Publié le 26 Août 2015

SYNOPSIS:

Noeli, jeune Dominicaine, se rend tous les après-midis sur les plages de Las Terrenas pour se prostituer. Parmi ses clients, Anne, une Française d’âge mûr qui a trouvé dans l’île un refuge pour la fin de sa vie. Noeli se voit bien rentrer à Paris avec Anne.

Pour Noeli, la relation avec Anne est d’abord basée sur l’intérêt. Pour Anne, le commerce laisse vite la place aux sentiments qui deviennent de plus en plus ambigus au fur et à mesure qu’approche le moment du départ.

Voir les commentaires

Rédigé par Michael

Publié dans #sorties cinéma

Repost0

Publié le 25 Août 2015

Musique : "Breath and sound"

Tom Goss l'a fait à nouveau.

Le musicien gay, qui est connu pour ses hits virales comme "Bears", a publié un vidéo clip sexy qui met en lumière la beauté de l'amour, indépendamment de l'orientation sexuelle.

La vidéo met en scène une danse intime entre trois couples; l'un est hétéro, et les deux autres sont de même sexe.

Featuring Matt Alber, la chanson, "Breath and Sound" montre que: «Peu importe les danseurs, la danse reste de la danse et  l'amour sera toujours de l'amour.».

Voir les commentaires

Rédigé par Michael

Publié dans #Musique

Repost0

Publié le 25 Août 2015

Festival : D'un bord à l'autre septembre 2015

L'association Ciné Mundi présente du 18 au 20 septembre 2015 le festival D'un bord à l'autre (festival de films LGBT) au cinéma Les Carmes.

Au programme : 5 séances de films inédits sur Orléans + 1 conférence

- Vendredi 18/09 à 20h : Séance de courts métrages
- Samedi 19/09 à 15h : Conférence « Méchants gays, vilaines lesbiennes : un grand classique du cinéma » animée par Didier Roth-Bettoni, journaliste, écrivain & critique de cinéma - Entrée libre
- Samedi 19/09 à 18h : Le cercle de Stefan Haupt
- Samedi 19/09 à 19h50 : Avant-première Le chanteur de Rémi Lange, en présence du réalisateur
- Dimanche 20/09 à 15h45 : Je suis Annemarie Schwarzenbach de Véronique Aubouy, en présence de la réalisatrice
- Dimanche 20/09 à 18h : Film de clôture Zomer de Colette Bothof

Tarifs :
Tarifs habituels du cinéma Les Carmes :
- Plein tarif : 7,90 EUR
- Carte Découverte 5 séances, carte de prépaiement non nominative : 32 EUR
- Autres tarifs : carte Passion, PAC, tarif - de 26 ans, conventions CE.

Renseignements :
Le festival D'un bord à l'autre est organisé par l'association Ciné MUNDI
Site internet : www.festivaldunbordalautre.com

source cité gay

Voir les commentaires

Rédigé par Michael

Publié dans #festival gay

Repost0

Publié le 25 Août 2015

Xavier Dolan en 5 films

Comment Dolan est devenu grand

 

 

Xavier Dolan a débarqué avec fracas dans le cinéma en 2009 avec J'ai tué ma mère, une déclaration d'amour-haine à sa génitrice à la fougue toute adolescente, sélectionnée à la Quinzaine des réalisateurs à Cannes et d'autant plus remarquée qu'elle était l'oeuvre d'un gamin de 20 ans. (Seulement) cinq ans plus tard, le cinéaste québécois est incontournable sur la Croisette, a remporté le prix du Jury lors de la dernière édition du Festival (ex-aequo avec Jean-Luc Godard) en parlant encore de maman (Mommy), et fait la couverture de Première.

 

À l'occasion de la diffusion de Mommy ce soir sur Canal+, petite analyse du chemin parcouru à travers sa filmo.

Canal+ créé l'événement ce soir en diffusant Mommy, le cinquième et dernier long-métrage en date du prodige québécois Xavier Dolan, un des événements cinématographiques de l'année 2014. Présenté en fanfare en compétition à Cannes, le film fut l'une des claques du festival, au point d'apparaître comme l'un des favoris légitimes à la Palme et aux récompenses principales. Le film décrocha finalement le prix du Jury à égalité (symbolique) avec Jean-Luc Godard et son Adieu au langage.

Du moment de sa présentation cannoise à sa sortie en salles en France, Première n'a cessé de faire partie de ceux qui ont vu dansMommy l'oeuvre de la maturité de la part de Xavier Dolan. Au moment de la sortie en salles du film , voici ce que Première écrivait au sujet de Mommy : "Diane (Anne Dorval), veuve à la dérive, doit composer avec son fils Steve (Antoine-Olivier Pilon) dont elle ne parvient plus à gérer les accès de violence. Lorsqu’une énigmatique voisine (Suzanne Clément) s’immisce dans leur vie, la mère et l’adolescent retrouvent une apparente forme d’équilibre.

Au dernier Festival de Cannes, Mommy a provoqué une hystérie collective, débouchant sur des déclarations excessives ("La Palme, sinon rien") et sur une envie de chanter du Céline Dion jusqu’à l’aube. Quelques mois après cette euphorie, l’évidence se confirme :Xavier Dolan a bel et bien réalisé un film monumental qui fait écho à son modeste premier long (J’ai tué ma mère, 2009).

Affranchi des poses, mû par une véritable générosité, le cinéaste fait se croiser les destins de trois personnages brisés qui, en dépit de leurs différences, partagent un même malaise. Ensemble, ils se (dé)battent, tombent, s’aiment. Toute la force de Mommy réside dans le regard empathique que Dolan porte sur ses protagonistes, comme en témoigne cette scène d’anthologie au cours de laquelle Steve élargit littéralement le cadre pour s’en extraire. Le réalisateur offre ainsi à ses trois formidables comédiens l’occasion d’exceller dans des séquences d’une intense musicalité et d’une grande acuité psychologique.

S’il fallait citer une référence pour évoquer une telle richesse, une telle maturité, ce serait non pas un film mais une série comme Six Feet Under, qui parlait de la mort pour mieux célébrer la vie et qui, dans son épilogue sublime, nous terrassait totalement. Figurez-vous que, sans prévenir, le temps d’un fantasme, Xavier Dolan, du haut de ses 25 ans, réussit à produire la même puissance émotionnelle, faisant appel à l’expérience et aux rêves de chacun. On sort de la salle en lambeaux mais contents, convaincus que si la mélancolie est un doux mélange de joie et de tristesse, alors oui, Mommy rend heureux".

Porté par un accueil critique très largement enthousiaste, Mommy est devenu le plus gros succès en salles de Dolan, son premier film à passer la barre du million d'entrées (1,2 million au total), et lui valut par ailleurs le César du meilleur film étranger il y a quelques mois. Il devint par ailleurs le ticket d'entrée vers le cinéma hollywoodien pour son réalisateur (bien que le film ait manqué de peu d'être nommé à l'Oscar du meilleur film étranger) qui devrait prochainement réaliser The Death and Life of John F. Donovan avec Kit Harington,Jessica Chastain et Susan Sarandon. Mommy s'est imposé comme le film de la consécration d'un cinéaste que tout le monde savait déjà très doué, mais qui a certainement offert avec Mommy son œuvre la plus aboutie jusqu'ici, et donc à redécouvrir à tout prix grâce à sa diffusion ce soir sur les antennes de Canal+.

 

L'histoire de Mommy : Une veuve mono-parentale hérite de la garde de son fils, un adolescent TDAH impulsif et violent. Au coeur de leurs emportements et difficultés, ils tentent de joindre les deux bouts, notamment grâce à l’aide inattendue de l’énigmatique voisine d’en face, Kyla. Tous les trois, ils retrouvent une forme d’équilibre et, bientôt, d’espoir.

Xavier Dolan en 5 films

J'ai tué ma mère (2009)

D’abord acteur, Dolan devient réalisateur avec ce mélo vaguement autobiographique qui explore la relation d’amour/haine entre un ado rebelle (joué par Dolan) et sa mère. Entre sauvagerie, comédie vacharde et bouffées narcissiques, Dolan plonge dans l’intimité disloquée de ce couple dysfonctionnel à travers un récit heurté qui semble s’inventer au gré des coups de tête du duo. Fascinant, irritant, bordélique et maladroit comme un premier film qui voudrait tout prouver, ponctué de drippings lyriques et de chansons pop phénoménales, le film (brouillon de Mommy) va à la Quinzaine des réalisateurs et attire l’attention sur ce jeune Québécois de 20 piges.

Xavier Dolan en 5 films

Les Amours imaginaires (2010)

Deuxième long, et l’ambition monte d’un cran. Autoproclamé film générationnel, ces Amours... racontent les relations fantasmées entre un jeune gay (encore Dolan), Marie, sa meilleure amie hétéro, et Nicolas, un séducteur dont les deux premiers vont tomber amoureux. Dolan multiplie les citations appuyées, étale son audace plastique et son énergie clippesque et torturée dans tous les plans. Si le glacis de la stylisation Nouvelle Vague ne masque pas toujours le côté conventionnel de son cinoche de vignettes, lui s’impose comme une promesse prête à exploser.

Xavier Dolan en 5 films

Laurence Anyways (2012)

Le grand saut. Troisième volet de sa « trilogie sur l’amour impossible », Laurence... compile les grands thèmes des premiers films du cinéaste en réussissant cette fois à tout canaliser. À tout concrétiser. En suivant le parcours d’un homme qui devient femme, Dolan signe une fresque passionnelle, une épopée existentielle. Le vernis glam craque et permet au cinéaste d’accéder à des hauteurs mélancoliques. D’où son incompréhension d’être privé de compète officielle à Cannes et de rester dans la section Un certain regard.

Xavier Dolan en 5 films

Tom à la ferme (2013)

Pour refuser les étiquettes et brouiller les pistes, Dolan bricole ce thriller hitchockien « lo-fi » contre tout ce qu’il a fait jusqu’alors. Premier film de genre, première adaptation, première œuvre sans chansons (ou presque), première délocalisation à la campagne, Tom à la ferme troque le lyrisme pop pour un naturalisme rugueux puis sombre dans le thriller fantastique. Même s'il est un peu décevant, les vraies questions de ce Tom sont passionnantes : comment transfigurer son récit ou sa personnalité ? Comment passer à autre chose en restant le même ? Réponse avec...

Xavier Dolan en 5 films

Mommy (2014)

Ça y est. Revenant au thème de son premier film (une relation mère-fils agitée), Dolan devient le grand réalisateur qu’on attendait, un virtuose qui réussit à transcrire en langage ciné les recoins les plus complexes de sa sensibilité. Musique, maîtrise des effets (ouverture du cadre, les flash-forward de sa vie fantasmée), direction d’acteurs : tout est d’une puissance écrasante, sublime. Mais Mommy est surtout le film où le cinéaste réalise enfin pleinement sa vision, un geste de cinéma qui ouvre grands les bras (et le cadre). A star is born.

Voir les commentaires

Rédigé par Michael

Publié dans #programmes télé gay, #Xavier Dolan

Repost0

Publié le 24 Août 2015

Sorties dvd gay septembre 2015
Kill Your Darlings

Un film de John Krokidas avec Daniel Radcliffe, Dane Dehaan, Ben Foster,Michael C. Hall, Jack Huston, Elizabeth Olsen

Nationalité : Etats-Unis

Duree : 1H44 mn

Sortie à la Vente en VOD/DVD le 28 Septembre 2015

Année de production : 2013

Une histoire de meurtre qui permis à Allen Ginsberg, Jack Kerouac et William Burroughs de se rencontrer à l'Université de Columbia en 1944. Une rencontre qui conduira à la création de la Beat Generation.

Sorties dvd gay septembre 2015
Adult Beginners

Un film de Ross Katz, avec Nick Kroll, Rose Byrne, Bobby Cannavale,...

Nationalité : Etats-Unis

Duree : 1H30 mn

Editeur DVD : Universal Pictures Vidéo

Sortie à la Vente en VOD/DVD le 01 Octobre 2015

Année de production : 2014

Un jeune et narcissique homme d’affaires voit son entreprise couler. Désemparé, il quitte Manhattan pour rendre visite à sa sœur enceinte, son beau-frère et son neveu âgé de trois ans... et devient leur nounou !

Les garçons du stade DVD

Martin Farina (réalisateur)Avec Tomas Farina

Pénétrez dans le monde fermé des footballeurs et découvrez l’envers du décor !
Tomas, un footballeur sur le point de devenir un grand champion, vous ouvre les portes de son club!
Un confessionnal non censuré des états d’âmes de joueurs de foot qui se livrent sans inhibition sur leurs buts, leurs envies, leurs doutes et leurs questionnements…
A travers l’objectif de la caméra, Suivez Tomas et ses équipiers, évoluer pendant plusieurs semaines durant leurs entraînements, leurs matchs officiels, leurs déplacements nationaux… Et immiscez-vous dans l’intimité des joueurs, dans les vestiaires et leurs moments de détente…

Grande école DVD

Robert Salis (réalisateur)Avec Grégori Baquet, Alice Taglioni, Jocelyn Quivrin

Un groupe de jeunes gens intègre l’une des Grandes Ecoles où se forment les futurs dirigeants.
Ils sont la crème des étudiants et seront l’élite de demain si tout se passe comme prévu.
Mais pour Paul, tout va basculer.
Il est avec Agnès, mais développe une attirance trouble pour Louis- Arnault et tombe sous le charme de Mecir, un jeune ouvrier beur.
Les sentiments feront-ils le poids face aux barrières sociales ?

Tattoo DVD

Hilton Lacerda (réalisateur)Avec Santos Irandhir

Brésil, 1978. La dictature militaire qui est encore en place, commence à montrer des signes d’épuisement.
Dans un petit cabaret de banlieue, une troupe d’artistes provoque le pouvoir et la morale établis, à travers leurs spectacles excentriques et performances publiques où débauche, nudité et anarchie sont les symboles de leur lutte acharnée.
Quand Fininha, un jeune militaire rencontre Clécio, le leader de la troupe, c’est le coup de foudre immédiat.
Seulement Fininha est vite confronté à sa propre conscience : comment faire pour aimer un homme se battant contre l’ordre moral que ses compagnons militaires, et lui-même, doivent faire respecter en menant une répression sans faille.

Voir les commentaires

Rédigé par Michael

Publié dans #sorties dvd

Repost0

Publié le 24 Août 2015

"Six feet under" fête les 10 ans de son final

Il ya 10 ans aujourd'hui que se terminait la superbe série Six Feet Under en nous bouleversant par son montage final avec sa vision de la mort de la famille Fisher et des autres personnages. 

Alan Ball raconte :

"Dans l'anti chambre des écrivains  - je me suis battu pour avoir ce final, parce que je ne me souviens pas qui l'avait suggéré - nous parlions de la façon dont nous devrions terminer la série et quelqu'un a dit,« Nous devrions juste tuer tout le monde ». Ils ont dit, 'Non, nous devrions faire un bon dans le temps et être avec chacun de ces personnages quand ils meurent. " Quelque chose dans ma tête à fait, 'Click. Bien sûr. Comment pourrions-nous  finir autrement  cette série ? "

Il s'agit de  l'une de ces finales qui ont permis aux  fans de clore  la série de HBO et qui fut acclamée par la critique - quelque chose qui semble rarement se produire. Michael C. Hall, qui a joué le personnage gay de David Fisher, dit que ce final à permis de donner ses lettres de noblesses à la série", ajoutant: "Je pense qu'il était thérapeutique, il l'était certainement pour moi, pour simuler la mort de ces personnages avec qui nous avions passé tellement de temps à vivre avec une telle intensité ".

 

Voir les commentaires

Rédigé par Michael

Publié dans #séries gay

Repost0

Publié le 21 Août 2015

Ruby Rose (OITNB)

La superbe Ruby Rose est une des actrices les plus en vue de la série carcérale Orange is the New Black, où elle a débarqué à la quatrième saison pour séduire toutes les détenues.

Mais l'Australienne qui porte les casquettes de mannequin, DJ, it-girl et icône lesbienne n'est pas naïve et sait que la célébrité est fugace. Au magazine People, la beauté tatouée a confié : "J'ai vécu les marées hautes et les marées basses, le courant et le creux de la vague. J'ai été une has-been et une it-girl, puis une has-been et une it-girl. Je serai has-been dans une semaine."

L'actrice de 29 ans profite du fameux "quart d'heure de célébrité" d'Andy Warhol : "Tu apprends à surfer la vague et à aimer ça. Ce n'est pas sérieux, tu sais".

Ruby Rose, dont la reconnaissance internationale soudaine amène son lot de fans hystériques aux réactions parfois angoissantes (elle raconte avoir été poursuivie en voiture sur l'autoroute), a connu la gloire plus jeune dans son Australie natale. "Je n'ai jamais rien vécu de comparable et j'ai vraiment de la chance car j'ai eu beaucoup de succès en Australie alors que j'étais jeune et je pense que c'est bon d'avoir connu ça en Australie et pas aux USA. Je n'envie pas ceux qui connaissent la célébrité mondiale à 15 ans ou à 18 ans, car tu n'a pas encore les épaules pour gérer la pression et ce que ça implique de voir ta vie changer totalement", estime-t-elle.

Ruby Rose joue dans Orange is the New Black, disponible en intégralité sur Netflix.

source première

Voir les commentaires

Rédigé par Michael

Publié dans #séries gay, #Orange is the New Black

Repost0

Publié le 21 Août 2015

Programmes tv du 22 au 4 septembre 2015 :

 

Ciné+club

Samedi 22 à 20h45

Garçon d'honneur (comédie)

Taïwanais naturalisé américain, Wai-Tung vit aux Etats-Unis avec son petit ami Simon. Pour faire plaisir à ses parents qui ne comprennent pas son célibat, il organise un mariage de convenance, choisissant pour épouse Wei-Wei, une jeune peintre en quête d'une carte verte.

 

Numéro 23

Jeudi 27 à 20h45

Tomboy (drame)

Laure a 10 ans. Laure est un garçon manqué. Arrivée dans un nouveau quartier, elle fait croire à Lisa et sa bande qu’elle est un garçon. Action ou vérité ? Action. L’été devient un grand terrain de jeu et Laure devient Michael, un garçon comme les autres… suffisamment différent pour attirer l’attention de Lisa qui en tombe amoureuse. Laure profite de sa nouvelle identité comme si la fin de l’été n’allait jamais révéler son troublant secret.

 

Arte

Vendredi 28 à 22h25

Féminin, masculin : le cerveau a-t-il un genre ? (doc)

Hommes et femmes viennent-ils au monde avec le même cerveau ? La question est aussi vieille que le monde. Au-delà des innombrables clichés sur les compétences typiquement masculines ou féminines, existe-t-il entre les sexes des différences scientifiquement mesurables, et si oui, à quoi sont-elles dues ? Des recherches récentes semblent effectivement suggérer que les connexions neuronales moyennes diffèrent entre un cerveau d'homme et un cerveau de femme – ce qui pourrait expliquer certaines disparités comportementales observées entre les sexes. Mais ces schémas sont-ils innés (hérités des gènes ou des hormones reçus pendant la gestation), ou sont-ils façonnés dès la petite enfance par le monde qui nous entoure ? Car dans nos sociétés, les apprentissages, la socialisation et le vécu sont encore construits de façon très binaire et stéréotypée. En s'appuyant sur des expériences menées sur des cobayes humains et des macaques de Barbarie, les scientifiques Michael Mosley et Alice Roberts – qui soutiennent des thèses radicalement différentes – partent à l'assaut des idées reçues. Ces découvertes seront-elles bénéfiques aux hommes comme aux femmes, ou risquent-elles d'exacerber davantage les disparités entre les sexes ?

 

Ciné+émotion

à 20h45

Little miss Sunshine (comédie)

L'histoire des Hoover. Le père, Richard, tente désespérément de vendre son "Parcours vers le succès en 9 étapes". La mère, Sheryl, tente de dissimuler les travers de son frère, spécialiste suicidaire de Proust fraîchement sorti de l'hôpital après avoir été congédié par son amant.
Les enfants Hoover ne sont pas non plus dépourvus de rêves improbables : la fille de 7 ans, Olive, se rêve en reine de beauté, tandis que son frère Dwayne a fait voeu de silence jusqu'à son entrée à l'Air Force Academy.
Quand Olive décroche une invitation à concourir pour le titre très sélectif de Little Miss Sunshine en Californie, toute la famille décide de faire corps derrière elle. Les voilà donc entassés dans leur break Volkswagen rouillé : ils mettent le cap vers l'Ouest et entament un voyage tragi-comique de trois jours qui les mettra aux prises avec des événements inattendus...

 

Ciné+famiz

Samedi 29 à 17h45

Folle d'elle (comédie)

Marc, photographe baroudeur et ado attardé, se débat dans des problèmes financiers et professionnels. Lisa, conseillère bancaire auprès de gros investisseurs financiers, ne veut plus entendre parler des hommes depuis son divorce. Marc et Lisa ont comme amis communs, un couple d'homosexuels qui dépannent Marc en l'hébergeant. Mais celui-ci est vraiment trop encombrant. Ils décident alors de le transformer en homosexuel et demandent à Lisa de le recevoir chez elle.

 

C+

Mardi 1er à 21h

Saint Laurent (biographie)

1967 - 1976. La rencontre de l'un des plus grands couturiers de tous les temps avec une décennie libre. Aucun des deux n’en sortira intact.

 

 

Ciné+club

Jeudi 3 à 23h

L'inconnu du lac (drame)

L'été. Un lieu de drague pour hommes, caché au bord d'un lac. Franck tombe amoureux de Michel. Un homme beau, puissant et mortellement dangereux. Franck le sait, mais il veut vivre cette passion.

du coté des rediffs :

Maurice le 22 ciné+club

Bienvenue au gîte le 22 sur ciné+famiz

Les témoins le 23 ciné+frisson

Swimming pool le 24 sur OCS choc

Le derrière le 25 sur téva

Velvet goldmine le 25 sur c+cinéma

JFK le 26 sur tcm

Certains l'aiment chaud le 26 sur tcm

Camping à la ferme le 27 sur nrj12

Basic instinct le 29 sur OCS choc

Le divan de MOF : Karl Lagerfeld le 2 sur France 3

 

Du coté des séries

Modern family sur m6

The good wife (saison 1) sur téva

Grey's anatomy sur TF1

Clara sheller (saison1) série club

Under the dome (saison 2) w9

Downton Abbey (saison 5) sur tv breizh

Teen Wolf (saison 3) sur France4

Masters of sex sur OCS city

Glee sur OCS max

Girls sur Ocs city

Nurse Jacky (saison 6) sur c+séries

Scandal (saison 4) sur c+décalé 

Looking (saison 1) sur OCS city

Transparent sur OCS City

Brooklyn nine-nine (saison 1) sur France4

Desperate housewives (saison 8) sur téva

Pretty little liars sur OCS max

Game of thrones (saison 3) sur c+ et sur OCS Max

Plus belle la vie sur France3

Velvet goldmine le 18 sur c+cinéma

Voir les commentaires

Rédigé par Michael

Publié dans #programmes télé gay

Repost0

Publié le 20 Août 2015

A venir "Kiss me, Kill me"

" Kiss Me, Kill Me", est un nouveau thriller gay mettant en vedette l'icône Gale Harold de la série "Queer as folk" et Van Hansis de la série "As the World Turns".

Un film noir contemporain dans West Hollywood, le film fait sa première mondiale le 18 Septembre.

Voici le synopsis:

confronté à son petit ami infidèle, Dusty (Hansis) fait un black-out. Quand il se réveille, son petit ami Stephen (Harold) a été assassiné et le principal suspect c'est lui. Pour compléter le casting: Jai Rodriguez (Queer Eye), Shangela (Drag Race RuPaul),

Voir les commentaires

Rédigé par Michael

Publié dans #sorties cinéma

Repost0

Publié le 19 Août 2015

A venir "Carol" la bande-annonce

Patience, patience, patience. Pas simple tant Carol, le film de Todd Haynes, adapté du roman de Patricia Highsmith, est alléchant. Et ce n'est pas cette bande-annonce, mise en ligne par Studio Canal UK, qui va nous faire changer d'avis.

On y retrouve les deux personnages principaux, Carol, incarnée par Cate Blanchett, et Therese, qui a valu à Rooney Mara le prix d'interprétation féminine du dernier festival de Cannes, Carol a aussi remporté la Queer Palm.

Carol sortira aux États-Unis le 20 novembre et en France le 13 janvier 2016.

source yag

Voir les commentaires

Rédigé par Michael

Publié dans #sorties cinéma

Repost0