Publié le 24 Juillet 2020

Rédigé par Michael

Publié dans #sorties cinéma, #cinéma gay, #lesbien

Repost0

Publié le 24 Juillet 2020

Rédigé par Michael

Publié dans #Livre gay

Repost0

Publié le 21 Juillet 2020

Fraîchement sorti du succès de Pose , le créateur de la série Steven Canals a annoncé son prochain projet: une série télévisée axée sur les militants queer Frank Kameny et Barbara Gittings.

Dans les années 50 et 60, Frank Kameny  et  Barbara Gittings ont été témoins de la soi-disant «peur de la lavande», un ciblage et une purge d'employés homosexuels au sein du gouvernement des États-Unis. Ils ont commencé à travailler ensemble pour défendre la position des Américains LGBTQ patriotiques et faire déclassifier l'homosexualité en tant que maladie mentale. La nouvelle série, intitulé  81 Words , se concentrera sur leurs efforts.

 

Variety rapporte que l'émission sera développée avec FX, le même réseau qui diffuse Pose . Pour l'instant, aucune date de sortie n'a été annoncée.

 

Voir les commentaires

Rédigé par Michael

Publié dans #séries gay

Repost0

Publié le 21 Juillet 2020

Un film LGBT sera en compétition. Il est réalisé par l excellent Alan Ball le créateur de la série six feet under.

Uncle Frank

Réalisé par Alan Ball

 

Synopsis

En 1973, Beth, encore adolescente, quitte sa campagne natale pour aller étudier à l’Université de New York où enseigne son oncle Frank, un professeur de littérature réputé. Elle découvre rapidement qu’il est homosexuel et qu’il partage sa vie depuis longtemps avec son compagnon Wally ; une relation qu’il a toujours gardé secrète. Mais le jour où Mac, le patriarche grincheux de la famille, décède subitement, Frank est contraint de retourner auprès des siens, accompagné de Beth et Wally, afin d’assister aux funérailles. Durant le trajet, il doit confronter les fantômes de son passé et regarder sa famille en face une fois arrivé sur place.

Voir les commentaires

Rédigé par Michael

Publié dans #sorties cinéma, #cinéma gay

Repost0

Publié le 20 Juillet 2020

Avec son huitième long métrage, diffusé sur Canal+, le réalisateur québécois Xavier Dolan s'entoure de ses amis proches pour s'intéresser aux sentiments inavoués, aux codes de la masculinité et à la frontière qui sépare l'amour de l'amitié.

C'est en terrain connu, chez lui, au Québec, et entouré de ses amis, que Xavier Dolan signe son huitième film, Matthias & Maxime. Présenté en compétition officielle au Festival de Cannes en 2019, le long métrage a reçu un accueil plutôt timide dans les salles françaises, comptabilisant un peu plus de 180 000 entrées durant son exploitation. Sa diffusion sur Canal+ et sa future sortie en dvd et blu-ray, annoncée pour le 8 septembre prochain, sont les occasions idéales pour de nouveau s'arrêter sur cette œuvre sensible et bouleversante, qui place l'amitié au cœur de son histoire.

Cette histoire, justement, c'est celle de deux amis d'enfance. Le premier, Matthias (Gabriel D’Almeida Freitas), est un jeune homme brillant, très préoccupé par ses plans de carrière, mais dont l'avenir semble déjà tout tracé aux côtés de sa petite amie. Maxime (Xavier Dolan) est, quant à lui, aux antipodes. Il gagne sa vie grâce à des petits boulots et a pour projet de partir vivre un an en Australie. Un exil qui lui permettrait de s'évader de sa vie morose et de l'emprise qu'exerce sa mère violente et dépressive. Cet état de mal-être est amplifié par la tâche de naissance qui parcourt une partie de son visage et qui attire parfois l'œil de certains inconnus. Un soir, la vie des deux héros va se renverser lorsqu'Érika, la sœur de leur ami Rivette, va leur demander de s'embrasser pour les besoins d'un court métrage amateur.

Un baiser déterminant 

Comment un simple baiser peut bousculer toutes nos certitudes ? C'est la question que pose Xavier Dolan à travers son duo, emprisonné et noyé dans les carcans d'une société qui façonne les individus dès leur plus jeune âge. C'est d'ailleurs le message envoyé dans l'une des premières séquences du film, où Maxime pose le regard sur un panneau publicitaire qui affiche une famille traditionnelle et dite "modèle". Tout au long du récit, les spectateurs observent les remises en question des deux héros, bouleversés par le baiser qu'ils ont échangé, et par leur attirance mutuelle. Dans cette recherche d'identité - un thème majeur dans le cinéma du metteur en scène -, Xavier Dolan déconstruit les codes de la masculinité et les rôles que l'on s'attribue pour se protéger de soi-même et des autres.

Pour accentuer le sentiment de doute et d'instabilité, le cinéaste fait le choix d'isoler ses protagonistes chacun de leur côté une bonne partie du film, avant de les réunir pour une scène onirique, comme Xavier Dolan en a le secret, marquée par l'apparition d'une ampoule qui clignote et le changement du format. En un instant, toute la frustration, la douleur et l'incertitude s'envolent pour laisser place à une tendresse jusqu'ici dissimulée. 

Bien plus qu'une romance, Matthias & Maxime est un grand film sur l'amitié. C'est d'ailleurs aux côtés de ses vrais amis que le réalisateur tourne et joue. Certains sont même déjà apparus dans d'autres de ces longs métrages, comme Catherine Brunet, qui fait une courte apparition dans Mommy. Cette promixité transparaît à l'écran, notamment durant les scènes chorales, et offre au film une vraie authenticité. Plus brut et moins sophistiqué que ses précédentes œuvres, Matthias & Maxime opère un véritable virage dans la carrière de Xavier Dolan. À ne pas manquer.

Source allociné

Voir les commentaires

Rédigé par Michael

Publié dans #programmes télé gay

Repost0

Publié le 20 Juillet 2020

Netflix a dévoilé les noms des deux acteurs et actrices qui prendront place à Las Encinas l'an prochain.

 
 
 

Ne pleurez pas Samuel (Itzan Escamilla), Ander (Arón Piper), Guzman (Miguel Bernardeau) et Omar (Omar Ayuso). Netflix a déjà trouvé leurs remplaçants. La plateforme de streaming a dévoile sur Twitter aujourd'hui les noms des quatre acteurs et actrices voués à prendre la suite au casting, pour la saison 4 de la série à succès Elite.

Il s'agit de Manu Rios, Carla Díaz, Martina Cariddi et Pol Granch, qu'Elite a accueilli "dans sa famille" avec cette photo sur les réseaux sociaux. Quatre illustres inconnus chez nous mais déjà bien implantés au-delà des Pyrénées, notamment sur la toile. Rios, 21 ans, est en effet influenceur de métier, avec plus de 5 millions d'abonnés sur Instagram. Carla Díaz  et Martina Cariddi, la vingtaine, sont deux actrices également très actives sur les réseaux. Quant à Pol Granch, c'est un chanteur repéré dans la version ibérique de l'émission X Factor.

Il s'agit de Manu Rios, Carla Díaz, Martina Cariddi et Pol Granch, qu'Elite a accueilli "dans sa famille" avec cette photo sur les réseaux sociaux. Quatre illustres inconnus chez nous mais déjà bien implantés au-delà des Pyrénées, notamment sur la toile. Rios, 21 ans, est en effet influenceur de métier, avec plus de 5 millions d'abonnés sur Instagram. Carla Díaz  et Martina Cariddi, la vingtaine, sont deux actrices également très actives sur les réseaux. Quant à Pol Granch, c'est un chanteur repéré dans la version ibérique de l'émission X Factor.

Source première

Voir les commentaires

Rédigé par Michael

Publié dans #séries gay, #Netflix

Repost0

Publié le 20 Juillet 2020

Le grand classique de David Lynch avec Naomi Watts et Laura Harring est rediffusé ce dimanche sur Arte.

 
 
 

A l’occasion de la rediffusion de Mulholland Drive, le classique de David Lynch sur Arte dimanche 19 juillet à 21h, nous nous sommes plongés dans les archives de Première pour revenir sur le mystère Mulholland Drive.

A sa présentation en mai 2001 au Festival de Cannes, le film de David Lynch remporte le prix de la Mise en scène tout en plongeant ses spectateurs entre adoration et perplexité face à un schéma narratif décousu. D’ailleurs, même vingt ans plus tard, il suffit de taper "Mulholland Drive" dans notre barre de recherche pour retrouver dans les premières suggestions les mots "analyse" ou "explication". Et pour cause, Naomi Watts et Laura Elena Harring arpentent, désorientées, déchues, les rues sinueuses d’un Hollywood légendaire, le long d’une route sinueuse et sombre dans les hauteurs de Los Angeles, et puis un accident... Notre esprit se borne, trop rationnel à trouver un sens aux évènements, aux visions mystérieuses et hallucinantes. Les questions tourmentent les spectateurs : qui est qui ? où est le réel ? Les premières minutes du film sont-elles les dernières ? Dans le numéro du mois de juin 2001, Gérard Delorme écrivait pour Première un article annonçant Mulholland Drive comme un film qui semblait être "un mélange d’amnésie et de confusion d’identité [qui] rappelle furieusement Twin Peaks et Lost Highway." On ne peut s’empêcher de comparer aux autres œuvres de Lynch ce qu’on pense être des indices, se raccordant à Blue Velvet, à Lost Highway (d'après nous film ultime des années 90) et à Twin Peaks... Il est trop tentant d’interpréter l’image du clochard couvert de suie que voit un jeune schizophrène comme une référence à Bob, la figure désincarnée du mal par excellence de Twin Peaks. Et ce rideau rouge, on l’a aussi vu dans Lost Highway, pas vrai ? La scène de danse qui ouvre le film est-elle, oui ou non, inspirée du Magicien d'Oz ? Les analyses se multiplient, se répondent et se démentent, si bien que nous ne savons plus réellement ce qui est vrai ou non. Et n’est-ce pas l’objet même du film ?

Novembre 2001 : Mulholland Drive sort en salles françaises, et Gérard Delorme interroge justement Lynch sur le sens de son film dans les pages de Première. Mulholland Drive, qui devait être à l’origine une série pour la télévision dérivée de Twin Peaks, est devenu par la force des choses un long métrage. Le réalisateur confiait même qu’il pensait "que cette histoire a toujours aspiré à devenir un film". Mais face aux questions trop inquisitrices quant au sens de Mulholland Drive, il est tout à fait clair : "Je n’aime pas trop m’étendre sur la signification des choses." Un choix d’ailleurs soutenu et confirmé par l’actrice principale, Naomi Watts. Quand le journaliste Christophe Carrière la questionne au sujet de ce qu’elle en a compris, elle répond du tac au tac : "Pourquoi vouloir tout savoir lorsqu’on regarde un film ? Dans la vie, il y a un paquet de choses auxquelles on est incapable de répondre chaque jour." Il nous semble alors que David Lynch ne nous a pas enfermé dans notre incompréhension mais nous a plutôt délivré du sens. L’actrice définit d’ailleurs très bien ce sentiment : "C’est toute la magie de son travail : le public est enfin libre de penser par lui-même."

Mulholland Drive reste alors cette route sublime, hallucinante et énigmatique, qui aura le sens que vous voulez bien lui donner, à arpenter sur Arte dimanche soir à 21h.

Source première

Voir les commentaires

Rédigé par Michael

Publié dans #programmes télé gay, #lesbien

Repost0

Publié le 20 Juillet 2020

Fidélité Films

25 ans avant Eté 85, le réalisateur explorait déjà le thème de la romance estivale et gay.

 
 

A l’occasion de la sorte d’Eté 1985, en salles depuis le 14 juillet, nous vous proposons, en partenariat avec l’Agence du court-métrage, de découvrir cette semaine Une robe d’été, peut-être le court le plus marquant du début de carrière de François Ozon. Deux ans avant son premier long, Sitcom (1998), le réalisateur se faisait remarquer avec ce petit film présenté à la Semaine de la Critique à Cannes. 

Comme dans Eté 85, il s’agit d'une histoire d’amour entre deux garçons, sur fond de vacances, qui se retrouve perturbée par l’intervention d’un personnage féminin : l’actrice espagnole Lucia Sanchez que Ozon dirigera par la suite dans Sitcom.

Source première

Voir les commentaires

Rédigé par Michael

Publié dans #Court-métrage gay

Repost0

Publié le 18 Juillet 2020

Programmes tv du 18 au 31 juillet 2020 :

Ocs city

Dimanche 19 à 22h20

Tangerine (drame)

24 heures dans la vie d’une drôle de Cendrillon qui traverse la cité des anges à la recherche de sa rivale.

Ocs géant 

Mardi 21 à 20h40

Maurice (drame ) 

Quelques années avant la Première Guerre mondiale, la découverte par un jeune bourgeois londonien, intelligent et sensible, Maurice, de ses affinités particulières avec un être de son sexe, Clive. Les tourments et les luttes qui en découlent dans une société victorienne et enfin la victoire de pouvoir assumer en toute honnêteté sa différence. Apres "Chambre avec vue", dernière production de James Ivory qui a obtenu le lion d'argent et a valu a Hugh Grant et James Wilby le prix d’interprétation masculine au festival de Venise en 1987

Ciné+émotion 

Mercredi 22 à 20h50

Girl (drame)

Lara, 15 ans, rêve de devenir danseuse étoile. Avec le soutien de son père, elle se lance à corps perdu dans cette quête d’absolu. Mais ce corps ne se plie pas si facilement à la discipline que lui impose Lara, car celle-ci est née garçon.

Ocs City

Jeudi 30 à 20h40

Les adieux à la reine (drame)

En 1789, à l’aube de la Révolution, Versailles continue de vivre dans l’insouciance et la désinvolture, loin du tumulte qui gronde à Paris. Quand la nouvelle de la prise de la Bastille arrive à la Cour, le château se vide, nobles et serviteurs s’enfuient… Mais Sidonie Laborde, jeune lectrice entièrement dévouée à la Reine, ne veut pas croire les bruits qu’elle entend. Protégée par Marie-Antoinette, rien ne peut lui arriver. Elle ignore que ce sont les trois derniers jours qu’elle vit à ses côtés.

 

 

 

Les rediffusions :

Portrait de la jeune fille en feu le 18 sur c+cinéma 

Matthias et Maxime le 18 sur c+cinéma 

Bruno le 18 sur cine+club 

Macadam cowboy le 18 sur TCM

Mulholland drive le 19 sur Arte

Blitz le 19 sur ciné+frisson 

Mapplethorpe : look at the pictures le 20 sur arte

Roubaix une lumière le 21 sur c+

Bohemian rhapsody le 21 sur ciné+premier

Rocketman le 21 sur c+cinéma 

L'assassinat de Jessie James par le lâche Robert Ford le 22 sur Tcm

Douleur et gloire le 22 sur c+cinéma 

The danish girl le 22 sur Ocs city 

Lola pater le 22 sur Ocs city 

American beauty le 23 sur Altice studio

Yves saint Laurent le 23 sur ciné+émotion 

My beautiful laundrette le 23 sur Tcm

Une femme fantastique le 23 sur Ocs city 

Les crevettes pailletées le 24 sur c+cinéma 

Little miss sunshine le 26 sur arte

Julieta le 26 sur ciné+émotion 

La mauvaise éducation le 26 sur ciné+émotion 

The crying game le 26 sur Ocs  city 

Biopic rhapsody le 26 sur c+cinéma 

La chasse le 28 sur Tcm

4 mariages et 1 enterrement le 29 sur warner tv

La reine garçon le 29 sur arte

L'ombre d'emily le 30 sur  ciné+premier

Valentine's day le 30 sur ciné+émotion 

 

Du côté des séries :

Supergirl sur série club

Doom patrol (saison 1 ) sur Syfy

Quadras (saison 1 ) sur M6

Shades of blue (saison 3 ) sur 13ieme rue

This is is (saison 4 ) sur c+séries 

Crazy ex-girlfriend (saison 4) sur téva

Vernon subutex sur c+séries 

Killing Eve sur c+séries

The sinner (saison 3 ) sur Altice studio 

Marvel's runaways (saison 3 )  sur Syfy

Demain nous appartient sur Tf1

Plus belle la vie sur France  3

Buffy contre les vampires sur 6ter

Brooklyn nine-nine sur c+séries

Legacies (saison 2 ) sur Syfy

Swat (saison 2 ) sur c8

 

Voir les commentaires

Rédigé par Michael

Publié dans #programmes télé gay

Repost0

Publié le 17 Juillet 2020

 

Le nouveau film pour adolescents de Netflix, Work It, est un rappel des films de danse à succès du début des années 2000 !

Avec Sabrina Carpenter, Liza Koshy, Jordan Fisher et Keiynan Lonsdale (love Simon), l'histoire suit Quinn, une lycéenne désespérée d'entrer à Yale et qui pense que faire partie de l'équipe de danse de son école est son ticket d'entrée. 

Le 7 août sur Netflix 

Voir les commentaires

Rédigé par Michael

Publié dans #Netflix, #programmes télé gay

Repost0