La peau dure, ma critique

Publié le 17 Août 2020

 

La peau dure

 

 

Depuis la mort de son père, Andrew n'a qu'une idée en tête : retourner dans la maison de son enfance. Il part alors sur les lieux avec son petit copain Kyle. Mais lorsqu'il retrouve Birch, son ami d'enfance, tout va basculer. Le retour du jeune homme dans sa vie va lui faire perdre ses repères...

Le nanar du mois !


Le scénario est digne d’un très mauvais porno (sans le porno )

Les acteurs sont très mauvais. La palme revient au petit ami d’Andrew, qui travaille dans la mode et qui, vous imaginez bien, a du mal à survivre sans Wifi en pleine nature. Collez-lui un lapin et on le retrouve chialant lorsque ce dernier se sauve. Son rôle se résumant à des jérémiades sans fin.

Un fils rejeté par son père toute sa vie à cause de son homosexualité. Un retour au source après la mort de ce dernier et des retrouvaille avec un ami d’enfance proche de la nature. Il y avait peut-être matière à faire quelque chose, mais hélas non. Tout est caricatural, que ce soit les personnages, les décors ou les situations.

En fait, je pense que le seul objectif dans ce film, c'est qu’Andrew et Birch finissent par coucher ensemble, nus au bord d’un étang. Et même cette scène, je la trouve ratée, c’est peu de le dire.

Si vous aimez les amourettes et le charme désuet de la nature et si avec tout ça vous avez toujours envie de le regarder vous pouvez le visionner sur :

Queerscreen : la peau dure  en VOSTF

 

Rédigé par Michael

Publié dans #sorties dvd, #dvd gay, #Queerscreen

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article