Articles avec #biopic tag

Publié le 12 Septembre 2020

Immense star de la pop, la chanteuse Madonna n'a pas eu la reconnaissance qu'elle désirait avec ses expériences au cinéma. Elle se lance dans un nouveau projet qui sera un biopic sur sa propre vie, avec la scénariste Diablo Cody. Des premières informations viennent de tomber.

 

On sait ce que manigance Madonna avec Diablo Cody

En août dernier, Madonna dévoilait qu'elle était en train de travailler sur un projet de long-métrage avec la scénariste Diablo Cody. On ne savait pas de quoi il allait être question, les deux femmes entretenant le secret. Mais on vient enfin de comprendre ce qui se trame avec un live sur Instagram (via Youtube). Madonna apparaît avec sa collaboratrice pour nous annoncer qu'elles planchent ensemble sur un biopic qui retracera sa vie. On doit dire qu'on s'y attendait un petit peu, même si le doute était permis et qu'elles auraient pu s'orienter vers une fiction qui rejoint leurs obsessions. La rencontre sonne comme une évidence, pour ces personnalités qui sont habitées par une vision commune du féminisme. Madonna n'a jamais hésité à jouer la provocatrice pour défendre l'image de la femme libre, quand Diablo Cody est passée de stripteaseuse à scénariste, avec une envie de parler des femmes (elle signera Juno ou le mal-aimé Jennifer's Body).

Le scénario en cours d'élaboration (107 pages ont été écrites) ne devrait pas traiter de la vie de Madonna dans sa globalité. D'après la chanteuse, il se déroule en partie dans les années 80, quand elle est à New York. Une époque où elle explose, avec son second album, Like a Virgin. Des figures comme Andy Warhol, Jean-Michel Basquiat, Keith Haring et Martin Burgoyne apparaîtront dans le film. Il sera aussi question du tournage d'Evita auquel elle a participé dans les années 90. Autant dire que le récit va s'étendre sur plusieurs années et parler du succès provoqué par la pop-star. L'intention des deux femmes n'est pas de faire une comédie musicale mais il est évident que des passages chantés vont ponctuer le film. Aucun nom n'est annoncé pour le rôle principal, ni pour la réalisation.

Le biopic musical est un genre plébiscité depuis peu grâce aux succès conjugués de Bohemian Rhapsody et RocketmanPlusieurs projets sont sur le feu, en plus de celui dont on vient de parler sur Madonna. Pour faire un rapide tour d'horizon de ce qui nous attend, Respect (sur Aretha Franklin), Stardust (sur David Bowie) et I Wanna Dance with Somebody (sur Whitney Houston) sont prévus. On peut ajouter à la liste le film Aline qui arrive le 18 novembre (sur Céline Dion, de et avec Valérie Lemercier dans le rôle principal) ou cette comédie musicale inspirée par les chansons de Prince, à la manière de Mamma Mia !.

Madonna et le cinéma, une histoire qui ne roule pas

Si elle n'a plus rien à prouver dans le monde de la musique, Madonna a vu sa carrière au cinéma être quasiment jonchée d'échecs. Dans les années 80, elle tente de se faire une place à Hollywood avec quelques petits rôles. Pendant une vingtaine d'années, elle glane des apparitions à droite et à gauche, jusqu'à parvenir à un début de reconnaissance avec son Golden Globe pour sa performance dans Evita. Une réussite qui ne va pas lui donner envie de continuer très longtemps, elle stoppe cette activité peu de temps après. D'autres artistes musicaux ont réussi à élargir leur palette mais la star ne semble pas en capacité de répondre aux exigences que réclament ce métier.

Elle n'abandonne cependant pas le 7ème art et passe à la réalisation. Malheureusement, elle se loupe complètement. Ses deux essais, Obscénité et Vertu puis W./E. : Wallis et Édouard sont d'énormes échecs financiers et critiques. Symbole de ces ratages répétés, elle cumule plusieurs prix à la fameuse cérémonie des Razzie Awards. Ce biopic sera peut-être une revanche, même s'il elle ne devrait pas être présente devant ou derrière la caméra.

Source ciné séries 

Voir les commentaires

Rédigé par Michael

Publié dans #sorties cinéma, #cinéma gay, #Biopic

Repost0

Publié le 7 Août 2020

L' acteur du Joker - qui a joué de manière controversée une femme trans dans le film Dallas Buyers Club - s'est dit «reconnaissant et excité» de jouer l'artiste gay dans un post Instagram supprimé depuis.

"Oui, c'est vrai, je jouerai Andy Warhol dans un prochain film", a-t-il écrit jeudi 6 août, qui aurait été le 92e anniversaire de l'artiste.

«Joyeux anniversaire Andy», at-il ajouté. "Tu nous manques ainsi que ton génie."

On suppose que le projet est le même que celui annoncé par Leto en 2016.

Intitulé Warhol , l'acteur devait également produire le biopic à partir d'un scénario de l' écrivain Le loup de Wall Street , Terrence Winter.

Le film serait basé sur la biographie de Victor Bockris écrit en 1989 sur Warhol, Leto ayant acquis les droits avec le coproducteur Michael De Luca.

Voir les commentaires

Rédigé par Michael

Publié dans #Biopic, #sorties cinéma, #cinéma gay

Repost0

Publié le 24 Juillet 2020

Le comédien Billy Eichner a annoncé son prochain projet, il jouera le rôle de l'acteur comique gay Paul Lynde dans un nouveau biopic intitulé  Man in a Box.

En tant qu'acteur populaire dans les années 1960 et 1970, Lynde s'est retrouvé dans une position ambigue, incapable de vivre ouvertement son homosexualité, mais jouant souvent des personnages gays«exubérant » ou usant de clin d'œil à la caméra pour signaler son homosexualité aux téléspectateurs. Hors écran, il était réputé pour sa forte consommation d'alcool et de drogue, ainsi que pour son comportement cruel. Il est décédé en 1982.

Eichner voit également  Man in the Box comme une opportunité d'élargir les images de personnes queer à l'écran. «C'est un gars compliqué, ce n'est pas un martyr ou un ange», dit Eichner à propos de Lynde. «Il avait de terribles problèmes de toxicomanie. Il pouvait être un vrai connard, et encore une fois, l'une des raisons pour lesquelles je pense que c'est une histoire convaincante est que lorsque l'on nous présente ces biographies sur les homosexuels, nous sommes souvent considérés comme des martyrs, des victimes. Nous ne sommes pas considérés comme des personnes totalement complexes, émotionnellement compliquées et aussi désordonnées que quiconque.

Voir les commentaires

Rédigé par Michael

Publié dans #sorties cinéma, #cinéma gay, #Biopic

Repost0

Publié le 17 Juin 2020

Kristen Stewart jouera le rôle de la princesse Diana dans un nouveau film : Spencer.

Kristen Stewart sera Diana dans le biopic réalisé Pablo Larraín, qui a également dirigé Natalie Portman  dans Jackie.

"Kristen est l'une des grandes actrice d'aujourd'hui", a déclaré Larraín à Variety .

«Pour bien faire cela, vous avez besoin de quelque chose de très important dans le cinéma, qui est un mystère. Kristen peut être beaucoup de choses, et elle peut être très mystérieuse et très fragile et finalement très forte aussi, c'est ce dont nous avons besoin. »

Kristen Stewart incarnera la princesse Diana - mais pas une traînée.

Spencer couvrira un seul week-end dans les années 1990, lorsque la princesse Diana a pris la décision de quitter son mari, le prince Charles.

"La façon dont elle a répondu au scénario et comment elle aborde le personnage, c'est très beau à voir", a déclaré Larraín.

«Je pense qu'elle va faire quelque chose d'étonnant et d'intrigant en même temps. Elle est cette force de la nature. "

Spencer devrait commencer sa production au début de 2021.

Voir les commentaires

Rédigé par Michael

Publié dans #Biopic, #sorties cinéma

Repost0

Publié le 1 Mai 2020

Le biopic consacré à Sir Elton John débarque ce soir sur Canal + pour la première fois, à partir de 21h05.

 

À l'heure du confinement général, l'envie de danser vous démange ? Première vous propose de (re)voir quelques scènes dansantes cultes du cinéma... En ce vendredi, place à Elton John. Ça tombe bien : Rocketman, le biopic haut en couleur de Dexter Fletcher, est annoncé ce soir sur Canal + à partir de 21h05. Un programme inédit, qui sera suivi par le documentaire Elton John non censuré, dans lequel la star de la pop se confie en toute intimité à l’animateur Graham Norton.

Sorti en 2019, Rocketman, biopic "autorisé" par Elton John himself,  revisite l’enfance et les moments forts de la carrière de l’artiste interplanétaire. Les scènes chantées et dansées qui accompagnent le récit reprennent les plus grands tubes de la star, de "Your Song" à "Goodbye Yellow Brick Road" en passant par "Border Song". Sauf que dans film, c’est Taron Egerton qui prête sa voix au personnage, qu’il incarne par ailleurs avec brio. L’acteur fait une entrée fracassante dans le biopic au cours de la chanson "Saturday Night’s Alright for Fighting", d’abord chantée par Kit Connor, qui incarne Elton John enfant.

La scène, filmée en plan séquence, est hallucinante de par sa mise en scène précise et rock’n’roll. Elle commence dans un bar où l’artiste, jeune, joue quelques notes de piano avant de pousser la chansonnette. Il déambule ensuite dans le bar alors que les esprits s’échauffent, brise une vitre et sort dehors, avant d’apparaître sous les traits de sa version adulte (Taron Egerton). L’acteur se trouve dans une fête foraine, il danse et chante au beau milieu des ampoules multicolores et des manèges en mouvement. 

Cette scène était l’une des plus compliquées à réaliser selon Dexter Fletcher. Non seulement parce qu’elle a été filmée en une seule prise, mais aussi parce qu’elle a exigé la présence de plus de 300 figurants (parmi lesquels 50 danseurs). Tout un petit monde à diriger devant pas moins de quatre caméras. Pour les besoins de la scènes, trois grues, dix autos-tamponneuses et une grande roue ont été nécessaires. La chorégraphie a de son côté nécessité 12 semaines de travail. On vous laisse admirer la scène ci-dessous.

Source première

A lire Rocketman, ma critique

 

Voir les commentaires

Rédigé par Michael

Publié dans #programmes télé gay, #Biopic

Repost0

Publié le 18 Mars 2020

Judy (2019)

Hiver 1968. La légendaire Judy Garland débarque à Londres pour se produire à guichets fermés au Talk of the Town. Cela fait trente ans déjà qu’elle est devenue une star planétaire grâce au Magicien d’Oz. Judy a débuté son travail d’artiste à l’âge de deux ans, cela fait maintenant plus de quatre décennies qu’elle chante pour gagner sa vie. Elle est épuisée. Alors qu’elle se prépare pour le spectacle, qu’elle se bat avec son agent, charme les musiciens et évoque ses souvenirs entre amis ; sa vivacité et sa générosité séduisent son entourage. Hantée par une enfance sacrifiée pour Hollywood, elle aspire à rentrer chez elle et à consacrer du temps à ses enfants. Aura-t-elle seulement la force d’aller de l’avant ?

Le film est vraiment magnifique et Renée Zellweger mérite amplement son Oscar en tant qu'actrice ( je suis moins convaincu par le côté chanson)

L'histoire est très touchante et l'on découvre le parcours d'une star brisée par le show-business depuis son enfance.

Je suis un peu déçu, car je m'attendais à voir une vraie comédie musicale et je trouve que le film manque cruellement de chansons. On est plus dans le versant mélancolique et émotionnel que celui du glamour, des strass et des paillettes.

J'ai passé un agréable moment avec Judy qui restera une femme fabuleuse.

Voir les commentaires

Rédigé par Michael

Publié dans #sorties cinéma, #Biopic

Repost0

Publié le 25 Février 2020

Le retour flamboyant et gagnant de l’héroïne de Bridget Jones après une décennie 2010 délicate.

 

C’est le rôle d’une vie ! Pour Renée Zellweger, actrice acidulée des années 1990 qui explosa en « girl next door » très british, interpréter Judy Garland relève du miracle. Il aura fallu que la comédienne ravage son visage à coups de bistouri puis vive une traversée du désert infernale à l’aube de ses quarante ans pour que son cuir se tanne du vélin dont sont faites les grandes actrices. Tels sont souvent les destins de cinéma. C’est donc à une Renée Zellweger en phase terminale de starification que Rupert Goold, metteur en scène de théâtre britannique réputé, pense pour interpréter une Judy Garland en fin de carrière. Tout spécialiste de Shakespeare qu’il est, les producteurs lui opposent un refus net. « Anne Hathaway – de dix ans sa cadette- ferait bien mieux l’affaire », lui explique-t-on. Mais Rupert tient bon et défend Renée bec et ongles. C’est elle ou personne. La comédienne, de son côté, se lance dans un entraînement vocal intensif pendant plus d’une année. Elle mange, elle dort, elle boit Judy Garland ! Bien lui en a pris. Sa performance mange l’écran. Elle interprète cette actrice cassée par les médicaments et par le système jusqu’à ce que leurs deux visages et leurs deux voix se mêlent de façon troublante. Il serait trop simple de voir ce rôle comme une performance à Oscar grâce à la transformation et au maquillage. Zellweger semble réellement habitée par son modèle. Sans jamais tomber dans l’imitation, elle rend compte de la complexité d’une vie de star lancée toute jeune et soumise à la pression d’un métier qui exige plus qu’il ne donne. Et finalement, elle nous parle autant d’elle que de Judy Garland. 

Car la force de Judy est aussi dans sa problématique : être et avoir été ! Rupert Goold a ancré son film sur le dernier éclat de la chanteuse : sa série de récitals à Londres à la fin des années 1960 alors que ruinée, elle ne peut plus se payer l’hôtel et que son ex-mari récupère la garde de ses deux plus jeunes enfants. Librement adapté de la pièce de théâtre End of the Rainbow, Judy réinvente la dernière année de la star. Point n’était besoin, en revanche, de nous la montrer en mère courage avec des enfants qui n’ont pas l’âge qu’ils avaient à l’époque. A dire vrai, pour aimer Judy, il ne faut pas s’attendre à un récit authentiquement biographique ; c’est un film qui nous donne envie d’avoir croisé la route de ce petit bout de femme. A l’image de ce couple d’homosexuels, fans de Judy Garland (oui, c’est un peu cliché), qui expérimentent une rencontre surréaliste avec la star. Leurs scènes sont probablement les plus réussies du film - avec les chansons- car elles permettent à Renée Zellweger de sortir des figures attendues. 

Le film évite surtout l’écueil du biopic chronologique. Et passe même sous silence certains points noirs de la vie de la star. Il est centré autour d’un unique flashback distillé tout au long du film : le tournage du Magicien d’Oz quand Judy avait 16 ans, trente ans auparavant. Là, on est témoin de l’autorité de Louis B. Mayer sur l’adolescente, des restrictions alimentaires qu’on lui impose, de la mise en scène de sa vie privée avec un autre comédien du studio, Mickey Rooney. Sous les feux des projecteurs, la jeune fille se fait voler son adolescence. Même si, là encore, il y a des raccourcis. La très autoritaire mère de Judy Garland est par exemple absente du tableau. La scène finale du film fait le lien entre les deux Judy (la débutante et la survivante) avec une interprétation ô combien poignante de « Over the Rainbow », le tube qui accompagna sa carrière. On est déchiré de l’intérieur par la force donnée aux paroles de la chanson de Dorothy. Là-bas, au-dessus de l’arc-en-ciel, il existait bien une vie pour Frances Ethel Gumm (son vrai nom). Le cinéma l’a prise.

Judy, en salles le 26 février 2020.

Source première

Voir les commentaires

Rédigé par Michael

Publié dans #sorties cinéma, #Biopic

Repost0

Publié le 19 Février 2020

Ruth Wilson et Matt Bomer ont signé pour jouer dans The Book of Ruth, un long métrage basé sur la vie de Ruth Coker Burks, une «femme d’église hétéro» qui a prodigué des soins de fin de vie à près de 1 000 homosexuels.ayant le SIDA dont les familles les avaient abandonnés.

Deadline reports : «En 1983, Ruth Coker Burks (Wilson) mène une vie bien remplie, consacrée à son travail, à sa fille de six ans Jessica et à sa foi. Lorsqu'un beau nouveau voisin (Bomer) se révèle être un New-Yorkais gay qui a fui la ville et est rentré chez lui après la mort de son partenaire du sida, elle décide de s'informer sur l'épidémie qui frappe le pays. »

Voir les commentaires

Rédigé par Michael

Publié dans #sorties cinéma, #Biopic, #cinéma gay

Repost0

Publié le 19 Février 2020

La mini-série développée par Ryan Murphy met Ewan McGregor dans les habits du couturier américain Halston. Série biopic, « Halston » devrait plonger le public dans plusieurs décennies de création et de libération des mœurs. Un programme Netflix alléchant, qui se dévoile dans des vidéos diffusées par le créateur.

Plus besoin de présenter Ryan Murphy, scénariste, réalisateur et producteur prolifique à qui l’on doit notamment Glee, la série culte American Horror Story et récemment The Politician. Par contre, il faut présenter l’homme au centre de sa prochaine création, le couturier Roy Halston Frowick, plus connu sous le seul nom « Halston ». Une étoile filante de la mode américaine, qui a notamment habillé Jackie Kennedy et Liza Minelli. Icône culturelle des années 70 et figure du Studio 54, il décède en 1990 à l’âge de 57 ans du sida. Pour cette série biopic qu’on pourra voir sur Netflix, c’est Ewan McGregor qui incarne le couturier. Ryan Murphy a diffusé des vidéos le présentant, et révèle ainsi son casting.

Une séquence de présentation fashion

Sur le morceau « Love is the drug » de Roxy Music, trois vidéos montrent Ewan McGregor dans son rôle d’Halston, en respectant l’évolution de son style : d’abord classique, il évoluera vers la liberté des années 60 et 70 avec succès. On découvre aussi les autres acteurs et actrices du show : Rory Culkin, Rebecca Dayan, David Pittu, Krysta Rodriguez, Sullivan Jones, Gian Franco Rodriguez.

On a hâte de voir ce que va donner Halston, dont la production a donc débuté le 18 février 2020, pour plusieurs raisons. En premier lieu, Ewan McGregor est un comédien ultra-talentueux. Il a notamment prouvé avec Fargo qu’assurer une performance sur plusieurs heures et épisodes est entièrement dans ses cordes. Ensuite, l’univers arty et fashion des années d’activité d’Halston devrait être agréable à retrouver, avec notamment des stars de l’époque comme Liza Minelli (interprétée par Krysta Rodriguez). Enfin, cet univers devrait convenir à merveille au style brillant et sophistiqué de Ryan Murphy.

Halston fait partie d’un énorme deal entre Netflix et Ryan Murphy, portant sur cinq ans et au moins 300 millions de dollars. On attend pour l’année 2020 et sur la plateforme ses projets Ratched et Hollywood.

Source cinéséries

Voir les commentaires

Rédigé par Michael

Publié dans #Biopic, #séries gay, #Netflix

Repost0

Publié le 3 Février 2020

L’acteur et réalisateur Bradley Cooper s’empare de la vie de Leonard Bernstein, célèbre compositeur de West Side Story. Sa relation avec sa femme, et son coming out tardif, devraient être au centre du film.

Le biopic est décidément une affaire qui marche à Hollywood. Après Elton John, Freddy Mercury ou Judy Garland, c’est une nouvelle icône de la culture LGBT qui va avoir droit à son film biographique : Leonard Bernstein. Le célèbre chef d’orchestre, compositeur et pianiste avait notamment signé la bande-originale de Sur les quais, qui lui avait valu d’être nommé aux Oscar, avant de composer la célèbre comédie musicale West Side Story. Et c’est Bradley Cooper, qui a signé le succès surprise de l’année 2018, « A Star Is Born », et révélé une facette inconnue de Lady Gaga, qui s’y colle. Il réalisera le film, et incarnera également le musicien dans cette nouvelle production Netflix.

Coming out tardif

Mais le pitch devrait se focaliser sur la relation particulière qui liait le chef d’orchestre et sa femme, Félicia. En 1976, ne pouvant plus cacher son homosexualité, il la quitte pour vivre l’amour au grand jour avec un homme. Mais l’année suivante, celle-ci apprend qu’elle est atteinte d’un cancer du poumon. Leonard Bernstein ré-emménage donc avec elle. Il s’en occupera jusqu’à sa mort, en 1978. C’est cette « relation chargée et complexe » qui aurait donc poussé Bradley Cooper à faire ce film, qu’il n’était apparemment pas le seul à vouloir porter à l’écran.

 

Un projet concurrent, où Jake Gyllenhaal devait interpréter le génie musical, a été enterré, alors que Bradley Cooper a décroché l’exclusivité auprès des ayants-droits de Leonard Bernstein. Il a co-écrit le scénario avec le scénariste de Spotlight, Josh Singer, primé aux Oscars, et s’est entouré de co-producteurs de renom : Steven Spielberg et Martin Scorsese. Toutefois, on ne sait pas encore qui incarnera Felicia Montealegre… Des idées ?

Source Têtu 

Voir les commentaires

Rédigé par Michael

Publié dans #sorties cinéma, #cinéma gay, #Biopic

Repost0