Sortie ciné gay "Persécution"

Publié le 9 Décembre 2009

Cinéma : Persécution de Patrice Chéreau (+ vidéo)

Patrice Chéreau s'est inspiré de ses propres mésaventures pour "Persécution" qui sort dans les salles, le portrait d'un jeune homme tourmenté, incarné par Romain Duris, harcelé sans relâche par un inconnu qui prétend l'aimer.
Le scénario de "Persécution" se base en partie sur une expérience vécue par Chéreau qui fut poursuivi, plusieurs années durant, par un admirateur.

On y suit Daniel (Romain Duris), un garçon au tempérament inquiet qui gagne sa vie en rénovant des appartements, des chantiers où il dort lorsqu'il ne rejoint pas sa petite amie, l'indépendante Sonia (Charlotte Gainsbourg).

Happée par son travail, celle-ci ne comprend pas toujours les angoisses de Daniel, bientôt accrues par la "persécution" dont il fait l'objet, de la part d'un mystérieux voisin (Jean-Hugues Anglade) qui pénètre chez lui par surprise à toute heure du jour ou de la nuit, pour lui déclarer sa flamme.

A l'écoute des autres, Daniel rend visite aux vieillards d'une maison de retraite (joués par Michel Duchaussoy et Tsilla Chelton) et soutient son ami Michel (Gilles Cohen), mais il doit se battre contre ses démons intérieurs.

Son persécuteur semble par moments être une projection d'un Daniel en train de glisser vers la schizophrénie, un double inquiétant et paradoxalement l'élément le plus stable de son existence.

"Je me suis souvenu de ce garçon qui s'est introduit chez moi par la fenêtre, que j'ai retrouvé dans ma chambre et qui m'a harcelé pendant quatre bonnes années" disait Patrice Chéreau à l'AFP en septembre, au dernier Festival international de cinéma de Venise, où le film était en lice pour le Lion d'or.

"A la fin, on a des rapports étranges avec cette relation que l'on n'a pas voulue et dans laquelle on n'a surtout pas envie d'entrer", poursuivait-il.

"Il peut même arriver qu'on le regarde et que dans des moments de calme ou d'introspection honnête, on se dise : 'Finalement, cette passion aveugle n'est pas si loin de moi, je la comprends parce que je peux être habité par la même'. Pas pour lui évidemment, mais dans la façon d'aimer, ça peut se ressembler".

"Daniel n'est pas sympathique tout le temps. Mais il est altruiste, il a envie que les autres s'en sortent, on comprend qu'il se bat contre plein de choses en lui", estimait Romain Duris à Venise, dans un entretien à l'AFP.

"J'ai l'impression de pouvoir croiser Daniel, on est dans un milieu qui me semble réel. Il est un peu physiquement atteint, ce qui est le cas de pas mal de gens qui peuvent avoir l'air très...sage. Tout est une question de zoom".


source e-llico

Rédigé par Michael

Publié dans #sorties cinéma

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article