Killing Eve, saison 3 : retour prometteur pour le thriller anglais (critique)

Publié le 14 Mai 2020

Toujours aussi excitante, la série créée par Phoebe Waller-Bridge trouve un nouveau souffle cette année.

 

C'est important de le souligner d'entrée : chaque saison de Killing Eve est écrite par une scénariste différente. Si la géniale Phoebe Waller-Bridge (Fleabag) a créé la série anglaise et s'est occupée de la saison 1, elle avait confié son bébé à Emerald Fennell pour la saison 2. Le passage de flambeau fut pour le moins délicat et Killing Eve a largement perdu de sa superbe l'an dernier. Pour la saison 3, c'est Suzanne Heathcote qui a été nommée showrunner. Alors comment s'en sort-elle avec Villanelle et ses amies ?

Indéniablement, le début de la saison 3 - qui sera diffusé à partir de ce soir sur Canal + - apporte un nouveau souffle à l'histoire. Un souffle plus sombre, mais qui permet à Killing Eve de rester ce thriller à la fois élégant, choquant et amusant. Attention spoilers !

On retrouve Villanelle alors qu'elle s'apprête à se marier ! Des mois après avoir tiré sur Eve à Rome et l'avoir laissée pour morte, la tueuse a visiblement trouvé un pigeon dans un aéroport, une femme qu'elle a manipulé pour profiter de ses richesses. Pensant qu'Eve a succombé à son tir dans le dos, Villanelle veut visiblement tourner la page. Mais son passé - c'est à dire ses employeurs - va vite la rattraper. D'autant que Eve est bien vivante. Après un long séjour à l'hôpital, elle est rentrée à Londres et vit terrée, visiblement traumatisée...

La suite de Killing Eve débute donc par un bond dans le temps, comme pour marquer une rupture claire et nette avec la saison 2. On retrouve ici la finesse psychologique des personnages qui a tant fait défaut à la série l'an dernier. Jodie Comer et Sandra Oh sont toujours aussi impeccables, hypnotisantes mêmes, bien entourées par Fiona Shaw notamment. Les dialogues sont toujours aussi percutants. La "production value" demeure réjouissante, les lieux sont spectaculaires, les lumières sont belles et les séquences de meurtres sont plus brutales que jamais.

Cette saison 3 semble également bien décidée à explorer plus concrètement les "12" et leurs serviteurs venus d'URSS, à l'image de la terrifiante Dasha, prof de gym psychopathe. Mais aussi le passé de Villanelle, avec un épisode qui nous fera prochainement découvrir qui est sa mère, et son enfance pour le moins tumultueuse.

Reste que Killing Eve n'est plus vraiment la fabuleuse série qu'elle fut au moment de la saison 1. Elle donne cette impression de toujours essayer de reproduire ce niveau d'excellence passé. Mais les aspérités sont désormais plus ternes, les lignes moins nettes. Il faut donc se contenter aujourd'hui d'une sorte de copie, parfaitement exécutée, mais pas tout à fait le chef d'oeuvre original.

Source première

Rédigé par Michael

Publié dans #séries gay, #lesbien

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article