Cinépride à Nantes

Publié le 10 Mai 2009

Cinépride: «un cinéma qu'on ne verra jamais le reste de l'année»
Par Jean-Philippe Tranvouez

Comme chaque année, le Cinépride investit le cinéma Katorza, pour sept jours de films, de rencontres et de débats autours de l'homosexualité. Rencontre avec les organisateurs l'événement nantais.

 

 

 

Le cinéma LGBT est dans tous ces états à Nantes ! Comme chaque année, le Cinépride investit le cinéma Katorza, pour sept jours de films, de rencontres et de débats autours de l'homosexualité.  Bien sur, ceux qui ont raté le fameux Harvey Milk, de Gus Van Sant, pourront toujours se rattraper. Mais le cinépride, c'est surtout une large programmation de films et documentaires, français ou internationaux, qui abordent tous les thèmes qui touchent les LGBT.

Parmi ces films inédits, certains n'ont jamais été traduits, ni même sous-titrés.  D'autres reviennent en copie neuve pour la première fois en France. C'est le cas du mythique My own private Idaho de Gus Van Sant, à voir absolument. D'autres encore abordent des thèmes d'actualité. On peut citer Mes 2 mamans, documentaire canadien d'Aurore Thériault, qui met en lumière l'évolution de l'accès à l'homoparentalité. Innovation de cette nouvelle édition, le Cinépride 2009 proposera aussi la diffusion de nombreux courts-métrages, dont deux documentaires du CLGBT. Notamment Comment faites-vous l'amour? qui présente le travail du CLGBT en milieu scolaire.

Un festival de rencontres
 La réalisatrice Sophie Laloy devrait notamment s'exprimer sur les thèmes abordés par son film Je te mangerais, un long métrage qui explore les relations entre filles. Côté documentaire, La révolution du désir, qui aborde les synergies entre mouvements féministes et homosexuels dans les années 70 pour un monde plus libre, sera suivi d'un débat avec l'historienne Marie-Jo Bonnet.

Une autre rencontre importante attend les spectateurs, après la projection de Next station nana, un documentaire français de Marina Oboussier et Arthur Manz, qui retrace le parcours transgenre de François, devenu Camille. Elle sera présente pour échange après la séance. Le centre LGBT de Nantes interviendra aussi à l'issue de plusieurs séances. Laurent DelaNuit proposera pendant la soirée Sexe et prédation, un décryptage du film Les prédateurs (ci-dessus, en médaillon). 

En pratique:

Du 13 au 19 mai. La séance: 5,80 € ; Les 5 places : 25 €, en prévente dès le 13 mai. Soirée Sexe et prédation: forfait de 9 € les deux films.

Contact: centre LGBT de Nantes au 02 40 37 96 37

Cinéma le Katorza au 02 51 84 90 60




source tétu

Rédigé par Michael

Publié dans #sorties cinéma

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article