Publié le 25 Août 2020

Le nouveau film de Francis Lee bénéficie du label Cannes 2020.

 
 
 

Après Seule la Terre (2017), qui racontait l’histoire d’amour entre un jeune fermier du Yorkshire et un ouvrier agricole roumain, le réalisateur Francis Lee revient avec une nouvelle romance gay, Ammonite, cette fois entre deux femmes et inspirée de faits réels. Dans ce film situé en 1840, en pleine époque victorienne, un riche londonien vient mettre sa jeune et souffrante épouse (Saoirse Ronan) au vert chez Mary Anning, une paléontologue renommée (Kate Winslet) qui s’est retirée au bord de la mer. 

Ce film, qui n’est pas sans rappeler Portrait de la jeune fille en feu de Céline Sciamma, fait partie de la sélection Cannes 2020. Il sera présenté au Festival de Toronto en septembre et sortira aux Etats-Unis le 13 novembre. En France, il faudra patienter jusqu’au 31 mars 2021 pour le découvrir en salle. 

"Il ne s’agit pas d’un biopic", expliquait Francis Lee en juin dernier à Entertainment Weekly. "C’est simplement inspiré de sa vie. J’étais incroyablement chanceux de pouvoir tourner avec Kate Winslet et Saoirse Ronan. Elles jouent le rôle de deux femmes qui développent une relation intime et intense."

Source première

Voir les commentaires

Rédigé par Michael

Publié dans #sorties cinéma, #cinéma gay, #lesbien

Repost0

Publié le 24 Août 2020

Rédigé par Michael

Publié dans #sorties dvd, #dvd gay

Repost0

Publié le 22 Août 2020

Ryan Murphy a réuni un casting de stars LGBTQ + pour la prochaine adaptation de Netflix de The Boys in the Band . 

À l'origine un scénario controversé de 1968 sur la vie désordonnée d’hommes homosexuels, The Boys a été adapté dans un film révolutionnaire en 1970. Murphy a relancé le spectacle à Broadway en 2018, qui a remporté quelques Tony Awards, et maintenant le spectacle devrait être présenté le mois prochain sur Netflix.

Jim Parsons jouera dans le film aux côtés de Zachary Quinto, Matt Bomer, Andrew Rannells, Charlie Carver, Robin de Jesús, Brian Hutchison, Michael Benjamin Washington et Tuc Watkins.

Réalisé par Joe Mantello, la description officielle se lit comme suit: «En 1968, à New York - alors que le fait d'être gay était encore mal vu- un groupe d'amis se réunit pour une fête d'anniversaire animée par Michael (Jim Parsons), un scénariste qui dépense et boit trop, en l'honneur de Harold (Zachary Quinto).

Les autres fêtards sont Donald (Matt Bomer), l'ancien amour de Michael, maintenant embourbé dans l'auto-analyse;

Larry (Andrew Rannells) , un artiste commercial vivant avec Hank (Tuc Watkins), un instituteur qui vient de quitter sa femme;

Bernard (Michael Benjamin Washington), un bibliothécaire.

Emory (Robin de Jesús), un décorateur et un arnaqueur (Charlie Carver), engagé pour être le cadeau d'Harold pour la nuit.

Ce qui commence comme une soirée entre boissons et  rires est bouleversé quand Alan (Brian Hutchison), le colocataire à l'université de Michael, se présente de manière inattendue et que chacun est mis au défi de faire face à des vérités longtemps enfouies qui menacent la fondation du lien étroit du groupe. "

The Boys in the Band sortira le 30 septembre sur Netflix!

 

Voir les commentaires

Rédigé par Michael

Publié dans #Netflix, #programmes télé gay

Repost0

Publié le 22 Août 2020

I Am Not Okay With This et The Society, deux séries inclusives LGBTQ qui ont été acclamées par la critique et les fans du monde entier, ont été officiellement annulées par Netflix, rapporte Variety

 

 I Am Not Okay With This met en vedette Sydney, une adolescente en colère dont le père est récemment décédé, qui a du mal à s'acclimater à sa vie «normale», qui déraille davantage lorsqu'elle découvre qu'elle a des super pouvoirs télékinésiques - et des sentiments pour sa meilleure amie .

The society a suivi un groupe d'adolescents qui reviennent d'une excursion et se rendent compte que tout le monde dans leur ville a disparu. Le drame apocalyptique présentait une relation entre deux garçons nommés Sam et Grizz , dont l'un était sourd et joué par l'acteur sourd Sean Berdy. 

Les fans ont été déçus d'apprendre que les deux émissions avaient été abandonnées. IANOWT travaillaient sur les scripts de la saison 2. The society avait déjà été assuré d’une saison 2. 

Selon Variety , Netflix a annulé les émissions en raison de la pandémie COVID-19, ainsi que des problèmes de sécurité et de budget.

Voir les commentaires

Rédigé par Michael

Publié dans #séries gay, #Netflix

Repost0

Publié le 22 Août 2020

En plongeant dans l’intimité familiale dans Madame, Stéphane Riethauser explore le poids de la domination du masculin.

Et si les meilleures histoires étaient les nôtres? Et si la plus grande aventure c’était déjà d’essayer d’être soi ? Home movie politique et déchirant, Madame étale devant nous la fabrique d’une identité à travers le prisme d’une famille, ses petits recoins cachés, ses règles tacites et ses moments de liesse ordonnés. Des images en apparence banales, des moments de vie simples, de petites vidéos faites au caméscope ou en Super 8, des photos de vacances, des repas de fête, des jeux d’enfants qui, revus aujourd’hui, prennent une signification troublante. La sensation d’une vérité masquée, d’un jeu de dupe auquel on participe malgré soi.

Diktat du masculin dominant

Avec son film, Stéphane Riethauser ne déterre pas des secrets de famille. Il expose son tombeau, celui d’un ado homo condamné pendant longtemps à se taire. Il raconte, images à l’appui, comment il a “joué le jeu”, s’est plié au rôle du “bon fils”, implicitement, inconsciemment. Une façon de rouvrir le passé pour se défaire d’une prison mentale et de comprendre pourquoi et comment on en arrive à essayer d’être un autre.

Devant ce cinéma-confession, on craint l’impudeur et la haine revancharde. Mais dans la lignée du Tarnation de Jonathan Caouette (magnifique home movie queer), le portrait se fait étonnamment tendre et complexe. Comme Caouette interrogeant son identité queer à travers la maladie mentale de sa mère, Stéphane Riethauser pense le diktat du masculin dominant en regard d’un portrait saisissant d’une femme, sa grand-mère, elle aussi éprise de liberté. Madame confronte ainsi les générations, observe les parcours de vie et dégage de l’intime un propos politique puissant sur la domination du masculin. Car à travers le portrait de ce coming out, du sentiment d’un enfant, d’un ado, d’un adulte qui se sent différent, le réalisateur raconte le poids d’une société qui assigne des rôles.

Thérapie par l'image

Ainsi, derrière les photos et les vidéos, il traque et pointe de sa voix grave les signes et les détails d’un petit théâtre genré bien huilé que l’on reproduit ad nauseam. D’abord très intime, cette histoire de famille devient évidemment universelle. On assiste impuissant à la mécanique qui broie, aux doutes, à la peur, comme si ce héros involontaire, à la double vie invisible, subissait la double peine de l’isolement et du “faire semblant”. Intelligemment, le film négocie cette souffrance par l’analyse, la distance, comme une thérapie par les mots et par l’image.

Qu’il interroge son père sur le moment du coming out (des mots durs, dévitalisés par le temps) ou qu’il questionne le parcours de sa grand-mère, victime dès son adolescence de la misogynie violente de la société, le réalisateur ne juge personne. Il déplie simplement les faits, les causes et les conséquences, et nous enseigne, par la mélancolie de son montage, que seul le temps permet de comprendre. Jamais aigre, le film étonne par son calme, par sa compassion lumineuse. Récit d’une émancipation, récit d’une déconstruction/reconstruction, Madame est peut-être aussi avant tout le récit d’une prise de parole : le besoin de se raconter pour dire, malgré tous les masques, qui on a toujours été.

Source Têtu 

Voir les commentaires

Rédigé par Michael

Publié dans #sorties cinéma, #cinéma gay

Repost0

Publié le 20 Août 2020

La vidéo réalisée par Andrew Paparone a été tourné entièrement pendant le confinement du COVID-19. Paparone et son partenaire Dae Gasque jouent le rôle d'un couple que l’on suit dans leur quotidien de distanciation sociale. 

Voir les commentaires

Rédigé par Michael

Publié dans #Musique gay

Repost0

Publié le 20 Août 2020

Sincère, humain et visuellement beau, le dernier film de Florent Gouëlou interroge la masculinité avec brio. À découvrir sur Arte.tv.

L'acceptation est une notion récurrente lorsqu'on est queer. Il faut accepter son identité. Accepter son orientation amoureuse. Accepter les autres et, parfois, le fait que ces personnes-là ne nous acceptent pas. C'est le propos essentiel de Beauty Boys, un court-métrage impeccablement réalisé par Florent Gouëlou. Grâce à l'histoire de deux frères aux antipodes l'un de l'autre, le jeune cinéaste explore en filigrane comment, avec suffisamment d'efforts, un meilleur vivre-ensemble est possible.

La rencontre de deux mondes

Il fait beau, il fait chaud. Mais au lieu de se prélasser au soleil, Léo, 17 ans, répète sa chorégraphie pour la scène ouverte de son village, épaulé de ses fidèles amis, Yaya et Ambre. Plus pour faire évoluer les mentalités que par goût du risque, ils décident de se produire en drag-queens. Un choix osé qui est loin de séduire Jules, le grand frère de Léo à la masculinité plus qu'affirmée. Et si leur spectacle était l'occasion de réellement changer les choses ? Et si un pont pouvait exister entre Léo et Jules ? Et si leurs différences se muaient finalement en similitudes ?

Paru en 2020, Beauty Boys est le bébé de Florent Gouëlou, diplômé de la Femis. Sélectionné pour de nombreux festivals ciné à l'international, ce court-métrage décortique la relation houleuse de deux jeunes frères. D'un côté, Léo, minet chétif en apparence mais dévoré par un besoin ardent de se rebeller. De l'autre, Jules, gaillard viril pris au piège de sa propre masculinité. Quand leurs personnalités s'entrechoquent, c'est surtout deux conceptions de la vie qui entrent en collision.

S'aimer soi (et les autres)

En se représentant devant la foule du village avec sa tenue tape-à-l’œil et son maquillage outrancier, Léo veut provoquer "une guérilla". Il est en guerre contre les esprits étriqués de son entourage, contre une société qui tente frénétiquement de le ranger dans une case. Mais surtout, il se bat pour être accepté. C'est grâce à sa résilience et sa rage que le propos de Beauty Boys fait autant écho aux combats quotidiens de la communauté LGBT+.

Avec un travail léché sur l'éclairage, une sélection attentive des couleurs, Beauty Boys est un film éminemment symbolique qui encourage son public, queer ou non, à être fier. Fier d'être différent, fier d'oser affirmer sa différence. Simon Royer et Marvin Dubart forment un tandem efficace et sensible sous les traits de Léo et Jules respectivement. En moins d'une vingtaine de minutes, Florent Gouëlou tisse un récit percutant qui dézingue la masculinité toxique. Et délivre, à travers lui, une ode à l'acception de soi et de l'autre. C'est inspirant, et à visionner gratuitement sur le site d'Arte.tv.

Crédit photo : Yukunkun Productions

source Têtu 

Voir les commentaires

Rédigé par Michael

Publié dans #Court-métrage gay, #Arte

Repost0

Publié le 19 Août 2020

Modern family

La comédie de longue date d'ABC, qui a été créée à l'origine en 2009, s’est terminée après 11 ans en avril avec un final de deux heures . La série a innové en présentant au monde un couple gay marié Mitch et Cam (Jesse Tyler Ferguson et Eric Stonestreet).

Schitt’s Creek

La série humoristique canadienne créée en 2015, raconte l'histoire d'une famille riche qui perd son argent et est forcée de déménager dans la petite ville de Schitt's Creek, où elle finit par apprendre à devenir de meilleures personnes.  Elle a diffusé son final en avril , avec un documentaire sur la popularité et l'impact de l'émission.

Le dernier épisode s'est terminé avec le mariage de David (Dan Levy) avec son fiancé, Patrick (Noah Reid), la fin d'une relation de longue date considérée comme une histoire révolutionnaire pour la représentation LGBTQ + à la télévision.

Steven Universe

La série animée et révolutionnairement queer de Cartoon Network s'est terminée en mars après sept années incroyables de divertissement et d'inclusion LGBTQ +.

La série qui a débuté en 2013  est remarquable pour être l'une des émissions pour enfants les plus LGBTQ de tous les temps et est entrée dans l'histoire avec  le premier mariage homosexuel à jamais figurer dans les émissions pour enfants . Steven Universe  a également été un pionnier de  la représentation non binaire et féminine.

She-Ra et les princesses du pouvoir

How to get away with murder

Le drame d’ABC à succès de Peter Nowalk et Shonda Rhimes, qui met en vedette la lauréate d'un Oscar Viola Davis et qui a contribué à faire découvrir au monde l'un de nos couples gay préférés Connor et Oliver (interprétés respectivement par les idiots Jack Falahee et Conrad Ricamora), se termine par sa sixième et finale saison en  mai 2020 .

The magicians

La série culte de SyFy, qui a suscité une certaine controverse lorsque le protagoniste bisexuel de l'émission Quentin Coldwater (joué par l'acteur Jason Ralph) a  été tué lors de la finale de la quatrième saison , a mis fin à ses cinq saisons en avril 2020 après que le réseau ait décidé de ne pas le renouveler pour un sixième tour .

Vida

La série dramatique familiale de Starz, acclamée par la critique, diffusa sa troisième et dernière saison en avril . La série a abordé des problèmes affectant la culture Latinx, l'identité LGBTQ + et la gentrification alors que les sœurs Lyn (  Melissa Barrera dans les hauteurs ) et Emma ( Mishel Prada de Riverdale ) sont arrivées à un tournant dans leur vie à la suite de la mort de leur mère.

AJ and the queen

La série Netflix AJ & the Queen de RuPaul , qui a été créée plus tôt cette année et a suivi l'histoire de la drag queen Ruby Red (RuPaul) qui voyage à travers le pays avec un orphelin de dix ans nommé AJ (Izzy G), n'a pas été choisie pour une deuxième saison

The 100

Il est difficile de croire que cela fait déjà près de six ans - oui, six - ans que la série de science-fiction dystopique de The CW  The 100 a  été créée pour la première fois, mais après une longue, émouvante et controversée adaptation, la série a diffusée sa septième et dernière saison en mai . Alors que la série était appréciée pour être inclusive ( le personnage principal Clarke étant ouvertement bisexuel ), The 100 a  fait face à une controverse en 2016 lorsque le  personnage queer (et l'intérêt amoureux de Clarke), le commandant Lexa, ont été tué , provoquant la colère de nombreux fans. 

The good place

La comédie existentielle de NBC The Good Place , qui présentait un rôle canoniquement bisexuel  et avait d' autres moments gays , a mis fin à sa série de quatre saisons en janvier 2020.

High fidelity

La série romantiques a été éliminée par Hulu après une seule saison ! (Un crime total!) Avec la   star de Big Little Lies , Zoë Kravitz (dont la mère, Lisa Bonet, a joué dans le film original de 2000 sur lequel la série est basée), la série a suivi les mésaventures d'un propriétaire de magasin de disques nommé Rob qui a des problèmes avec sa vie amoureuse. Les relations de Rob avec les hommes et les femmes figuraient en bonne place dans la série, et l'un des personnages de soutien de la série, Simon (joué David H. Holmes) était également ouvertement gay. Un épisode entier était même dédié à son histoire d'amour en montagnes russes avec son petit ami.

Compte tenu du représentant queer de l'émission, l'annulation de  High Fidelity a  été une grosse perte en 2020  et les fans n'étaient pas heureux !

Les nouvelles aventures de Sabrina

La série fantastique pour adolescents envoûtante de Netflix avait une grande base de fans queer et mettait en vedette un personnage de sorcier pansexuel , mais cela n'a pas empêché la série d' être annulée après sa quatrième et dernière saison , qui devrait être diffusée plus tard cette année

Voir les commentaires

Rédigé par Michael

Publié dans #séries gay

Repost0

Publié le 19 Août 2020

Rédigé par Michael

Publié dans #Musique

Repost0

Publié le 17 Août 2020

Au cours d'une année folle pour HBO, le network aura lancé la série "Euphoria". Un teen drama explicite, sombre et provocateur, qui se sera fait remarquer durant sa diffusion. La seconde saison pourrait accueillir plusieurs recrues, dont Bella Thorne et un acteur de "13 Reasons Why".

 

Euphoria : une série qui parle comme nulle autre des adolescents

Juin 2018. HBO sort de la dernière saison de Game of Thrones et entame la diffusion d'Euphoria, une série sur les adolescents précédée d'une réputation sulfureuse. Après à peine un seul épisode, on sait que l'on voit émerger un programme qui peut marquer les esprits. Créée par Sam Levinson, la série a pour point d'ancrage la jeune Rue (Zendaya), une lycéenne perturbée qui revient en ville après un séjour dans un centre de désintoxication. Libérée a priori de l'emprise des substances illicites, elle débute l'année scolaire et fait la connaissance de Jules (Hunter Schafer), une autre adolescente avec qui elle sent une forte connexion. Euphoria suit la trajectoire sinueuse de Rue mais aussi de plusieurs personnages de son âge, et de certains adultes. Ils évoluent dans un monde complexe que la série ne manque pas de décrire avec fulgurances et excès. Parfois très crue et sombre, elle rayonne par sa direction artistique et sa capacité à parler de thèmes modernes (le rapport aux réseaux sociaux, le passage à l'âge adulte, l'amour, l'influence des drogues, le problème de l'apparence et de la réputation...).

Bela Thorne et Zendaya réunies ?

Face à l'engouement, HBO a renouvelé Euphoria pour une seconde saison. Nous avions quitté Rue avec une scène musicale largement commentée. Elle sera de retour dans cette suite, avec tout le reste du casting habituel. Aucun arc narratif n'est réglé et les prochains épisodes vont s'inscrire dans la continuité directe. En plus des têtes habituelles, on s'attend à ce que du sang frais vienne garnir les rangs. À en croire une rumeur qui vient de démarrer sur le forum participatif Reddit, du beau monde serait présent dans cette suite. À commencer par Bella Thorne !

 

La chanteuse, mannequin et actrice pourrait décrocher un rôle dans Euphoria. La source n'est pas assez importante pour qu'on prenne sa participation comme acquise, mais il y a des raisons de penser qu'elle peut se faire une place dans la série. Elle, qui est un personnage médiatique bercée par la culture des réseaux sociaux, ne dénoterait pas dans cet univers. De plus, Bella Thorne entretient une très forte amitié avec Zendaya. Il ne serait pas étonnant que cette dernière ait essayé de faire participer son amie. Le créateur d'Euphoria, Sam Levinson, la connaît également puisqu'il a pu la diriger dans son long-métrage Assassination Nation.

Un acteur de 13 Reasons Why dans Euphoria ?

Toujours sur Reddit, on apprend aussi que Brandon Flynn rejoindrait le programme. Les abonnés Netflix le connaissent déjà. Nous avons pu le voir dans 13 Reasons Why en Justin. Un personnage qui a provoqué quelques larmes lors du tout dernier épisode. Il resterait dans un registre qu'il connaît s'il rejoignait Euphoria.

Enfin, c'est Rowan Blanchard et Kim Petras qui seraient pareillement attendues. La première est une actrice de 18 ans qui n'a pas fait grand chose de notable. On peut lire sur son CV un rôle dans le ratage Un raccourci dans le temps. Quant à la seconde, elle est surtout connue dans le monde de la musique. Star de la pop, elle s'était faite remarquer dans sa vie intime en étant la plus jeune transgenre opérée dans le monde, du haut de ses 16 ans à l'époque. Elle rejoindrait Hunter Schafer, elle aussi transgenre que ce soit dans le rôle qu'elle campe ou dans la vraie vie.

La saison 2 d'Euphoria n'a pas encore de date de diffusion.

source cineseries

Voir les commentaires

Rédigé par Michael

Publié dans #Série gay, #Trans&transgenre

Repost0