Publié le 7 Octobre 2018

Rédigé par Michael

Publié dans #Musique gay, #lesbien

Repost0

Publié le 4 Octobre 2018

Butterfly est une histoire rafraîchissante et authentique sur les jeunes enfants trans et leurs familles

 

La mini-série en trois épisodes retrace le parcours de Maxine, qui rêve secrètement de devenir la fille qu'elle a toujours su être.

Callum Booth-Ford joue Maxine avec une sensibilité qui dépasse ses jeunes années, dans ce qui sera sûrement un rôle clé pour le jeune acteur.

Butterfly est un drame tendu, sincère et tendre sur la relation complexe entre les parents séparés, Vicky (Anna Friel) et Stephen (Emmett J. Scanlan). Il couvre de manière authentique les problèmes et triomphe des jeunes trans et de leurs familles.

Vicky et Stephen sont divisés sur la façon de soutenir Maxine. Butterfly couvre toutes les expériences vécues par une famille «typique» avec un enfant trans.

Le premier épisode couvre à lui seul différentes attitudes générationnelles, comment aider un enfant à comprendre son sexe, le processus médical et la peur des personnes transgenres d'en parler.

Il inclut également l’une des scènes de suicide les plus poignantes de l’histoire récente de la télévision.

Les épisodes à venir couvrent le fait d'être soi-même à l'école et débat sur l'opportunité de proposer à Maxine des bloqueurs de puberté.

 

La série veut que le monde comprenne ce que vivent les enfants trans et leurs familles. Elle souhaite également réduire la stigmatisation et les abus auxquels ils sont confrontés.

Butterfly fait ses débuts sur ITV au Royaume-Uni en octobre.

Voir les commentaires

Rédigé par Michael

Publié dans #séries gay, #Trans&transgenre

Repost0

Publié le 4 Octobre 2018

Un étonnant teen drama sur fond de lutte des classes et de meurtre mystérieux. Quelque part entre Gossip Girl et Pretty Little Liars.

Dans la foulée du succès mondial et inattendu de La Casa de Papel, Netflix insiste en Espagne et livre cette semaine (à partir de ce vendredi 5 octobre) sa nouvelle création ibérique : Élite. Pour faire bonne mesure, la plateforme a pris soin de recruter trois anciens du braquage de la Fabrique nationale de la monnaie. María Pedraza, Miguel Herrán et Jaime Lorente se retrouvent donc embarqués dans cette nouvelle histoire, très différente, il faut bien le dire.

Place ici à un teen drama, qui nous plonge au coeur d'un lycée privé huppé, qui accueille trois jeunes gens issus d'un établissement situé en zone défavorisé, dont le toit s'est partiellement effondré. Samuel, Nadia et Christian, aux origines modestes, sont ainsi catapultés dans un milieu ultra-riche et privilégié. Et autant dire que l'intégration va être très difficile, parmi leurs nouveaux camarades. La tension va rapidement monter, jusqu'à prendre des proportions dramatiques, et entraîner la mort d'un élève...

"Netflix est venu vers nous et nous a demandé une série adolescente". Voilà comment Dani de la Orden et Ramon Salazar, les deux showrunners d'Élite, nous racontent les origines du projet. Ils ont donc livré sur mesure ce drama lycéen classique et calibré. Une sorte de Gossip Girl (pour le côté huppé), mélangé à Pretty Little Liars (pour la mort mystérieuse), avec une vibe à la Veronica Mars (le mix explosif entre riches et pauvres dans un établissement scolaire), saupoudré d'une touche de Big Little Lies, dans sa forme narrative (toute l'histoire est racontée depuis une salle d'interrogatoire, par les témoins et les suspects du meurtre).

Élite sait exactement ce qu'il veut être et développe en conséquence une galerie de personnages forts, auxquels les jeunes abonnés de Netflix pourront facilement s'identifier, quitte à être un brin caricatural et manichéen... Ils sont jeunes, ils sont beaux, ils sont sexy. Chacun aura rapidement son couple ou son personnage préféré.

Et ainsi, les triangles amoureux torrides fonctionnent à plein, tandis que l'énigme criminelle (mais qui est le tueur ?) est malicieusement bricolée, parfaite pour vous tenir en haleine jusqu'au final. D'autant que cette saison 1 ne compte que 8 épisodes, ce qui, de fait, permet à la série de garder un rythme accrocheur.

Et puis Élite profite de ce contexte explosif, pour s'attaquer à une tonne de problèmes actuels. Il y a d'abord et surtout la lutte des classes et les inégalités sociales. Mais les sous-intrigues évoquent aussi la quête d'identité, la religion, le sexe, le homosexualité chez les ados, l'homosexualité au sein d'une famille musulmane... Sans oublier le Sida, l'avortement, le port du voile à l'école... Autant dire beaucoup, beaucoup de thématiques sociales et sociétales. Clairement trop, en 8 épisodes. On finit par avoir du mal à tout digérer et à tout accepter. Mais être "too much", c'est aussi la marque d'un bon teen drama, non ?

Élite - saison 1 en 8 épisodes - à partir du vendredi 5 octobre 2018 sur Netflix

Source première

Voir les commentaires

Rédigé par Michael

Publié dans #séries gay, #Netflix

Repost0

Publié le 4 Octobre 2018

Mardi 2 octobre 2018, Jordan Deluxe recevait le scénariste et réalisateur Yves Rénier (pour parler du téléfilm sur Jacqueline Sauvage porté par Muriel Robin) et le vendeur d'"Affaire conclue" Pierre-Jean Chalençon. Ce dernier s'est confié sans tabou sur sa sexualité.

Il est l'un des acheteurs phares de l'émission Affaire conclue (France 2). Pierre-Jean Chalençon, surnommé "L'empereur" car il est collectionneur d'objets ayant appartenu à Napoléon, s'est rapidement fait remarquer pour sa ressemblance avec le chanteur Michel Polnareff. Sa franchise a également conquis le public, très vite il a donc été sollicité pour des interviews.

Lors de celle accordée à Voltage mardi 2 octobre 2018, l'acheteur de l'émission de Sophie Davant s'est confié sans tabou sur sa sexualité et il a publiquement révélé pour la première fois qu'il aimait les hommes : "Je suis homosexuel. Ça fait longtemps, depuis que je suis tout petit." L'animateur Jordan Deluxe a alors relevé qu'il évoquait ouvertement le sujet pour la première fois, bien qu'il n'ait pas caché son attirance pour un vendeur dans l'un des numéros d'Affaire conclue.

"J'aime bien les garçons, j'aime bien les filles, j'aime bien les belles choses. J'ai eu des très jolies femmes, je vais me fiancer dans quelques semaines avec Régine", a-t-il alors plaisanté. Et de conclure : "Un peu comme Maupassant : J'aime les belles choses, j'assume ma vie."

Source purepeople

 

Voir les commentaires

Rédigé par Michael

Publié dans #people

Repost0

Publié le 3 Octobre 2018

Le réalisateur du prochain film  Fantastic Beasts: Les crimes de Grindelwald a  annoncé qu'Albus Dumbledore ne vivrait pas comme un homme ouvertement homosexuel dans le film, mais aurait des scènes sensuelles avec l'amour de sa vie, Gellert Grindelwald.

 

Pendant des années, Rowling a dit que les suites de Fantastic Beasts offriraient aux fans un personnage ouvertement gay à Poudlard. 

"Je ne peux pas vous dire tout ce que je voudrais dire, car il s'agit évidemment d'une histoire en cinq parties, de sorte qu'il y a beaucoup à raconter dans cette relation", a déclaré Rowling. «Vous verrez Dumbledore plus jeune et troublé parce qu'il n'a pas toujours été cet homme sage. Il est très intelligent, mais nous verrons une période de sa vie très formatrice. En ce qui concerne sa sexualité ... surveillez cet espace. "

Cependant, Yates a clairement indiqué que nous ne verrions pas Dumbledore sortir du placard - pour le moment.

"Cette partie de cet énorme récit que Jo est en train de créer ne se concentre pas sur sa sexualité, mais nous ne le cachons pas", a déclaré Yates . "L'histoire [d'une relation romantique ] n’est pas dans ce film, mais il est clair que dans ce que vous voyez… il est gay. "

En attendant, les fans sont extrêmement déçus que les esprits derrière Poudlard n'aient pas explicitement montré le personnage qu'ils ont proclamé gay vivre sans honte. La série a également été critiquée après la révélation que dans le prochain film,  Voldemort's pet snake, Dumbledore reste dans le placard et Johnny Depp dans le casting. .

Le réalisateur a noté que la sexualité de Dumbledore sera montrée de manière subtile dans le film. «Quelques scènes que nous avons tournées sont des moments très sensuels entre lui et le jeune Grindelwald», a déclaré Yates. 

Voir les commentaires

Rédigé par Michael

Publié dans #sorties cinéma, #cinéma gay

Repost0

Publié le 3 Octobre 2018

Rédigé par Michael

Publié dans #sorties cinéma, #cinéma gay, #lesbien

Repost0

Publié le 3 Octobre 2018

Crédit Photo : Capture d’écran YouTube.

Dévoilée ce lundi 1er octobre 2018, la bande-annonce de la saison 2 de la série Marvel, « Runaways », promet une saison très LGBT-friendly.

La série télévisée américaine « Runaways » (« fugitifs ») nous promet une deuxième saison queer et très lesbienne. En témoigne le premier teaser dévoilé ce lundi 1er octobre par Marvel.

Adaptée des personnages de comics « Les Fugitifs » de Marvel Comics, la série « Runaways », développée par Josh Schwartz et Stephanie Savage, est produite par Marvel Television et ABC Signature. Elle sera mise en ligne en intégralité le 21 décembre 2018, sur la plateforme américaine de vidéo à la demande Hulu.

Une super héroïne lesbienne

La première saison a fait parler d’elle en introduisant une histoire d’amour lesbienne entre deux personnages principaux, Karolina (Virginia Gardner) et Nico (Lyrica Okano).Ce qui n’a pas manqué de faire réagir les internautes :

La dernière saison s’est terminée avec la surprise des jeunes super-héros d’apprendre que leurs parents sont des super-méchants. Les jeunes Runaways ont donc visiblement pris la fuite. Ils devraient s’entraîner pour maîtriser leurs pouvoirs et ainsi défier leurs propres parents pour les empêcher de répandre le mal.

 

par Marion Chatelin  pour têtu

 

Voir les commentaires

Rédigé par Michael

Publié dans #séries gay, #lesbien

Repost0

Publié le 3 Octobre 2018

Un nouveau numéro de "L'aventure Robinson" sera prochainement tourné. Pour cette nouvelle émission, TF1 et la société de production ALP ont fait appel à un célèbre humoriste de la chaîne.

TF1 est loin d'en avoir fini avec L'Aventure Robinson. Après avoir envoyé Kendji Girac et Maître Gims, puis Christine Bravo et Amir sur une île déserte, ce sont Vincent Lagaf et Marine Lorphelin qui se sont envolés quelques jours pour cette folle aventure.

Si ce tournage n'est pas encore terminé, ALP (Adventure Line Productions) et la première chaîne ont déjà fait appel à une nouvelle personnalité pour participer à L'Aventure Robinson comme le dévoilent en exclusivité nos confrères de Puremédias. C'est l'humoriste Jarry qui partira prochainement sur une île déserte en compagnie d'une autre personnalité afin de remporter de l'argent pour une association caritative. Il s'agirait de la chanteuse Tal.

L'humoriste de 41 ans est devenu une figure emblématique de la première chaîne. Régulièrement, les téléspectateurs peuvent le suivre dans Vendredi tout est permis. On lui a également confié la co-animation de 3615 Code Arthur & Jarry et du Grand bêtisier au côté de Karine Ferri.

Source purepeople

 

Voir les commentaires

Rédigé par Michael

Publié dans #programmes télé gay

Repost0

Publié le 3 Octobre 2018

Voir les commentaires

Rédigé par Michael

Publié dans #programmes télé gay, #mariage gay

Repost0

Publié le 2 Octobre 2018

Colette 

Colette, écrivaine bisexuelle qui ne respecte pas les règles, reçoit toute l'attention qu'elle mérite dans le nouveau film du réalisateur Wash Westmoreland ( Still Alice ). Keira Knightley joue le rôle principal dans  Colette en  tant que femme derrière les   romans de Claudine qui ont fasciné à la Belle Époque - même si son mari, Willy (joué par Dominic West), a pris tout le crédit. Colette était impétueuse, sexy et en avance sur son temps et ses premiers romans, écrits sous le nom de Willy, décrivaient l'éveil sexuel d'une jeune femme. 

Le biopic commence par le mariage de Colette avec Willy, son déménagement à Paris et son ascension en tant que star de tous les salons auxquels elle a assisté. Le film de Westmoreland suit également le réveil sexuel de Colette, qui proclame son attirance pour les autres femmes. Finalement, elle et son mari s'engagent dans une relation polyamoureuse, au cours de laquelle elle prend des amantes. 

Colette vivra finalement un amoureux en particulier, avec  la riche Missy (Denise Gough), qui porte des vêtements d'hommes et utilise des pronoms masculins. 

Mais au-delà de la vie personnelle animée de Colette, le film est aussi un traité féministe. Non seulement Willy a été récompensé pour le travail fait par sa femme, mais il a aussi dit qu'il devait le faire parce que le travail d'une femme ne se vendrait pas - un refrain familier, même aujourd'hui. 

The happy prince

La star des films d'artiste des années 80 comme Another Country et Dance With a Stranger, Rupert Everett a fait son coming out à une époque où il n'y avait pas beaucoup d'acteurs ouvertement homosexuels. Il est ensuite devenu le partenaire gay du mariage de mon meilleur amiMais The Happy Prince est l'aboutissement d'un projet de passion de plusieurs années pour Everett, qui a écrit, réalisé et joué dans le film sur les dernières années, décidément pas très heureuses de la vie d'Oscar Wilde. The Happy Prince se concentre sur le moment où l'auteur est tombé en disgrâce .Il a repris après que Wilde soit sorti de prison après avoir purgé deux ans de travaux forcés pour indécence et sodomie. Oscar Wilde est sans le sou et déchiré entre essayer de faire amende honorable avec sa femme, Constance (Emily Watson), et ses jeunes fils, et son désir pour son jeune amant riche. Alfred "Bosie" Douglas (Colin Morgan), la relation avec qui l'a poussé en prison en premier lieu.  Colin Firth joue son ami Reggie et Edwin Thomas joue Robbie Ross

Can you ever forgive me ? 

Marielle Heller  "Diary of a Teenage Girl " dirige ce biopic à propos de Lee Israel, une biographe lesbienne  qui a commencé à écrire de fausses lettres d’auteurs célèbres pour joindre les deux bouts dans les années 90. Melissa McCarthy incarne Israël, passionné par les chats, qui évite l'amour et la gentillesse, sauf pour son amitié avec le pirate gay Jack Hock (Richard E. Grant), qui devient le partenaire d'Israël dans le crime.  

1985

Le réalisateur Yen Tan, examine l’impact de l’épidémie de sida sur les jeunes homosexuels en termes d’émergence d’une période de chagrin indescriptible. Cory Michael Smith interprète Adrian, un jeune homosexuel qui a du mal à se rapprocher de ses parents conservateurs (Virginia Madsen et Michael Chiklis) pendant les vacances de 1985, alors que le sida commençe à se répandre dans la communauté gay. 

 

Postcards from London 

Steve McLean ( Postcards From America) est de retour avec un nouveau film. La vedette de Beach Rats , Harris Dickinson, interprète Jim, un jeune homosexuel qui devient un "rent boy" et une muse dans Londres.  

Anchor and Hope

La famille moderne d' Anchor and Hope présente Oona Chaplin et Natalie Tena dans le rôle d'Eva et Kat, un couple libre vivant sur un bateau, qui demande de l'aide d'un ami, Roger (David Verdaguer), pour avoir un bébé. 

La favorite 

Le dernier film - et le plus accessible - de l'auteur grec Yorgos Lanthimos (  The Lobster , le meurtre d'un cerf sacré ) est une folle agitation démesurée devant la cour du XVIIIe siècle de la reine Anne d'Angleterre, une femme maladive et souvent enfantine. Le film réunit les stars de  The Lobster de Lanthimos, Olivia Colman ( Broadchurch, prochainement sur The Crown ) et Rachel Weisz ( Disobedience) comme reine Anne et sa confidente ou «favorite», Sarah, la duchesse de Marlborough. Anne et Sarah se lancent joyeusement dans un jeu de rôle méchant qui frise le sadomasochisme jusqu'à ce que la cousine de Sarah, Abigail (Emma Stone) - une femme tombée en disgrâce et qui ne recule devant rien pour regagner son poste - arrive à la cour. Bientôt, la rivalité entre Sarah et Abigail est en plein essor et les femmes jouent à la politique, sexuelle ou autre, pour attirer l'attention de la reine dans ce qui restera l'un des films les plus étranges sur les femmes de l'année. Le film est finalement une histoire d'amour entre Anne et Sarah.  

Millénium : tout ce qui ne vous tue pas 

La gagnante des Emmy, Claire Foy, est la troisième actrice à entrer dans les bottes et la veste en cuir de la hackeuse suédoise Lisbeth Salander (après Noomi Rapace et Rooney Mara). Le film est basé sur une histoire de Salander écrite après la mort prématurée de l'auteur Stieg Larsson. C'est le récit d'une vengeance pour demander des comptes aux hommes toxiques à l'époque de #MeToo. Cette fois, Salander est hantée au sens propre etau figuré par la première femme qu'elle n'a pas réussi à sauver d'un homme horrible.

Voir les commentaires

Rédigé par Michael

Publié dans #sorties cinéma, #cinéma gay

Repost0