Hollywood (saison 1), ma critique

Publié le 21 Juin 2020

Hollywood (saison 1)

Dans le Hollywood de l'après-Deuxième Guerre mondiale, un groupe de jeunes acteurs et cinéastes pleins d'ambition ne recule devant rien pour percer dans le showbiz.

Ah l'univers Ryan Murphy !

Je pense qu'on rêverait tous de vivre dans un monde où les minorités enverraient balader les personnes bien-pensantes pour vivre au grand jour leurs rêves.

Moi qui ne suis pas un grand optimiste alors j'avoue qu'autant de bons sentiments ça frôlent l’écœurement. C'est ce qui m'a le plus dérangé dans cette série. 

J'ai beaucoup aimé toute la première partie de la série qui dépeint la vie difficile des auteurs et acteurs de couleurs, des femmes et des personnes gays dans un Hollywood dirigé par des mâles blancs hétéro.

Après la série part dans un délire qui revisite l'histoire. On a d'abord un Rock Hudson légèrement simplet (mais pourquoi ? Moi qui l'adore) qui vit en couple avec un auteur noir et qui décide de s'afficher avec son petit ami, main dans la main aux oscars. Puis c'est une femme qui prend les rênes des studios de cinéma. Et enfin, c'est une actrice noire et une actrice Asiatique qui remportent la statuette pour un film assez désuet. Pour clore le tout, tout ce beau monde réalise un film romantique entre deux hommes dans les années 60.

Évidemment, l'idée est très séduisante. Refaire l'histoire à son image pourquoi pas. Personnellement, je n'ai pas franchement adhéré au scénario.

Malgré tout, j'aime beaucoup les productions de Ryan Murphy pour leurs côtés très très inclusifs. Les excellents acteurs et un univers de rêves très poétique et politique. 

A voir sur Netflix 

Rédigé par Michael

Publié dans #séries gay, #Netflix

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Laurent 23/06/2020 00:24

Des fois je ne nous comprends pas. On idolâtre Brokeback Montain, Free Fall... et tous ces films magnifiques mais qui finissent mal. Et puis quand vient un titre où tout ce termine bien, on lui reproche son idéalisme. J'ai aussi trouvé ça invraisemblable, mais qu'est ce que c'est bien de voir une fin heureuse de temps en temps. J'ai pleuré non stop sur Love Victor aujourd’hui. Alors oui, j'ai bien aimé Hollywood, au moins pour m'avoir épargner ça.

Michael 23/06/2020 06:49

Moi aussi j adore quand ça se termine bien. Mais il ne faut confondre intensité et mièvrerie. C'est une excellente série je ne dis pas le contraire c'est juste une partie du scénario auquel je n accroche pas.

alain 22/06/2020 14:58

Bah, c'est une uchronie utopique. Ryan Murphy nous raconte un conte de fées. Ça fait du bien de temps en temps. Mais c'est vrai qu'à la fin, on se dit : "si seulement....".

Extra 22/06/2020 06:52

J'ai adoré !

Michael 22/06/2020 17:48

En ce moment je ne suis pas d'humeur très optimiste quand je vois comment le monde évolue. C'est peut-être pour cela que je n ai pas trop accroché avec la série car je me dis que c'est un rêve qu on atteindra jamais.