Publié le 31 Juillet 2019

Quand une lesbienne et un gay forment un duo d’arnaqueurs irrésistible

Marielle Heller, la réalisatrice de ce film sur les écrans le 31 juillet, brosse le portrait de deux êtres uniques et hauts en couleurs.

Can you ever forgive me ? (Pourrez-vous me pardonner un jour ?) était le titre original de ce film inspiré d’un épisode rocambolesque de la vie de la biographe américaine Lee Israel qui, alcoolique et fauchée, s’est improvisée faussaire de correspondance d’écrivain.e.s célèbres. Les Faussaires de Manhattan était l’outsider surprise des derniers Oscars avec 3 nominations (actrice, second rôle masculin et adaptation du livre éponyme écrit par Lee Israel elle-même). Il faut dire que Melissa McCarthy est surprenante dans ce rôle de lesbienne en galère et que son duo en mode « partners in crime » avec un gay vieillissant interprété par Richard E. Grant est irrésistible !

Character Driven

Dans le langage de l’industrie du cinéma US, on parle de ce genre de film comme étant « character driven » pour insister sur l’importance des personnages et le fait qu’ils soient plus importants que l’histoire elle-même. Si le scénario de cette arnaque épistolaire, adapté du livre autobiographique de Lee Israel sur cette « mésaventure », est simple, le film vaut surtout par le portrait qu’il dresse de ses deux personnages principaux.

Lee Israel a 51 ans et préfère les chats aux humains, les dernières biographies qu’elle a publiées sont soldées, son agent littéraire la snobe et elle n’a plus de quoi payer la chambre de l’hôtel miteux dans lequel elle vit. Elle aime l’alcool, les femmes et la littérature. Jack Hock est un sale gosse quinqua, gay britannique un peu dandy dont « tous les amis sont morts ». Quand ces deux-là se rencontrent devant un verre bien tassé dans le bistro du coin, ils vont se rendre compte de leur amour commun de la débrouille et des plans foireux.

Lee va entraîner Jack dans une arnaque rocambolesque qui consiste à taper, à l’aide de vieilles machines à écrire chinées, de fausses lettres d’écrivain.e.s ou de dramaturges tel.le.s que Noël Coward ou encore Dorothy Parker, et à les revendre à des spécialistes de livres anciens en lien avec des collectionneurs.

L’occasion pour la réalisatrice Marielle Heller (qui avait réalisé The Diary of a teenage girl, sorti directement en VOD en France en 2016 et un épisode de la série Transparent) de faire le portrait de deux êtres uniques et hauts-en-couleur, servi par une mise en scène classique et efficace et un scénario cousu main.

Marielle Heller fait le portrait de deux êtres uniques et hauts en couleur

Melissa McCarthy, comédienne comique américaine qui a débuté dans des séries télés (Gillmore Girls, Mike et Molly, …) avant de connaître une renommée internationale grâce à son rôle dans la comédie Mes Meilleurs amies et d’enchaîner avec plus ou moins de réussite avec Les Flingueuses, Spy ou encore le reboot féminin de SOS Fantômes. Elle excelle dans ce rôle plus sombre et donne à voir une retenue qu’on ne lui connaissait pas encore. Le comédien Richard E. Grant impose depuis 1985 son élégance british dans des univers aussi différents que ceux de Scorsese (Le Temps de l’innocence), d’Altman (Prêt-à-porter, Gosford Park) ou encore des Spice Girls (l’oubliable Spice World) et des séries à grand succès (Game of thrones, Downton Abbey, Doctor Who, …). Il est ici le parfait partenaire de Melissa McCarthy, incarnant un gay malade, cocaïnomane et vieillissant aux saillies cyniques et à l’enthousiasme enfantin communicatif.

Ce duo lesbienne-gay est le réel atout du film, c’est sur eux que repose l’histoire, les dialogues et tout l’intérêt de ce petit film américain qui ne révolutionne rien. Malgré leur légèreté affichée, Lee et Jack laissent entrevoir leurs zones d’ombre, leurs fragilités et leurs efforts pour lutter contre deux fléaux implacables de l’époque moderne : l’oubli et la solitude qui s’attaquent en priorité à celles et ceux qui refusent la conformité.

Source Komitid

Voir les commentaires

Rédigé par Michael

Publié dans #sorties cinéma, #cinéma gay

Repost0

Publié le 30 Juillet 2019

Eastenders est sur le point de faire l'histoire avec la toute première lesbienne musulmane de la série.

Iqra - interprétée par l'actrice Priya Davdra - fera son apparition gay dans un scénario cet été, après qu'il ait été révélé qu'elle envoyait des messages coquins à d'autres femmes.

Une source a confié au Sun: "Iqra s'est battue pour que sa sexualité reste silencieuse, mais la vérité finira par émerger."

Le personnage ne sera pas le premier musulman gay de la série, mais elle sera la première lesbienne musulmane.

Eastenders a récemment progressé avec la représentation des LGBTQ. Il a été annoncé plus tôt cette année que le long feuilleton introduirait un bar queer afin de refléter la diversité de Londres.

«Je suis vraiment intéressé à faire venir plus de personnages LGBTQ», a déclaré la productrice Kate Oakes. «Nous envisageons d'ouvrir un bar gay sur la place, qui deviendra un quartier super cool où les personnages homosexuels et hétérosexuels pourront se détendre.

«Cela devrait être quelque chose de vraiment excitant, vraiment amusant, vraiment visuel et vraiment fidèle à un Londres multiculturel. C'est un mouvement important pour la série qui reflète authentiquement la vie moderne de Londres. "

En 1987, Eastenders présentait son tout premier baiser chaste gay entre Colin Russell (Michael Cashman) et Barry Clark (Gary Hailes).

Deux ans plus tard, la série diffusait son premier vrai baiser entre Russell et Guido Smith (Nicholas Donovan).

À l'époque, les deux scènes ont été critiquées.

Depuis lors, la série a introduit de nombreux personnages LGBTQ, notamment Christian Clarke (John Partridge), Ben Mitchell (Harry Reid), Paul Coker (Jonnh Labey), Irene Mills (Melanie Kilburn) et Kyle Slater (Riley Carter Millington).

Plus tard cette année, Eastenders diffusera sa première marche de la fierté. "Ce sera un événement énorme sur la place, rempli de joie", a déclaré une source au Sun. «Kate pensait qu'avec l'identité londonienne de Walford, il était naturel de lier les deux.

"Mais, comme pour tout événement sur Albert Square, il y aura certainement beaucoup de drame se déroulant en marge de la célébration."

Un porte-parole de Stonewall a déclaré: «Cela fait plus de 30 ans que EastEnders a présenté le premier baiser homosexuel à l'écran du Royaume-Uni. C'est donc un plaisir d'entendre Walford célébrer la fierté. "

Voir les commentaires

Rédigé par Michael

Publié dans #séries gay, #lesbien

Repost0

Publié le 30 Juillet 2019

Un nouvel appel de casting de Marvel Studios révèle que l'univers cinématographique de Marvel pourrait avoir son premier super-héros trans ! 

Le nom de code "Jessica", l'appel de casting est à la recherche d'une actrice trans de n'importe quelle ethnie entre 20 à 30 ans, rapporte Geeks WorldWide. Il est délibérément difficile de savoir exactement à quoi sert le casting, car il pourrait s'agir d'un film de Phase 4 MCU ou de quelque chose de similaire pour une série Disney +.

Les fans des bandes dessinées pensent que le casting serait pour Sera, la seule super-héroïne trans de Marvel, pour le prochain Thor : Love and Thunder film. Le tourage du film commencera l'été prochain. 

"Dans les bandes dessinées, Sera est une Anchorite, un petit groupe d'anges sans ailes gardés dans un temple à Heven, le dixième royaume", écrit Geeks WorldWide. "Sera était la seule parmi les Anchorites à s'identifier comme une femme. Elle était donc la première et, à ce jour, l'unique personnage trans majeure des bandes dessinées Marvel. Elle a été gardée à l'intérieur du temple jusqu'à sa rencontre avec Angela, la demi-sœur longtemps perdue de Thor, et l'a aidée à vaincre un monstre. Pour son aide, Angela a libéré Sera et ils sont restés solidaires au cours de nombreuses aventures à travers les Neuf Royaumes, pour finalement devenir des amoureuses. "

Voir les commentaires

Rédigé par Michael

Publié dans #sorties cinéma, #cinéma gay, #Trans&transgenre

Repost0

Publié le 30 Juillet 2019

Euphoria est-elle prévue pour s'arrêter après 3 saisons ?

"On ne veut pas avoir des gens de 30 ans qui jouent des lycéens !"

Alors que la saison 1 d'Euphoria prendra fin ce dimanche, la série HBO  est d'ores et déjà renouvelée pour une saison 2. La série adolescente reviendra l'année prochaine, mais elle ne pourra pas durer éternellement. En fait, elle devrait même logiquement s'arrêter après trois saisons, si l'on en croit Casey Bloys, le patron de HBO :

"Eh bien, les personnages sont au lycée, il n'y a donc pas beaucoup de saisons possibles. C'est une série qui a une limite de temps", lance-t-il à TVLine.

Pour autant, le créateur de la série Sam Levinson n’a pas encore fixé de date définitive. "Nous suivrons ce qui dit Sam", poursuit Bloys ."Il n'y a pas de plan établi. Mais je ne pense pas que vous vouliez avoir des gens de 30 ans qui jouent des lycéens !"

En France, Euphoria est à voir sur OCS.

Source première

Voir les commentaires

Rédigé par Michael

Publié dans #séries gay, #Trans&transgenre

Repost0

Publié le 30 Juillet 2019

Dear White People, saison 3 - le 2 août

 Dans cette série portée par Logan Browning, DeRon Horton ou encore John Patrick Amedori, des étudiants noirs font face aux affronts quotidiens et aux décisions polémiques d’une prestigieuse fac américain pas aussi "post-raciale" qu’elle ne le paraît.

She Ra et les princesses au pouvoir, saison 3 - le 2 août

Il s’agit d’un reboot de la série homonyme diffusée en 1985, et inspirée de la franchise Les Maîtres de l’univers.Tandis qu’une épée magique fait basculer son destin, She-Ra rejoint la rébellion contre le mal. Sa meilleure amie reste quant à elle au sein de la Horde Sauvage…


 

Glow, saison 3- le 9 août

Glow signifie Gorgeous Ladies of Wresteling, soit les superbes dames du catch. A Los Angeles, dans les années 1980, une bande de marginales et deviennent catcheuses pour la télévision. Une comédie réalisée par l’équipe d’Orange Is The New Black.

Mindhunter, saison 2 - le 16 août

Mindhunter thriller nous plonge à la fin des années 1970. A l’aube de la psychologie criminologique et du profilage criminel, des agents du FBI tentent de cerner la personnalité de nombreux tueurs en série. Dans cette nouvelle saison, les agents Holden Ford et Bill Tench continuent de mener des interviews de meurtriers. Ils devront notamment se confronter au criminel Wayne Williams, le célèbre pour l’affaire Atlanda Child Murders. Il est accusé d’avoir tué au moins 28 personnes, dont des enfants, adolescents et adultes, en deux ans. Au cours de cette enquête, la ville d’Atlanta avait même imposé un couvre-feu, et les enfants avaient l’interdiction de jouer à l’extérieur. Le cas de Charles Manson, le gourou de la communauté La Famille, sera également étudié. Enfin, les abonnés Netflix pourront découvrir les criminels Wayne Henley (impliqué dans une série de meurtres à Houston où 28 adolescents ont été enlevés, violés puis tués par Dean Corll), David Berkowitz (un tueur en série ayant reconnu six meurtres), William Henry Hance (un soldat américain accusé d’au moins trois meurtres) ou encore Paul Bateson.
 

Murder, saison 5 - le 16 août ​​​​​​​

Viola Davise incarne Annalise Keating dans Murder. Cette dernière est une profésseure de droit pénale et une avocate renommée à la tête de son propre cabinet. Chaque année, certains de ses étudiants ont le privilège de travailler pour elle. Pour rappel, la série s’achèvera avec la saison 6. "Cette série a été un tournant dans ma vie ! Je suis tellement fière de cette bande de perturbateurs." avait confié Viola Davis sur son compte Instagram.

Voir les commentaires

Rédigé par Michael

Publié dans #séries gay, #Netflix

Repost0

Publié le 29 Juillet 2019

June n'en a pas encore fini avec Gilead.

Gilead n'est pas encore fini. La plateforme américaine Hulu a annoncé ce week-end, devant la presse américaine, avoir officiellement renouvelé The Handmaid's Tale pour une saison 4.

June aura donc encore l'occasion de se relever et de se battre, pour tenter de sauver sa fille de la dictature des "Commandants".

On ne sait pas encore combien d'épisodes contiendra cette saison 4, mais a priori, elle est attendue pour 2020. Rien ne dit pour le moment qu'il s'agira de la dernière saison.

D'ici là, la saison 3 de The Handmaid's Tale se terminera le 12 août prochain sur Hulu. En France, la série est à voir sur OCS.

Source première

Voir les commentaires

Rédigé par Michael

Publié dans #séries gay, #lesbien, #Ocs

Repost0

Publié le 29 Juillet 2019

DC Universe fait le point sur ses séries.

Dans la foulée du San Diego Comic-Con, le service de streaming de DC Comics a fait le point sur ses séries originales.  On a enfin la confirmation officielle que l'excellente Doom Patrol sera de retour pour une saison 2.

 Deux mois après la conclusion de la saison 1, DC annonce que le nouveau chapitre sera diffusé en 2020, à la fois sur DC Universe mais aussi sur le gros réseau HBO MAX, la future plateforme de Warner Bros.

Source première

Voir les commentaires

Rédigé par Michael

Publié dans #séries gay

Repost0

Publié le 29 Juillet 2019

La série est déjà sûre de revenir jusqu'à la saison 6.

Le Monstre des Hormones a encore de beaux jours devant lui. Netflix vient de commander d'un coup trois nouvelles saisons de Big Mouth. L'excellente comédie animée, nommée aux Emmy Awards, a donc quelques années devant elle.

Alors que la saison 3 sera dévoilée durant l'automne 2019, Big Mouth reviendra ensuite en 2020 et 2021 pour la saison 4, la saison 5 et la saison 6.

"Big Mouth saisit avec brio la phase la plus délicate de la vie, c'est à dire la puberté, d’une manière hilarante et réconfortante", se réjouit Mike Moon, responsable de l’animation adulte chez Netflix, dans un communiqué. "Nous ne pourrions pas être plus enthousiastes à l'idée de poursuivre notre relation avec Brutus Pink et d'apporter davantage d'histoires, plus d'humour et plus d'hormones aux membres de Netflix".

Source première

Voir les commentaires

Rédigé par Michael

Publié dans #séries gay, #Netflix

Repost0

Publié le 29 Juillet 2019

La plateforme est prête à signer tout ce que voudra faire Phoebe Waller-Bridge.

Fleabag n'a jamais été aussi tendance. Récemment nommée 9 fois aux Emmy Awards (dont meilleure comédie et meilleure actrice pour Phoebe Waller-Bridge), la série anglaise cartonne partout dans le monde. Et pourtant, elle est finie !

En effet, la saison 2 récemment diffusée outre-Manche et sur Amazon dans le reste du monde, a été pensée comme la dernière par sa créatrice. Au grand dam de la plateforme de streaming, qui ne désespère par de la faire changer d'avis :

"Rien ne nous ferait plus plaisir que d'offrir à Phoebe Weller-Bridge une saison 3 de Fleabag. Ou n'importe quelle autre chose qu'elle aurait envie de faire chez nous", a confié Jennifer Salke d'Amazon Studios à la presse américainece week-end. "Je suis quelqu'un d'optimiste, alors je reste optimiste jusqu’à ce que ce soit vraiment la fin... Donc j'espère encore ! Fondamentalement, je suis une fan hardcore de Phoebe. Tout ce que Phoebe veut faire, nous sommes prêts à le signer !"

Reste que pour l'heure, aucune saison 3 de Fleabag n'est envisagée par la scénariste anglaise.

Source première

Voir les commentaires

Rédigé par Michael

Publié dans #séries gay, #bisexualité, #Amazon

Repost0

Publié le 29 Juillet 2019

"Ces 13 derniers épisodes s’acquittent vraiment bien d'une tâche impossible sur le papier".

Cette fois, Litchfield a refermé ses portes pour de bon. La comédie dramatique de Netflix a fait ses adieux au terme de la saison 7 sortie ce vendredi 26 juillet sur la plateforme. Alors que vaut la fin d'Orange is the New Black? La conclusion est-elle à la hauteur du phénomène qui a accompagné la série durant la décennie écoulée ? La presse américaine est emballée.

Le Hollywood Reporter explique : "Cette saison de conclusion en 13 épisodes est la saison la plus intense depuis longtemps. Elle nous rappelle à quel point cette série peut être intelligemment politique, énergiquement drôle et dramatiquement dévastatrice."

Newsday a aussi vu "une saison finale émouvante, prenante, qui atteint la plupart du temps des niveaux élevés dans le drama et résout de manière satisfaisante de nombreuses histoires."

Entertainment Weekly est du même avis. D'autant que "terminer une série de longue haleine est un sacerdoce. Les scénarios doivent être finalisés, les questions doivent trouver leurs réponses, les personnages doivent être respectés. C’est une tâche ardue pour un show avec une galerie de personnages aussi vaste. Mais dans l'ensemble de cette saison finale, Orange is the New Black est à la hauteur de ce qu'on attendait d'elle".

Variety va dans le même sens : "Ces 13 derniers épisodes s’acquittent vraiment bien d'une tâche impossible sur le papier : boucler toutes les histoires. Même si des flashbacks répétitifs et de nouvelles intrigues trop ambitieuses déséquilibrent la saison".

CNN conclut en rappelant que le "drama carcéral s'était pris les pieds dans le tapis depuis la mi-parcours. Mais alors qu'il aborde sa dernière saison, il remonte en gamme, en se donnant un sentiment d'urgence et un objectif opportun impliquant immigration et détention."

Source première

Voir les commentaires

Rédigé par Michael

Publié dans #séries gay, #lesbien, #Trans&transgenre, #Netflix

Repost0