Publié le 5 Novembre 2018

La saison 2 de la série « Les Engagés » est diffusée sur le site de Studio 4 à partir du 12 novembre. La bande-annonce, à découvrir en avant-première sur le site de TÊTU, annonce une saison 2 encore plus politique.

Vous aviez hâte de retrouver Hicham, Thibault et les militantes et militants du Point G ? Nous aussi. Une semaine avant la diffusion de la saison 2 de la web-série « Les Engagés », nous vous dévoilons en avant-première sa bande-annonce.

La transphobie évoquée avec Adrian De La Vega

On en apprend un peu plus sur le très attendu personnage incarné par Adrian De La Vega. Etudiant en école d’ingénieur , il devrait permettre à Hicham d’ouvrir les yeux sur la réalité de la transidentité et la haine qui peut opposer les LGBT entre eux. La question de l’accueil des réfugiés LGBT sera également abordée dans une scène d’action militante qui rappelle celle du Comité de luttes et d’actions queer (CLAQ).

Le personnage de Thibault devrait enfin se confronter à son passé. Hicham affirme le choix de sa famille de coeur plutôt que sa famille de sang, alors que l’association militante LGBT s’oppose de plus en plus frontalement à la mairie de Lyon. La saison 2 des « Engagés » est diffusée à partir du 12 novembre sur le site de Studio 4. Elle compte, comme la précédente, 10 épisodes.

Source têtu
Crédit photo : Jean Combier – Astharté & Compagnie.
 

Voir les commentaires

Rédigé par Michael

Publié dans #séries gay, #websérie gay

Repost0

Publié le 3 Novembre 2018

Rédigé par Michael

Publié dans #Musique gay, #lesbien

Repost0

Publié le 3 Novembre 2018

Mika n'a pas eu une enfance facile. Le célèbre chanteur a notamment été victime de harcèlement lorsqu'il allait à l'école. Et les attaques dont il a été victime était à la fois verbales et physiques.

Mardi 6 novembre 2018, Agathe Lecaron lance une nouvelle émission, Suite parentale, à 21h sur France 4. Ce programme qui est un dérivé desMaternelles traitera notamment dans son premier numéro d'harcèlement scolaire et a pu compter sur le témoignage bouleversant de Mika. Le chanteur a accepté de parler de son passé et des maltraitances dont il a été victime.

Dans un extrait diffusé sur Twitter par le compte des Maternelles, le célèbre coach The Voice, confie : "Comme beaucoup j'ai été victime de harcèlement scolaire. Ils m'appelaient le Libanais, le pédé... Pas seulement avec des mots mais avec des trucs, des objets avec des canettes avec des cailloux, que je recevais dans la tête. J'aimerais bien dire que je n'ai pas de cicatrices de cette période de ma vie mais ça serait un mensonge et bien sûr j'en ai."

Ce n'est pas la première fois que Mika évoque ce douloureux passé. En 2015, dans Le Divan de Marc-Olivier Fogiel, le chanteur de 35 ans avait raconté que c'est lorsqu'il vivait avec sa famille à Londres qu'il a été la tête de turc de sa classe et que même son professeur s'en était pris à lui. "Elle était vraiment très destructrice. Chaque fois que je parlais, je devais par exemple rester debout sur une chaise pendant une heure et elle écrivait des comptines sur moi et sur une fille de la classe et tout le monde devait les réciter (...) Je ne voulais plus aller à l'école mais j'étais obligé, alors j'ai décidé de ne plus parler". Un traumatisme que l'on comprend totalement.

Source purepeople

Voir les commentaires

Rédigé par Michael

Publié dans #people, #homophobie

Repost0

Publié le 2 Novembre 2018

Jake Borelli, l'acteur de 27 ans qui interprète Levi Schmitt dans la série médical  Grey's Anatomy, a fait son coming out jeudi soir sur Instagram. Son article fait suite à l'épisode de la série dans lequel Schmitt apparaît également comme personnage gay dans la toute première romance masculine de la série avec Dr. Nico Kim (joué par Alex Landi).

Borelli porte un bandana arc-en-ciel et écrit: «En tant que mec gay, l'épisode de ce soir était si spécial pour moi. C’est exactement le genre d’histoire dont j’ai rêvé en tant que jeune garçon homosexuel qui a grandi dans l’Ohio, et je pense pouvoir donner vie au Dr Levi Schmitt alors qu’il commence à lutter contre sa propre sexualité cette saison dans Grey's anatomy . Sa vulnérabilité et son courage m'inspirent tous les jours et j'espère qu'il pourra faire la même chose pour vous. ”

Borelli poursuit: «Tous ceux qui se sentent comme le petit Lévis savent que moi aussi, je suis vu et que nous sommes tous dans le même bateau. Et à tous ceux qui m'ont soutenu au fil des ans, je ne saurais trop vous remercier et je vous aime plus que toutes les stars… »

Dans l'épisode, Schmitt a partagé un baiser avec le Dr Kim après quelques flirts et des moments d'intimité presque manqués. Il est prévu que Landi apparaisse dans au moins quatre épisodes, ce qui nous laisse nous demander combien de temps durera la romance à l'écran. 

Borelli a confié à Entertainment Weekly qu'il a fait son coming out auprès de sa famille et de ses amis il y a dix ans. Il aurait travaillé avec les scénaristes de la série pour s'assurer que son personnage fasse bien lui aussi son coming out.

 

Voir les commentaires

Rédigé par Michael

Publié dans #séries gay, #Coming out

Repost0

Publié le 1 Novembre 2018

Le 20 mars dernier AlloCiné s'est rendu sur le tournage de Millenium : Ce qui ne me tue pas. Voici la troisième partie de notre set visit. Le long métrage sort dans nos salles le 14 novembre.

Après la suédoise Noomi Rapace et l'américaine Rooney Mara, l'actrice britannique Claire Foy - actuellement à l'affiche de First Man - prête ses traits à Lisbeth Salander. Un personnage torturé devenu une véritable icône de la pop culture. Depuis la publication en 2005 du premier roman de la saga de Stieg Larsson, Les Hommes qui n'aimaient pas les femmes, cette hackeuse associale et vengeresse, a tour à tour intrigué, bouleversé ou encore effrayé. Elle est aujourd'hui l'héroïne du film de Fede Alvarez, Millenium : Ce qui ne me tue pas, adapté du roman de David Lagercrantz, qui a repris la saga après le décès de Stieg Larsson.

Rencontre avec Claire Foy, la Lisbeth 2018. l'interview par ici

Source allociné

Voir les commentaires

Rédigé par Michael

Publié dans #sorties cinéma, #cinéma gay, #lesbien

Repost0

Publié le 1 Novembre 2018

Pendant la deuxième saison, la scène de sexe entre Andréa, agent de star lesbienne, et son patron Hicham avait déçu beaucoup de fans. TÊTU a vu en avant-première la saison 3 de « Dix Pour Cent », diffusée sur France 2 à partir du 14 novembre.

A chaque nouvelle saison d’une série, la question se pose : faut-il regarder ou laisser tomber ? Surtout quand la saison précédente vous a laissé sur votre faim. C’est le cas avec « Dix Pour Cent » pour certains – et surtout certaines – d’entre nous.

Un Andréa-gate qui a choqué et déçu (encore un personnage lesbien qui couche avec un homme), des histoires autour des talents de l’agence ASK trop vite expédiées… On vous parle donc de ce qui nous a plu dans la saison 3. Sans spoiler (ou si vous préférez le français, sans « divulgâcher »). Histoire de vous aider à décider si vous serez ou non devant France 2 le 14 novembre.

Des stars plus présentes

C’était le sel de la saison 1. On l’avait un peu perdu lors de la saison 2. Les arcs narratifs autour des actrices et acteurs stars reprennent enfin une place intéressante dans le scénario. Comme au début de « Dix pour cent », leurs histoires se mêlent à celles de leurs agents. Sans que cela semble forcé en termes d’écriture. Ce qu’on avait pu reprocher à la saison 2.

Au menu de la saison 3 (et par ordre de passage) : un Jean Dujardin sauvage, une Monica Bellucci touchante, un Gérard Lanvin paternel, une Isabelle Huppert hyperactive et une Béatrice Dalle puissante. Bref, du très lourd ! Le sixième et dernier épisode de la saison n’accueille pas de guest-star. Parmi ce panel de stars, nous avons eu quelques coups de cœur. D’abord pour Béatrice « Béabombe » Dalle. Mais aussi pour Isabelle Huppert, toujours aussi géniale dans un registre comique.


Hervé, enfin personnage à part entière

Enfin. Il aura fallu attendre la troisième saison pour découvrir le personnage d’Hervé au-delà de sa (plaisante) facette comique. L’unique personnage d’homme gay de la série, joué par Nicolas Maury, connaît des avancées dans sa carrière. Et, ce que l’on espérait le plus, dans sa vie personnelle. Quasi jamais évoquée dans les deux premières saisons, sa vie amoureuse est enfin montrée clairement à l’écran. On ne vous en dit pas plus.

On se réjouit aussi de plusieurs moments intéressants avec la plus ancienne impresario de l’agence, Arlette, notre chouchoute.

Andréa et Colette, la naissance d’une famille lesboparentale

S’il y avait bien un boulet narratif dont on se demandait comment Fanny Herrero (showrunneuse de la série) allait réussir à se débarrasser, c’était celui de la scène de sexe entre Andréa et Hicham. Surtout qu’il avait, vous souvenez-vous, abouti à la grossesse d’Andréa.

Ces neuf mois ont finalement été traités avec humour et sincérité. Avec un regard très intéressant sur la manière dont les proches disent constamment aux femmes enceintes ce qu’elles doivent faire. Mais celui qui cassera les pieds de l’agent de star hyperactifs sans retour de bâton n’est pas encore né.

Dans la saison 2, Colette et Andréa avaient décidé de garder et d’élever ensemble l’enfant à naître. Avec leur histoire d’amour, la saison 3 prend clairement position en faveur des familles homoparentales. Et dénonce les difficultés que peuvent connaître les lesbiennes face à une législation française inadaptée. Un engagement qui rejoint le discours de Camille Cottin (qui incarne Andréa Martel), lors de la cérémonie des Out d’Or 2018, les prix de la visibilité LGBTI :

Au final, la saison 3 de « Dix pour cent » nous a ravis. On la quitte avec cette (bonne) frustration de n’avoir que six épisodes à se mettre sous la dent. Cette troisième vague tient le cap, et rectifie les errances qui nous avaient quelques peu déçu dans la saison 2. L’agence ASK connaît des difficultés inattendues. On se passionne pour la carrière naissante de Sofia (jouée par Stefi Cela). Notre cœur ne sait toujours pas quoi penser du personnage de Matthias. Rebondissement après rebondissement, on continue à aimer le détester et détester l’aimer. Un bon tremplin pour la quatrième (et dernière) saison.


Par Alexis Patri pour têtu

Voir les commentaires

Rédigé par Michael

Publié dans #séries gay, #lesbien

Repost0