé et se demande s’il n’est pas qu’un accessoire dans le quotidien de cet homme obsédé par son art. Sur un coup de tête, il décide de fuir. 

Bob (John Lescault), la soixantaine, est agent de stars. Il a appris à mener une double vie et traverse la ville à l’arrière de sa limousine, faisant parfois s’arrêter le chauffeur pour tenter d’alpaguer de jeunes hommes attirés par le faste de sa situation. 

Le temps d’une nuit décisive, tous ces personnages et d’autres encore vont se croiser, se mélanger et s’affronter. 

Eisenstein in Guanajuato (2015)

de Peter Greenaway 

1931. Sergueï Eisenstein n’a plus la côte à Hollywood et entretient des relations un poil conflictuelles avec l’URSS. N’en faisant qu’à sa tête, il se rend à Guanajuato pour tourner un nouveau film, Que viva Mexico ! Très vite, l’artiste se lie d’amitié avec Palomino Canedo (Luis Alberti, ultra HOT) son guide mexicain. Ce dernier, homme marié et papa, lui fait découvrir sa ville, son pays, partage en sa compagnie tout un tas de discussions profondes, existentielles. Sentant que derrière le génie se cache un homme frustré, un homosexuel refoulé, Palomino se prend d’affection et voit son désir grandir vis à vis d’Eisenstein. Un soir, il décide de l’initier au sexe. C’est le début d’une passion qui changera à jamais la vie du cinéaste. 

Valley of love (2015)

Isabelle et Gérard se rendent à un étrange rendez-vous dans la Vallée de la mort, en Californie. Ils ne se sont pas revus depuis des années et répondent à une invitation de leur fils gay Michael, photographe, qu'ils ont reçue après son suicide, 6 mois auparavant.
Malgré l'absurdité de la situation, ils décident de suivre la programme initiatique imaginé par Michael...

D'une famille à l'autre (2016)

Felipe profite de sa fin d’adolescence dans les fêtes branchées de São Paulo. Sa mère, qui l’élève seule avec sa jeune soeur, lui laisse une grande liberté. Sauf que leur mère n’est pas leur mère: un test ADN prouve qu’elle les a enlevés à la naissance. Séparés, les enfants sont précipités dans leur vraie famille. Les parents biologiques de Felipe, à sa recherche depuis 17 ans, se retrouvent face à un adolescent qui ne partage pas tout à fait leur conception de la vie…

Certaines femmes (22 février 2017)

Quatre femmes font face aux circonstances et aux challenges de leurs vies respectives dans une petite ville du Montana, chacune s’efforçant à sa façon de s’accomplir en tant que femme.

Spa night (2016)

Un jeune américain d'origine coréenne cherche à respecter les responsabilités qui le lie à son étouffante famille d'origine, tout en faisant face à des désirs sexuels grandissant envers une communauté homosexuelle souterraine, dissimulée dans des spas de Los Angeles.

Moonlight (1 février 2017)

La fiction s'articule autour de 3 chapitres (visiblement enfance, adolescence et âge adulte), montrant la difficulté des afro-américains à assumer leur homosexualité au pays de l’Oncle Sam. La culpabilité émanant de parents qui ont du mal à composer avec la réalité, le harcèlement scolaire, le quotidien lourd des autres garçons du quartier : autant de stigmates desquels le personnage principal essaiera de s’extraire pour s’affirmer et aimer.

Théo et Hugo dans le même bateau  (2016)

Paris, tard la nuit, au sexclub naturiste L’Impact. Théo (Geoffrey Couët) ne lâche pas des yeux un beau brun déjà bien occupé, Hugo (François Nambot). Petit à petit, il trouve le moyen de s’approcher de lui, bravant et utilisant les corps. Les garçons s’embrassent et finissent par coucher ensemble. Ils font l’amour, il se passe quelque chose. Passé l’orgasme, ils montent se rhabiller et décident de continuer leur chemin ensemble. Il est bientôt 5 h du matin, les rues de la capitale sont vides. On s’y balade à pied, en vélo ou en courant. Euphorie et maladresses « du tout début », l’envie d’aller dormir chez l’autre… Et puis, au détour d’une phrase, tout se fragilise : Théo n’a pas porté de préservatif et il se trouve qu’Hugo est séropositif. Entre passage en urgence à l’hôpital et déambulations nocturnes, ils vont affronter ensemble cette « situation de crise », apprendre à se connaître et se confronter à des sentiments forts et contrastés, ceux d’un coup de foudre qui ne dit pas son nom… 

Rédigé par Michael

Publié dans #dvd gay, #cinéma gay

Repost 0
Commenter cet article