Publié le 29 Mars 2018

Selon le scénariste de "Call Me By Your Name", le film oscarisé pour le Meilleur Scénario Adapté était censé contenir des scènes de nudité frontale, contrairement aux dires du réalisateur Luca Guadagnino... A côté de quoi est-on passé réellement ?

Vous êtes allés voir Call Me By Your Name en espérant contempler plus qu'une paire de pêches ? Vous restez terriblement frustrés par la relative pudeur des scènes de sexe entre Elio (Timothée Chalamet) et Oliver (Armie Hammer) ? On va remuer le couteau dans la plaie : ce n'était pas censé se passer comme ça ! En tout cas selon le scénariste James Ivory, qui a récemment déploré dans une interview accordée à The Guardian cette absence de nudité frontale. Un choix assumé par le réalisateur Luca Guadagnino, qui a expliqué que ce débat n'avait pas de sens et qu'il s'agissait d'une décision artistique uniquement. On pourrait effectivement imaginer que c'était une demande de Sony Pictures Classic qui produit le film, afin de le rendre le plus grand public possible.

Mais Ivory s'attaque directement à Guadagnino, en l'accusant de mentir : "Quand Luca prétend qu'il n'a jamais pensé inclure de la nudité dans le film, c'est totalement faux. Il s'est assis dans cette même pièce, à cette même place, en me parlant de comment il voyait les choses (...) C'est juste du grand n'importe quoi !" Selon le journal britannique, les contrats des deux acteurs excluaient la possibilité de tourner des scènes de nudité frontale. Toutefois, Armie Hammer a expliqué à plusieurs reprises que beaucoup plus de scènes de ce type avaient été tournées et qu'il avait été soulagé de constater qu'elles n'avaient pas été conservées au montage.

Ivory explique pourquoi il lui semblait important que le film contienne de la nudité frontale : "Quand des gens se baladent avant ou après avoir fait l'amour, en général ils sont couverts d'un drap dans les films. Et j'ai toujours trouvé ça ridicule. Je ne l'ai jamais fait." Il prend pour exemple son film Maurice, sorti en 1987 : "Vous y voyez tout ce qu'il y a à voir. Pour moi, c'est une manière beaucoup plus naturelle de faire les choses, plutôt que de tout cacher, comme l'a fait Luca dans cette scène où la caméra se tourne doucement vers la fenêtre pour se fixer sur les arbres." Pour rappel, il était prévu à l'origine que Ivory et Guadagnino réalisent ensemble le film, ce qui a dû être annulé pour des raisons de budget. Ivory a alors accepté de vendre le script et de laisser les rènes à Guadagnino. Une collaboration qui n'aurait visiblement pas été des plus simples...

Tout espoir n'est cependant pas perdu, puisqu'une suite, voire plusieurs pourraient voir le jour dans les années à venir.

Source allociné

Voir les commentaires

Rédigé par Michael

Publié dans #sorties cinéma, #cinéma gay

Repost0

Publié le 29 Mars 2018

Alors que la diffusion de la saison 2 de "Riverdale" suit son cours, un constat s'impose : les scénaristes ne savent vraiment pas quoi faire de certains personnages. Josie, Kevin, ou encore Reggie en sont le parfait exemple.

L'article en entier par ici sur allociné

Riverdale : ces personnages qui ne servent vraiment à rien !

Kevin Keller

Oh Kevin (Casey Cott)... Dire qu'on t'aime beaucoup depuis le début de la série relève de l'euphémisme. Mais malheureusement, il faut se rendre à l'évidence : les scénaristes ne savent pas quoi faire de toi et tu mérites mieux que ces quelques petits moments de "gloire" auxquels tu as eu droit (coucher avec des inconnus dans la forêt, aller voir Love, Simon au ciné, et aider Betty à soutirer des infos à Chic en le séduisant par webcams interposées). Il semblerait même que la grande love story gay qu'on espérait pour toi soit sur le point de t'être volée par Cheryl... C'est moche.

Riverdale : ces personnages qui ne servent vraiment à rien !

 Cheryl Blossom

Bon, d'accord, depuis maintenant trois épisodes, Cheryl (Madelaine Petsch) commence a avoir un semblant d'intrigue, grâce à sa relation naissante avec Toni (Vanessa Morgan), la révélation de son histoire d'amour passée avec une certaine Heather, et son séjour forcé en hôpital psychiatrique. Oui, mais avant cela, Cheryl a été sous-utilisée par les scéaristes et Madelaine Petsch n'a, on peut le dire, pas eu l'ombre d'une chose à jouer durant une douzaine d'épisodes. Il était temps de se réveiller, mais on aurait presque envie de dire que c'est un peu tard...

Voir les commentaires

Rédigé par Michael

Publié dans #séries gay

Repost0

Publié le 29 Mars 2018

Offred est-elle vraiment libérée de Gilead ?

"Je m'appelle June Osborne, et je suis libre". Voilà comment se termine ce trailer magnifique de la saison 2 de The Handmaid's Tale (ci-dessous). Une note optimiste, dans un océan de drames. C'est ce qu'on peut retenir de cette vidéo assez terrifiante. Attention spoilers !

Offred tente de s'enfuir et de laisser Gilead derrière elle, mais ça ne s'annonce pas simple. Elle peut au moins compter sur l'aide de Nick, le père de son bébé. Pendant ce temps, le Commander et sa femme Serena sont en panique et ne savent pas comment ils vont faire pour expliquer la disparition de leur Servante aux plus hautes instances.

La trailer fait également revenir Tante Lydia, qui préside une horrible cérémonie de lynchage sur un terrain de football. Des dizaines de Servantes, alignées, vont se faire pendre en public ! On a aussi un aperçu d'un flashback, sur le temps où Serena menait la révolution aux Etats-Unis, qui conduira à l'installation de cette théocratie sanglante.

Enfin, on retrouve Emily et Janine dans ces fameuses Colonies, où "l'on travaille et on meurt". Charmant programme.

La saison 2 de The Handmaid's Tale sera lancée le 25 avril prochain, sur Hulu (et en France sur OCS).

Source première

Voir les commentaires

Rédigé par Michael

Publié dans #séries gay, #lesbien

Repost0

Publié le 28 Mars 2018

 

Il y aura peut-être un mutant queer dans Deadpool 2. Il s'agit de l'acteur britannique Lewis Tan qui jouera le rôle de Shatterstar un membre de la X-Force 

Lewis Tan est connu pour ses rôles dans "Iron Fist" et "Into the Badlands". 

Dans l'univers de la bande dessinée Marvel, Shatterstar est un mutant bisexuel.

Il n'est pas certain que Shatterstar affichera sa bisexualité dans le film, mais cela reste dans le domaine du possible : la bande-annonce montre bien Deadpool en train de saisir les fesses d'acier de Colossus. 

Voir les commentaires

Rédigé par Michael

Publié dans #sorties cinéma, #bisexualité

Repost0

Publié le 28 Mars 2018

Dans le documentaire "Coby", présenté à Cannes l'année dernière, le réalisateur Christian Sonderegger raconte avec justesse et pudeur la métamorphose de Suzanna en Coby. Il nous explique sa démarche avec ce film à l'affiche ce mercredi.

L’interview par ici  sur allociné

Voir les commentaires

Rédigé par Michael

Publié dans #sorties cinéma, #Trans&transgenre

Repost0

Publié le 28 Mars 2018

"Parce que les deux seuls personnages gay doivent obligatoirement se mettre en couple ?"

Depuis la disparition d'Eric, The Walking Dead compte actuellement dans ses rangs deux personnages masculins homosexuels : le guerrier Paul "Jesus" Rovia (incarné par Tom Payne) et le gentil Aaron (Ross Marquand). Pour autant, ce n'est pas pour ça qu'ils vont se mettre en couple dans les semaines à venir :

"J'ai envie de dire aux gens : attendez une seconde !", clame Tom Payne dans TVGuide. "Tout d'abord, le petit ami d'Aaron vient à peine de mourir. Ensuite, nous sommes au milieu d'une guerre, et la dernière chose à laquelle on pense, c'est bien de nouer des liens intimes avec quelqu'un !"

 

Et même dans le futur, l'interprète de Jesus trouverait "quand même bien paresseux" de réunir Aaron avec son personnage. "Parce que les deux seuls personnages gay doivent obligatoirement se mettre en couple ?"

Il faut avouer que les deux se sont à peine parlés depuis qu'ils se connaissent. Et Tom Payne opte même carrément pour le contre-pied : "Ce serait cool si un jour Jesus et Aaron se disaient : "Hé, tout le monde pense que nous devrions nous mettre ensemble, t'as vu comme c'est stupide ?"

En attendant cette conclusion, la saison 8 de The Walking Dead continuera dimanche soir sur AMC et en France sur OCS.

Source première

Voir les commentaires

Rédigé par Michael

Publié dans #séries gay

Repost0

Publié le 28 Mars 2018

La saison 2 de l'anthologie de Ryan Murphy arrive en France,

et elle mérite évidemment le détour.

Tout juste une semaine après sa conclusion aux Etats-Unis, American Crime Story : The Assassination of Gianni Versace débarque en France. La saison 2 de l'anthologie de Ryan Murphysera lancée sur Canal + en prime time, ce jeudi soir. Et après avoir vu les 9 épisodes, on peut vous le promettre, vous ne perdrez pas votre temps, en vous plongeant dans cette nouvelle affaire criminelle sordide, qui bouleversa l'Amérique des années 1990.

Deux Golden Globes et neuf Emmy Awards, la première saison d'American Crime Story était certainement la meilleure série de l'année 2016 (déjà diffusée en France sur Canal +). Il aura fallu attendre 2 ans pour que Ryan Murphy réussisse à monter cette saison 2, qui reprend globalement la même recette : une reconstitution minutieuse, une immersion dans l'époque, et un criminel aussi glaçant que fascinant en tête d'affiche. The Assassination of Gianni Versace n'est peut-être pas aussi bluffante, que The People Vs OJ Simpson, mais elle reste du même calibre. Une série de très grande qualité, véritable étendard de l'âge d'or du petit écran, designée comme une oeuvre haute-couture, avec ses décors grandioses et sa mise en scène luxueuse.

Même si cette saison porte le nom du malheureux designer italien assassiné, ce n'est pas Gianni Versace qui est au centre de l'histoire, mais bien son meurtrier, Andrew Cunanan. Et il faut ici saluer le job réalisé par l'ancien petit chanteur étriqué de Glee. Darren Criss, présent dans chaque plan ou presque, a donné vie à un personnage plus grand que nature, un psychopathe insaisissable, aussi inquiétant qu'attachant, aussi abjecte qu'ensorcelant.

Au fil des 9 épisodes, Ryan Murphy s'attache moins à raconter l'exécution froide et ignoble de Versace, qu'à montrer comment Cunanan est devenu ce tueur fou. Utilisant une narration astucieuse, il remonte le temps, depuis ce fameux 15 juillet 1997 sous le soleil de Miami, jusqu'à son enfance improbable à San Diego, guidée par un père à la fois loser et mégalo, en passant évidemment par les quatre autres meurtres, qui ont marqué le parcours sanglant du garçon. On comprend petit à petit ce qui a pu l'entraîner dans une telle spirale meurtrière. Et on est presque gêné à l'idée de compatir avec sa souffrance. Toute la profondeur incommodante d'American Crime Story est là : peut-on / doit-on justifier ou expliquer les actes d'un tueur en série ?

Si la saison 1 d'American Crime Story était une vraie saga criminelle et judiciaire, cette saison 2 porte en elle un message beaucoup plus social, sociétal même. Tout au long de la vie d'Andrew Cunanan, il est question d'homophobie. Celle de la société américaine, latente, insidieuse. En sous-texte, il y a cette idée de homosexualité vécue comme une honte (le père du meurtrier n'a jamais voulu admettre que son fils était gay), qui aura de terribles conséquences dans le développement personnel d'Andrew Cunanan. Un thème cher à Ryan Murphy.

Finalement, cette saison 2 d'American Crime Story s'épanouit aussi à travers une atmosphère glamoureusement macabre. The Assassination of Gianni Versace se couvre de paillettes, avec son casting en or massif. Penelope Cruz (Donatella) et Edgar Ramirez (Gianni) campent avec exaltation ces deux légendes excentriques de la mode. Et Ricky Martin crève l'écran, en figure tragique, qui a tout perdu en même temps que l'amour de sa vie.

American Crime Story : The Assassination of Gianni Versace, saison 1 en 9 épisodes, sur Canal +, à raison de deux épisodes par semaine, dès le 29 mars 2018.

Source première

Voir les commentaires

Rédigé par Michael

Publié dans #séries gay

Repost0

Publié le 27 Mars 2018

Plus tôt ce mois-ci, Zacc Milne a fait sensation dans le domaine de la danse et  a épaté le public et les juges de Got Talent en Irlande avec son  voguing ballroom.

Pour les demi-finales de Ireland’s Got Talent  , Milne a exécuté une danse épique avec un mélange de chansons, dont «Call Me Mother» et «Cover Girl» de RuPaul.

 

Après une très belle prestation pour la finale, il n'a hélas pas remporté le show.

Voir les commentaires

Rédigé par Michael

Publié dans #programmes télé gay, #danse

Repost0

Publié le 27 Mars 2018

Après avoir été interdit en Tunisie, "Call Me By Your Name" est déprogrammé du Festival International du Film de Beijing. Alors que le régime se durcit en Chine, la romance entre Elio et Oliver a été jugée "déviante" par les organisateurs.

Alors que le régime se durcit en Chine, on apprend que le film Call Me By Your Name de Luca Guadagnino a été retiré de la programmation du Festival International du Film de Beijing par les organisateurs de l'événement. Après avoir été interdit en Tunisie, le film a été pris pour cible en Chine en raison de son sujet et l'histoire d'amour entre Elio et Oliver, finalement qualifiée de "déviante", a été déprogrammée du festival qui se déroulera dans la capitale chinoise du 16 au 23 avril. Bien que l'homosexualité ne soit pas illégale en Chine, elle est désapprouvée par une grande partie de la société chinoise et par un gouvernement toujours plus conservateur. Cela intervient à un moment où les autorités exercent un contrôle de plus en plus ferme sur les films et les œuvres culturelles de manière plus générale, ainsi que sur l'information.

La nouvelle ne devrait pas pour autant empêcher le réalisateur Luca Guadagnino d'avancer sur son projet de suite. Sur le tapis rouge des Oscars, il y a quelques semaines, il confiait qu'il travaillait déjà dessus : "Le film se déroulera 5 ou 6 ans après. Ce sera un nouveau film, avec un ton différent." Dans une interview à Collider, Armie Hammer, qui interprète le rôle d'Oliver, expliquait hier que si une suite devait voir le jour, ce ne serait toutefois pas pour toute suite. "Cela prendra quelques années, délibérément, comme le projet de [Richard] Linklater", a déclaré le comédien, faisant ainsi référence à Boyhood, célèbre pour avoir été tourné sur douze ans afin que les acteurs vieillissent et jouent leurs personnages à différents âges de leur vie. 

Source allociné

Voir les commentaires

Rédigé par Michael

Publié dans #cinéma gay

Repost0

Publié le 27 Mars 2018

La série de l’ex-critique de série aux Inrocks, Olivier Joyard, est encore à voir sur Arte, en replay.

Nous avions rencontré au dernier Festival de la Rochelle ses deux acteurs principaux :

François Vincentelli et Julia Faure.

Peut-on aimer à la fois un homme et une femme, voilà en substance la question que pose la série J’ai deux amours (et surtout son héros joué par François Vincentelli). L’amour version XXIème siècle décrit par la série sans jugement ni moral est multiple : à  son image. Il part un peu dans tous les sens (au propre comme au figuré), heureusement les acteurs et le ton léger des 3 épisodes emportent  rapidement la mise. Nous avons discuté avec (le très bavard) François Vincentelli, heureux de décrocher son vrai premier premier-rôle  et sa partenaire, Julia Faure.

Source première

Voir les commentaires

Rédigé par Michael

Publié dans #séries gay, #bisexualité, #homoparentalité

Repost0