Joe Mantello : "The Boys in the Band a quelque chose de très universel"

Publié le 1 Octobre 2020

L'acteur de Hollywood met en scène cette nouvelle série pour Ryan Murphy avec Jim Parsons et Zachary Quinto.

 
 
 

1968. Un an avant Stonewall, Mart Crowley écrit The Boys in the Band. Une pièce de théâtre qui met en scène neuf amis homosexuels réunis pour célébrer l'anniversaire de l'un des leurs. Alors que la fête a commencé, l’hôte lance un défi qui va mettre à nu les tensions du groupe. Texte fondateur de la culture queer, la pièce a marqué son époque notamment parce qu’on y voyait pour la première fois des hommes ouvertement homosexuels évoquer leur quotidien et leurs problèmes. 50 ans après sa première représentation (et, entretemps, une adaptation à l’écran par Friedkin), Ryan Murphy relançait la pièce à Broadway sous la direction de Joe Mantello (qui jouait récemment dans sa série Hollywood) et qui a également réalisé cette nouvelle adaptation à l’écran. Il revient ici sur les défis de cette transposition et les références qui l’ont nourri.

A quel moment avez-vous entendu parler de la pièce The Boys in the Band ?

J’ai du voir le film de Friedkin quand j’étais à l’école d’art dramatique. Et puis j’ai dû lire le texte de la pièce, juste après. J’ai sans doute entendu parler de la pièce avant, mais vous savez, j’ai grandi dans le Midwest, et je n’avais aucune moyen d’avoir accès à ce genre d’objet culturel… Le film a coïncidé avec mon propre coming out qui fut relativement simple – vu le milieu dans lequel j’évoluais, je n’ai jamais été regardé de travers. Et quand j’ai vu le film j’ai été un peu terrifié par ce qu’il montrait. Mais j’ai tout de suite compris qu’il parlait d’une génération qui n’était pas la mienne et je crois que ça ne m’a pas intéressé plus que ça – comme tous les jeunes, je ne me sentais pas concerné au fond… Ce n’est que quand Ryan m’a proposé de la remonter que je m’y suis vraiment confronté et que j’ai découvert certaines connections.

C’est donc Ryan Murphy qui a lancé l’idée de relancer la pièce à Broadway.

A 100%.

Et quand il vous en a parlé quelle fut votre réaction ?

J’ai d’abord été très sceptique (rires). TRES sceptique. Je crois que ma vision de la pièce était très réductrice. Je pensais sincèrement que ce texte n’avait jamais eu d’influence sur le monde dans lequel je vivais… Je me trompais. Lourdement.

Pourquoi avoir choisi d’adapter le texte dans son contexte 60's ?

Parce que sinon, vous faites une pièce ou un film vaguement basé sur The Boys in the Band. Et je ne suis pas sûr qu’on puisse l’updater correctement. Surtout à cause de la technologie. Aujourd’hui chacun des garçons aurait un smartphone. Et je pense aussi que, en 68, appeler un homme au téléphone pour lui dire « je t’aime », c’était très risqué. Je ne crois pas que ce soit encore le cas ; en tout cas, pas autant qu’à l’époque. C’était une transgression folle. Bref, moderniser le contexte, le décor, n’aurait pas fonctionné… Mais je pense qu’il y a quelque chose d’universel dans le sujet et la spécificité du setting porte un éclairage très cru sur cette universalité. Laisser l’action dans les 60's oblige aussi à dresser des parallèles avec notre propre expérience et ça nous donne une distance qui peut être résolument critique. J’imagine les spectateurs regarder la pièce ou le film et se dire « oh, ça, ça n’a pas changé » ou « le langage est différent, mais c’est toujours la même chose ». Je pense que la conversation démarre là. Précisément.

Ce sont des homosexuels, urbains, et ils ont une forme d’insouciance et de liberté qui donne l’impression qu’ils ne risquent finalement pas grand-chose.

C’est partiellement vrai. L’appartement est comme une oasis. Un enclos de liberté. Aujourd’hui, on irait dans un bar, un club ou un restaurant pour célébrer un anniversaire. Et ça ne poserait aucun problème. Mais à l’époque, c’était la seule option pour ces hommes homosexuels qui voulaient se retrouver et partager un moment festif. Au début, on voulait capturer ce sentiment de liberté. Mais on a pris soin de rappeler au public les risques qu’ils couraient : lorsque le coursier de la boulangerie arrive, Emery dit « c’est la police » et toute la bande se met à paniquer. Ils sont littéralement terrifiés ! Ce n’est pas une blague : c’était très très risqué. Danser entre hommes, s’embrasser, tout cela était puni par la loi.

Vous avez changé beaucoup de choses de la pièce ?

Non, pas vraiment. On a travaillé à partir du scénario de Mart de 1969 qu’il a retravaillé pour l’occasion. Mart a fait des choix particulièrement malins.

Un début en extérieur, de larges mouvements d’appareils qui font « vivre » l’appartement… J’imagine que votre principale crainte, c’était de faire en sorte que le film ne soit pas trop théâtral.

Vu mon background, ça ne me faisait pas vraiment peur, non (rires). Evidemment, il y a beaucoup plus de dialogues que ce qu’on entend dans la plupart des films contemporains. Et ça va vite. Mais je suis un fan de Mike Nichols et notamment de Qui a peur de Virginia Woolf. J’ai revu ce film dix fois pour préparer le mien ; j’aime la manière dont Nichols dispose ses personnages dans le cadre. On voit que c’est un metteur en scène qui vient du théâtre, par la manière dont les déplacements en disent long sur la psychologie des personnages. J’adore surtout qu’on se souvienne de ses comédiens. Il n’avait pas un style visuel défini. Il changeait en fonction des projets, mais il portait une telle attention à ses acteurs, à leurs précisions…

On pense également aux comédies sixties (Blake Edwards, Richard Quine) pour les couleurs, la richesse des cadres et la vitesse d’exécution des dialogues.

Pour les couleurs, la référence est très précise : il s’agit du peintre réaliste John Koch. Ses tableaux sont magnifiques et ce sont des chefs-d’œuvre de lumière. Je me suis surtout inspiré d’une de ses toiles qui s’appelle « Friends » et qui montre deux hommes assis dans un canapé dans un appartement. Une merveille. De manière assez ironique, j’ai découvert après avoir terminé le film que cette toile appartenait à… Ryan Murphy !

Dès le début vous comptiez reprendre le cast de la pièce ?

Oui. Parce qu’ils sont bons. Et leur expérience de Broadway leur a donné une profondeur qui a beaucoup apporté au projet. A la véracité du film.

Le fait qu’ils soient tous ouvertement homosexuels étaient un plus ?

Oui. Ca ne s’est pas fait de manière intentionnelle. Mais ils partageaient quelque chose qui rendait le groupe plus cohérent. Et ils avaient tous une… disons facilité pour comprendre de quoi parlait la pièce. Ils ont apporté leur propre expérience et il n’était pas nécessaire de traduire certains aspects.

Source première

Rédigé par Michael

Publié dans #Netflix

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article