cinema gay

Publié le 17 Septembre 2019

Les Misérables, Portrait de la jeune fille en feu et Proxima sont sur les rangs pour défendre les couleurs du cinéma tricolore.

Cocorico ! Les Oscars 2020 pointent déjà le bout de leurs nez et trois long-métrages français ont été présélectionnés pour représenter le cinéma tricolore dans la catégorie du meilleur film étranger : Les Misérables de Ladj Ly, Portrait de la jeune fille en feu de Céline Sciamma et Proxima d’Alice Winocour. Seul un traversera l'Atlantique. 

Portrait de la jeune fille en feu est une romance ambiguë entre une peintre et son modèle féminin, une noble qui va se marier. Une histoire d’amour happée par la tension sexuelle lesbienne portée par les incandescentes Noémie Merlant et Adèle Haenel. Prix du scénario à Cannes 2019. 

Source première

Portrait de la jeune fille en feu : Tableau de maître [Critique]

 

Céline Sciamma raconte avec une infinie délicatesse une histoire d’amour impossible, sublimée par Adèle Haenel et Noémie Merlant.

Mai 2019 restera à part dans la carrière de Céline Sciamma. Douze ans après son premier long métrage, Naissance des pieuvres, découvert à Un certain regard, elle a connu sa toute première sélection en compétition cannoise avec Portrait de la jeune fille en feu. Un baptême toujours stressant mais qui s’est déroulé ici de la plus radieuse des façons, l’accueil enthousiaste de la projection officielle ayant trouvé un écho idoine dans celle réservée à la presse. Cerise sur le gâteau, la cinéaste a même reçu le fameux coup de fil du samedi 13 heures, jour de palmarès, lui indiquant de revenir fissa à Cannes pour recevoir sa récompense. En l’occurrence l’une des premières de cette soirée, le prix du scénario. Mais, au visage et aux mots de Céline Sciamma, on pouvait deviner une déception. Celle de voir ce film si brillamment mis en scène et si puissamment interprété salué ainsi. On l’a dit et on n’a pas fini de le répéter au fil des sorties des œuvres majeures dégagées du palmarès (Une vie cachée, Le Traître...) au profit des sempiternels films à sujets, le jury d’Iñarritu n’a pas été à la hauteur de cette sensationnelle édition cannoise. Et même lorsqu’il distingue un film qui transcende son sujet comme ici, il se trompe de récompense. Prix de la mise en scène, double prix d’interprétation féminine, Grand Prix... Le choix était pourtant vaste pour saluer ce voyage dans la France de 1770 et l’arrivée sur les côtes bretonnes de Marianne, une peintre venue faire en secret le portrait d’Héloïse, une jeune femme rétive à toute idée de poser. Car ce tableau n’est pas une innocente œuvre d’art mais une commande de sa mère qui, ayant décidé de lui faire épouser un riche Milanais, l’expédiera ensuite à ce dernier pour qu’il la trouve à son goût. Or, tout juste sortie du couvent, Héloïse entend résister à ce destin dans lequel on veut l’enfermer avec pour seule arme sa colère sourde. Marianne va alors devoir user de mille et une ruses – à commencer par se faire passer pour sa dame de compagnie – pour parvenir à créer ce tableau dans ces conditions. Elle devra apprendre à scruter son modèle dans les moindres détails pour, le soir venu, coucher sur la toile les détails de ce corps. Et de leurs regards échangés naîtra un irrésistible sentiment amoureux qui mettra longtemps à dire son nom.

CONTE MODERNE
Portrait de la jeune fille en feu entre au Panthéon des plus belles histoires d’amour du 7e art. Celles où les sentiments enflammés dévorent de l’intérieur leurs protagonistes. Celles où un geste maladroit ou un regard un peu trop appuyé en disent plus que mille mots ou baisers langoureux. À l’image de son parti pris d’une quasi-absence de musique, Céline Sciamma signe un film d’une délicatesse infinie et fait monter le désir crescendo jusqu’à ce qu’il explose aussi tendrement que violemment. Car on ne se défait pas du poids des conventions par une simple succession de battements de cœur, aussi à l’unisson soient-ils. Pour son premier film d’époque en costumes, Céline Sciamma ne paraît jamais prisonnière du poids de la reconstitution. Elle y distille une modernité jamais criarde pour rappeler que des problématiques anciennes (les revendications des femmes artistes à plus de visibilité, la liberté entravée d’aimer qui on veut quand on veut...) n’ont hélas rien perdu de leur actualité. Cette modernité se retrouve dans l’interprétation de ses deux comédiennes principales.

DUOS DE FEMMES
Il est forcément émouvant de voir Céline Sciamma écrire un nouveau chapitre de son histoire avec Adèle Haenel, qu’elle a révélée sur grand écran. Cette Héloïse, elle l’a écrite pour elle. Et la comédienne révèle à travers la docilité intranquille de ce personnage une nouvelle facette de ses talents d’actrice décidément infinis. Face à elle, Noémie Merlant aurait pu occuper une position délicate. L’empêcheuse de tourner en rond dans un dialogue entre sa partenaire et leur réalisatrice. Il n’en est évidemment rien. Dans ce rôle de peintre qui cherche, elle aussi, à s’affranchir de sa condition et des préjugés sur son sexe et voit son amour se consumer à mesure qu’il lui permet d’accéder à une nouvelle étape de sa vie, l’héroïne du Ciel attendra franchit un nouveau cap. Parfaite de complémentarité avec sa principale partenaire comme avec les impeccables Valeria Golino (la mère d’Héloïse) et Luàna Bajrami (la servante qui se lie d’amitié avec les jeunes amoureuses, par-delà les rapports de classe) dans ce film poétique et politique d’une sensibilité infinie.

Portrait de la jeune fille en feu, en salles le 18 septembre 2019.

Voir les commentaires

Rédigé par Michael

Publié dans #Oscars 2020, #cinéma gay, #lesbien

Repost0

Publié le 16 Septembre 2019

L’emblématique directeur de la photographie a confié qu’il existait deux versions longues de ce western crépusculaire devenu culte porté par Brad Pitt et Casey Affleck.

Flop commercial à sa sortie en 2007, L’Assassinat de Jesse James par le lâche Robert Ford, western aux allures de chant du cygne signé Andrew Dominik, a depuis acquit un petit statut de film culte au fil des années. Casey Affleck en disciple taciturne, Brad Pitt en hors-la-loi vampirique, tension homo-érotique entre les deux cowboys et mélancolie ténébreuse planant sur leurs errances existentielles portées par la musique atmosphérique de Nick Cave et Warren Ellis… L’Assassinat de Jesse James cassait les codes du genre.

Pas étonnant que sa base de fans, passionnés, obsédés et acharnés, en demande toujours plus. Si l’on savait déjà que plusieurs versions longues existaient, vues par seulement une poignée de chanceux, Roger Deakins, son directeur de la photographie, confirme leur existence en faisant part à Collider de son envie de les voir. "J’aimerais beaucoup voir la version longue. (...) Mais je ne pense pas que ça arrivera car lorsque j’en ai parlé à Andrew [Dominik], il semblait plutôt satisfait de la version cinéma. Je me souviens que le premier montage que j’ai vu durait 3h15, c’était assez remarquable. Il existe aussi une version de 4 heures (...)"

Selon le média américain, Deakins aimerait voir L’Assassinat de Jesse James intégrer la prestigieuse collection Criterion même si selon lui ce n’est pas à l’ordre du jour : "Je ne pense pas que Criterion soit intéressé par le film. Il n’a pas l’air d’être assez significatif pour eux." Le directeur de la photographie est également revenu sur un souvenir lié au film : "Il y avait ce type vraiment adorable, un étudiant en cinéma, qui a organisé un événement autour de Jesse James, l’année dernière ou il y a deux ans. Jesse James est son film préféré. Il l'avait fait projeter sur pas mal d’écrans, dans plusieurs cinémathèques, ce genre de truc." Roger Deakins, l’air déçu, en rajoute une couche : "Il avait essayé d’approcher Criterion mais ils n’avaient pas du tout été emballés."

Source première

Voir les commentaires

Rédigé par Michael

Publié dans #cinéma gay

Repost0

Publié le 15 Septembre 2019

Rob James-Collier  parle de l'histoire de son personnage dans le nouveau film  "Downton Abbey".

L'acteur, qui jouait le rôle du maître d'hôtel Thomas Barrow dans la série à succès britannique, a révélé que le scénario du film parlera du traitement réservé aux hommes homosexuels en Angleterre dans les années 1920, lorsque l'homosexualité était illégale.

"Quand tout le faste de la visite royale se déroule, vous passez à l'histoire de Thomas, alors je me dis:" Merci Julian [Fellowes, l'écrivain] de m'avoir fait confiance pour que je puisse faire cela ".

Le personnage de Thomas est tombé amoureux de plusieurs hommes, a subi une "thérapie" de conversion gay et a même tenté de se suicider, avant d'être nommé maître d'hôtel du domaine dans le finale de la série .

"Vous voyez Thomas découvrir un tout nouveau monde, et être plus proche de ce qu'il est. Il y avait de la joie, mais cette joie peut être enlevée alors le voyage de Thomas est très émotionnel, ", a-t-il poursuivi.

«C’était horrible de revenir à la maison et de montrer à quel point tout était différent."

Voir les commentaires

Rédigé par Michael

Publié dans #cinéma gay, #sorties cinéma

Repost0

Publié le 15 Septembre 2019

Contrairement à ce qui avait été annoncé, "Les Crevettes pailletées" ne deviendra pas une série mais devrait avoir droit à une suite sur grand écran selon Nicolas Gob, l'interprète de Matthias Le Goff.

Les Crevettes pailletées devraient finalement bien refaire un plongeon du côté du grand écran. Alors que les réalisateurs Maxime Govare et Cédric Le Gallo nous confiaient en mai dernier, durant le Festival de Cannes, qu'un projet de série se déroulant avant les événements du film était en développement, il semblerait que cette idée de prequel pour la télévision ait été abandonnée au profit d'une suite au cinéma si l'on en croit Nicolas Gob.

Rencontré aujourd'hui dans le cadre du Festival de La Rochelle, où il est venu présenter le premier épisode de la saison 3 à venir de L'Art du crime, le comédien de 36 ans nous a en effet confié qu'un deuxième volet était actuellement en écriture et devrait donc voir le jour prochainement si tout va bien. "Il y aura sûrement un Crevettes pailletées 2", révèle l'interprète de Matthias Le Goff. "On est tous très chauds pour cette suite et en même temps on est tous tatillons car on veut faire mieux et pas moins bien. Si c'est pour faire un Pédale douce 2, c'est pas la peine. (...) C'est vrai qu'à un moment il a été question d'une série, mais ça a été abandonné pour un film. Je pense que le film a tellement bien marché que la commande a été directe. Donc là je pense qu'ils sont en écriture et on attend de voir. Mais on serait tous très excités de tourner une suite. Ça a été une expérience incroyable et je suis content que le film ait autant plu. Le film est ce qu'il est, il est fragile, il n'est pas parfait, mais il a une qualité incroyable : il est honnête. Et du coup il est touchant. C'est un sujet important qui nous emporte".

Sorti le 8 mai dernier, Les Crevettes pailletées, qui a réalisé près de 600 000 entrées en France, suit les aventures de Matthias Le Goff, un vice-champion du monde de natation qui, après avoir tenu des propos homophobes, est condamné à entraîner "Les Crevettes Pailletées", une équipe de water-polo gay, davantage motivée par la fête que par la compétition. Cet explosif attelage va alors se rendre en Croatie pour participer aux Gay Games, le plus grand rassemblement sportif homosexuel du monde. Le chemin parcouru sera l’occasion pour Mathias de découvrir un univers décalé qui va bousculer tous ses repères et lui permettre de revoir ses priorités dans la vie.

Source allociné

Voir les commentaires

Rédigé par Michael

Publié dans #sorties cinéma, #cinéma gay

Repost0

Publié le 10 Septembre 2019

"Je ne vois pas pourquoi on se l'interdirait !"

Plus que quelques jours avant de repartir pour Downton Abbey. Le film adapté de la série arrivera en France le 25 septembre (le 13 septembre outre-Manche) et il pourrait s'agir du premier d'une longue saga.

En effet, les créateurs du drama affirment qu’il pourrait parfaitement y avoir d’autres suites, si celle-ci a du succès : "Je ne vois pas pourquoi on se l'interdirait", répond Julian Fellowes à Variety, ajoutant que la perspective de prochains longs-métrages "dépend entièrement de la réception de ce film."

Le producteur Gareth Neame est sur la même longueur d'ondes et se dit "très optimiste ! Parce que la série était une émission de télé dont tout le monde parlait au bureau. Les gens voudront aller voir le film dans les salles de cinéma. Du coup, j'espère qu'il y aura une envie d'en voir plus. Tout dépend de ce que les fans ont envie. Je pense que Julian [Fellowes] et moi-même avons cet appétit pour d'autres suites."

Reste qu'il faudra alors réussir à réunir à nouveau l'ensemble du vaste casting de Downton Abbey...

Source Première

Voir les commentaires

Rédigé par Michael

Publié dans #sorties cinéma, #cinéma gay

Repost0

Publié le 10 Septembre 2019

Hafsia Herzi convainc avec l’histoire d’une rupture dont elle tient aussi le rôle central avec une gourmandise contagieuse.

Une jeune femme peine à se remettre de l’infidélité de son petit ami. Pour son premier long métrage de cinéaste, Hafsia Herzi a choisi un sujet a priori usé jusqu’à la corde. Mais il faut toujours se méfier des apparences... Découverte à la Semaine de la critique, l’histoire se vit intensément au rythme des montagnes russes émotionnelles de son héroïne, incapable de faire le deuil de cet amant toxique et prête à tous les subterfuges, surtout les plus iconoclastes (faire appel à un marabout... ami de Carla Bruni !), pour que ce serial lover revienne. Entre rage, désespoir et éclats de rire salvateurs. Tu mérites un amourn’a aucune autre prétention que cette justesse-là des sentiments. Hafsia Herzi se montre à la hauteur de cette sacrée belle ambition. À la manière de son mentor Abdellatif Kechiche, elle laisse la vie – d’autant plus naturelle qu’elle y est recréée sans jamais rien laisser paraître – envahir l’écran. Elle fait la part belle à la tchatche et peuple son histoire de seconds rôles tous parfaits. Grande gueule extravertie (Djanis Bouzyani, une révélation) ou petite boule de sensibilité introvertie (Anthony Bajon), ils donnent à ce récit les couleurs de l’arc-en-ciel et ses ruptures de rythme qui le rendent si attachant. Mais elle a surtout eu la belle idée de s’offrir le rôle central de son film. Car sa réalisation ressemble à sa manière de jouer, à cette façon de ne jamais surgir où on l’attend avec une liberté qui rend le champ des possibles infini. Sa joie de jouer et de filmer traverse l’écran.

Tu mérites un amour, en salles le 11 septembre 2019.

Source Première

Voir les commentaires

Rédigé par Michael

Publié dans #sorties cinéma, #cinéma gay

Repost0

Publié le 9 Septembre 2019

TU MÉRITES UN AMOUR

 

Date de sortie 11 septembre 2019 (1h 39min)
Nationalité Français
Suite à l'infidélité de Rémi, Lila qui l'aimait plus que tout vit difficilement la rupture. Un jour, il lui annonce qu'il part seul en Bolivie pour se retrouver face à lui-même et essayer de comprendre ses erreurs. Là-bas, il lui laisse entendre que leur histoire n'est pas finie... Entre discussions, réconforts et encouragement à la folie amoureuse, Lila s'égare...

Le film joue la carte du renouveau romantique et de l’inclusivité. Avec un personnage de jeune gay maghrébin, encore trop rare dans le cinéma français.

 

 

Tous les 27 ans, une créature maléfique revient hanter les rues de Derry, dans le Maine. Près de trente ans après les événements du premier opus, les membres du Club des Ratés, désormais adultes, se retrouvent.

 

1770. Marianne est peintre et doit réaliser le portrait de mariage d’Héloïse, une jeune femme qui vient de quitter le couvent. Héloïse résiste à son destin d’épouse en refusant de poser. Marianne va devoir la peindre en secret. Introduite auprès d’elle en tant que dame de compagnie, elle la regarde.
Downton Abbey met en scène la vie de la famille Crowley et de ses serviteurs dans un manoir de la campagne anglaise à l’orée du XX° siècle.

 

Port Authority

25 septembre 2019 / 1h 34min / Drame
C’est l’histoire d’une rencontre, entre un jeune homme blanc qu’on prend pour un loser et qui tente de survivre dans un New York qui ne veut pas de lui, et une « famille » de danseurs noirs et queer de Harlem adeptes du « voguing ». Parmi eux, il y a une fille superbe. Mais voilà, elle n’est pas seulement une fille superbe.
 

Voir les commentaires

Rédigé par Michael

Publié dans #sorties cinéma, #cinéma gay

Repost0

Publié le 8 Septembre 2019

Deux amis d’enfance remettent en question leurs certitudes après le tournage d’un court-métrage.

Matthias et Maxime sont amis depuis toujours, mais un seul incident va bouleverser leur vie : durant le tournage d’un projet amateur, les deux jeunes hommes s’embrassent devant la caméra. Un acte simple et anodin, qui va néanmoins les amener à se remettre en question, s’interroger sur leurs certitudes. Et petit à petit ce qui n’était qu’un doute va bouleverser leur équilibre, tant sur le plan social qu’intime.

La bande-annonce de Matthias & Maxime est tombée : Xavier Dolan retourne au cinéma dans un drame plus intimiste après Ma Vie avec John F. Donovan. Pour l’occasion, le réalisateur de Mommy incarnera Maxime et donnera la réplique à Gabriel D'Almeida Freitas dans le rôle de Matthias. Le film sortira en salles le 16 octobre.

Source première

Voir les commentaires

Rédigé par Michael

Publié dans #sorties cinéma, #cinéma gay

Repost0

Publié le 5 Septembre 2019

Véritable vitrine d’un cinéma britannique vif et actuel, à la fois pointu et populaire, le Dinard Film Festival fête en 2019 ses 30 ans en proposant une programmation exceptionnelle !

 

Plus que jamais pendant 5 jours, Dinard redevient une véritable enclave britannique en terre bretonne et propose au public et aux professionnels films en compétition, avant-premières et rétrospectives, séances spéciales et rencontres, masterclasses et hommages aux grands acteurs et réalisateurs du cinéma britannique.

 

Ces séances et rendez-vous se tiennent en présence d’invités prestigieux, des équipes des films en
compétition ainsi que du Jury.


Fidèles à la ligne artistique du festival et signées Hussam Hindi, directeur artistique du Festival, les sélections courts et longs-métrages ont pour ambition de montrer la production britannique de l’année, dans toute sa diversité (fictions, documentaires, animation, comédies, drames, thrillers…).


Sans se départir du flegme et de l’humour légendaires des Britanniques, le Dinard Film Festival poursuit cette année encore sa mission : celle de permettre à des films rares, originaux et indépendants de rencontrer les distributeurs et le public français.

AVANT-PREMIÈRE 

Carmilla

de Emily Harris, 2018 (1h36)

avec Tobias Menzies, Jessica Raine, Greg Wise...

Lara a 15 ans. Elle vit coupée du monde avec son père et leur gouvernante austère, Miss Fontaine, et peine à trouver un exutoire à sa curiosité naturelle et sa sexualité naissante. Lorsqu’un accident de calèche se produit près de chez eux et que la famille recueille Carmilla, une jeune fille blessée, Lara tombe sous le charme.

Compétition SHORTCUTS

Becoming Cherrie

de Nicky Larkin, 2019, (12’)

Matthew Cavan, alias Cherrie Ontop, est la drag-queen préférée de Belfast. Il raconte la diffi culté d’être séropositif en Irlande du nord.

MASTERCLASSES

Rock stars on film, coup de projecteur sur David Bowie, par Hussam Hindi

Queen avec Bohemian Rhapsody, Elton John avec Rocketman, sans oublier Lady Gaga dans A Star is Born, le biopic musical a le vent en poupe et les rock stars n’ont jamais été aussi présentes au cinéma. La chose ne date pourtant pas d’hier, et à ce titre le Royaume Uni n’a rien à envier à Hollywood. Hussam Hindi parlera donc rock’n’roll, en se penchant tout particulièrement sur le cas du regretté David Bowie, dont l’intrigante personnalité a fait de lui le comédien idéal pour des rôles ambigus aux émotions contrastées. 

Voir les commentaires

Rédigé par Michael

Publié dans #festival, #cinéma gay

Repost0

Publié le 4 Septembre 2019

On dirait que l'univers cinématographique de Marvel est vraiment sur le point de devenir très gay ! 

Selon des sources de We Got This Covered , la prochaine suite de Captain Marvel  devrait présenter un autre défenseur queer, Hulkling ! 

Pour ceux qui ne connaissent pas le personnage,  Hulkling (ou Theodore "Teddy" Altman) a fait sa première apparition dans la bande dessinée Young Avengers en 2005. Il entretient une relation amoureuse avec son fiancé : Young Avenger  Wiccan ( aka William "Billy" Kaplan) 

A vérifier si cette rumeur est vraie ?

Voir les commentaires

Rédigé par Michael

Publié dans #cinéma gay

Repost0