Publié le 10 Juin 2017

Les propos de l'attaquant star de l'équipe de France et de l'Atlético ne sont pas passés inaperçus.

 

Embrasser un coéquipier, "ces choses-là se font...". Il n'en fallait pas beaucoup plus pour que les mots d'Antoine Griezmann interpellent et soient largement repris. Emblème d'un renouveau dans le monde très médiatisé du football, celui qui s'est imposé comme chouchou des Français après sa participation réussie à l'Euro 2016 se positionne ouvertement sur un sujet encore tabou dans l'univers du ballon rond : l'homosexualité.

C'est au cours d'une interview pour à ICON (magazine masculin édité par El Pais) que l'attaquant français de 26 ans s'est montré conscient de la pression qui règne encore aujourd'hui sur la communauté homosexuelle dans les stades. "Je pense que dans le football, ce n'est pas habituel parce que nous faisons les durs et les forts. Et nous avons peur de ce qui pourrait se dire. Je n'ai rien contre, je respecte tout le monde. Il y a beaucoup de mauvaises personnes dans le football. Ils [les homosexuels, NDLR] peuvent avoir peur d'aller dans les stades et qu'on les insulte. Je crois que je le ferais (aller au stade), mais bien sûr, c'est facile de le dire quand tu n'as pas à passer par là", confie Antoine Griezmann.

Lors de célébrations, les footballeurs sont amenés à partager une certaine proximité qui peut parfois aller jusqu'à l'échange de baisers. Un geste qu'il pourrait lui-même avoir en certaines circonstances assez précises : "Moi je n'aime pas, mais peut-être que je le ferai dans un an, quand j'aurai gagné un Mondial ou la Champion's. Ça dépend de la joie que tu peux avoir." Une porte est ainsi laissée ouverte.

En attendant de décrocher ces titres tant convoités qu'il n'a pas encore eu l'occasion de remporter, c'est auprès des siens qu'il trouve le plus large soutien, sa belle Erika, à qui il serait marié depuis le 27 mai dernier selon les rumeurs, sa soeur Maud, son frère Théo, ou encore ses parents dont il est très proche.

Source purepeople

Voir les commentaires

Rédigé par Michael

Publié dans #people, #homophobie

Repost0

Publié le 10 Juin 2017

Arte célèbre la culture trans et ses icônes pop


Pendant le mois des fiertés, Arte met en lumière les LGBT. Après un reportage inédit sur les intersexes fin mai, la chaîne se plonge ce soir dans la collusion entre communauté trans et pop culture.

Les dernières années ont ouvert en grand les portes des médias mainstream à certain.es représentant.es de la communauté trans. La transidentité se décline désormais fièrement sur le papier glacé des couvertures : celle de Vanity Fair invitant les fans de Jenner à l’appeler Caitlyn, celle du Time offrant sa une à Laverne Cox alias Sofia d’Orange is the new black, celle de National Geographic qui, pour la première fois dans l’histoire de la presse, offrait à ses lecteurs le portrait d’une enfant trans.

De l’actrice noire à l’olympienne républicaine, de Zackary Drucker, la productrice de la série sur une mère transgenre Transparent, à l’acteur porno trans Buck Angel, du rappeur Katastrophe et aux créatrices de Matrix, Cloud Atlas et Sense8, aka Lana et Lili Wachowski… et bien d’autres figures puissantes d’une culture jusqu’à peu méconnue du grand public. Avant eux, il y eu Marie-Pierre Pruvot, alias Bambi, danseuse au Carrousel du Louvre dans un Paris qui parle encore des « travestis », héroïne d’un documentaire de Sébastien Lifshitz. Ou Jacqueline Dufresnoy, à laquelle la capitale vient de rendre hommage, le 18 mai 2017, en baptisant le terre-plein central du boulevard de Clichy « Promenade Coccinnelle », de son nom de scène au fameux cabaret Madame Arthur. On peut même remonter jusqu’à l’histoire de Lili Elbe, peintre viennoise transgenre de la fin du XIXème siècle, interprétée par Eddie Redmayne l’année dernière dans le film Danish Girl.

 

Dans une extimité non moins célèbre, les YouTubeurs et les YouTubeuses ont également la part belle. En streaming, on parle coming-out, transition, hormone, amour, tous les jours devant ses abonnés. Ces « success story » cachent une réalité bien plus sombre. La transphobie est une réalité, en augmentation selon le rapport annuel de SOS homophobie, qui peut parfois coûter la vie.

Il n’en reste pas moins que ces célébrités trans tracent une histoire, celle de la transidentité dans la pop culture, à laquelle Arte offre le tout premier documentaire. Les réalisatrices Claire Duguet et Stéphanie Cabre ont ainsi interviewé des personnalités d’outre-Atlantique et du continent, déterré des images d’archives pour tisser les contours de cette « révolution transgenre, de ses origines à nos jours, où leur visibilité n’a jamais été aussi grande. »

 

Absolument Trans

Documentaire réalisé par Claire Duguet et Stéphanie Cabre

Coproduction : ARTE France, CAPA PRESSE, avec la participation de Télé-Quebec (52 min – 2017 )

Source tétu

Arte rediffusera vendredi 16 juin le documentaire Tellement Gay qui explore comment le sujet de l’homosexualité, cette fois-ci, s’est fait une place dans la pop culture. Puis le vendredi 23 juin, la chaîne nous fera (re)découvrir les hymnes du mouvement gay dans Somewhere over the rainbow.

Voir les commentaires

Rédigé par Michael

Publié dans #programmes télé gay, #Trans&transgenre

Repost0

Publié le 10 Juin 2017

Rosewood débarque ce soir sur M6. Cette série suit le docteur Beaumont Rosewood (Morris Chestnut), un brillant pathologiste qui dirige un laboratoire doté de hautes technologies. Il effectue des autopsies pour la police de Miami et découvre ainsi des indices que ses collaborateurs ne voient pas. L'inspectrice Villa (Jaina Lee Ortiz), sa partenaire au sein de cette section criminelle, a un caractère bien trempé. Elle est à la fois impressionnée par les incroyables capacités de Rosewood, et particulièrement agacée par son optimisme à toute épreuve. Les perspectives positives de Rosewood et son désir de croquer la vie à belles dents entrent en conflit avec lui-même lorsqu'il est confronté à de sérieux problèmes médicaux, et qu'il rencontre des victimes dont les vies ont été brutalement interrompues...

Dans son labo, il est entouré de

  • Gabrielle Dennis : Pippy Rosewood, la sœur lesbienne de Rosewood et de 
  • Anna Konkle  : Tara Milly Izikoff aka TMI qui est sa fiancée. Elles sont sur le point de se marier.

Voir les commentaires

Rédigé par Michael

Publié dans #séries gay, #lesbien

Repost0

Publié le 9 Juin 2017

L'actrice a choisi un projet audacieux pour faire son retour au cinéma.

Après s'être fait remarquer pour son long métrage Les Rencontres d'après-minuit, dans lequel il faisait jouer Alain-Fabien Delon, le réalisateur Yann Gonzalez s'attaque à un nouveau projet : Un couteau dans le coeur. Au casting, pas moins que Vanessa Paradis ! 

Un couteau dans le coeur nous plonge dans un "thriller d'amour et de mort situé dans le milieu pornographique homosexuel de la fin des années 1970, à Paris. Entre références au giallo italien et au slasher américain, le film organise un ballet flamboyant et lyrique autour d'Anne, une productrice dévastée par la passion et ses démons intérieurs, qui sera interprétée par Vanessa Paradis". C'est ainsi que le prochain film de Yann Gonzalez est présenté par le comité de sélection Arte France Cinéma, qui soutient le projet. 

Une oeuvre qui promet d'être audiacieuse avec l'actrice Paradis, que l'on n'a pas vue depuis Sous les jupes des filles en 2014. L'ex-compagne de Johnny Depp a toutefois continué de faire l'actualité à travers le prisme de sa fille Lily-Rose Depp, qui a fait ses débuts en tant qu'égérie de la maison Chanel, marchant dans les pas de sa maman, mais aussi en raison de la couverture du magazine Vogue où l'interprète de Tandem a posé fesse presque nue.

Source purepeople

Voir les commentaires

Rédigé par Michael

Publié dans #sorties cinéma, #cinéma gay

Repost0

Publié le 8 Juin 2017

Découvrez les premières images d'Embrasse-moi !, la première comédie d'Océanerosemarie adaptée de sa pièce de théâtre à succès.

Avec son premier film Embrasse-moi !, la chanteuse et auteur Océanerosemarie porte à l'écran son spectacle La Lesbienne invisible, variation autobiographique et comico-militante saluée de sa vie de jeune lesbienne. Une envie de longue date pour l'auteur, qui désespérait de voir enfin au cinéma une comédie romantique entre deux femmes. Exit cette fois les questions militantes ; la jeune femme a voulu écrire avec Cyprien Vial, le réalisateur du remarqué Bébé Tigre, un film sans coming-out ni combat social, mais qui épouse parfaitement les codes classiques du genre : "Une rom-com 2.0 : universelle, pop et populaire, tendre, drôle et solaire ! Je rêvais que des lesbiennes puissent être les héroïnes lambda de cette forme de cinéma mainstream".

Pari semble-t-il réussi, à en juger par ces premières images doucement euphoriques. Océanerosemarie, qui garde son pseudo à l'écran, s'éprend de la lunaire Alice Pol (Cécile), qui a cartonné au box-office en 2016 dans RAID Dingue, le dernier film de Dany Boon. Célibataire endurcie, cette dernière semble d'abord insensible aux charmes de sa prétendante ostéopathe, dont le train de vie fêtard et débridé est aux antipodes de ses envies. Soutenue par une bande d'amis soudés (dont Grégory Montel, vu dans Dix Pour Cent), des ex très présentes (Nicole Ferroni, Laure Calamy, aussi vue dans Dix Pour Cent) et une mère qui n'a pas sa langue dans sa poche (Michèle Laroque, hilarante), notre héroïne mettra tout en oeuvre pour séduire celle qu'elle pense être la femme de sa vie. Y parviendra-t-elle ?

Réponse le 5 juillet prochain.

Source allociné

Voir les commentaires

Rédigé par Michael

Publié dans #sorties cinéma, #cinéma gay, #lesbien

Repost0

Publié le 7 Juin 2017

L'humoriste a glissé quelques confidences sur sa vie amoureuse.

Alors qu'il célèbre cette année ses 30 ans de carrière, Pierre Palmade a accordé ce mercredi 7 juin une nouvelle interview au magazine Gala, entretien lors duquel il se confie sans langue de bois sur sa vie intime.

Avec beaucoup de fraîcheur et de recul, l'humoriste de 49 ans a ainsi confié qu'il était de nouveau célibataire après avoir rompu avec son précédent compagnon. "Je suis séduis beaucoup, mais on me quitte aussi beaucoup", a-t-il malicieusement glissé. Conscient d'avoir du succès avec les hommes mais d'être aussi très "exigeant" et d'avoir beaucoup de "caractère", l'acolyte de Michèle Laroque a également livré son atout principal lorsqu'il tente de séduire : le rire, bien évidemment. "Je suis homosexuel, tout le monde le sait et, entre mecs, il peut y avoir une concurrence. Un homme drôle est une menace pour un autre homme drôle. (...) Je suis plutôt bon dans l'exercice de la séduction. Ma démarche entière, dans la vie, est érotique. Je veux plaire. Sur scène comme dans l'intimité", a-t-il déclaré.

À BIENTÔT 50 ANS, IL VEUT DEVENIR PAPA

À l'aube de la cinquantaine, Pierre Palmade s'est également confié sur le temps qui passe, affirmant qu'il se sentait bien mieux dans sa peau aujourd'hui. "Pour un homme qui ne s'est jamais senti beau, ça va, je me bonifie. Je vais mieux que quand j'avais 40 ans, cette étape violente où je suis passé du statut de mec cool à celui d'institution auquel on disait : 'Bonjour Monsieur, ma mère vous adore'", a-t-il poursuivi. Assagi, celui dont le prochain spectacle s'intitule Aimez-moi a conclu son interview en révélant que son souhait le plus cher était de devenir enfin père de famille. "C'est dans mes projets. Je sens mon horloge biologique qui sonne l'alarme. J'en ai très envie. Ça m'évitera de me regarder le nombril."

Côté actualité, l'artiste sera mis à l'honneur le 16 juin prochain dans l'émission On se refait Palmade ! (diffusé sur France 3), un spectacle de ses sketchs cultes célébré en hommage à ses trente années de carrière. Onze artistes seront à ses côtés sur la scène du théâtre de Paris : Max Boublil, Alex Lutz, Baptiste Lecaplain, Arnaud Ducret, Lorànt Deutsch, Olivier de Benoist, Arnaud Tsamere, François Rollin, Jeanfi Janssens, Jean-Baptiste Maunier et Virginie Hocq ont tous répondu présent.

Retrouvez l'intégralité de l'interview de Pierre Palmade dans le magazine Gala en kiosques le 7 juin 2017

Source purepeople

Voir les commentaires

Rédigé par Michael

Publié dans #people

Repost0

Publié le 7 Juin 2017

La controversée et subversive écrivaine se confie sur un sujet dont elle parle peu, la maternité.

Alors que vient de sortir, en mai, son dernier roman Vernon Subutex 3, Virginie Despentes revient sur le devant de la scène littéraire en concluant sa trilogie de manière magistrale. Une page qui se tourne pour la reine de la littérature trash, l'occasion aussi de faire un point sur sa vie et sur ce qu'est devenue l'ado rebelle et punk, passée écrivaine incontournable et souvent dérangeante.

Dans une interview accordée à Marie Claire, elle avoue s'être "beaucoup embourgeoisée", loin de l'image un peu crade de l'artiste torturée, en proie aux addictions à la drogue et à l'alcool qui fit son succès. L'argent a aidé. "Pour la première fois, je sais que je peux avoir un cancer du sein, le soigner et ne pas tout perdre", lâche-t-elle, consciente toutefois que ce système de soin est en danger. Plus à l'aise socialement, mais tout aussi engagée.

Virginie Despentes, 47 ans, s'est également exprimée sur sa vie personnelle. Elle révèle être amoureuse d'une femme, une tatoueuse, et se confie sur sa vie apaisée. "Ma vie à 27 ans, c'était : je ne peux pas m'arrêter de boire même quand je veux ne pas boire, je prends de la cocaïne, c'est plus du tout festif mais je ne peux pas m'en empêcher, comme de me mettre dans des histoires ultradouloureuses. Je ne contrôlais plus du tout", confesse la romancière et réalisatrice.

Sur la voie de l'apaisement, la machine à best-sellers s'épanche aussi sur un sujet qu'elle a rarement abordé, la maternité. "J'y ai pensé autour de 30 ans et j'ai arrêté d'y penser à 35, lâche l'auteure de Baise-moi et d'Apocalypse bébé. Je suis très heureuse de ne pas en avoir eu ; ne rien faire est vraiment l'activité que je préfère et ça arrive rarement quand tu es maman."

Interview à retrouver en intégralité dans Marie Claire, N° 779 du 3 juin 2017.

Source purepeople

Voir les commentaires

Rédigé par Michael

Publié dans #people, #lesbien

Repost0

Publié le 6 Juin 2017

Du 16 au 18 juin se tient au cinéma Omnia République de Rouen le festival de cinéma LGBT, « Ciné Friendly ». Présenté par l’association Gay’T Normande, ces trois jours consacrés à la production cinématographique gay internationale est l’occasion de révéler une production artistique aussi soignée que nécessaire.

Cette troisième édition réalisée sous le parrainage du romancier Sébastien Monod – lui même bachelier en cinéma – vous offre ce que le 7ème Art fait de mieux pour la cause. Loin des paillettes du cinéma américain de Deauville, la troisième édition vous réserve même une programmation plus exceptionnelle que jamais. On saura remarquer notamment le film d’ouverture « Closet Monster », un long-métrage canadien multi-primé sur une quête de soi à la fois réaliste et poétique.

Pour la plupart diffusés en avant-première voire en exclusivité (comme « Teenage Kicks » de l’australien Craig Boreham), les projections prévues de courts et longs-métrages sont l’occasion de (re)découvrir la richesse et la variété du cinéma LGBT à travers le monde : De l’Argentine à l’Australie, de l’Allemagne à l’Italie, c’est avant tout le caractère international du cinéma qui est mis à l’honneur. À travers ses 7 longs-métrages, ses 7 courts métrages, ses 4 avant-premières et ses 3 exclusivités, ces trois jours de cinéma dévoilent sans complaisance toutes les facettes de l’homosexualité actuelle et, qu’il s’agisse de drames ou de comédies, ils ouvrent au débat et à la réflexion.

 

Car en effet, le Ciné Friendly, c’est l’occasion de se familiariser avec les grands enjeux LGBT. Allant du coming out à l’homo-parentalité, de l’insouciance adolescente aux violences encore faites aux gays, ce festival ouvert à tous apparaît aussi artistique que nécessaire.

S’il montre à la fois tous les horizons, les attentes, les peurs et les accomplissements des individus homosexuels, il n’en demeure pas moins l’occasion de débattre et d’échanger à la suite de chaque projection, ce dans une ambiance conviviale et multi-culturelle.

 

Plus d’infos : www.facebook.com/CineFriendly/

 

Source garçonmagazine

Voir les commentaires

Rédigé par Michael

Publié dans #festival gay, #cinéma gay

Repost0

Publié le 6 Juin 2017

Le génial comédien, fameux assistant gay dans la série à succès "Dix pour Cent", parle amour et jalousie.

 

Le grand public l'a adoré dans Dix pour Cent, série imaginée par Dominique Besnehard dans laquelle il excelle dans la peau de l'assistant gay, Hervé, joyeux luron passionné, excessif, poétique, chaleureux. Derrière le personnage, Nicolas Maury, un comédien à la voix fluette et reconnaissable qui avait débuté en 1998 chez l'une de ses idoles, Patrice Chéreau, avec Ceux qui m'aiment prendront le train. On l'avait ensuite vu dans Les Amants réguliers, Belle Épine, Let My People Go !, Les Rencontres d'après minuit ou encore plus récemment La Folle Histoire de Max et Léon.

Dans une interview à Marie Claire, celui qui s'apprête à donner la réplique à Vanessa Paradis dans Un couteau dans le coeur de Yann Gonzalez se confie sur sa vie et sa carrière, un mot qu'il "n'arrive même pas à dire". On apprend que Nicolas Maury vient du monde ouvrier, loin du côté chic et dandy qu'on lui confie parfois à l'écran, qu'il a grandi "entouré de femmes magnifiques" (sa mère et ses quatre tantes) qui lui ont ouvert les yeux sur sa véritable nature. On apprend également que Nicolas Maury est "très amoureux". "Longtemps, j'ai cru que je n'étais pas fait pour l'amour", avoue l'acteur de 36 ans qui se dit pessimiste dans la vie intime. Et d'ajouter : "Ça va faire six ans que je suis avec lui, je suis super heureux."

Un amour qui donne des ailes, puisque depuis qu'il est en couple, Nicolas Maury ne cesse de gravir les échelons et de monter en puissance. Il mettra bientôt en scène son deuxième long métrage, sur le thème de la jalousie. "En aimant, c'est arrivé en moi", dit-il à propos de ce sentiment qu'il qualifie de "vrai tabou". De tabou, lui n'en a pas, à l'image des scènes de ménage que la jalousie le pousse parfois à faire. "Du Lars von Trier mélangé à Chéreau, mouliné à des films des années 80 échevelés. Je pourrais avoir des oscars si on me filmait dans mes crises", avoue-t-il malicieusement.

Interview à retrouver en intégralité dans Marie Claire, N° 779 du 3 juin 2017.

Source purepeople

Voir les commentaires

Rédigé par Michael

Publié dans #people

Repost0

Publié le 5 Juin 2017

Pierre Deladonchamps rejoint le nouveau film de Christophe Honoré, "Plaire...", en remplacement de Louis Garrel. Il sera également au casting d'une comédie emmenée par Karin Viard et Clovis Cornillac, adaptée de la pièce "Les chatouilles".

Des retrouvailles étaient annoncées entre Christophe Honoré et Louis Garrel pour une 7ème collaboration... Changement de casting : c'est finalement Pierre Deladonchamps (L'Inconnu du lac, Le Fils de Jean) qui tiendra l'un des rôles principaux du nouveau film d'Honoré, Plaire... (également connu sous le titre "Plaire, baiser et courir vite"). Il donnera la réplique à Vincent Lacoste (Victoria, Hippocrate), dans cette histoire d'amour qui se déroulera dans les années 90.

Le scénario de Christophe Honoré se déroulera en 1994, entre Rennes et Paris, et suivra l’attraction amoureuse entre un jeune étudiant et un écrivain de théâtre au temps du sida et de la britpopse. Jacques, écrivain et auteur de théâtre à Paris, et Arthur, étudiant à Rennes. Ils se croisent au détour d'une salle de théâtre et de cinéma. Ils vivent une histoire, dans une période compliquée : Les années 90. L'amour plane avec la mort. La tendresse se bat contre le désespoir, la vie continue envers et contre tout. Denis Podalydès est également annoncé au casting. Le tournage doit commencer la semaine prochaine en Bretagne (Binic et Rennes), puis à Paris et Amsterdam.

Pierre Deladonchamps sera également dans la distribution des Chatouilles d’Andréa Bescond et Éric Métayer, aux côtés de Karin Viard et Clovis Cornillac, Andréa Bescond, Grégory Montel (Dix pour cent), Carole Franck et Gringe (Comment c'est loin). Il s'agira d'une adaptation de la pièce du même nom. Comme le rapporte Le Film Français, Les chatouilles raconte, avec humour et poésie, le chemin de vie d'Odette (Andréa Bescond), jeune femme brisée par les violences sexuelles qu’elle a subies enfant. Elle va raconter son parcours, aussi dramatique que cocasse, et puiser sa force dans la danse, sa passion. Un voyage bouleversant qui la conduira à la résilience.

Les Chatouilles, produit par Les Films du Kiosque (François Kraus et Denis Pineau-Valencienne) est actuellement en tournage en région parisienne, pour 7 semaines.

Source allociné

Voir les commentaires

Rédigé par Michael

Publié dans #sorties cinéma, #cinéma gay

Repost0