Alex strangelove, critique

Publié le 24 Juin 2018

Au début du film, on se croit dans un remake "d'American pie". On voit une bande d'ados en proie avec leurs pulsions sexuelles. Le tout est assez grossier et ça vole en dessous de la ceinture.

Donc, là, tu commences à avoir peur et tu te dis, mais pourquoi je regarde ce film ?

Puis tout d'un coup, la magie opère, lorsque Alex rencontre le garçon qui va mettre à l'épreuve ça certitude d'être hétéro. La relation entre les deux garçons est finalement beaucoup plus touchante et romantique alors que son rapport aux femmes est très vulgaire et brut de décoffrage.

C'est assez étrange et perturbant. D'un coté j'ai beaucoup aimé la façon dont était traité la partie gay (et là on a droit à un échange de baiser de compétition rien à voir avec le chaste bisou de Love, Simon) avec le questionnement sur l'identité sexuelle et l'image que l'on veut donner de soi. Autant, j'ai détesté le côté hétéro et le rapport d'Alex avec sa petite amie qui est digne d'un très mauvais teen-movie (assez pipi-caca).

En conclusion, il faut faire abstraction de beaucoup de choses (et ce n'est pas facile) pour trouver à ce film un peu d'intérêt. Dommage, l'idée de départ était pourtant intéressante.

Rédigé par Michael

Publié dans #Netflix, #cinéma gay

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Oniichan 25/06/2018 11:59

Je partage votre impression. Si Love, Simon était très touchant mais un peu trop "rose" et très mou (rien comparé à Call Me By Your Name ...) Alex Strangelove était un peu plus nature peinture. Ce qui m'a principalement déplu dans Love, Simon c'est cette fin prévisible. "Ils s'embrassent et vécurent heureux". Pas davantage, pas d'épilogue développé. Et surtout, le baiser dans l'attraction n'avait aucune intimité, pour un premier baiser on a vu mieux.
Chez Alex Strangelove, le côté hetero était un peu agaçant à la longue mais cela a parfaitement montré la situation de notre monde actuel. Ayant 21 ans, je me souviens parfaitement des années lycée où c'était simplement ça. Les puceaux étaient mis à l'écart et moqués, ce qui est ridicule en soi et frustre. Ce film représentait bien un homosexuel dans le placard qui, par la magie d'une recontre, réalise qui il est vraiment. (Bien que le coup de la piscine ça passait moyen)
Le tout était assez cliché mais je pense qu'il est nécessaire de passer par là pour avancer. En tout cas, je l'ai préféré à Love, Simon.

Shun 24/06/2018 22:42

Comme quoi... moi je lai largement préféré a love Simon qui etais trop niais. Ses reactions faussement hétéros sont tellement vrai qu'elles ne mon pas choquées.