Sortie ciné gay : "Alata"

Publié le 22 Mai 2013

En salles cette semaine, cette histoire d'amour entre un étudiant palestinien et un avocat israélien traite d'un sujet douloureux sans avoir (trop) recours aux clichés.

On pourrait presque craindre le pire: une histoire d’amour impossible, sorte de Roméo rencontre Romeo sur fond politico religieux. Pourtant, ce film sur une passion amoureuse entre un Israélien et un Palestinien évite avec talent et finesse tous les pièges d’un scénario qui pourrait tomber dans le pathos, la simplification voir l’angélisme…

Roy, brillant et sexy avocat de Tel Aviv, rencontre Nimr, un étudiant en psychologie palestinien, aussi réservé que troublant, qui rêve de partir étudier aux Etats-Unis. Entre les deux, l’alchimie est immédiate, et le désir fait vite place à une vraie histoire d’amour. Nimr, qui vit au sein d’une famille très religieuse, accepte mal de cacher sa sexualité et sait confusément qu’il ne pourra plus très longtemps nier ce qu’il est. Roy, en revanche, très sûr de lui, va vite faire face aux contradictions de sa famille, en apparence ouverte et tolérante.

Sans sentence ni mièvrerie Grâce aux deux acteurs qui allient grâce et profondeur, on est embarqué dans cette love story qui honore son sujet avec sensibilité et retenue, même si le réalisateur se laisse parfois aller à jouer un petit effet thriller pour «tendre» son histoire. Mais on n’est pas dans Homeland ou 24h chrono, et les deux protagonistes n’ont heureusement pas d’agenda caché ou de motivations torturées.

Jamais ouvertement politique, Alata parle de loyauté, d’ouverture, d’identité, de peur de l’autre et d’angoisse du rejet sans jamais avoir recours à un parti pris sentencieux ou donneur de leçon. Michael Mayer, qui dans son documentaire The Invisible Men s’était intéressé aux gays palestiniens, connaît son sujet. Et contrairement à ce que l’on pourrait imaginer, la fin de l’histoire, qui évite le mélo et la facilité, est source d’espoir, sans mièvrerie. Un film fort, très maîtrisé visuellement, qui donne envie de suivre la carrière de son metteur en scène et de ses comédiens.

Un film de Michael Mayer avec Nicholas Jacobe et Michael Aloni. Drame. 1h36

Sortie le 22 mai 2013

Source tétu

Rédigé par Michael

Publié dans #cinéma gay

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article