Laurent Kérusoré : Gros doutes sur l'adoption, il s'explique

Publié le 13 Juin 2020

Depuis des années, Laurent Kérusoré attend le moment opportun pour adopter un enfant. À 46 ans, le comédien de "Plus belle la vie" (France 3) doute de son projet. Lors d'une récente interview, il s'est confié sur les raisons de son hésitation.

Laurent Kérusoré a toujours su qu'il voulait devenir père. Plus encore, l'interprète de Thomas Marci dans Plus belle la vie (France 3) envisage depuis bien longtemps l'adoption. Mais aujourd'hui, ce projet semble être en suspens. Auprès de nos confrères de France Dimanche, il s'explique.

 

Jusqu'alors, Laurent Kérusoré n'avait pas lancé les démarches car il n'avait "pas rencontré l'être qui partagerait [sa] vie". "Aujourd'hui, c'est fait, mais j'ai 46 ans...", lance-t-il. Au détour de cette phrase, l'acteur révèle avoir retrouvé l'amour, lui qui annonçait sa rupture avec son ex-compagnon en décembre 2019.

 

Alors que toutes les pièces semblaient réunies pour enfin espérer pouvoir devenir papa, le comédien doute : "Le projet n'est pas abandonné, cependant, je me pose beaucoup de questions. Avant, j'aimerais me marier, faire les choses dans l'ordre... Là aussi, je suis sans doute un peu vieux jeu ! Mais oui, je rêve qu'on soit trois à porter le même nom et qu'on fonde une vraie famille." Ces valeurs, l'acolyte de Laetitia Milot dans le célèbre feuilleton de France 3 les tient de sa propre histoire. "Comme j'ai été moi-même adopté, c'est quelque chose qui me tient à coeur depuis très longtemps", confie-t-il.

Un vécu lourd qu'il avait déjà évoqué en décembre 2014 dans les pages de Gala. Laurent Kérusoré racontait alors être le fruit d'un viol et avoir été adopté tout bébé, à l'âge de 9 mois. "Je veux tendre la main de la même façon à un enfant d'ici. Je milite pour qu'on facilite l'adoption. J'ai même demandé à parrainer des gamins de la DDASS, on m'a ri au nez. Pourtant, je gagne ma vie, j'ai les moyens d'emmener un gamin à l'école et en vacances", avait-il déclaré à l'époque. Plus décidé que jamais, il souhaitait transmettre "une éducation, un nom de famille aussi" à un enfant.

Une interview à retrouver en intégralité dans le magazine France Dimanche, en kiosques vendredi 12 juin 2020.

Source purepeople 

Rédigé par Michael

Publié dans #people, #homoparentalité

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article