Articles avec #biopic tag

Publié le 2 Juin 2019

J'ai profité de cette grosse chaleur pour me réfugier au frais dans une salle de cinéma pour voir le biopic sur la vie d'Elton John : Rocketman.

J'ai adoré ! Alors oui, on a plutôt à faire à une pure comédie musicale, avec ses tableaux de danses chorégraphiées et ses chansons illustrant les propos de l'artiste. Mais bon, personnellement, j'adore les comédies musicales. Alors on peut dire que j'y ai vraiment trouvé mon bonheur.

Taron Egerton, incarne à la perfection le chanteur. Non seulement, il chante incroyablement bien, mais il arrive à rendre le personnage attachant. Car derrière toute son exubérance vestimentaire et sa démesure, se cache un jeune enfant solitaire en manque d'affection.

Je félicite le film qui se veut grand public et qui ose montrer des baisers et des relations homosexuelles sans fioritures. J'ai pu lire qu'on reprochait au film de mettre une fois de plus en avant homosexualité et mal de vivre. Ce n'est pas ce que j'ai ressenti. Le personnage d'Elton John assume son identité sexuelle, ce qui le détruit, c'est sa recherche de l'amour à n'importe quel prix. Il finira par trouver ce qui lui manquait tant auprès de son mari et ses enfants bien des années plus tard. 

Si vous aimez les comédies musicales, les musiques d'Elton John, les histoires tristes qui finissent bien et bien ce film est fait pour vous !

Voir les commentaires

Rédigé par Michael

Publié dans #Biopic, #sorties cinéma, #cinéma gay

Repost0

Publié le 1 Juin 2019

 

Des scènes d'amour homosexuelles et de consommation de drogues ont été retirées de la version russe du biopic sur la star britannique Elton John, selon des critiques ayant assisté vendredi à une projection en Russie.

 

Le distributeur du film a confirmé avoir procédé à ces modifications pour des raisons légales, sans donner plus de précisions. "Toutes les scènes de baisers, d'amour et de sexe oral entre hommes ont été coupées", a écrit sur Facebook le critique de cinéma russe Anton Doline, jugeant "flagrant" que des coupes ont été réalisées.

Présenté au festival de Cannes, "Rocketman" retrace l'ascension d'Elton John, l'un des premiers chanteurs ouvertement homosexuels, et sa lutte contre les addictions (drogue, sexe, alcool). Un autre journaliste russe ayant assisté à la projection a affirmé que des scènes impliquant de la drogue avaient également été retirées.

"Nous rejetons avec la plus grande fermeté la décision de censurer 'Rocketman' pour le marché russe", a écrit le chanteur sur Twitter et Facebook. "Le fait que le distributeur local ait jugé nécessaire de retirer certaines scènes, empêchant le public de voir le film tel qu’il était prévu, est un triste reflet du monde divisé dans lequel nous vivons encore et de la manière cruelle dont il accepte si peu l’amour entre deux personnes", a-t-il ajouté.

Dans un communiqué, l'ONG Amnesty International a dénoncé un cas de "censure" qui "déshumanise les relations homosexuelles" et demandé la sortie de la version originale du film au nom du respect des droits des minorités sexuelles.

L'entreprise distribuant "Rocketman" en Russie, Central Partnership, a confirmé à l'agence de presse publique TASS que le film avait été modifié pour "respecter les lois russes".

Depuis 2013, une loi punit d'une amende ou de prison tout acte de "propagande" homosexuelle auprès des mineurs. Il est toutefois difficile de savoir si elle s'applique au film, qui sera interdit au moins de 18 ans au moment de sa sortie programmée la semaine prochaine en Russie.

Le ministre russe de la Culture Vladimir Medinski a démenti que son ministère soit à l'origine de ces coupes, arguant, cité par l'agence de presse Ria Novosti, que "tout est décidé par le distributeur".

Selon le critique Anton Doline, le message apparaissant à la fin du film a aussi été modifié : alors que le texte original rappelle qu'Elton John a trouvé l'amour et élève deux enfants avec une personne du même sexe, la version russe indique seulement qu'il a créé une association contre le sida.

D'autres films avec des scènes d'amour homosexuelles, dont le récent biopic sur le leader de Queen, Freddy Mercury, ont déjà été projetés en Russie, sans coupes.

Elton John est populaire en Russie, où il s'est produit pour la première fois en 1979 pendant la période soviétique. Le chanteur s'est toutefois montré critique à l'égard des lois russes, considérées comme discriminatoires envers les homosexuels.

Rédaction avec AFP pour e-llico

Voir les commentaires

Rédigé par Michael

Publié dans #Biopic, #sorties cinéma, #cinéma gay, #homophobie

Repost0

Publié le 30 Mai 2019

Il vient à la suite de Bohemian Rhapsody et Rocketman

 

Après le succès de Bohemian Rhapsody et la première de Rocketman, MGM développe un biopic sur Boy George .

Selon Deadline , Sacha Gervasi est prêt à écrire et à diriger, tandis que George sera co-producteur.

Le film racontera les débuts modestes de George, issu d'une famille de la classe ouvrière irlandaise, à son ascension vers la gloire. Tout au long de sa carrière, George a remporté un énorme succès tant au sein du groupe Culture Club qu’en tant qu’artiste solo.

Il a vendu plus de 100 millions de singles et plus de 50 millions d'albums depuis les années 1980.

George a impressionné les fans et le monde entier avec sa personnalité sans compromis, et authentique, y compris sa tenue androgyne et son honnêteté. Il est également l'auteur de deux autobiographies à succès.

Voir les commentaires

Rédigé par Michael

Publié dans #Biopic, #sorties cinéma, #cinéma gay

Repost0

Publié le 18 Mai 2019

Dexter Fletcher filme la vie "officielle" d’Elton John à la façon d’une comédie musicale du West End, et c’est surexcitant.

Les biographies de stars, qu’elles chantent du rock ou pas, se divisent en deux grandes catégories : les "autorisées" et les "non autorisées". Rocketman, produit par Elton John, se range d’emblée dans la première catégorie, la biographie officielle, validée par leur sujet lui-même. Qui a accepté donc qu’on le mette en scène comme le narrateur de sa propre dépression, de son propre narcissisme et de ses addictions diverses – le film est raconté au cours d’une séance entre alcooliques dans une clinique où le chanteur, travesti comme un démon, se met peu à peu à nu et raconte sa carrière fulgurante. L’enfance, le père qui s’en va et la mère indifférente, la rencontre avec le piano et avec son parolier Bernie Taupin, puis la gloire planétaire, la drogue, l’homosexualité, tout y passe, jusqu’à l’épiphanie et la promesse de se pardonner à soi-même pour avancer. Soit ça, soit le suicide et l’autodestruction. Bref, le programme classique d’une star du rock d’après-guerre. Mais ce qui fait le prix de Rocketman, c’est que le film assume pleinement son statut de biopic pop et devient une comédie musicale authentique, où les acteurs chantent eux-mêmes des versions réorchestrées des tubes d’Elton lors d’électrisantes séquences dansées, justement kitsch et follement divertissantes.

Rocketman possède toute la flamboyance la joie qui manquaient à Bohemian Rhapsody, la comparaison avec ce dernier est inévitable puisque le réalisateur Dexter Fletcher a terminé le biopic de Freddie Mercury à la place de Bryan Singer. Mais Fletcher avait aussi tourné Eddie the Eagle, biopic pas terrible sur un skieur anglais nul à lunettes, interprété par Taron Egerton : ce dernier incarne avec un charme et une énergie folles un Elton John arlequin, vortex autour duquel tourbillonne les tout aussi charmants et énergiques Jamie Bell (le parolier Bernie Taupin), Richard Madden (le manager/amant roublard John Reid incarné en moins requin par Aidan Gillen dans Bohemian Rhapsody)…

A la façon d’une comédie musicale du West End transformant sa matière musicale en énergie scénique pure (le film est d’ailleurs écrit par Lee Hall, qui a adapté Billy Elliott sur scène avec une musique d’Elton John),Rocketman ne cherche pas finalement pas une quelconque vérité sur Elton John, mais la beauté et la joie, un peu dans la lignée de ce que voulait faire Clint Eastwood avec Jersey Boys. Si l’on voit les mécanismes, mais c’est également l’un des traits des musicals de nous montrer qu’au cinéma tout est mécanisme, ordonnance, machinerie, chorégraphie.

Présenté hors compétition au 72ème Festival de Cannes, Rocketman est en salles le 29 mai

Source première

Voir les commentaires

Rédigé par Michael

Publié dans #Biopic, #Cannes 2019, #sorties cinéma, #cinéma gay

Repost0

Publié le 15 Mai 2019

Le producteur David Furnish (le mari d’Elton John) ainsi que le réalisateur Dexter Fletcher et la star Taron Egerton ont tous assuré au public que, contrairement aux rumeurs, le film n’atténuerait aucunement les éléments de l’histoire d’Elton, y compris sa sexualité. 

Ce nouvel extrait  montre Elton John et son futur petit ami / manager John Reid (Richard Madden) lors de leur première rencontre.

Voir les commentaires

Rédigé par Michael

Publié dans #sorties cinéma, #cinéma gay, #Biopic

Repost0

Publié le 14 Mai 2019

Karl Is My Father ("Karl est mon père") est le titre de cette série documentaire, produite par la société de l'animateur télé Arthur. Elle illustrera la relation fusionnelle qui unissait le défunt couturier à son protégé mannequin.

La planète Mode est toujours en deuil ! Elle pleure la mort de Karl Lagerfeld, survenue le 19 février 2019. Le couturier a depuis fait l'objet de nombreux hommages d'anciens amis stars et collaborateurs. Son protégé, Baptiste Giabiconi, a pour projet de l'immortaliser en lui consacrant une série documentaire.

L'info est signée Le Parisien ! Le quotidien révèle que Baptiste Giabiconi travaille sur la réalisation d'une série documentaire consacrée à son défunt mentor, Karl Lagerfeld, intitulée Karl Is My Father ("Karl est mon père" en français). C'est la société d'Arthur, Satisfaction The Television Agency, qui la produira.

La série se veut "à la hauteur de cette relation fusionnelle" qui unissait les deux hommes. Elle permettra aux téléspectateurs de découvrir des images d'archives et des témoignages inédits. On ignore encore sur quelle chaîne elle sera diffusée.

L'industrie de la mode a découvert le visage de Baptiste Giabiconi en 2009. Le mannequin et chanteur d'aujourd'hui 29 ans a participé à de nombreux projets de Karl Lagerfeld en qualité de modèle et d'égérie.

Karl Lagerfeld est mort le 19 février à l'âge de 85 ans. Le jour de sa disparition, Baptiste Giabiconi lui avait dédié une lettre d'adieu : "Karl, mon ange gardien, depuis notre rencontre, tu as été mon guide, que serais-je devenu sans toi ? Je pense à tous ces gens qui ont croisé ton chemin et que tu as marqués à jamais. Je pense à Eric, Virginie, Sebastien, Brad, Jake et bien d'autres qui tout comme moi, se sentent orphelin aujourd'hui. Je suis fier de ce chemin parcouru à tes côtés, chemin parfois semé d'embûches dans un milieu qui n'était pas le mien. Moi qui avais tout à découvrir, tu m'as tendu la main et tu ne l'as jamais lâchée. Je mesure la chance d'avoir tant appris à tes côtés, toi, si cultivé, si brillant, un être à part, merci, merci d'avoir été là pour moi, pour nous. Aujourd'hui je perds une partie de moi, un Pygmalion, un père, un repère, un pan de ma vie s'envole avec toi. Tu resteras à jamais dans mon coeur."

Source purepeople

Voir les commentaires

Rédigé par Michael

Publié dans #Documentaire, #Biopic, #people

Repost0

Publié le 11 Mai 2019

Renée Zellweger nous emmène "Over the rainbow" dans le premier trailer de Judy.

L' actrice de Chicago  s'est transformée en Judy Garland pour le prochain film biographique de la dernière icône gay.

Dans la bande-annonce, Zellweger, qui interprète elle-même les chansons du film, fait une interprétation déchirante du classique "Over the Rainbow". 

Judy, adaptée de la comédie musicale End of the Rainbow de Peter Quilter, retrace les shows de Judy Garland à Londres au club Talk of the Town de 1968 et 1969.

Zellweger a confié à People, lors d'une récente interview, qu'elle passait deux heures par jour à se maquiller, à porter des perruques et à porter des lentilles de contact afin de se transformer en Judy Garland.

«Ce fut une si grande joie d'apprendre la magnificence de cette personne», a-t-elle déclaré. «Je l'ai toujours admirée. Elle était si rapide et si drôle"

Judy, qui sortira le 27 septembre US.

Voir les commentaires

Rédigé par Michael

Publié dans #Biopic, #sorties cinéma

Repost0

Publié le 5 Mai 2019

Paramount a publié la vidéo mercredi 1 er mai, montrant à la fois le chant et les looks d'Egerton.

Dans la vidéo, Egerton chante le single de Rocket Man d'Elton John dans un studio entrecoupé de clips tirés du film.

J'ai vraiment hâte de voir le film !

Voir les commentaires

Rédigé par Michael

Publié dans #Biopic, #sorties cinéma, #cinéma gay

Repost0

Publié le 31 Mars 2019

Taron Egerton s'est récemment exprimé au sujet du biopic "Rocketman", en salles le 29 mai prochain, qui le voit se glisser dans la peau de la rock-star Elton John. Un défi "terrifiant" pour l'acteur de la saga "Kingsman".

Dans le biopic Rocketman, en salles le 29 mai prochain, l'acteur Taron Egerton se glisse dans la peau de la rock-star Elton John. Un défi "terrifiant" pour l'acteur de la saga Kingsman, qui s'est exprimé sur le sujet le 18 mars dernier après la projection de 15 minutes du film dans la légendaire salle du Troubadour, à Los Angeles. L'endroit même où Elton John donna son tout premier concert. Morceaux choisis.

Un biopic pas comme les autres

L'objectif a toujours été que Rocketman ne soit pas un biopic linéaire. Il fallait que le film nous embarque vers ces éléments fantastiques dont vous avez dû avoir un aperçu avec la scène du Troubadour. Sinon, structurellement, le film débute avec l'entrée d'Elton en cure de désintoxication. A titre personnel, j'ai toujours trouvé ça très excitant. Je suis excité à l'idée que les gens voient ce genre de scènes, car je pense que voir quelqu'un comme Elton John, si universellement connu, dans une situation si intime, si vulnérable, est très inhabituel. Ca dit quelque chose sur lui, sur combien il est une personne candide et résiliente.

Ce qui se passe essentiellement avec Rocketman, c'est Elton John qui se remémore sa vie alors qu'il est en cure. On apprend son histoire à partir de son enfance et du moment où il entre à la Royal Academy of Music et on se dirige, essentiellement, jusqu'au moment où il entre en cure.

Incarner Elton John à l'écran ? Un défi "terrifiant" ! "

C'était terrifiant. Comme il s'agit d'une comédie musicale et qu'il y a des éléments fantastiques, c'était une obligation que les comédiens chantent. Donc, c'est délicat, surtout après un film comme Bohemian Rhapsody qui montre indubitablement qui est Freddie Mercury. Pour moi, l'idée, c'était donc juste de chanter les chansons du mieux que je pouvais. Nous avions de la chance dans le sens où Elton John et Bernie Taupin sont très impliqués sur le projet. L'aventure a commencé avec eux, et Elton a été fantastique. Il m'a franchement laissé être une partie de sa vie durant quelques années.

Une première rencontre autour d'un... curry !

Pour moi, le déclic a vraiment été quand je me suis assis la première fois aux côtés d'Elton John et que nous avons partagé un curry. Je ne sais pas si je devrais vous dire ça. On a pris un curry à emporter pour manger chez lui, on a discuté durant 2 heures et demi et voilà, c'est juste quelque chose de difficile à décrire. Quand vous avez l'honneur d'incarner à l'écran quelqu'un qui est l'une des personnes les plus adorées et célèbres au monde, ça s'accompagne de lourdes responsabilités. Et quand vous rencontrez cette personne, que vous vous "connectez" vraiment à elle, je ne sais pas... Ca apparaît juste comme l'une des plus importantes choses qu'il m'ait jamais été donnée de faire, je ne peux pas vraiment décrire la sensation d'avoir vécu toute cette aventure.

Elton John : une vie faite de joie, de fun et d'excès...

Une partie du voyage vers la réhabilitation est de se confronter à toutes les erreurs qu'on a faites, toutes les mauvaises décisions qu'on a prises. Il faut également être en paix avec la personne qu'on est devenue et apprendre à s'aimer de nouveau. Et on ne peut pas faire ça tant qu'on aime pas tous les aspects de notre personne. (...) La relation d'Elton avec certaines substances était extrêmement corrosive et mauvaise pour sa santé, ça lui a presque tout coûté. C'était une partie importante de l'histoire pour moi. Et en parallèle, il fallait trouver un équilibre avec quelque chose de joyeux, une célébration, quelque chose de fun à regarder. C'est cet équilibre, sur le fil du rasoir, qu'on a eu en tête durant toute cette aventure, et j'espère que lorsque les gens verront le film, ils sentiront qu'on a fait un bon job à ce niveau.

Comment Taron est devenu Elton...

J'ai regardé beaucoup d'images d'époque de lui. Pourtant, jouer Elton John âgé était plus facile, certainement parce que j'ai passé du temps avec lui aujourd'hui. En fait, dans Rocketman, je devais incarner quatre Elton à des âges différents : le premier, adolescent avec une coupe au bol et de grosses lunettes bien larges, le deuxième vers l'âge de 20 ans avec les cheveux long, quand il habitait Los Angeles, etc...

Mettre de moi dans le personnage ne m'a pas vraiment aidé, donc j'ai créé une sorte d'hybride entre Elton John et moi. Il y a une chose que j'ai ressenti en apprenant à le connaître, c'est que j'ai l'impression d'avoir des points communs avec lui. Je ne suis pas un génie, bien sûr, je parle plutôt en terme de névroses et de sentiment d'insécurité. J'avais parfois l'impression de me reconnaître en lui, sur ce qui touche à mon instabilité émotionnelle, par exemple. Car je suis quelqu'un qui vit les choses à fond et qui a parfois de vives réactions. Et je pense qu'Elton John est pareil. Il s'agissait donc de composer avec ce genre de choses.

Des costumes fidèles et innovants

Nous avons travaillé avec Julian Day, un incroyable costumier. Il n'a pas seulement créé des looks très fidèles à la manière dont Elton John s'habillait, il a également créé de nouvelles choses innovantes. Je pense que c'était quelque chose que le réalisateur Dexter Fletcher souhaitait vraiment avec ce film : nous accorder quelques libertés pour prendre possession du personnage.

La sexualité d'Elton John à l'écran

Je suis un comédien hétérosexuel qui joue une icône gay, donc j'avais le vif sentiment que si je jouais ce personnage, j'avais l'obligation d'honorer cette facette de l'histoire. Au début du film, il y a cette scène d'amour entre Richard Madden et moi. J'en suis suis très fier. Non seulement c'est la première scène de sexe que j'ai jamais tournée, mais en plus, c'est une scène entre deux jeunes hommes qui tombent amoureux à une époque où ce n'était pas acceptable sociablement. Nous avions la responsabilité d'honorer cette partie de l'histoire. C'était fantastique de travailler avec les studios Paramount, qui ont tout de suite compris qu'il fallait la pousser, l'honorer, et la voir refletée dans le film. J'en suis vraiment ravi.

Source allociné

Voir les commentaires

Rédigé par Michael

Publié dans #sorties cinéma, #cinéma gay, #Biopic

Repost0

Publié le 23 Mars 2019

Après "Bohemian Rhapsody", c'est le biopic sur Elton John, "Rocket Man", qui pourrait se voir amputer d'une scène de câlin dénudé entre Taron Egerton et Richard Madden, afin de s'assurer que le film reste grand public aux yeux du studio...

L'industrie hollywoodienne reste décidément extrêmement frileuse quant il s'agit de rendre hommage comme il se doit aux stars LGBTQ+ à qui elle consacre un biopic. Après Bohemian Rhapsody, qui avait une très nette tendance à se focaliser davantage sur la relation de Freddie Mercury avec sa femme plutôt que sur sa bisexualité, ses écarts et ses soirées orgiaques, ce serait au tour de Rocketman de subir le même sort.

Selon les informations du Daily Mail, le studio Paramount aurait demandé qu'une scène de 40 secondes soit coupée au montage afin de permettre au film de rester grand public et ne pas choquer. Si la vie d'Elton John semble d'emblée moins sulfureuse que celle de Freddie Mercury, son homosexualité, qu'il assume depuis très longtemps, n'aurait le droit de citer que de la manière la plus soft possible. La scène en question montrerait Taron Egerton(Elton John) et Richard Madden (John Reid) en plein câlin tendre dans un lit et dans le plus simple appareil, les fesses à l'air. Paramount demanderait à la transformer en un simple "Bonjour !" tout habillé... Pour le moment, le studio n'a pas réagi.

Source allociné

Voir les commentaires

Rédigé par Michael

Publié dans #Biopic, #sorties cinéma, #cinéma gay

Repost0