Victoire 2018 : Eddy de Pretto ne veut pas être "le gay qui fait de la chanson"

Publié le 10 Février 2018

L'une des révélations scène des Victoires explose les codes mais ne se surexpose pas.

Eddy de Pretto est l'une des trois révélations scène des Victoires de la musique 2018 qui se tiennent ce vendredi 9 février. Le jeune chanteur et rappeur parisien concourt dans cette catégorie face à Gaël Faye et Fishbach. Avec cette dernière, il partage le goût de brouiller les pistes ; il réinvente une masculinité dans le rap avec ses textes littéraires, inspirés par la grande chanson française mais aussi parfois crus que du Booba.

À ce jour, Eddy de Pretto, 24 ans, n'a publié que l'EP Kid avec le tube La Fête de trop où il chante "les amants", "les garçons de passage", qu'il a "tenté d'approcher mais que [sa] mascarade a fait fuir lentement par sa froideur maussade". Et puis il y a la chanson-titre où il interroge les codes de la virilité qu'on lui a imposés et dont sa génération serait en passe de se libérer : "Je pense que les générations du moment sont beaucoup plus ouvertes en ce qui concerne la sexualité, les suspicions laissent progressivement place à des 'on s'en fout'", confiait-il au Huffington Post. Eddy s'imagine comme l'artiste bisexuel Frank Ocean, out et puis c'est tout : "Frank Ocean n'en parle pas, il est juste clair dans ses textes. Il n'est pas là avec un drapeau arc-en-ciel à crier 'Je suis gay !' Moi c'est pareil, je pense que ne pas en parler haut et fort aide à le banaliser." Mais qu'il est important, pour les jeunes, d'entendre un artiste le dire au moins une fois !

CLAIR DANS SES TEXTES

Jeudi 8 février, Eddy de Pretto faisait l'objet du grand portrait de Libération. Concernant sa vie privée, il ne veut pas trop en dire. Il en est encore à apprivoiser cette notoriété nouvelle qui change ses rapports avec les gens. Le jeune artiste dit espérer ne pas être catalogué comme "le gay qui fait de la chanson". Le plus important, c'est ce qu'il dit 

dans ses chansons et c'est en ça que La Fête de trop, où l'homosexualité du "narrateur" est un détail, et Kid, qui bouscule en question l'idée même du "mâle", sont deux morceaux essentiels.

 

Sur scène, Eddy de Pretto se présente presque à nu : armé de son iPod qui balance sa bande-son, il n'est accompagné que d'un batteur. Le dispositif est troublant, vulnérable et pourtant lui se sent intouchable sur scène. C'est cette audace que les Victoires ont tenu à distinguer cette année. Ce soir, il chantera au côté des autres nommés Juliette Armanet et BB Brunes pour rendre hommage à l'immense Étienne Daho, qui recevra une Victoire d'honneur.

Le premier album d'Eddy, intitulé Cure, est attendu le 2 mars. Sa sortie est suivie d'une grande tournée.

souce purepeople

Rédigé par Michael

Publié dans #Musique gay

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article