Publié le 11 Octobre 2018

Et en a profité pour la sortir sur le plateau.

C’est un secret de polichinelle : dans le remake de Suspiria signé Luca Guadagnino, Tilda Swinton incarne un homme de 82 ans, le psychiatre Jozef Klemperer. Si officiellement le rôle est tenu par un certain Lutz Ebersdorf, Swinton elle-même a avoué au New York Times incarner le personnage. « Indéniablement, je l’ai fait avant tout pour m’amuser », confie l’actrice. « Comme l’aurait dit ma grand-mère : ce serait dommage de ne pas le faire ». 

Chaque jour, Tilda Swinton a donc passé quatre heures au maquillage pour ressembler à un vieux monsieur. Et le maquilleur Mark Coulier explique à nos confrères que la comédienne, malgré son look « légèrement androgyne », a « une structure de visage très féminine ». Il a donc fallu masculiniser les traits de Swinton, et notamment sa mâchoire. On a apprend au passage que l’actrice a voulu aller jusqu’au bout : elle a demandé à Coulier de lui fabriquer un appareil génital masculin. « Elle nous a fait faire un pénis et des testicules », raconte-t-il. « Elle avait ce chouette truc, un peu lourd, qui se balançait entre ses jambes. Et elle a trouvé l’occasion de le sortir sur le plateau à quelques reprises ».

Coulier assure que le tout se trouve « probablement dans une boîte, quelque part. Je devrais essayer de le trouver pour le mettre sur mur de mon atelier ».

Suspiria sortira le 14 novembre prochain en France. Bande-annonce :

Source première

Voir les commentaires

Rédigé par Michael

Publié dans #sorties cinéma, #cinéma gay

Repost0

Publié le 10 Octobre 2018

Le créateur Roberto Aguirre Sacasa, a annoncé que le couple préféré des fans, Toni Topaz et Cheryl Blossom, passerait plus de temps à l'écran.

Connues affectueusement sous le nom de Choni, les deux femmes se sont rapprochées vers la fin de la deuxième saison de la série lorsque Toni a aidé Cheryl à faire face à sa bisexualité et l'a ensuite  sauvée d'un camp de «thérapie» de conversion gay .

Bien que les fans aient rapidement accrochés avec le couple, ils ont été légèrement déçus par le peu de temps passé devant l'écran, en particulier après que l'un des scénaristes de la série ait  annoncé des "trucs vraiment bons"  pour le couple.

Mais il semble que la troisième saison, qui commence le 10 octobre aux États-Unis et rejoindra Netflix UK le lendemain, donnera plus de contenu aux fans de Choni.

Choni n'est pas le seul couple de même sexe à être sous les feux de la rampe lors de la troisième saison. Casey Cott a récemment révélé que son personnage, Kevin Keller, se lierait avec Moose. Ils auront une relation secrète, et ce sera "compliqué".

La dernière fois que nous les avons vus ensemble dans le dernier épisode de la saison 2, après la mort choquante de la petite amie de Moose, Midge, ils se sont embrassés passionnément, laissant la porte grande ouverte pour une relation potentielle dans le futur.

«Nous sortons ensemble dans la saison trois, donc c'est amusant de commencer par ça et d'explorer ça avec Moose, ça va être amusant», a déclaré Casey.

«J'ai [filmé] ma première scène de baisers de la saison récemment et c'était dans le couloir à l'école. Il me repousse parce qu'il est toujours dans le placard, mais c'est toujours un baiser. C'est une relation compliquée. "

Source gaytimes

Voir les commentaires

Rédigé par Michael

Publié dans #séries gay

Repost0

Publié le 10 Octobre 2018

À l'occasion de la sortie de "Girl" ce mercredi en salles, retour sur le parcours de Victor Polster, jeune danseur belge qui fait ici ses premiers pas remarqués devant la caméra.

1. Victor Polster

Sensation du dernier Festival de Cannes dont il est reparti avec trois prix (la Caméra d'or, le Prix d'interprétation Un Certain Regard et la Queer Palm), Girl révèle non seulement un jeune cinéaste prometteur, Lukas Dhont, mais aussi un acteur débutant et tout aussi talentueux, Victor Polster.

Né à Bruxelles en 2002, ce dernier suit des cours de théâtre dès son plus jeune âge puis poursuit un cursus de danseur professionnel en s’inscrivant à l’École Royale de Ballet d’Anvers. C’est en participant au clip du groupe de rock belge Vegas qu’il se fait remarquer : il est sollicité pour apparaître aussi bien dans des productions de Ballet Vlaanderen que dans un shooting pour Dior.

Alors qu'il ne se destinait pas à la comédie, il décroche pourtant à l'âge de 14 ans le rôle principal de Girl, un drame belge relatant le parcours d’une adolescente, Lara, née Victor, qui poursuit deux rêves : celui de devenir danseuse étoile et celui de se faire opérer afin d'avoir le corps biologique d'une femme. Lukas Dhont a auditionné près de 500 personnes, aussi bien des garçons cisgenres (personne dont le genre ressenti correspond à celui attribué à la naissance, ndlr) que des filles transgenres, avant de rencontrer Polster. De son côté, le jeune homme s'était rendu au casting dans l'espoir de faire partie des camarades de l'école de danse de Lara. Il tenait aussi à rencontrer le chorégraphe Sidi Larbi Cherkaoui : "J'ai tout de suite vu que c'était une personne très forte, sûre de ce qu'elle voulait plus tard et prête à tout pour y arriver. J'avais envie de représenter ce personnage qui est pour moi une héroïne. Je sais que c'est très compliqué de trouver le courage de faire ce choix, qui n'est même plus un choix mais qui devient une nécessité"(propos recueillis par AlloCiné lors du festival de Cannes 2018).

À l'instar de son personnage qui doit acquérir le même niveau de danse que ses homologues féminines, Victor Polster a dû apprendre en seulement trois mois à danser sur les pointes. Cet exercice, réservé aux filles dans la danse classique, représentait un véritable défi : "C'était assez dangereux, car je ne l'avais jamais fait et trois mois d'entraînement ne suffisent pas à former les muscles à cette discipline. Ça crée des problèmes de stabilité, je pouvais tomber, me blesser. Mais, en même temps, c'était une expérience assez forte de passer de l'autre côté" (interview accordée aux Inrockuptibles, n°1192). Il a également travaillé avec un orthophoniste pour placer sa voix dans les aigus.

Son incarnation d’une grande justesse de Lara, à la fois introvertie et déterminée, lui vaut de nombreux éloges et le Prix d’interprétation Un Certain Regard au Festival de Cannes 2018. Pourtant, Victor Polster garde les pieds sur terre et compte se consacrer pour le moment à sa première passion, la danse : "J’ai eu d’autres propositions du côté du cinéma, oui, mais pas de choses qui m’intéressent suffisamment pour interrompre mes études pendant deux mois pour le tournage. C’est pour ça que je ne cherche pas de rôles pour l’instant. Mais dans le futur, oui, j’aimerais beaucoup revivre ce genre d’expérience"(propos recueillis par Ève Beauvallet pour Libération). 

Source allociné

 

Voir les commentaires

Rédigé par Michael

Publié dans #sorties cinéma, #Trans&transgenre

Repost0

Publié le 10 Octobre 2018

L'émouvant parcours d'une future ballerine née garçon

"Si mon film permet de penser autrement la masculinité et la féminité, ce serait bien": le jeune cinéaste belge Lukas Dhont signe avec "Girl", en salles ce mercredi, une histoire bouleversante de genre et de persévérance.

Révélation du Festival de Cannes cette année, où il a remporté à 26 ans la Caméra d'or (récompensant un premier film), le réalisateur flamand porte à l'écran, avec ce long métrage très maîtrisé, l'histoire vraie d'une jeune fille de 15 ans, née garçon, qui rêve de devenir danseuse étoile.

"Cette lutte intérieure incroyablement courageuse m'a profondément ému. J'en ai eu connaissance par un article de journal en 2009 alors que je démarrais mes études de cinéma. J'ai décidé aussitôt que ce serait le thème de mon premier film", confiait à l'AFP à Cannes Lukas Dhont, qui avait été auparavant lauréat de la Cinéfondation 2016, pépinière de talents du festival.

"Ce qui m'intéresse, c'est montrer des personnes qui ne sont pas dans les normes classiques du masculin et du féminin. (...) Le cinéma est un moyen intéressant d'en parler", ajoutait le réalisateur, qui confie qu'étant enfant, son père voulait qu'il soit scout alors qu'il préférait avec son frère le théâtre, la danse et le chant.

"Vous pouvez imaginer la confusion quand on a appris que c'était vu comme des activités 'pour les filles'. J'étais un garçon, comment pouvais-je aimer ça ?", dit-il.

"J'ai donc fini par arrêter tout ça parce que je ne voulais pas qu'on se moque de moi", poursuit le réalisateur, qui dit avoir "été enthousiasmé à l'idée de pouvoir écrire" sur "quelqu'un de courageux, qui très jeune remettait en cause le lien qu'établit la société entre sexe et genre".

L'autre révélation de "Girl" est le jeune acteur belge Victor Polster, 16 ans, récompensé par un prix d'interprétation à Cannes dans la section parallèle Un Certain Regard, où le film était présenté.

Pour ses premiers pas au cinéma, il livre une véritable performance en incarnant Lara, lancée en même temps dans une éprouvante réassignation sexuelle et l'apprentissage exigeant de la danse classique.

Elle peut heureusement compter sur son père, son premier allié qui l'accompagne pas à pas dans ce parcours hors normes.

"L'histoire de Lara m'a touché même si elle n'était pas évidente à jouer. J'ai tout de suite admiré le personnage, cette héroïne prête à tout pour atteindre ses buts", explique Victor Polster, qui connaît tous les sacrifices qu'exige la danse classique: le jeune homme est élève du Ballet royal d'Anvers depuis deux ans.

Pour le film, l'adolescent s'est transformé physiquement, apprenant à rendre sa gestuelle plus féminine, jusqu'à modifier sa voix avec les conseils d'un orthophoniste.

Récompensé aussi à Cannes par la Queer Palm (qui prime un film pour son traitement des thématiques altersexuelles), "Girl" a également une portée documentaire en montrant les étapes de l'ardu parcours de réassignation sexuelle, du traitement hormonal à la chirurgie.

"J'espère que le film permettra de combattre les idées reçues. Pour les personnes dont le corps n'est pas conforme à leur identité, ce n'est pas un choix", dit Victor Polster. "Faire reconnaître leur véritable identité sexuelle leur est absolument nécessaire".

(Source AFP) et e-llico

Voir les commentaires

Rédigé par Michael

Publié dans #sorties cinéma, #Trans&transgenre

Repost0

Publié le 10 Octobre 2018

En France, il faudra s'armer de patience avant de découvrir le nouveau chirurgien de Grey's Anatomy sur nos écrans... mais aux Etats-Unis, les téléspectateurs du show apprécient déjà beaucoup Alex Landi !

Le 27 septembre dernier, Grey's Anatomy faisait son grand retour sur les petits écrans américains avec une quinzième saison. Meredith Grey et ses camarades ont pour l'occasion accueilli un nouveau chirurgien qui a déjà fait sensation... Le docteur Nico Kim, interprété par Alex Landi !

En effet, pour ses premiers pas au Grey Sloan Memorial Hospital de Seattle, le premier chirurgien gay de l'histoire de la fiction médicale n'a pas mis bien longtemps pour apparaître torse su à l'écran. Et le spectacle a beaucoup plu ! Il faut dire que le comédien, qui a été mannequin par le passé, est très bien fait de sa personne.

Interrogé par WWD à propos de son arrivée remarquée dans le programme, Alex Landi a déclaré : "Je pense que de nombreux fans attendaient un chirurgien gay comme celui-ci dans la série. Beaucoup de gens ont dit qu'ils allaient recommencer à regarder Grey's Anatomy grâce à ce casting. Quand je lis des choses comme ça, c'est très rassurant, et c'est pour ça que je le fais."

Pour rappel, la série avait déjà affiché son soutien à la communauté LGBT en mettant en avant l'histoire d'amour passionnée de Callie et Arizona, respectivement jouées par Sara Ramirez et Jessica Capshaw. Mais le chirurgien Nico Kim est le premier homme ouvertement homosexuel dans l'équipe du désormais célèbre l'hôpital. Son interprète, déjà vu dans la deuxième saison de la série Bull est par ailleurs un as des arts martiaux et a entamé une carrière de mannequin avant d'apparaître devant les caméras.

Source purepeople

 

Voir les commentaires

Rédigé par Michael

Publié dans #séries gay

Repost0

Publié le 9 Octobre 2018

Le prétendant de Thomas a bien failli ne pas aller au bout de l'aventure. Lors d'une interview pour nos confrères de "Télé Loisirs", l'agriculteur de "L'amour est dans le pré 2018" a révélé que Romain avait songé à partir à cause de son rival Garret.

Thomas a fait son choix. Dans l'épisode de L'amour est dans le pré 2018diffusé sur M6 lundi 8 octobre, l'ostréiculteur âgé de 30 ans a préféré Romain à Garret, un choix qu'il a justifié lors d'une interview pour nos confrères de Télé Loisirs.

"Un soir où on faisait une dégustation d'huîtres dans un restaurant. C'était sympa, on a terminé au bar avec de la musique et de l'alcool. Romain a pris le dessus en me séduisant réellement. Il y a eu un rapprochement, une séduction physique. On se désirait", a confié l'agriculteur. Il a ensuite révélé que son prétendant avait songé à quitter l'aventure à cause de son rival : "À un moment donné, Romain m'a dit : 'J'arrête l'aventure, je ne supporte plus Garett, je m'en vais.' Garett est adorable mais il peut prendre beaucoup de place. Je me suis dit qu'il fallait que je prenne une décision. Romain me voulait, j'ai décidé de le garder. Je lui ai demandé de rester au moins pour le dîner avec mes amis. pour voir si ça l'intéressait d'intégrer mon cercle d'amis avant de prendre sa décision."

Thomas a bien fait puisque c'est lors de cette fameuse soirée qu'il s'est rendu compte qu'il souhaitait poursuivre l'aventure avec Romain. Une fois de plus, "Garret a oublié de [le] séduire" et "faisait le fanfaron". "Et puis, depuis le début, il y avait une attirance avec Romain. C'est impalpable. Les mots me manquent, c'est dur de l'expliquer. Romain est le seul qui me bouffait des yeux. Il en avait envie, moi aussi, donc on y va quoi !"

Reste à savoir si leur idylle s'est poursuivie une fois le tournage terminé. Affaire à suivre.

Source purepeople

 

Voir les commentaires

Rédigé par Michael

Publié dans #programmes télé gay

Repost0

Publié le 9 Octobre 2018

Première image de Ruby Rose en tant que Batwoman une super-héroïne lesbienne

La première photo a été publiée montrant Ruby Rose dans son costume complet de Batwoman.

La star  d'Orange is the new black  fera ses débuts en tant que super-héroïne lesbienne dans la série Batwoman dans l'univers des super-héros CW en décembre 2018.



Une émission en direct sur  Batwoman est en préparation , mais le personnage fera d'abord sa première apparition à l'écran dans un crossover avec des émissions de super-héros existantes, The Flash , Arrow  et Supergirl .

 

Le costume est une version moderne du look emblématique de la bande dessinée de Batwoman, Rose enfilant un vêtement intégral et une perruque rouge, ne laissant voir que la moitié inférieure de son visage.

Le crossover devrait être diffusé du 9 au 11 décembre 2018, tandis que la série Batwoman devrait faire ses débuts vers la fin de 2019.

Source pinknews

 

Voir les commentaires

Rédigé par Michael

Publié dans #séries gay, #lesbien

Repost0

Publié le 9 Octobre 2018

Acteur primé par un Tony, BD Wong a épousé son partenaire de longue date lors d’une cérémonie intime à Brooklyn.

Wong, 57 ans, connu pour ses rôles dans New York unité spéciale et Jurrasic World, a épousé Richert Schnorr dimanche 7 octobre.

Schnorr a partagé une photo du couple heureux alors qu'ils s'embrassaient devant l'autel après s'être dit oui.

"C'est vraiment le jour le plus heureux de votre vie", écrit-il sur Instagram.

'Merci à ma famille et à mes amis pour leur amour, leurs paroles, leur soutien et leurs mouvements de danse.'

Ana Matronic des Scissor Sisters a animé le mariage et Keala Settle de The Greatest Showman a joué lors de la cérémonie.

Félicitations au couple heureux.

Source gaystarnews

BD Wong, épouse son partenaire de longue date à New York

Voir les commentaires

Rédigé par Michael

Publié dans #mariage gay, #people

Repost0

Publié le 9 Octobre 2018

A une semaine de la diffusion du premier épisode de « Charmed », la chaîne CW a annoncé avoir commandé des scripts supplémentaires.

Plus de scripts pour Charmed

Comme le relaie TVLine, CW a en effet annoncé avoir commandé cinq scripts supplémentaires, en plus de la commande initiale. Une preuve de confiance donc qui laisse supposer que la production a apprécié le travail livré par Jennie Snyder Urman et les interprètes Madeleine MantockMelonie Diaz et Sarah Jeffery. Pas sûr pour autant que cela suffise pour convaincre le public. On se souvient qu’à l’annonce d’un reboot de Charmed et tout au long de la promotion les réactions n’avaient pas été très positives. Les réactions des actrices d’origine n’aidant pas non plus.

 L’épisode 1 sera diffusé sur CW le 14 octobre.

Source cinéséries

Voir les commentaires

Rédigé par Michael

Publié dans #séries gay, #lesbien

Repost0

Publié le 9 Octobre 2018

"Au revoir, Ian Clayton Gallagher."

Après le départ annoncé d'Emmy Rossum, la série américaine Shameless perd aujourd'hui un autre personnage historique : l'acteur Cameron Monaghan annonce, via Instagram (ci-desssous), qu'il quittera lui aussi la série, très bientôt, durant la saison 9 :

"Je suis un régulier de Shameless depuis environ dix ans. J'avais tout juste quinze ans lorsque nous avons tourné le pilote et j'ai atteint l'âge adulte avec cette série, sur bien des plans, autant sur le plan légal que personnel. J'ai eu beaucoup de chance de mûrir et de grandir avec ce show (...) Toutes les bonnes choses ont une fin. Un vieux cliché, mais qui sonne juste, avec sincérité et clarté, surtout dans des moments comme ceux-ci. Tout a une fin."

Monaghan précise que sa décision est prise depuis longtemps et que le prochain épisode de la saison 9 (l'épisode 6, qui sera diffusé le 14 octobre prochain) sera son dernier ! "Je n'ai pas voulu le dire trop tôt, car je voulais que cette saison soit une surprise pour le public, lui permettant de vivre le parcours incertain de Ian. Alors au revoir, Ian Clayton Gallagher. Peut-être nous reverrons-nous un jour ?"

En France, Shameless est diffusée sur Canal + séries.

Source première

Voir les commentaires

Rédigé par Michael

Publié dans #séries gay

Repost0