La première comédie romantique gay de Bollywood combat l'homophobie indienne

Publié le 20 Février 2020

Bollywood sort sa première grande comédie romantique avec un personnage gay principal.

Shubh Mangal Zyada Saavdhan (traduction: Soyez extrêmement prudent à propos du mariage ) met en vedette Ayushmann Khurrana en tant que jeune homme combattant la stigmatisation anti gay dans la société et sa famille.

la bande - annonce, qui a accumulé plus de 50 millions de vues, présente un Khurrana torse nu portant un drapeau arc-en-ciel comme cape et dénonçant la "maladie" de l'homophobie de son père. 

Alors que le sujet queer est véhiculé par la comédie, il était important pour l'écrivain et réalisateur Hitesh Kewalya de ne pas se moquer des homosexuels, comme cela a été le cas historiquement dans les films indiens. Le film est réalisé "de manière à le rendre accessible, et l'humour semblait être le choix naturel pour y parvenir", a déclaré Kewalya à l' Agence France-Presse .

En 2018, la Cour suprême de l'Inde a finalement annulé son interdiction de l'homosexualité, bien que les personnes LGBTQ soient toujours confrontées à la stigmatisation et au manque de protections juridiques. Bhushan Kumar, le président de T-Series, qui a coproduit le film, a déclaré que  Shubh Mangal Zyada Saavdhan est prêt à défier ces tabous, en particulier pour les publics plus âgés.

"Nous avons un message intéressant - d'acceptation sociétale - quoique d'une manière beaucoup plus amusante afin qu'il atteigne plus de personnes et les aide à réévaluer leurs pensées pré-conditionnées", a déclaré Saavdhan à l'AFP.

Shubh Mangal Zyada Saavdhan sera projeté vendredi en Inde, et il reste à voir comment il sera reçu par le public. Fire, un film de 1996 sur une relation amoureuse entre femmes indiennes, avait déclenché des protestations et un questionnement nationale sur la liberté d'expression et la visibilité LGBTQ.

Rédigé par Michael

Publié dans #sorties cinéma, #cinéma gay, #homophobie

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article