Publié le 9 Janvier 2019

 

Grown-ish (Freeform) // 2 janvier // Saison deux

Grown-ish est de retour, de même que Nomi, la meilleure amie bisexuelle de Zoey, qui commencera à explorer provisoirement la communauté homosexuelle de son école à la mi-saison

 

Fresh Off The Boat (ABC) // La saison cinq revient le 4 janvier

Série adaptée du livre d'Eddie Huang Fresh Off The Boat qui retrace son adolescence aux États-Unis dans les années 1990. Né au sein d'une famille d'immigrants taïwanais de première génération Eddie est accro à la culture américaine en général et au hip-hop en particulier. L'histoire commence quand sa famille déménage du Chinatown de Washington D.C. pour Orlando en Floride où son père a acheté un restaurant qui peine à trouver sa clientèle. Sa mère doit composer avec un voisinage très différent de ce qu'elle a connu jusque-là. Quant à Eddie il va devoir trouver ses marques dans son nouveau collège où il n'y a qu'un seul Asiatique : lui !

Avec les personnages queer :

  • Paul Grayson
  • Trey

God Friended Me (CBS) // La saison 1 revient le 6 janvier

Fervent athée, Miles Finer partage ses humeurs dans ses podcasts dans l'espoir d'avoir un impact dans la vie des gens. Le jeune homme voit sa vie bouleversée du jour au lendemain lorsque Dieu l'ajoute en ami sur Facebook et lui suggère des noms d'inconnus. Dès lors, Miles se rend compte que ces profils n'arrivent pas par hasard et qu'il peut influer positivement dans la vie de ces personnes que "Dieu" met sur sa route.

Avec le personnage de 

  • Javicia Leslie (lesbienne)

 

Mainfest (NBC) // La saison 1 revient le 7 janvier

Le vol Montego 828 à destination de New York disparaît des radars sans laisser de traces, avant de réapparaître cinq ans plus tard sans aucune explication. Pour les 191 passagers à bord, le temps ne s'est pas écoulé. Mais pour leurs proches, ces cinq années ont été éprouvantes... Que s'est-il réellement passé ? Comment les revenants vont-ils parvenir à s'adapter ? Sont-ils revenus changés ?

Avec 

  • Sheldon Best dans le rôle de Thomas, arrivé clandestinement en Amérique, qui a fui la brutalité homophobe de la Jamaïque
Good Trouble (Freeform) // 8 janvier // NOUVEAU

Good Trouble  reprend là où  les Fosters se  sont arrêtés: avec Mariana (Cierra Ramirez) et Callie (Maia Mitchell), qui ont déménagé pour Los Angeles, pour commencer leur nouvel emploi.

Avec Alice Kwan (Sherry Cola), leur nouvelle gérante d'immeuble qui est une lesbienne altruiste et très proche de sa famille.

SWAT (CBS) // Retour de la saison 2 le 3 janvier

Il est question de suivre les activités d’une équipe du S.W.A.T. (Special Weapons and Tactics), une unité paramilitaire de la police de Los Angeles. Pour faire simple, ce sont ceux qui interviennent dans les situations les plus dangereuses.

Chris est  une femme bisexuelle

Education sexuelle (Netflix) // 11 janvier // Saison 1

The Flash (The CW) // Retour de la saison 3 le 15 janvier

This Is Us (NBC) // La saison trois revient le 15 janvier

Schitt's Creek // saison cinq // 16 janvier

La conseillère municipale lesbienne black «Ronnie» n'est pas vraiment un personnage principal de Schitt's Creek.. Catherine O'Hara et Eugene Levy brillent en tant que parents d'une famille qui a soudainement perdu sa richesse et est contrainte de vivre dans un motel à Schitt's Creek. Daniel Levy joue le rôle de David Rose, un jeune homme bisexuel, délicieusement amer.. De plus, l'actrice queer Emily Hampshire!

Riverdale (The CW) // La saison trois revient le 16 janvier

All-American (The CW) // La saison 1 revient le 16 janvier

Bre-Z joue  Tamia « Coop » Cooper dans  la première saison de All American . Dans «All We Got», la série explore sa relation naissante avec Patience et la honte qu’elles vivent avec leur famille qui ne les acceptent pas pleinement.

  •  
Star Trek Discovery (CBS All Access) // 17 janvier // Saison deux

En 2018, Discovery a introduit le premier couple gay canon de la franchise, Paul Stamets et Hugh Culber, puis a rapidement assassiné Culber. Grâce à la magie de la science-fiction et de l’indignation sur Internet, Culber revient pour la deuxième saison. Tig Notaro rejoint également le casting: dans le rôle de Denise Reno, ingénieur en chef (vraisemblablement lesbienne)

Grey's Anatomy (ABC) // La saison 15 revient le 17 janvier

Murder (ABC) // La saison cinq revient le 17 janvier

Shameless (Showtime) // 20 janvier // Saison 9

High Maintenance (HBO) // 20 janvier // Saison Trois

Un dealer de stupéfiants navigue dans New York pour effectuer ses livraisons pour le moins spéciales auprès de clients tous plus névrosés et atypiques les uns que les autres.

On y retrouve des personnages non binaires, des gays  Latinx, 

Supergirl (The CW) // La saison quatre revient le 20 janvier

Charmed (The CW) // La saison 1 revient le 20 janvier

Black Lightning (The CW) // La saison deux revient le 21 janvier

The Magicians (SyFy) // 23 janvier // Saison Quatre

Avec Daniella Alonso : le roi des pirates  et quelques magiciens gays. Selon les interviews, dans la nouvelle saison, Margo est bisexuelle.

Siren (Freeform) // 24 janvier // Saison deux

La saison 2 de Siren promet de nous en dire plus sur l'action du groupe de la saison 1, où la sirène Ryn semble être à la fois folle de Maddie et de son petit ami. Et cela promet également plus de sirènes, alors, espérons que toutes les sirènes sont sexuellement fluides! Il semble que certaines d’entre elles travailleront contre Ryn et d’autres avec elle pour tenter de se fondre dans l’économie afin de sauver leur espèce.

Legacies (The CW) // La saison 1 revient le 24 janvier

Voir les commentaires

Rédigé par Michael

Publié dans #séries gay, #lesbien

Repost0

Publié le 9 Janvier 2019

David's Bridal, la plus grande chaîne américaine de magasins de mariage, a présenté, pour la première fois, un couple de même sexe dans sa nouvelle publicité.

«Nous valorisons chaque type de mariée."

Voir les commentaires

Rédigé par Michael

Publié dans #Pub gay, #mariage gay

Repost0

Publié le 9 Janvier 2019

L’acteur Tommy Martinez incarne Gael dans la série « Good Trouble », le spin-off de « The Fosters ». Il joue également le rôle de Malachi dans « Riverdale ». Il s’est récemment confié sur sa bisexualité.

« C’est la première fois que je le dis publiquement. » L’acteur Tommy Martinez s’est confié sur sa relation avec un homme il y a une dizaine d’année, lors d’une séance de questions-réponses pour la série « Good Trouble », organisée par The Advocate. Il incarne Gael, dans cette fiction qui est un spin-off (soit la suite) de « The Fosters ». L’acteur avait jusqu’à présent gardé cette histoire secrète auprès ses proches et de son public.

Tommy Martinez, qui dévoile une partie de l’intrigue de la nouvelle série, explique que les interrogations de son personnage autour de sa bisexualité ont fait écho aux siennes. Le rôle lui a donc parlé dès qu’on le lui a proposé. « Je me retrouve complètement en Gael », a-t-il déclaré au public.

Servir de modèle aux LGBT hispaniques

Selon Tommy Martinez, il est particulièrement difficile d’être LGBT et out aux Etats-Unis lorsqu’on est issu de la communauté hispanique. « Là où j’ai grandi, c’était quelque chose dont on ne parlait jamais, explique-t-il. Je connais encore beaucoup de camarades de lycée qui sont gays et encore dans le placard. »

L’acteur dit également être très fier d’incarner le personnage de Gael, parce qu’il pense qu’il pourra aider des LGBT hispaniques à s’accepter et à affirmer leur identité auprès de leurs proches.

Tommy Martinez joue le rôle de Malachi dans « Riverdale ». Il est également apparu dans les séries « NCIS » et « Shameless ». « Good Trouble » est diffusée depuis le 8 janvier 2019 sur la chaîne américaine FreeForm.

Source têtu


 

Voir les commentaires

Rédigé par Michael

Publié dans #people, #séries gay, #bisexualité

Repost0

Publié le 9 Janvier 2019

L’arrivée de RuPaul dans la série qui suit les ex-femmes d’un couple gay promet des scènes hilarantes. Les première images de la saison 5 de « Grace and Frankie » viennent d’être publiées.

La relation promet d’être explosive. Netflix dévoile les premières images de la saison 5 de « Grace and Frankie ». On assiste notamment à la rencontre entre le personnage joué par Jane Fonda (Grace) et celui de RuPaul (Benjamin), à coups de « Putain, t’es qui ? ».

Cette bande-annonce montre que Grace et Frankie, les deux ex-femmes d’un couple gay, tentent de récupérer leur maison, après s’être échappées de la maison de retraite à la fin de la saison 4. Problème : leur demeure commune a déjà été vendue. A Benjamin, nouveau personnage joué par RuPaul.

De son côté, le couple Sol et Robert (les ex-maris de Grace et Frankie) semble approfondir leur relation avec le sexy Roy. Et les enfants de Grace et Robert et de Frankie et Sol semblent plus désespérés que jamais par leurs parents.

La saison 5 de « Grace and Frankie » sera diffusée sur Netflix à partir du 18 janvier 2019. 
 

Source têtu

Voir les commentaires

Rédigé par Michael

Publié dans #séries gay, #Netflix

Repost0

Publié le 9 Janvier 2019

Quelque part entre « Skins », « Freaks and Geeks » et « Master of Sex », la nouvelle série Netflix « Sex Education », avec Gillian Anderson, parle de la sexualité des ados comme aucune autre auparavant. Avec à la clé des fous-rires et des conseils pour tous les âges.

Une simulation d’orgasme masculin dès la première minute. La préparation d’une masturbation dans la suivante. En deux minutes, « Sex Education » donne le ton. Et fait pénétrer le spectateur au coeur du sujet. Celle de la sexualité maladroite et drolatique d’ados. Chauds comme des baraques à frites, ils vont bénéficier d’une aide inespérée.

La nouvelle série de Netflix suit Otis, un ado vierge et introverti qui connaît tout ou presque sur le sexe. Il faut dire que sa mère, jouée par la géniale Gillian Anderson, est sexologue. Il monte un cabinet clandestin de thérapie sexuelle et de couple avec Maeve, fille rebelle de son lycée. Et passe le reste de son temps à traîner avec son meilleur ami Eric, ouvertement gay et aussi paumé que lui.

Pénis en gros plan et humour british

Ces consultations offertes par Otis sont l’occasion de judicieux rappels pour les spectateurs de tous âges sur le plaisir sexuel, la drague, le consentement, etc. Des séquences toujours drôles, d’autant que les (très bons) conseils proviennent d’un ado vierge de toute relation sentimentale ou sexuelle. Le camarade de classe qui nous a tous manqué à un moment ou à un autre de notre vie.

Si les scènes de nu sont bien plus justifiées (et moins nombreuses) que dans « Game of Thrones », préparez-vous quand même à quelques images… frontales. Pas sûr donc que regarder « Sex Education » dans les transports en commun soit la meilleure idée. C’est au contraire bien au chaud chez vous que vous serez le mieux pour profiter de l’humour british et parfois trash de la série. Et pour apprendre que « rien ne dit ‘Joyeux avortement’ aussi bien qu’un bouquet ».

A noter également, l’excellente bande son de la série. Plutôt rock et drôlissime. Les paroles chaque chanson viennent répondre comme une blague, souvent graveleuse évidemment, à l’action des personnages.

Sexualités LGBT, supplément galères adolescentes

Mais là où « Sex Education » est vraiment réjouissante, c’est dans sa manière de raconter la sexualité adolescente. Et notamment celle des ados LGBT. Des personnages nombreux, avec des profils et des degrés d’activité sexuelle variés. Notre coeur fond évidemment pour Eric, le meilleur ami d’Otis. Joué par Ncuti Gatwa, le personnage out auprès de ses amis galère autant que les autres. Pas facile de se trouver un mec dans la campagne anglaise. Surtout quand les scénaristes ont la finesse de ne pas mettre en couple les deux seuls ados ouvertement gays du lycée. Une situation bien plus réaliste que la plupart des teen movies.

Dans les consultations que donne Otis à ses camarades, les sexualités LGBT sont traitées de manière égale à celles des hétéros. Sans que leur particularité ne soit niée. Il faut dire que « Sex Education » ne craint pas de rentrer dans les détails quand il s’agit de sexe. Pour ne citer qu’elle, la scène de « tuto fellation » collectif  nous a plié.

La représentation des LGBT va bien au-delà de la question sexuelle. En témoigne la subtilité avec laquelle « Sex Education » introduit les deux mères d’un personnage, sans jamais insister sur le sujet façon « regardez comme on coche bien toutes les cases ».

Maeve et Jean, une ado et une quinqua totalement badass

La série séduit aussi grâce à deux personnages féminins forts. D’abord Jean, la mère d’Otis. La sexologue jouée par Gillian Anderson est la mère la plus cool et la plus gênante imaginable. Totalement libérée, elle multiplie les conseils sexuels envers son fils. Sans aucun filtre. L’actrice parvient à rendre ce personnage sexy en toutes circonstances. Même lorsqu’elle rote sa soupe.

Mais c’est pour Maeve que notre coeur fond réellement. C’est cette ado rebelle qui a l’idée de génie du cabinet clandestin de thérapie sexuelle. Joué par Emma Mackey, son personnage s’avère très vite beaucoup plus intéressant et complexe que celui de la râleuse aux cheveux roses. Et pour ne rien gâcher, c’est une grande lectrice de Virginia Woolf.

Source têtu

Voir les commentaires

Rédigé par Michael

Publié dans #séries gay, #Netflix, #lesbien

Repost0

Publié le 9 Janvier 2019

Hommage

Au théâtre, Christophe Honoré redonne vie à ses Idoles fauchées par le sida

Après avoir séduit à Cannes avec son film "Plaire, aimer et courir vite", le réalisateur français Christophe Honoré se tourne vers le théâtre où il redonne vie à six figures qui l'ont marqué, ses "Idoles", fauchées par le sida dans les années 90.

 

Cette pièce-hommage aux cinéastes Jacques Demy et Cyril Collard, au critique Serge Daney, aux auteurs Bernard-Marie Koltès et Hervé Guibert ainsi qu'au dramaturge Jean-Luc Lagarce -ses "parrains" comme Christophe Honoré les désigne - sera donnée à partir de vendredi au théâtre de l'Odéon à Paris après avoir été créée à Lausanne (Suisse).

"Je me suis focalisé sur ces six artistes très importants pour moi à l'époque et qui représentaient chacun dans leur domaine des figures fortes", avait expliqué en septembre le cinéaste. Il souhaite, grâce à eux, parler des années 90, dont l'"héritage est souvent évacué aujourd'hui, comme absent, comme si c'était une espèce de période dont on avait vite voulu se débarrasser".

Les années 90 ? "C'était la fin de la fête", affirme l'auteur du film "Les Chansons d'amour" qui ajoute: "moi j'avais 20 ans et forcément j'avais plutôt envie que ce soit le début". Le chômage, la crise, "un avenir moins glorieux que nos parents", la guerre en Irak et "évidemment le sida qui, quand (...) vous démarrez vos histoires d'amour, vos histoires sexuelles" est un traumatisme, "que vous soyez homosexuel ou hétérosexuel".

Le sida, justement, c'est un point commun de ces six personnages. Etudiant breton dans les années 90, "complexé", passionné de cinéma et de littérature, Christophe Honoré ne rêvait "que d'une chose, c'était de les rencontrer". "Je suis arrivé à Paris en 1994 et ils étaient tous morts du sida. Et je suis toujours inconsolable de l'impossibilité à un moment d'avoir pu payer ma dette envers eux", raconte-t-il.

Collard et ses "Nuits fauves" qui emmenaient le sida vers le romantisme, Guibert, cet écrivain "insensé" au "visage angélique et émacié" sur le plateau d'Apostrophes, Demy et ses comédies musicales, Lagarce et Koltès rentrés parmi les auteurs français les plus joués... "Moi, j'aurais l'impression d'avoir fait mon travail si les spectateurs sortent de la pièce en ressentant le manque de ces gens-là", souhaite le réalisateur qui aime autant s'exprimer par le cinéma que par le théâtre ou la littérature.

Mettre en lumière

"Les Idoles" constitue d'ailleurs le dernier volet d'un triptyque unissant ces formes d'expression et né d'une volonté de témoignage de Christophe Honoré. "En France, on a connu un moment un peu difficile, pour les homosexuels mais pas que pour eux, c'était autour de la loi sur le mariage pour tous", explique-t-il.

Pour tous les gens descendus dans la rue à cette époque, il y avait "une légitimité à discriminer certains citoyens pour leur sexualité", justifiant qu'ils n'aient "pas accès au mariage". Et ce constat l'a conduit à réaliser qu'il s'était aveuglé: "je pensais vraiment vivre (...) dans une société très apaisée et réconciliée par rapport à l'homosexualité et je me suis aperçu que c'était beaucoup plus compliqué que ça".

Il décide alors de prendre la parole sur ce sujet alors qu'il ne pensait pas que c'en "était encore un". D'abord par un roman "Ton père", qui évoque son quotidien de papa homosexuel puis avec son film, "Plaire, aimer et courir vite", où il revisite déjà ces années 90, si importantes pour sa formation, à travers une histoire d'amour entre un jeune étudiant breton et un auteur parisien, atteint du sida.

Avec "Les Idoles", Christophe Honoré poursuit ce travail, avec comme désir la transmission: "remettre en lumière" ces artistes vénérés dont il n'a pas fait le deuil pour "donner envie aux gens d'aller ouvrir leurs livres, d'aller voir leurs films".

(Source AFP)

Source e-llico

Voir les commentaires

Rédigé par Michael

Publié dans #théatre et culture

Repost0

Publié le 9 Janvier 2019

Voir cette publication sur Instagram

😘 @emmaportner

Une publication partagée par @ ellenpage le

Épanouie et amoureuse, l'actrice canadienne Ellen Page n'a pas résisté à l'envie de partager son bonheur avec ses fans. Ainsi, à l'occasion de son premier anniversaire de mariage, la star a posté une photo de sa femme et elle.

Mardi 8 janvier 2019, Ellen Page a partagé auprès de ses 1,4 million d'abonnés, plusieurs photos d'elle et de sa femme, Emma Portner, afin de célébrer leur premier anniversaire de mariage. Les feux femmes s'étaient mariées discrètement l'an dernier après quelques mois de relation.

"Avant/après un an après avoir convolé en justes noces. Je suis au-delà de la reconnaissance envers tous ceux qui se sont battus pour que nous soyons femme et femme. J'aime cet être humain magique. Je suis putain de chanceuse", a commenté la star de Juno en légende de photos d'elle et d'Emma Portner.

L'actrice de 31 ans (vue dans X-Men, Inception, To Rome with Love...) et sa chérie de 23 ans, professeur de danse jazz, s'étaient rencontrées peu de temps après la rupture d'Ellen Page avec son ex Samantha Thomas. Ellen Page avait été photographiée en train d'embrasser Emma Portner lors d'une sortie dans un café de West Hollywood en juillet 2017. Le mois suivant, le couple avait foulé son premier tapis rouge à l'occasion de l'avant-première du film Flatliners à Los Angeles.

Source purepeople

Voir les commentaires

Rédigé par Michael

Publié dans #people, #lesbien

Repost0

Publié le 9 Janvier 2019

Interrogé par "The Guardian", le mythique acteur américain Robert De Niro s'est longuement livré sur les raisons pour lesquelles il est si virulent contre le décrié président républicain, Donald Trump. Parmi ses raisons, l'une est très personnelle et concerne son clan...

Depuis l'élection de Donald Trump à la Maison Blanche, l'acteur Robert De Niro ne cesse de le tacler, parfois avec vulgarité. Ce qui lui vaut, forcément, l'inimitié du président américain. À l'occasion d'une nouvelle interview, l'acteur de Taxi Driver en a remis une couche.

"Je suis plus âgé maintenant [il a 75 ans, NDLR] et je suis énervé par ce qu'il se passe. Quand vous voyez quelqu'un comme Trump devenir président, bon vous vous dites, ok voyons ce qu'il va faire, peut-être qu'il va changer. Mais il est devenu pire ! Il a montré qu'il était un véritable raciste. Je pensais que, peut-être, en tant que New-Yorkais il comprendrait ce que représente la diversité dans cette ville mais il est aussi mauvais que je le pensais avant et bien pire encore. C'est une honte. Il est une mauvaise chose pour ce pays", clame Robert De Niro dans The Guardian.

L'acteur reproche à Donald Trump de diviser la société américaine, que ce soit par la construction de son mur à la frontière du Mexique, par ses centres de rétention pour migrants ou encore par ses prises de parole ne condamnant pas réellement les nationalistes blancs comme lors des émeutes qui ont enflammé plusieurs villes. Lui-même père de plusieurs enfants métisses, De Niro sait ce que le racisme représente. Et ce n'est pas le seul problème qu'il voit avec la politique du Républicain. "Oui, je m'inquiète, et un de mes enfants est gay, et lui aussi s'inquiète d'être traité d'une certaine façon. Nous en parlons", confesse-t-il. L'acteur est le papa de Elliott (20 ans) et Helen (bientôt 7 ans, née par mère porteuse), issus de son mariage passé avec Grace. Robert De Niro est aussi père de quatre autres enfants : Drena (47 ans) et Raphael (42 ans), dont la mère est son ex-femme Diahnne Abbott, ainsi que les jumeaux Julian et Aaron (23 ans), avec son ancienne compagne Toukie Smith.

Robert De Niro admet avoir été "naïf" de croire que la double élection du démocrate Barack Obama changerait quelque chose quant au racisme qui ronge la société américaine. "Je sentais que nous étions sur quelque chose de nouveau. Je n'avais pas réalisé à quel point certaines personnes étaient farouchement opposées à lui, d'un point de vue racial, effarées par ce qu'il représentait", dit-il. La future présidentielle de 2020 sera peut-être l'occasion d'un nouveau départ pour le pays...

Source purepeople

 

Voir les commentaires

Rédigé par Michael

Publié dans #people

Repost0

Publié le 7 Janvier 2019

InStyle a réalisé comme chaque année des «vidéos dans des ascenseurs», où les invités des Golden globes peuvent être filmés en train de faire quelque chose de stupide, d'impressionnant ou de bizarre alors qu'ils sont supposés être emmenés à la fête.

Il y en a toujours de bons, mais le casting de Black Panther gagne définitivement cette année.

Voir les commentaires

Rédigé par Michael

Publié dans #Golden globes 2019, #humour

Repost0

Publié le 7 Janvier 2019

Victorieux pour son rôle dans Bohemian Rhapsody, l’acteur américain a dédié son trophée au groupe Queen et à son chanteur disparu.

Dans une soirée pleine de surprises, la victoire de Rami Malek pour son rôle de Freddie Mercury a été l’une des plus émouvantes. « Je suis extrêmement touché. J’ai le cœur qui bat à cent à l’heure », a-t-il déclaré après être monté sur l'estrade. Visiblement ému, l’acteur de 37 ans s’est dit honoré de soulever le même trophée que tant d’immenses acteurs. Le comédien d’origine égyptienne a tenu à remercier sa mère et ses amis, avant de rajouter avec humour qu’il allait « sauter sur tout le monde » à sa sortie de scène.

Rami Malek a également rendu hommage aux membres de Queen, Brian May et Roger Taylor, consultants pendant près de 10 ans sur le projet et présents lors de la soirée.  Le jeune acteur a loué la nature « authentique et inclusive » de leur musique. Ses derniers remerciements se sont évidemment adressés au chanteur du groupe légendaire, décédé en 1991. « Merci à Freddie de nous avoir donné la joie de toute une vie. Je t’aime, tu étais incroyable. Cette victoire pour et grâce à toi mon beau », a-t-il partagé, la voix brisée par l’émotion.

Source première

Voir les commentaires

Rédigé par Michael

Publié dans #Golden globes 2019, #Biopic, #cinéma gay

Repost0