Publié le 8 Juillet 2008

Saturno contro
drame

Film italien, sortie le 09/07/2008
Réalisé par Ferzan Ozpetek
Avec Stefano Accorsi, Margherita Buy

Durée : 1h50
Lien officiel : www.saturnocontro.com/

Le coma d’un jeune homme bouleverse l’existence de son amant et de ses amis les plus proches. Sorti en douce par un distributeur français peu confiant dans le potentiel économique de son film, le nouveau long-métrage de Ferzan Ozpetek (Hammam, Tableau de famille) lui permet de retrouver ses thèmes de prédilection. Soient l’amitié, l’amour (gay et hétéro), la mort et, pour agrémenter ce raccourci existentiel, nos aspirations au bonheur, mais aussi notre goût pour le mensonge, nos lâchetés et nos hypocrisies. Un mélodrame un rien bobo auquel on aimerait volontiers compatir si l’écriture avait l’audace de sortir des chemins battus et évitait de se réfugier dans les clichés les plus éculés.


source tétû

Voir les commentaires

Rédigé par Michael

Publié dans #sorties cinéma

Repost0

Publié le 3 Juillet 2008

.Une histoire Italienne

Un film de
Marco Tullio Giordana, avec Monica Bellucci et Luca Zingaretti

Titre original : SANGUEPAZZO (Italie)
Genre : Drame, Historique - Duree : 2H28 mn

Distributeur : Ocean films

Sortie en salles le 09 Juillet 2008

A l'aube du 30 avril 1945, cinq jours après la Libération, on découvre, dans la banlieue de Milan, les corps d'Osvaldo Valenti et de Luisa Ferida, exécutés quelques heures auparavant par les partisans. Couple célèbre à la vie comme à l'écran, Valenti et Ferida étaient deux stars de ce cinéma des " téléphones blancs " que le fascisme avait encouragé et dans lequel ils incarnaient presque toujours des personnages négatifs et scélérats. Leur vie privée était, elle aussi, désordonnée ; ils étaient tous deux cocaïnomanes et avaient, disait-on, tendance à s'adonner à la promiscuité sexuelle.






 

Un film de Claude Miller avec Patrick Dewaere, Patrick Bouchitey, Christine Pascal, Claude Piéplu...

(France)
Genre : Comedie Dramatique, Drame - Duree : 1H30 mn

Distributeur : Swashbuckler Films - Editeur DVD : MK2 Editions

Sortie à la Vente en DVD le 15 Mars 2006
Sortie à la Location en DVD le 22 Mars 2006
Sortie en salles le 27 Août 2008 (Reprise, Première sortie en 1976)

1960. Marc et Philippe sont moniteurs dans une colonie de vacances en Auvergne ; tout les oppose. Marc, braillard et sportif, entraîne les enfants au football, tandis que Philippe, intellectuel rêveur et secret, les initie à la lecture et au théâtre. Une relation ambiguë, mélange de sadisme et de vénération, s'instaure entre les deux hommes...

bande-annonce

Voir les commentaires

Rédigé par Michael

Publié dans #sorties cinéma

Repost0

Publié le 3 Juillet 2008

LA REPRÉSENTATION LESBIENNE

DANS LES SÉRIES TÉLÉVISÉES


 

3. Et la France dans tout ça ?


 

Une chronique d'Isabelle B. Price, d'Univers-L
 


Et la France dans tout cela, me direz-vous ? La France… Et bien, elle est trop occupée à se moquer du puritanisme américain et de la censure omniprésente outre-atlantique pour oser ne serait-ce que créer une série nouvelle au concept innovant. Chez nous les séries se nomment P.J., Avocats et Associés, Léa Parker, Sous le Soleil et l’idée même d’un personnage lesbien récurrent n’est pas envisageable. La représentation homosexuelle sur le petit écran passe en France par la diffusion de séries étrangères. À ce titre, The L-Word et Queer As Folk font les beaux jours de Canal +.




 

La France n’ose pas aborder l’homosexualité de manière régulière. Elle préfère traiter ce sujet durant 90 minutes, la durée moyenne d’un téléfilm. Et des téléfilms intéressants, nous en produisons. À ce titre, Un Amour de Femme diffusé sur M6 en 2001 a séduit le public français et étranger. Jeanne (Hélène Fillières) est une femme mariée et mère d’un petit garçon qui rencontre un jour Marie (Raffaëla Anderson), une danseuse, dont elle tombe amoureuse. Confrontée à un choix, elle privilégie l’amour aux apparences.



Produit la même année, Clara cet été-là est un téléfilm destiné aux adolescents. Centré sur la vie de Clara (Selma Brook), il nous fait découvrir son questionnement sur sa sexualité durant un été, dans un camp de vacances. Clara cherche à savoir qui elle est et qui elle aime, couche avec un garçon avant de succomber au charme de Sonia (Salomé Stevenin), une lesbienne sûre d’elle et indépendante.

 


 

Deux autres téléfilms plus revendicateurs et ancrés dans la société actuelle abordent la question de l’homoparentalité. Des Parents pas comme les autres, diffusé en 2002 sur M6 (encore elle), présente la vie d’Olympe, une adolescente amoureuse d’un garçon. Un début simple et connu, malheureusement compliqué par l’histoire familiale complexe et non assumée des parents de la jeune fille. Enfant d’un gay fier et d’une lesbienne honteuse, Olympe (Louise Monot) fait tout pour briser la loi du silence qui règne dans sa famille.

Dans la même veine, Tous les papas ne font pas pipi debout aborde la question de l’homoparentalité. Sorti quelques années plus tôt, en 1998 sur France 2, ce téléfilm présente un couple de femmes qui s’aiment, Dan (Natacha Lindinger) et Zoé (Carole Richert). Elles élèvent ensemble leur fils, Simon (Corentin Mardaga), porté par Zoé. Mais du haut de ses dix ans le jeune garçon cherche à connaître ses origines et souhaite rencontrer ce père qui lui manque tant. Avec pudeur et sensibilité, Tous les papas ne font pas pipi debout offre le portrait touchant de deux femmes amoureuses perdues parce que l’enfant qu’elles ont désiré plus que tout les rejette. Une histoire forte et bouleversante.


En février 2007, France 2 (l’autre chaîne adepte des téléfilms gays) diffusait le très beau téléfilm La Surprise. Marion (Mireille Perrier), une femme de quarante ans qui s’ennuie auprès de son mari, décide un jour de divorcer. Après cette séparation que sa fille ne comprend pas,  elle rencontre une jeune femme dont elle tombe amoureuse. Succès critique et publique, cette très belle histoire d’amour remporte le prix du Public au Festival de Luchon en 2006.

  C’est ainsi que depuis quelques années, depuis le début des années 2000 seulement, se mettent en place des personnages lesbiens secondaires dans des téléfilms connus et plébiscités.

 

http://dvdtoile.com/ARTISTES/48/48042.jpg

Lieutenant Charlotte Marszewski (Alice Béat)

 

La série-téléfilm Commissaire Moulin est la première à avoir pris le risque en faisant du lieutenant Charlotte Marszewski (Alice Béat), l’une des collègues de Moulin (Yves Rénier), une lesbienne.  

http://tv.numericable.fr/ImCon/Arti/23201/1504060903.JPGCécile Perrier (Vanessa Guedj)


Il en est de même pour Cécile Perrier (Vanessa Guedj) baptisée Bimbo dans la série Diane, Femme Flic. Elle est lesbienne, tous ses collègues sont au courant.  

http://www.tele7.fr/var/t7j/storage/images/diaporama/galerie-photos-de-notable-donc-coupable/isabelle-renauld/1839993-1-fre-FR/isabelle_renauld_image_diaporama_paysage.jpg

Lauren Valmont (Isabelle Renauld)

 

Brigade spéciale, un autre téléfilm « feuilletonesque » a bien tenté de proposer un personnage principal homosexuel en la personne de Lauren Valmont (Isabelle Renauld). Commandant de la Brigade spéciale et profileur, Lauren est lesbienne et se contente de le confier naturellement à sa collègue Claire (Delphine Rollin) durant l’épisode « Enfance Volée ». 


http://pj.france2.fr/IMG/jpg/pj-2.jpg

 

Seulement, le succès des séries américaines dès la fin des années 90 et le génie de leurs auteurs ont rapidement amené les chaînes à diffuser ces programmes et à les copier. P.J. n’est qu’une vulgaire copie de NYPD Blue. Son couple lesbien présent dans quelques épisodes sera inintéressant au possible et bourré de clichés.

http://87.98.222.182/1/58/29/51/PHOTO-28-MARS/photo9.jpg

 

Plus belle la vie, basée sur les soap opéras américains, a certes proposé un, puis deux couples gays stables à travers Thomas Lenoir (Laurent Kerusore) et le policier Nicolas Barrel (Nicolas Herman) son amant tué en février 2007 remplacé ensuite par le juge Florian Estève (Franck Borde) mais également une lesbienne folle, Christelle Le Bihac (Valentine Carrette puis Juliette Wiatr). Nièce de Charlotte (Hélène Médigue), l’une des héroïnes, cette adolescente de 17 ans sera internée en hôpital psychiatrique après avoir poursuivi de ses assiduités Luna, une amie de sa tante et l’avoir harcelée. En 2006, un nouveau couple de méchants apparaît, il s’agit de Gabriel Mercoeur (Didier Menin) et de sa femme Karine (Nathalie Grandhomme).
La surprise viendra de l’arrivée lors de l’épisode 915 du 14 mars 2008 du personnage de Virginie (Virginie Pauc). Cette jeune femme, chef de chantier pistonnée par sa petite amie adjointe à la mairie de Marseille, entre par la grande porte à l’entreprise Phénicie. Elle se lie d’amitié avec Céline qui contre toute attente tombera amoureuse d’elle et décidera d’explorer ses sentiments. Une histoire rafraîchissante, loin des poncifs du genre, qui amène Céline à s’interroger sur les étiquettes et le fait d’être homo ou hétéro.


http://programmes.france2.fr/cinq-soeurs/IMG/jpg/perso14.jpg

Dans un registre similaire, le feuilleton Cinq Sœurs sur France 2 a tenté d’introduire une romance lesbienne. Diffusé à 18h15 du lundi au vendredi pour concurrencer Plus belle la vie, ce feuilleton est centré sur la famille Matéi. Autour du père veuf, évoluent cinq filles et bientôt un garçon. Alors que le meilleur ami d’Elise (Charlotte Becquin) est ouvertement gay et ne cache pas qu’il vit avec un homme qu’il aime, que le frère de Laurent (Denis Cherer), le mari de Bénédicte (Théa Boswell) est un transsexuel, la plus jeune sœur, Emmanuelle (Julia Cecillon), hésite à être lesbienne.


http://8b.img.v4.skyrock.com/8b3/zodiaque-01/pics/552830254_small.jpg

Quand au baiser du téléfilm Le Maître du Zodiaque entre Natacha Lindinger et Claire Keim (alias Eva Trammel et Esther Delaître), il laissait deviner à tout connaisseur l’identité du tueur. Dans les téléfilms à suspense français, les méchantes continuent à se trahir en embrassant les héroïnes.

Finalement, en France, nous produisons d’excellents téléfilms abordant le thème de l’homosexualité mais il nous reste encore un long chemin à parcourir pour que nos séries atteignent un jour les niveaux britanniques et américains.


Isabelle B. Price (2008)

source www.lestoilesroses.com

Voir les commentaires

Rédigé par Michael

Publié dans #séries gay

Repost0

Publié le 2 Juillet 2008

Three Days of Darkness

(Tatlong araw ng kadiliman])

Khavn De La Cruz
2007, Philippines


 

Trois amies, Kimberly, Michiko et Isabel vivent dans une vieille maison isolée et ont chacune des vies personnelles compliquées. Quand le Jugement Dernier s’accomplit, elles sont piégées chez elles et plongées dans l’obscurité pendant les trois jours d’Apocalypse. Tandis qu’elles succombent à leurs pulsions saphiques inassouvies, les jeunes femmes tentent de survivre aux démons qui les assaillent. Avec Three Days of Darkness, Khavn De La Cruz détourne intelligemment le genre horrifique en mettant en évidence le message social et métaphysique qu’il peut transmettre. Partagées entre plaisir et foi, hédonisme et religion, les héroïnes évoquent les dilemmes de la nation philippine face aux influences coloniales. Grâce à une mise en scène heurtée qui alterne séquences sensuelles et scènes d’angoisse viscérale, un montage maîtrisé et des actrices atypiques, le réalisateur livre un cauchemar apocalyptique brillant, vicieux et dérangeant.

Les séances
   
 
Lundi 7 juillet 2008 
  22h, MK2 Bibliothèque (13e), présenté par le réalisateur
 
http://www.pariscinema.org/fr/propos/apropos07.html





1h30 / vidéo / couleur / sous-titré anglais / interdit aux moins de 16 ans
Scénario : Khavn De La Cruz, Alfred Aloysius Adlawan
Interprétation : Katya Santos, Gwen Garci, Precious Adona, Bugz Daigo
Production : Chits Jimenez, Khavn De La Cruz, Filmless Films
Image : Albert Banzon
Son : Corrine De San Jose
Décors : Jeck Cogama
Montage : Lawrence S. Ang
Musique : Khavn De La Cruz
Source : Filmless Films

Voir les commentaires

Rédigé par Michael

Publié dans #sorties cinéma

Repost0

Publié le 2 Juillet 2008



Solidays : 10ème anniversaire du festival musical de lutte contre le sida

Solidays, le festival musical de lutte contre le sida, qui célèbre sa dixième édition de vendredi à dimanche, s'attend à une affluence exceptionnelle après la forte baisse de l'an dernier, grâce au nouveau cap artistique de la programmation.
"On n'a jamais vendu autant de billets. On va battre le record de 2004, qui était de 135 000 spectateurs, et je pense qu'on sera 150 000 cette année", se réjouit Luc Barruet, le directeur-fondateur de Solidarité Sida, association qui organise le festival depuis 1999 à l'hippodrome de Longchamp, à Paris.

Ces prévisions sont d'autant plus satisfaisantes pour les organisateurs que Solidays se déroule durant un week-end musicalement très chargé.
L'an dernier, avec quelque 110 000 spectateurs, Solidays avait vu son affluence chuter de 28%, ce qui a nui à la récolte des fonds destinés à lutter contre le sida.

Cette année, Solidays a pris un nouveau cap artistique. La programmation est plus pointue et davantage axée sur la pop et le rock indépendants. Côté musique électronique, Solidays organise pour la première fois deux "nuits électro" vendredi et samedi, à partir de minuit, avec des artistes et DJ de premier plan.
Le concert-anniversaire, samedi à partir de 23h00, sera le temps fort de cette 10e édition.
Au total, 80 concerts et 200 artistes sont au programme de ces trois jours.

L'objectif premier de Solidays, la mobilisation contre le sida, en fait un festival à part. Il accueille des associations du monde entier, des animations dédiées à la prévention ainsi que des manèges ou des activités sportives, avec une politique tarifaire attrayante.
Solidays, qui fêtera lors de cette édition son millionième festivalier, a permis de réunir depuis sa création 8 millions d'euros pour l'aide aux malades, selon Solidarité Sida.
http://www.solidays.org/

Voir les commentaires

Rédigé par Michael

Publié dans #théatre et culture

Repost0

Publié le 1 Juillet 2008

Le réalisateur de «Hammam», «fatigué» d'être une icône gay

Drôle de déclarations du réalisateur italo-turc Ferzan Ozpetek (photo), auteur de Hammam et de Tableau de famille et ouvertement homosexuel. Lors d'une interview accordé au mensuel de cinéma Ciak, dans son édition de juillet, pour parler de son nouveau film qui sera présenté au Festival de Venise en septembre, Ozpetek s'est justifié sur la transformation en femme d'un personnage gay dans son nouveau film. «Ce gay là était trop facile, il semblait écrit exprès pour moi, (...) je parle de sentiments qui n'ont pas d'identité sexuelle, (...) je raconte la vie des gens que je connais, pas une histoire gay.» Le nouveau film du réalisateur est tiré d'un roman de Melania Mazzucco, Un Jour Parfait.

Selon le cinéaste, qui ne se considère pas comme «un metteur en scène de l'extrême», réaliser des films sur l'homosexualité, comme il l'a fait jusqu'à présent, se révèle être épuisant: «Les gens ne voient pas l'intégralité de l'histoire, on te parle seulement de ça. (...) Je suis fatigué d'être considéré comme une icône gay.»

Ferzan Ozpetek se dit également prêt à avoir une aventure avec une femme. «Comment on peut affirmer que pour toute la vie on aimera seulement des hommes ou seulement des femmes? D'un moment à l'autre, tout peut changer.»



Copyright tetu.com

par Fausto Furio Colombo

Voir les commentaires

Rédigé par Michael

Publié dans #sorties cinéma

Repost0

Publié le 1 Juillet 2008


Concours de nouvelles contre l'homophobie: renvoyez vos textes!

À la suite d'un problème technique indépendant de la volonté des organisateurs, les textes envoyés pour le concours de nouvelles contre l'homophobie n'ont pu être réceptionnés correctement. Le Comité Idaho présente ses excuses aux personnes qui ont envoyé une nouvelle, et les prie de les envoyer à nouveau d'ici au 16 juillet à l'adresse suivante: tinluigi@aol.com.

Ce concours annuel, qui a lieu chaque année à l'occasion de la Journée mondiale contre l'homophobie du 17 mai, propose aux auteurs d'envoyer un texte de 2.000 mots maximum sur ce thème. Le gagnant sera publié dans un prochain numéro de Têtu, partenaire du concours.

Consulter les règles du concours.

Copyright tetu.com

Voir les commentaires

Rédigé par Michael

Publié dans #théatre et culture

Repost0

Publié le 1 Juillet 2008

Le jardin des dindes
THÉÂTRE LE BOUT (Paris)
62 bis rue Pigalle - Salle ronde - M°Pigalle

01 42 85 11 88

agrandir


De 21h45 à 22h45. Plein tarif 15 euros / Réduits 10 eur et 7.5 eur ( - 26 ans, étudiants, chômeurs, groupes, sites de réduction : billetreduc.com, adhérents fnac etc )
Le jardin des Dindes est un one (wo)man show halluciné dans l'univers délirant de Jean Philippe Set.
Du monde de la mode aux zincs de Pigalle, du téléachat au manga, le Jardin des Dindes est un spectacle jubilatoire délicieusement incorrect où tous les fous rires sont permis. Jean Philippe Set présente une galerie de personnages féminins avec audace, excès et dérision.

Voir les commentaires

Rédigé par Michael

Publié dans #théatre et culture

Repost0

Publié le 23 Juin 2008




 





La série:

Cette série parle de la famille Carlin, composée des parents ainsi que de Spencer (16 ans), Glen (17 ans) et Clay (17 ans - adopté) qui déménage d'une petite ville de l'Ohio pour aller vivre à Los Angeles.

Les trois adolescents vont devoir se faire à leur nouvelle vie, rencontrer des nouvelles personnes, un nouveau milieu,...

Entre Spencer qui se pose de plus en plus de question par rapport à son orientation sexuelle ou Clay qui découvre le racisme ou encore Glen qui se fait totalement à sa nouvelle vie, peut-être même un peu trop... Cette série promet de gros rebondissements...



Développement :




> Les résumés courts des saisons 1 et 2 sont terminés.

> De
nouveaux webisodes de la saison 3 sont disponibles.

>
13 webisodes de la saison 2 ont été ajoutés aux galeries.

> Des vidéos
Behind the Scene ont été ajoutées.


South Of Nowhere est une série américaine toujours en production créée par Tom Lynch en 2005.

L'histoire se concentre sur Spencer Carlin, une jeune femme de 16 ans qui vient de quitter l'Ohio avec sa famille pour emménager à Los Angeles. Spence à deux frères, Glen, 17 ans, un sportif imbu de lui-même et star du basket-ball et Clay, un adolescent noir de 17 ans également très intelligent qui a été adopté à l'âge de huit ans. Arthur, le père de famille est travailleur social alors que Paula, la maman est médecin. C'est d'ailleurs parce qu'un travail très intéressant en clinique a été proposé à la jeune femme que toute la famille a déménagée.

Au lycée, Spencer fait la connaissance d'Ashley, une jeune lesbienne de son âge très sûre d'elle et extravertie. Les deux adolescentes deviennent amies et au contact d'Ash, Spencer commence à s'interroger sur sa propre sexualité, ses désirs et son identité.

Ashley est la fille d'une star du rock et d'une femme d'affaire. Ses parents ayant divorcé alors qu'elle était très jeune, elle vit seule avec sa mère. Séduisante, belle, intelligente et adepte des répliques acerbes, Ashley est une adolescente qui pourrait au premier abord apparaître comme une petite fille riche et hautaine. Or il n'en est rien. Sous cette apparence décontraction et cette assurance à toute épreuve, la jeune femme dissimule de nombreuses blessures. Ses parents ne se soucient pas d'elle, elle a désespérément besoin d'être aimée et a fait une fausse couche il y a moins d'un an.

Ash est lesbienne et a fait son coming-out au lycée et à sa famille. Avant de réaliser qu'elle est homosexuelle, la jeune femme sortait avec Aiden dont elle a été enceinte avant de perdre le bébé. Il a subsisté une tendre et douce amitié entre les deux adolescents qui sont encore très proches aujourd'hui.

Refusant de rentrer dans le moule et de se plier aux règles en rigueur au lycée, Ashley passe pour une extra-terrestre auprès de ses camarades. Intriguée par la douceur et la gentillesse de Spencer, Ashley se lie d'amitié avec la jeune femme. Elle se laisse apprivoiser petit à petit et commence à se livrer à celle-ci prenant le risque de se faire détester. En effet, Ashley a déjà beaucoup vécu et couché avec de très nombreuses filles.

Toujours à la recherche d'attention et d'amour, Ashley passe rapidement beaucoup de temps avec Spencer et devient une invitée régulière des Carlin qui n'apprécient pas tous son intrusion dans la famille. Surtout Paula qui est persuadée qu'Ashley a une mauvaise influence sur Spencer.

Spence lance finalement un ultimatum à Ash. Soit elle accepte de se rapprocher d'elle soit elle sort de sa vie. Ashley se remet en question, réalise qu'elle aime Spencer, que c'est la peur qui lui fait prendre du recul et finit par l'embrasser. Les deux adolescentes passent une nuit ensemble et débutent une relation amoureuse.

Malheureusement, la mort du père d'Ashley ébranle profondément l'adolescente qui découvre à cette occasion qu'elle a une demi-soeur de son âge dont elle ignorait l'existence. Afin de garder l'héritage, la mère d'Ashley accepte que celle-ci vive chez elles. Ash refuse de voir Kyla comme sa sour et passe son temps à la remballer et à la rejeter.

Un soir, alors qu'Ashley et Spence sont au lit chez cette dernière, Paula les découvre. Elle jette l'adolescente dehors et lui interdit de revoir sa fille. Ne pouvant se résoudre à vivre sans celle qu'elle aime, Ash se rend chez Spencer, la libère et fait une fugue avec elle. Après leur retour et les déclarations de soutien et de fierté d'Arthur, Ash est officiellement considérée comme la petite amie de Spencer.

Seulement Ash a du mal à accepter cette nouvelle situation. Elle a l'impression de ne plus être libre, de toujours être surveillée et pense qu'elle n'est qu'une expérience pour Spencer. Elle se rapproche donc d'Aiden avec lequel elle a gardé de très bons contacts. Plus le temps passe plus elle s'éloigne de Spence. Lorsque Aiden lui déclare être toujours amoureux d'elle, Ash est perturbée et ignore qui choisir entre lui et Spencer.

Pour résumer South Of Nowhere en quelques mots, il suffit de se dire que la série traite des problèmes de l'adolescence et de cette question cruciale qui nous a tous obnubilée un jour « Qui suis-je ? » S'y rajoute d'autres interrogations du type « Où vais-je ? En quoi puis-je croire ? Quelle est ma place dans la famille ? Dans la société ?... »




pour en savoir plus

Voir les commentaires

Rédigé par Michael

Publié dans #séries gay

Repost0

Publié le 19 Juin 2008

LA REPRÉSENTATION LESBIENNE

DANS LES SÉRIES TÉLÉVISÉES


 

2. Des Britannique sans tabou...


 

Une chronique d'Isabelle B. Price, d'Univers-L
 


Même si la plupart des français considèrent les américains comme les maîtres actuels en matière de séries télévisées, la production anglaise est cependant loin d’être médiocre… au contraire. Moins victime de la censure omniprésente aux États-Unis, elle a tout autant contribué à la visibilité homosexuelle sur le petit écran. En effet, les réalisations sont plus dépendantes des producteurs et des chaînes qui les achètent que des publicitaires diffusant leurs annonces. Cet état de fait a rapidement amené les britanniques à créer des séries de qualités extrêmement décomplexées.


 

en 1999, Russel T. Davies ose la série Queer As Folk. Cette mini série basée sur un groupe d’amis trentenaires homosexuels révolutionne la représentation gay anglaise.



Heureusement, la même année apparaît sur les écrans britanniques la série Bad Girls traduite Les Condamnées chez nous. Créée par Ann MacManus, Eileen Gallagher et Maureen Chadwick, elle se déroule à Larkhall, une prison anglaise où se côtoient détenues et gardiens.



Pour la première fois une série basée sur un grand nombre de personnages ose proposer plusieurs lesbiennes successives abordées de la même manière que les personnages hétéros. Un traitement identique, des histoires complexes et passionnantes, des personnages profonds et variés, sont autant de qualités qui font le succès de la série.



Deux ans plus tard, en 2001, l’Angleterre renoue avec le style mini série comme pour Queer As Folk. Créée par Rikki Beaddle-Blair, Metrosexuality est une série riche et décomplexée avec des personnages hauts en couleurs. Kwame (Noel Clarke) a 17 ans et deux pères séparés, Max (Rikki Beadle Blair) et Jordan (Karl Collins) qu’il tente par tous les moyens de réconcilier. Malheureusement Jordan est amoureux d’un nouvel homme et cela complique bien les choses. Metrosexuality est certes principalement centrée sur des hommes, mais a l’avantage de présenter deux couples de lesbiennes.


Ce traitement, loin de la morale bien pensante et des schémas traditionnels, se retrouve dans la série Hex, la Malédiction sortie en 2004. Thelma (Jemima Rooper) est une adolescente amoureuse de sa meilleure amie, Cassie (Christina Cole). Elle rêve que leur relation devienne plus qu’amicale mais Cassie, même si elle connaît les sentiments de Thelma, ne le souhaite pas. Lorsque Thelma est assassinée par un ange maléfique, elle devient un fantôme et découvre les pouvoirs magiques de Cassie.



Avec son look particulier hésitant entre punk et gothique, son humour décapant et sa noirceur désenchantée, Hex, la Malédiction s’adresse aux jeunes de manière intelligente ce que peu de séries savent faire.



Mais la véritable révolution en matière de séries télévisées et de représentation lesbienne anglaise intervient le 7 juin 2005 avec l’arrivée de Sugar Rush. Adaptée du roman éponyme de Julie Burchill, la série se concentre sur la vie de Kim (Olivia Hallinan), une adolescente de 15 ans amoureuse de sa meilleure amie, Sugar (Lenora Crichlow). Plus nerveuse, réaliste, amusante et européenne que The L-Word, Sugar Rush est une série séduisante et innovante.



Plus récemment, la chaîne BBC a diffusé en Janvier 2008 une nouvelle série, Mistresses, centrée sur un groupe d’amies trentenaires. Toutes entretiennent ou ont entretenues des liaisons extraconjugales.



Aborder la manière dont les anglais représentent l’homosexualité de façon décomplexée, riche et sans tabou, en omettant les deux adaptations des romans de Sarah Waters serait une erreur. En 2002, la BBC adapte le livre Tipping The Velvet. Plébiscitée par le public, cette mini série permet à la chaîne de battre des records d’audience avec plus de 5 millions de téléspectateurs. La série se déroule à la fin du XIXe siècle dans l’Angleterre victorienne et reprend les grandes lignes du roman. Même si des aménagements ont dû être fait, la série parvient à restituer le climat, les décors, les sentiments et les combats qui avaient fait le succès du livre.



Après ce pari gagné, la chaîne lance l’adaptation d’un autre roman de Sarah Waters, Fingersmith. Là aussi, le public est conquis par les aventures de Sue et Maud. Les scénaristes parviennent une nouvelle fois à transposer cette histoire dense tout en préservant son âme. Grâce à ces deux adaptations et à la troisième, en cours de tournage, les romans lesbiens sortent du placard et deviennent de véritables mines d’or pour les producteurs. Visibilité quand tu nous tiens !


 

À SUIVRE…

Isabelle B. Price (2008)

la version longue sur http://www.lestoilesroses.com/article-20580271.html

Voir les commentaires

Rédigé par Michael

Publié dans #séries gay

Repost0