Rétrospective des films de Todd Haynes

Publié le 26 Novembre 2007

Les rencontres internationales du cinéma à Paris

du 27 novembre au 4 décembre


Etrange réalisateur, porté aux nues dans les milieux du «nouveau cinéma», star de la mouvance gay, artiste inclassable, en prise avec les courants de la mode. Son nouveau film, «I'm Not There» est une déclinaison infinie sur le personnage de Bob Dylan, une sorte de jeu de miroirs hallucinant et drôle, alors que le précédent, «Loin du Paradis» était une variation stylée sur les formes du mélo. Issu de la peinture, Todd Haynes a également entrepris des études de sémiotique dans les années 1980, avant de se tourner vers le cinéma; son premier court-métrage, «The Karen Carpenter Story» était entièrement joué par des mannequins de bois et des poupées, et est rapidement devenu une sorte d'objet-culte, d'autant plus que les droits ont fait l'objet d'un recours en justice. Son premier long-métrage, «Safe» (1995) était une brillante réflexion sur le phénomène du sida, tandis que «Velvet Godmine» (1998) s'intéressait au monde du glam rock. Auteur de ses propres scénarios, monteur et producteur de ses propres films, nominé aux Oscars, collectionneur de prix et de médailles dans les divers festivals, Haynes est un cinéaste en marge de tous les courants du cinéma américain. Styliste méticuleux, admirateur du cinéma de Fritz Lang, il a une devise, dit-il : «Aller là où personne n'a été.»

Le Reflet Médicis, 3/7, rue Champollion (5e).
L'Arlequin, 67, rue de Bennes (6e); 08-92-68-48-24 ou www.forumdesimages.fr

Rédigé par Michael

Publié dans #sorties cinéma

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article