Publié le 4 Juillet 2017

 

La culture Queer de retour à la Gaîté lyrique

Le rappeur travesti Mykki Blanco, la Dj new-yorkaise Venus X aux platines d'une discothèque en plein air et le roi des "bears" de San Francisco Big Dipper sont les têtes d'affiche du deuxième festival des cultures Queer, dédié à l'expression artistique des minorités sexuelles et organisé à Paris du 6 au 9 juillet.

"Le mot Queer est d'abord une insulte. En anglais, ça veut dire tordu, bizarre... La culture Queer désigne tout ce qui sort de la norme hétérosexuelle et patriarcale", explique Benoît Rousseau, cocommissaire du festival "Loud & Proud" ("Fort et Fier") qui se déroule pendant 4 jours, à la Gaîté lyrique.

Des artistes comme Madonna ou Rihanna ont mis au centre de leur création la culture Queer. Depuis plusieurs années, des prix récompensent des films aux thématiques homosexuelles, bisexuelles ou transsexuelles : le Teddy Award à la Berlinale et la "Queer Palm" à Cannes.

Concerts, films en avant-premières dont le biopic sur "Tom of Finland", dessinateur culte du fétichisme gay, ateliers de drag queens, conférences sur l'utopie et les représentations des transsexuels dans les séries TV et le cinéma...: le festival "Loud & Proud" de Paris, lancé en 2015, a pour but de mettre en lumière des artistes et des personnalités LGBT parfois très radicaux et subversifs, tout en questionnant sur les normes sociales et sexuelles.

"On veut questionner, montrer une culture différente, pour faire bouger les lignes et les habitudes", expliquent les organisateurs.

Le festival mettra aussi à l'honneur le "Voguing", danse urbaine inspirée des postures des mannequins dans les pages du magazine Vogue, et née à New York dans les clubs gays à partir des années 70.

Avec la participation du couturier Jean-Paul Gaultier, les meilleurs "vogueurs" français et étrangers se livreront à des performances le 7 juillet.

Parmi les nombreux artistes programmés, Jennifer Cardini, pionnière de la scène techno queer parisienne et artiste phare du Pulp, ancienne boîte lesbienne, le collectif de Djs de San Francisco Honey Soundsystem, mais aussi Deena Abdelwahed, figure émergente de la musique tunisienne de clubs.

Programme complet du deuxième Festival "Loud & Proud" : https://gaite-lyrique.net/loud-proud-2017

Source e-llico

Voir les commentaires

Rédigé par Michael

Publié dans #festival gay

Repost0

Publié le 3 Juillet 2017

10 nouveaux épisodes en vue.

La classe Dear White People a visiblement réussi sa première année. Netflix vient de renouveler le drama universtaire, pour une saison 2, qui comprendra 10 nouveaux épisodes. La production débutera à la fin de l'année. La date de diffusion n'est pas encore annoncée. En coulisses, on retrouvera Yvette Lee Bowser dans le rôle de showrunner, et Stephanie Allain et Julia Lebedeven tant que productrices.

Basée sur le film de même nom (sorti en 2014), Dear White People suit plusieurs étudiants de couleur dans une fac majoritairement blanche. La plupart des épisodes de 30 minutes se consacrent à un personnage particulier. Les critiques de saison 1 avaient été très positives, ce qui a certainement motivé Netflix a resigner le show dès à présent.

On devrait retrouver au casting Logan Browning (Hit the Floor), DeRon Horton (Lethal Weapon), Brandon P. Bell (Hollywood Heights), John Patrick Amedori (Gossip Girl), Antoinette Robertson(Hart of Dixie), Ashley Blaine Featherson (Glee) et Marque Richardson (The Newsroom).

Source première

Voir les commentaires

Rédigé par Michael

Publié dans #séries gay, #Netflix

Repost0

Publié le 3 Juillet 2017

L'amour n'a pas de sexe.

Jennifer Lopez a pris part à la grande campagne de sensibilisation LGBT, initiée par la série américaine The Fosters, qui met en scène dans leur vie quotidienne un couple de lesbiennes et leurs trois enfants. Le show, qui reste pour l'instant encore inédit en France, a voulu sensibiliser le public et a invité les spectateurs à partager leurs histoires, ensuite racontées par les acteurs stars de la série.

La chanteuse, qui est l'une des productrices de la sitcom, y est aussi allée de sa petite anecdote, expliquant pourquoi ce show lui tenait autant à coeur. "J'ai grandi dans le Bronx, et à l'époque, j'ai toujours pensé que ma tante Myrza était la plus cool de toutes. Elle vivait à New York et voulait être actrice. J'adorais aller lui rendre visite en ville et passer du temps avec elle, elle me racontait ses rêves et me faisait part de ses espoirs. Je voulais être comme elle", a-t-elle commencé lors d'un entretien pour le site People.

"Je ne me rendais pas compte des difficultés qu'elle rencontrait parce qu'elle était gay. À l'époque, il n'était pas question de tolérance ni d'acceptation. Ce n'est pas le genre de sujets que l'on abordait autour d'une table pendant les dîners de famille. La vie était bien différente et ça me brise le coeur d'y repenser aujourd'hui. Les gens qu'elles voyaient à la télé ne la représentaient pas, les films non plus. Elle pensait qu'elle était seule", a-t-elle ajouté.

C'est pourquoi Jenny from the Block a tenu à produire cette série hors norme. "Quand j'en ai entendu parler au départ, j'étais un peu hésitante, parce que je savais que ça serait un sujet controversé. Quand on vit sous le feu des projecteurs, c'est le genre de choses auquel on doit penser. Puis j'ai repensé à Myrza, je me suis dit que c'était ce qu'elle n'avait pas eu dans sa jeunesse. Une série qui reflète la société et qui nous apprend que l'amour est plus fort que tout, qu'importe son orientation sexuelle ou son origine, l'amour c'est l'amour. Il s'avère que j'ai vu juste parce que The Fosters va fêter son 100e épisode et, Myrza n'est peut-être plus avec nous aujourd'hui, mais je sais que de là où elle est, elle me regarde et qu'elle est fière. Comme je l'ai toujours été à son égard", a-t-elle conclu.

Coline Chavaroche pour purepeople

Voir les commentaires

Rédigé par Michael

Publié dans #people, #lesbien

Repost0

Publié le 3 Juillet 2017

Le chanteur de 27 ans s'est pris en main en décembre dernier...

Depuis sa participation à la saison 2 de The Voice en 2013, Olympe a bien changé. Sur Instagram, le chanteur a révélé s'être délesté de pas moins de 24,5 kilos. Un avant/après impressionnant...

En légende de ce montage photo, l'interprète de Born to Die en a dit plus sur cette perte de poids incroyable. "Ce métier est cruel et on tombe vite dans un mauvais engrenage, a-t-il écrit. J'ai décidé le 26 décembre 2016 de me reprendre en main. Le travail n'est pas terminé mais c'est un bon début. Ne laissez personne vous détruire !" Dans la foulée, Olympe – qui s'est marié à son chéri Julien en octobre dernier – a ajouté : "Ces dernières années furent pleines de doutes, de déceptions, de peine malgré l'amour qui m'a été donné."

Et pour perdre près de 25 kilos en six mois, le chanteur de 27 ans a vraisemblablement misé sur un "rééquilibrage alimentaire" accompagné de séances de sport intensives, comme il le précise sur Instagram.

En commentaire, la transformation physique d'Olympe a été largement applaudie par les internautes. "Quel changement ! Bravo", "Tu peux être fier de toi, tu es magnifique", "Félicitations pour ce courage et cette volonté sans faille", "J'admire ta détermination, tes efforts ont payé !", ont ainsi lancé certains.

Voir les commentaires

Rédigé par Michael

Publié dans #people

Repost0

Publié le 1 Juillet 2017

Loue-moi
Date de sortie 5 juillet 2017 (1h 29min)
Genre Comédie
Nationalité Français
Léa, 27 ans, n’est pas la brillante avocate qu’imaginent ses parents. En réalité, avec Bertille sa meilleure amie et colocataire, elle a monté une agence proposant de « louer » leurs services pour tous types de missions. De ramasseuse de balles à fille aimante, de conseillère conjugale à belle-fille idéale, Léa jongle avec les identités jusqu’à s’y perdre elle-même. 
Alors quand son amour de jeunesse réapparait et se retrouve mêlé malgré elle à un de ses mensonges, les choses vont rapidement lui échapper… En effet, elle se fait passer pour la petite amie d'un jeune homme qui cache son homosexualité à sa famille.

Voir les commentaires

Rédigé par Michael

Publié dans #sorties cinéma, #cinéma gay

Repost0

Publié le 1 Juillet 2017

Cinéma

Embrasse-moi, romance lesbienne fleur bleue contre les a priori

Avec sa comédie romantique lesbienne "Embrasse-moi", en salles mercredi, l'humoriste et comédienne Océanerosemarie réussit, sur un ton drôle et tendre, à éviter les clichés en traitant comme n'importe quelle romance ce sujet rare au cinéma.

Révélée en 2010 avec un premier one woman show, la comédienne tient le premier rôle et co-réalise ce long métrage avec Cyprien Vial, primé en 2006 à la Quinzaine des réalisateurs de Cannes avec un un court métrage.

Le film met en scène une jeune quadra persuadée d'avoir rencontré enfin la femme de sa vie. Les amours saphiques ne dérogent évidemment pas à la règle de la difficulté de nourrir et d'entretenir les sentiments: Océanerosemarie devra se battre pour conquérir le coeur de Cécile interprétée par Alice Pol, et ne pas la perdre face à des embuches et quiproquos à répétition.

"Toute mon adolescence, j'ai attendu une comédie romantique lesbienne joyeuse décomplexée, dans laquelle la question de l'orientation sexuelle ne constituerait pas un sujet en soi", souligne la réalisatrice dans les notes de production. "À l'époque, les personnages lesbiens au cinéma étaient plutôt des jeunes femmes dérangées tendance psychopathes.

La seule comédie en France avec un personnage de lesbienne, c'était Gazon Maudit. Mais quand tu vis tes premiers émois, tu as peut-être aussi besoin de représentations moins caricaturales..." ajoute Océanerosemarie qui signe une comédie romantique dont les héroïnes sont des lesbiennes assumées, sans coming out ni jugement sociétal.

"Je rêvais que des lesbiennes puissent être les héroïnes lambda, handicapées de l'amour comme tout le monde!" explique l'humoriste et réalisatrice qui assume le côté résolument fleur bleue de son premier film.

"Mon film est politique en soi parce qu'il met à l'image des couples homosexuels ou mixtes, mais il ne contient aucune forme de revendication et ne prêche pour aucun modèle", insiste Océanerosemarie. "Tous les modèles de couples sont aussi beaux que foireux !", souligne-t-elle. "C'est une façon douce de désamorcer les a priori. On veut juste dire que oui, les homos et les couples différents peuvent être heureux, et connaissent les mêmes problèmes que les autres..."

(Source AFP pour e-llico

Voir les commentaires

Rédigé par Michael

Publié dans #cinéma gay, #sorties cinéma, #lesbien

Repost0

Publié le 1 Juillet 2017

Natalie Morales, de la série Parks and Recreation, a fait son coming out sur les réseaux sociaux, vendredi 30 juin 2017. L'actrice américaine de 32 ans a profité du mois de la Fierté, qui donne lieu à des marches LGBT aux quatre coins du monde, pour parler de sa sexualité.

 
 
 
Je ne suis pas attirée par un genre

Sur Twitter, Natalie Morales a écrit : "Je fais mon coming out. Je veux que le monde le sache #PrideMonth." La star a ajouté un lien vers le site Smart Girls(lancé par son ancienne collègue Amy Poehler), qui renvoie vers un long message dans lequel elle s'explique. "Je ne m'aime pas me coller une étiquette, mais si c'est plus facile pour vous de me comprendre comme ça alors je dirais que je suis queer. Ce que queer signifie pour moi c'est simplement que je ne suis pas hétérosexuelle. Point barre. Ce n'est pas effrayant bien que le mot l'ait été pour moi (...) Je ne suis pas attirée par un genre en particulier mais par des gens", écrit-elle. Et l'actrice de confier qu'elle a pris conscience de son attirance pour les filles lorsqu'elle était étudiante et qu'elle est tombée amoureuse d'une camarade de classe prénommée Katy mais qu'elle transformait en Jorgie dans son journal intime par sécurité, pendant les années lycée.

 

J'avais honte et je me sentais sale

 

Dans sa jeunesse, Natalie Morales, qui avait étudié pendant un certain temps dans une école catholique, allait chez un thérapeute, mais elle ne se sentait pas en confiance pour dire ce qui n'allait pas. "J'avais honte et je me sentais sale. Je savais que l'Église disait que c'était mal et Dieu aussi (même si je ne comprenais pas pourquoi tant que ça ne blessait personne). On m'avait mis l'idée en tête que deux femmes qui s'embrassent, c'est dégoûtant", se souvient-elle.

Les choses restent plutôt inquiétantes

 

Aujourd'hui, elle se dit ravie des gros progrès qui ont été faits pour les droits LGBT et pour mieux encadrer les jeunes homosexuels, mais le combat est loin d'être fini. "La raison pour laquelle j'ai décidé de partager avec vous cela, c'est parce que même si dire qu'on est queer ce n'est plus très grave désormais, les choses restent plutôt inquiétantes pour des gens comme moi. Il y a des camps de concentration en Tchétchénie où des gens sont torturés en ce moment même. Dans notre propre pays, 49 personnes ont été tuées et 58 autres blessées l'an dernier juste parce qu'elles dansaient dans un club gay. Nos espaces de sûreté ne le sont plus. Je pense que c'est important que je vous dise que ce visage familier que vous voyez à la télé est le Q dans LGBTQ, de manière à ce que, si vous n'en connaissiez pas avant, maintenant c'est le cas. Je pense aussi que c'est important pour n'importe quel gamin effrayé, comme je l'étais, que je puisse vous dire que cette campagne "Les choses s'arrangent" est vraie. C'est le cas. Et vous n'êtes pas étrange. Pas mauvais. Pas impur. Vous êtes exactement comme Dieu voulait que vous soyez", écrit-elle.

 

Par  Thomas Montet pour purepeople

Voir les commentaires

Rédigé par Michael

Publié dans #people, #Coming out

Repost0

Publié le 1 Juillet 2017

La série queer Sense8 revient pour mieux finir


Nomi, Lito, Sun, Wolfgang et Hernando seront de retour pour un épisode final de deux heures.

Sense8 est une pépite queer rare dans le paysage sériel. Depuis deux ans, les réalisatrices et sœurs trans Wachowski, créatrices de Matrix, régalaient les spectateurs de cette série à la narration travaillée et à l’esthétique raffinée.

Sense8 ce sont notamment des personnages trans, dont celui de Nomi joué par la comédienne trans Jamie Clayton ; des couples gays et lesbiens ; et des scènes de partouzes à vous coller des frissons. Le tout au service d’une ode à l’humanisme.

Le 1er juin 2017, quand la plateforme de diffusion Netflix a annoncé l’arrêt de la série, par voie de communiqué, la colère et le désarroi des fans étaient donc à prévoir. Il faut dire que le choix du moment de l’annonce n’a rien arrangé. Seulement un mois plus tôt, le 5 mai 2017, Netflix dévoilait une deuxième saison brillante malgré quelques couacs. Le tourbillon d’émotions suscité par les 11 épisodes avait réussi à faire oublier le léger remaniement du casting et le passage à une langue unique (l’anglais, bien évidemment…) La sentence du géant de la vidéo à la demande est tombée comme un couperet. En effet, même si Lilly Wachowski avait déjà quitté le projet, sa soeur Lana prévoyait trois saisons supplémentaires.

Une mobilisation de la communauté de fans

Derrière les hashtags #BringBackSense8 et #WhatsGoingOnNetflix, des milliers de fans se sont réunis. Une pétition a été lancée, en 16 langues, et signée par plus de 520 000 personnes. Leur leitmotiv :

Le message que la série véhicule est particulièrement important pour notre société (…) Nous aimerions une explication sensée à cette annulation.

Netflix y a répondu via un post sur le Tumblr officiel de la série. Une réponse qui sonnait comme une fin de non-recevoir. Les raisons invoquées étaient avant tout financières. La série coûtait trop chère (Allociné avance le chiffre de 9 millions de dollars par épisode), pour trop peu de spectateurs.

#Sense8isback

Les fans s’étaient sans doute résignés quand, à la surprise générale, jeudi 29 juin, le compte Twitter de Netflix a posté une vidéo pour annoncer un épisode final de 2 heures.

Source têtu

Avis aux sensitives optimistes, la conclusion de la co-créatrice est une lueur d’espoir pour celles et ceux qui savent qu’une série avec une trame narrative aussi riche ne peut pas être convenablement terminée avec un unique épisode. Même s’il dure deux heures.

Après cet épisode final ? Si cette expérience m’a bien appris quelque chose, c’est que l’on ne sait jamais ce qui peut arriver.

Voir les commentaires

Rédigé par Michael

Publié dans #séries gay

Repost0