Publié le 3 Octobre 2018

Crédit Photo : Capture d’écran YouTube.

Dévoilée ce lundi 1er octobre 2018, la bande-annonce de la saison 2 de la série Marvel, « Runaways », promet une saison très LGBT-friendly.

La série télévisée américaine « Runaways » (« fugitifs ») nous promet une deuxième saison queer et très lesbienne. En témoigne le premier teaser dévoilé ce lundi 1er octobre par Marvel.

Adaptée des personnages de comics « Les Fugitifs » de Marvel Comics, la série « Runaways », développée par Josh Schwartz et Stephanie Savage, est produite par Marvel Television et ABC Signature. Elle sera mise en ligne en intégralité le 21 décembre 2018, sur la plateforme américaine de vidéo à la demande Hulu.

Une super héroïne lesbienne

La première saison a fait parler d’elle en introduisant une histoire d’amour lesbienne entre deux personnages principaux, Karolina (Virginia Gardner) et Nico (Lyrica Okano).Ce qui n’a pas manqué de faire réagir les internautes :

La dernière saison s’est terminée avec la surprise des jeunes super-héros d’apprendre que leurs parents sont des super-méchants. Les jeunes Runaways ont donc visiblement pris la fuite. Ils devraient s’entraîner pour maîtriser leurs pouvoirs et ainsi défier leurs propres parents pour les empêcher de répandre le mal.

 

par Marion Chatelin  pour têtu

 

Voir les commentaires

Rédigé par Michael

Publié dans #séries gay, #lesbien

Repost0

Publié le 3 Octobre 2018

Un nouveau numéro de "L'aventure Robinson" sera prochainement tourné. Pour cette nouvelle émission, TF1 et la société de production ALP ont fait appel à un célèbre humoriste de la chaîne.

TF1 est loin d'en avoir fini avec L'Aventure Robinson. Après avoir envoyé Kendji Girac et Maître Gims, puis Christine Bravo et Amir sur une île déserte, ce sont Vincent Lagaf et Marine Lorphelin qui se sont envolés quelques jours pour cette folle aventure.

Si ce tournage n'est pas encore terminé, ALP (Adventure Line Productions) et la première chaîne ont déjà fait appel à une nouvelle personnalité pour participer à L'Aventure Robinson comme le dévoilent en exclusivité nos confrères de Puremédias. C'est l'humoriste Jarry qui partira prochainement sur une île déserte en compagnie d'une autre personnalité afin de remporter de l'argent pour une association caritative. Il s'agirait de la chanteuse Tal.

L'humoriste de 41 ans est devenu une figure emblématique de la première chaîne. Régulièrement, les téléspectateurs peuvent le suivre dans Vendredi tout est permis. On lui a également confié la co-animation de 3615 Code Arthur & Jarry et du Grand bêtisier au côté de Karine Ferri.

Source purepeople

 

Voir les commentaires

Rédigé par Michael

Publié dans #programmes télé gay

Repost0

Publié le 3 Octobre 2018

Voir les commentaires

Rédigé par Michael

Publié dans #programmes télé gay, #mariage gay

Repost0

Publié le 2 Octobre 2018

Colette 

Colette, écrivaine bisexuelle qui ne respecte pas les règles, reçoit toute l'attention qu'elle mérite dans le nouveau film du réalisateur Wash Westmoreland ( Still Alice ). Keira Knightley joue le rôle principal dans  Colette en  tant que femme derrière les   romans de Claudine qui ont fasciné à la Belle Époque - même si son mari, Willy (joué par Dominic West), a pris tout le crédit. Colette était impétueuse, sexy et en avance sur son temps et ses premiers romans, écrits sous le nom de Willy, décrivaient l'éveil sexuel d'une jeune femme. 

Le biopic commence par le mariage de Colette avec Willy, son déménagement à Paris et son ascension en tant que star de tous les salons auxquels elle a assisté. Le film de Westmoreland suit également le réveil sexuel de Colette, qui proclame son attirance pour les autres femmes. Finalement, elle et son mari s'engagent dans une relation polyamoureuse, au cours de laquelle elle prend des amantes. 

Colette vivra finalement un amoureux en particulier, avec  la riche Missy (Denise Gough), qui porte des vêtements d'hommes et utilise des pronoms masculins. 

Mais au-delà de la vie personnelle animée de Colette, le film est aussi un traité féministe. Non seulement Willy a été récompensé pour le travail fait par sa femme, mais il a aussi dit qu'il devait le faire parce que le travail d'une femme ne se vendrait pas - un refrain familier, même aujourd'hui. 

The happy prince

La star des films d'artiste des années 80 comme Another Country et Dance With a Stranger, Rupert Everett a fait son coming out à une époque où il n'y avait pas beaucoup d'acteurs ouvertement homosexuels. Il est ensuite devenu le partenaire gay du mariage de mon meilleur amiMais The Happy Prince est l'aboutissement d'un projet de passion de plusieurs années pour Everett, qui a écrit, réalisé et joué dans le film sur les dernières années, décidément pas très heureuses de la vie d'Oscar Wilde. The Happy Prince se concentre sur le moment où l'auteur est tombé en disgrâce .Il a repris après que Wilde soit sorti de prison après avoir purgé deux ans de travaux forcés pour indécence et sodomie. Oscar Wilde est sans le sou et déchiré entre essayer de faire amende honorable avec sa femme, Constance (Emily Watson), et ses jeunes fils, et son désir pour son jeune amant riche. Alfred "Bosie" Douglas (Colin Morgan), la relation avec qui l'a poussé en prison en premier lieu.  Colin Firth joue son ami Reggie et Edwin Thomas joue Robbie Ross

Can you ever forgive me ? 

Marielle Heller  "Diary of a Teenage Girl " dirige ce biopic à propos de Lee Israel, une biographe lesbienne  qui a commencé à écrire de fausses lettres d’auteurs célèbres pour joindre les deux bouts dans les années 90. Melissa McCarthy incarne Israël, passionné par les chats, qui évite l'amour et la gentillesse, sauf pour son amitié avec le pirate gay Jack Hock (Richard E. Grant), qui devient le partenaire d'Israël dans le crime.  

1985

Le réalisateur Yen Tan, examine l’impact de l’épidémie de sida sur les jeunes homosexuels en termes d’émergence d’une période de chagrin indescriptible. Cory Michael Smith interprète Adrian, un jeune homosexuel qui a du mal à se rapprocher de ses parents conservateurs (Virginia Madsen et Michael Chiklis) pendant les vacances de 1985, alors que le sida commençe à se répandre dans la communauté gay. 

 

Postcards from London 

Steve McLean ( Postcards From America) est de retour avec un nouveau film. La vedette de Beach Rats , Harris Dickinson, interprète Jim, un jeune homosexuel qui devient un "rent boy" et une muse dans Londres.  

Anchor and Hope

La famille moderne d' Anchor and Hope présente Oona Chaplin et Natalie Tena dans le rôle d'Eva et Kat, un couple libre vivant sur un bateau, qui demande de l'aide d'un ami, Roger (David Verdaguer), pour avoir un bébé. 

La favorite 

Le dernier film - et le plus accessible - de l'auteur grec Yorgos Lanthimos (  The Lobster , le meurtre d'un cerf sacré ) est une folle agitation démesurée devant la cour du XVIIIe siècle de la reine Anne d'Angleterre, une femme maladive et souvent enfantine. Le film réunit les stars de  The Lobster de Lanthimos, Olivia Colman ( Broadchurch, prochainement sur The Crown ) et Rachel Weisz ( Disobedience) comme reine Anne et sa confidente ou «favorite», Sarah, la duchesse de Marlborough. Anne et Sarah se lancent joyeusement dans un jeu de rôle méchant qui frise le sadomasochisme jusqu'à ce que la cousine de Sarah, Abigail (Emma Stone) - une femme tombée en disgrâce et qui ne recule devant rien pour regagner son poste - arrive à la cour. Bientôt, la rivalité entre Sarah et Abigail est en plein essor et les femmes jouent à la politique, sexuelle ou autre, pour attirer l'attention de la reine dans ce qui restera l'un des films les plus étranges sur les femmes de l'année. Le film est finalement une histoire d'amour entre Anne et Sarah.  

Millénium : tout ce qui ne vous tue pas 

La gagnante des Emmy, Claire Foy, est la troisième actrice à entrer dans les bottes et la veste en cuir de la hackeuse suédoise Lisbeth Salander (après Noomi Rapace et Rooney Mara). Le film est basé sur une histoire de Salander écrite après la mort prématurée de l'auteur Stieg Larsson. C'est le récit d'une vengeance pour demander des comptes aux hommes toxiques à l'époque de #MeToo. Cette fois, Salander est hantée au sens propre etau figuré par la première femme qu'elle n'a pas réussi à sauver d'un homme horrible.

Voir les commentaires

Rédigé par Michael

Publié dans #sorties cinéma, #cinéma gay

Repost0

Publié le 1 Octobre 2018

Le Dr Schmitt va-t-il sortir avec le nouveau chirurgien gay, le Dr Kim?

La nouvelle saison de Grey's Anatomy a débuté jeudi dernier (27 septembre) avec un double épisode.

Toujours aussi fort après 15 saisons, le drame médical créé par Shonda Rhimes a toujours été à la pointe de la représentation LGBTI.

La nouvelle série vient en effet de présenter le Dr Nico Kim, le premier chirurgien ouvertement homosexuel de l’hôpital de Seattle.

Cependant, les fans ont peut-être remarqué que la série faisait également allusion au réveil bisexuel d'un autre médecin de sexe masculin. 

Attention: les spoilers de Grey's Anatomy 

L'un des stagiaires, le maladroit Dr Levi Schmitt, également connu sous le nom de «Glasses», réagit au Dr Kim d'une manière qui ne laisse aucune place au doute.

Interprété par Jake Borelli, Schmitt a le souffle coupé en voyant le Dr Kim pour la première fois.

Puis, alors qu’il effectuait une opération chirurgicale sur un patient dans une chambre hyperbare, Schmitt voit Kim le regarder par la fenêtre. Schmitt commence soudainement à avoir du mal à respirer à nouveau.

«Vous êtes dans une chambre hyperbare, c'est littéralement le but», dit un autre médecin.

Schmitt a déjà couché avec Jo Wilson et a exprimé son intérêt pour d'autres personnages féminins. Cela signifie qu'il pourrait être bisexuel...

Si cela est confirmé, le Dr Schmitt sera le deuxième médecin ouvertement bisexuel du Gray-Sloan Memorial, après le Dr Callie Torres, interprété par Sara Ramirez.

 

À la fin du deuxième épisode de la première, les internes se rendent dans leur pub préféré près de l’hôpital. Après une journée difficile dans la RO, le Dr Kim offre une bière au Dr Schmitt, lui disant qu'il peut payer pour le deuxième tour.

Lorsque leurs mains se touchent brièvement, les deux médecins ne se quittent pas des yeux. 

Alors romance ou pas en vu. Nous devons juste attendre et espérer qu'aucun des deux ne mourra entre-temps dans une catastrophe tragique et improbable .

Voir les commentaires

Rédigé par Michael

Publié dans #séries gay

Repost0

Publié le 1 Octobre 2018

Retour sur Cyril Collard et son film emblématique des années SIDA

A l'occasion de la diffusion des "Nuits fauves" ce soir sur Ciné+ Club, retour sur le parcours de son réalisateur Cyril Collard, mort peu de temps après la sortie de ce film autobiographique et emblématique années SIDA.

De quoi ça parle ? Jean a 30 ans. A vouloir vivre trop intensément, il s’est brûlé les ailes. Il est séropositif. La menace qui pèse sur lui et sa rencontre avec Laura, 17 ans, vont bouleverser son existence : il va s’ouvrir au monde, apprendre à aimer les autres, apprendre à aimer la vie…

Les Nuits fauves est adapté du récit autobiographique de Cyril Collard. Sorti en 1992, ce long métrage fiévreux traitant d'un sujet d'actualité difficile (le SIDA) avait créé la polémique tout en ayant très bien marché en salles (plus de 2.8 millions d'entrées sur le sol français). Son metteur en scène, scénariste et acteur principal décéda du SIDA peu de temps après la sortie du film, en 1993. 

Né dans le 16ème arrondissement de Paris d'un père ingénieur et d'une mère ex-mannequin, Cyril Collard s'inscrit en math sup au lycée Hoche de Versailles après l'obtention de son baccalauréat puis entre à la prestigieuse Centrale-Supélec. Mais le jeune homme nourrit parallèlement des envies d'écriture et de cinéma. C'est dans cette optique qu'il choisit, en 1979, de laisser tomber son cursus universitaire pour se consacrer à ses passions. Après s'être fait la main en assistant Maurice Pialat sur A nos amours(1983) et Police (1985), il passe derrière la caméra et réalise avec le chorégraphe Angelin Preljocaj Les Raboteurs, un court métrage inspiré du célèbre tableau de Gustave Caillebotte. Une première expérience concluante le poussant à poursuivre dans cette voie, en créant et mettant en scène un épisode de la série policière Le Lyonnais diffusée sur France 2.

Fin 1992, Cyril Collard accède à la notoriété lorsque sort en salles Les Nuits fauves, qui est l'adaptation de son roman autobiographique du même nom. Film sulfureux sur les années SIDA et le questionnement sexuel, indissociable de la forte personnalité de son auteur, le long métrage sonne à la fois comme un cri de désespoir de toute une génération et un hymne à la vie, qui surprend par sa fougue formelle et sa liberté de ton, très originale pour l'époque. 

Avec pas loin de trois millions d'entrées en salles sur le sol français, Les Nuit fauves a rencontré un succès très important auprès du public. Atteint lui-même du virus du SIDA, Cyril Collard décéda le 5 mars 1993, soit trois jours avant la Cérémonie des César, où son oeuvre fut récompensée à quatre reprises : Meilleur film, Meilleure première œuvre, Meilleur espoir féminin (Romane Bohringer) et Meilleur montage.

Pour l'anecdote, Cyril Collard ne souhaitait pas, à l'origine, jouer dans Les Nuits fauves et avait ainsi proposé le rôle de Jean à plusieurs acteurs connus qui le refusèrent, dont Patrick Bruel. C'est en partie pour cette raison qu'il a finalement pris la décision de l'incarner lui-même, mais pas seulement : le metteur en scène voulait que son film soit plus centré sur la passion amoureuse que sur la thématique de la séropositivité, ce qui devait, selon lui, passer par une interprétation légère du personnage. Or, les comédiens qu'il avait envisagés ne pensaient pas jouer Jean autrement que de manière dramatique... "On parle beaucoup de séropositivité et de SIDA, mais c'est avant tout quand même une histoire d'amour/passion et l'évolution d'un type qui part d'un fonctionnement égocentrique et qui à cause de cette passion et de la menace arrive à s'ouvrir. (...) Pour moi c'était le pari du film : au-delà de la forme, du style, il fallait qu'il y ait une énergie vitale qui emporte le tout", avait-il confié lorsqu'il était invité à Bouillon de Culture.

En savoir plus sur "Les Nuits fauves"

Source allociné

Voir les commentaires

Rédigé par Michael

Publié dans #programmes télé gay

Repost0

Publié le 1 Octobre 2018

Après "Les Joueurs" (2001) et "Aujourd'hui, maman est morte" (2001), Charles Berling signe un 3ème livre intitulé "Un homme sans identité", dans lequel il se raconte.

"Je ne parlerai ici qu'à travers mon ressenti, sans autre distance que celle de mes sentiments. Je ne prétends à aucune analyse cohérente, ni de moi ni encore moins des autres, je souhaite que ces pages abritent des sensations multiples, éparses, pleines de joie ou de dépit, des histoires en tout sens." Extrait d'"Un homme sans identité", nouveau livre de Charles Berling, qui vient de paraitre aux éditions Le Passeur.

Pluôt que de se livrer dans une autobiographie classique, Charles Berling opte pour un récit au ton personnel, et émaillé de dessins et croquis qu'il a lui même réalisé. Un récit sensible où il est question aussi de la solitude de l'artiste ou de ses passions amoureuses. Au risque de décevoir les amateurs d'anecdotes de tournage, Charles Berling se livre assez peu sur sa carrière en tant que telle, et prend le parti de partager ses impressions, sa vision de la vie. "Je voudrais pouvoir dire tout et son contraire, ou plutôt tenter de décrire ce sentiment d'appartenir à tout et à rien. J'aimerais vous livrer en toute liberté le fil de mes pensées. Cet état qui fait rechercher dans le tout et dans les petits riens que l'on pourrait être."

Il s'agit de son 3ème livre, après avoir signé un livre d'entretien avec Michel Bouquet en 2001 ("Les Joueurs", Grasset), puis un récit consacré à sa mère ("Aujourd'hui, maman est morte", Flammarion, 2011).

Charles Berling était dernièrement à l'affiche de Marvin ou la belle éducation, disponible en DVD et VOD

Source allociné

Voir les commentaires

Rédigé par Michael

Publié dans #livres, #théatre et culture

Repost0

Publié le 1 Octobre 2018

Paramount Pictures France

Le trailer invite à découvrir le rêve derrière la légende. 

La bande-annonce de Rocketman, le biopic d’Elton John, vient d’être dévoilée. Taron Egerton incarne le célèbre chanteur britannique, l’une des rock stars les plus populaires des années 1970. Le film est réalisé par Dexter Fletcher, le réalisateur qui avait repris les rênes de Bohemian Rhapsody, le biopic sur Freddie Mercury, après le renvoi de Bryan Singer.

Fêtes démentes, alcool à gogo et hospitalisation sont au programme de ce biopic qui devrait révéler l’envers du décor de la vie de rock star. Ces premières images montrent également le chanteur sur scène, déguisé en joueur de baseball à paillettes et en reine Elisabéthaine, défiant les lois de l’apesanteur lorsqu’il interprète "Rocketman", et enregistrant en studio - notamment la chanson "Don’t Go Breaking My Heart" avec Kiki Dee.

Rocketman sortira le 29 mai prochain.

Source première

Voir les commentaires

Rédigé par Michael

Publié dans #sorties cinéma, #cinéma gay

Repost0

Publié le 1 Octobre 2018

C'est avec une immense tristesse que l'on apprend la disparition du grand Charles Aznavour.

Charles Aznavour est mort ce lundi 1er octobre 2018 dans la matinée. Son attachée de presse vient de confirmer la triste nouvelle à l'AFP.

L'immense chanteur avait 94 ans.

Voir les commentaires

Rédigé par Michael

Publié dans #people

Repost0

Publié le 30 Septembre 2018

Le roman pour jeunes adultes de Becky Albertalli et d'Adam Silvera, What If It's Us, n'a même pas encore été publié, mais des projets sont déjà en cours pour une adaptation au grand écran.

L'histoire suit Arthur, âgé de 17 ans, qui passe l'été à New York faire un stage au cabinet d'avocats où travaille sa mère.

Après avoir rencontré un garçon mignon prénommé Ben dans un bureau de poste, ils n’ont même pas la possibilité d’échanger leurs coordonnées avant qu’ils ne soient séparés par une performance de flash-mob.

C'est alors que commence leur quête pour se retrouver dans la Grande Pomme. Becky Albertini écrivant les chapitres du point de vue d'Arthur, et Adam Silvera celui de Ben.

Becky Albertalli est l'auteur de Love, Simon.

Ils ont embauché le créateur Brian Yorkey de "13 Raisons why" qui  a adapté le livre, avec Joy Gorman Wettels .

"What If It's Us est une comédie romantique étincelante, une lettre d'amour à New York en été et un regard émouvant et profondément honnête sur ce que c'est d'être un jeune aujourd'hui", a déclaré Yorkey dans un communiqué.

«Ce sont toutes les choses que j'aime et je ne pourrais pas être plus ravie de faire partie de ce projet.»

Becky et Adam seront également producteurs sur le nouveau film.

Voir les commentaires

Rédigé par Michael

Publié dans #sorties cinéma, #cinéma gay

Repost0