cinema gay

Publié le 5 Mai 2019

Paramount a publié la vidéo mercredi 1 er mai, montrant à la fois le chant et les looks d'Egerton.

Dans la vidéo, Egerton chante le single de Rocket Man d'Elton John dans un studio entrecoupé de clips tirés du film.

J'ai vraiment hâte de voir le film !

Voir les commentaires

Rédigé par Michael

Publié dans #Biopic, #sorties cinéma, #cinéma gay

Repost0

Publié le 5 Mai 2019

Ellen Page et Kate Mara, que tout oppose, tombent amoureuses dans le film, My Days of Mercy .

 

"C'est une histoire puissante et déchirante sur la découverte de l'amour dans les lieux les moins probables. 

Deux jeunes femmes qui manifestent de façon opposées contre la peine de mort se rencontrent. Il va s'en suivre une amitié improbable. Alors que les deux femmes parlent de leurs problèmes personnels respectifs, elles se rapprochent de plus en plus, entraînant des révélations personnelles dramatiques, une passion et une histoire d'amour qui changera leur vie. "

Voir les commentaires

Rédigé par Michael

Publié dans #sorties cinéma, #cinéma gay, #lesbien

Repost0

Publié le 30 Avril 2019


Un film d’une puissance folle sur l’intolérance, qui fait réellement trembler.

Représentant à peu près unique du cinéma guatémaltèque, Jayro Bustamante s’est fait remarquer avec son premier long métrage, Ixcanul, portrait d’une jeune femme maya prisonnière des us et coutumes de sa communauté, qui impressionnait par sa sécheresse thématique et son panthéisme lyrique. Les ombres tutélaires des mexicains Carlos Reygadas (Lumiere silencieuse, Post Tenebras Lux) et Amat Escalante (Heli, La région sauvage) planaient au-dessus de ce premier film coup de poing, révélant en Bustamante un sacré tempérament de cinéaste. La première séquence de Tremblements confirme l’impression de sidération laissée par Ixcanul. Pendant quinze minutes, la caméra colle aux basques d’un homme, d’abord dans sa voiture, puis dans une immense propriété bourgeoise battue par la pluie ou l’attendent les membres de sa famille, totalement défaits, comme endeuillés. Petit à petit, on comprend que l’homme, désormais en pleurs, est coupable de quelque chose de terrible. Mais de quoi ? Tour à tour, sa mère, sa sœur, son beau-frère et son père viennent tantôt le réconforter, tantôt le faire culpabiliser. Son épouse et ses enfants restent de leur côté en retrait ; les domestiques sont fuyants. Des soupçons de meurtre, de pédophilie viennent à l’esprit du spectateur, d’autant plus fasciné par ce spectacle tragique qu’il n’y comprend rien. La vérité, on l’apprendra ensuite, est tout autre : Pablo, fils de la bonne société guatémaltèque, père de famille modèle, mène bien plus simplement une relation extra-conjugale avec un… homme. Percé à jour par son intransigeante famille, il devra choisir son camp, c’est-à-dire vivre en paria, mais en accord avec lui-même, ou respecter les règles imposées par la morale et par la religion pour conserver sa position -et accessoirement son haut niveau de vie qu’une procédure de divorce mettrait largement à mal.

Tourments intérieurs
On le voit, le jeune réalisateur (42 ans, le 10 mai) creuse la thématique de l’enfermement à l’œuvre dans Ixcanul à l’aide d’une mise en scène chirurgicale, dépourvue d’affect, qui accule, elle aussi, Pablo dans ses retranchements. Filmé le plus souvent en gros plans qui l’isolent dans le cadre, le charismatique Juan Pablo Olyslager, troublant sosie avec sa barbe poivre et sel de Mel Gibson (hasard ?), traduit à la perfection les tourments intérieurs qui agitent son personnage, incapable d’abandonner son amant tout en acceptant de suivre une thérapie de reconversion dispensée par sa paroisse évangélique. Comme dans le récent Boy erased.

Tous pourris
Bustamante n’est cependant pas Joel Edgerton : il ne prend pas de pincettes avec son sujet. Ici, pas de maman protectrice pour adoucir le trait ni de gourou affichant le début d’une quelconque faiblesse. Tous les personnages secondaires (à part l’amant bienveillant à qui l’on doit les plus belles scènes émotionnelles) sont monstrueux, de l’épouse procédurière à la femme du pasteur en charge de la thérapie, dont la rigidité est à l’image de ses tailleurs ajustés et de son chignon impeccable -elle n’est pas sans rappeler l’infirmière en chef de Vol au-dessus d’un nid de coucou. La thérapie se déroule quant à elle dans une atmosphère de camp militaire où il n’est plus question d’amour-propre mais de se mettre littéralement à nu pour renaître conformément aux desiderata d’une société guatémaltèque globalement homophobe (nous dit le film), des plus riches aux plus pauvres. Le titre “Tremblements” fait aussi bien référence aux séismes qui menacent régulièrement le Guatémala (et dont Bustamante fait un élément un peu parasite du récit) qu’à la crainte du système de voir vaciller son socle de valeurs. Effrayant et sans espoir.

Tremblements, en salles le 1er mai 2019.

Source première 

Voir les commentaires

Rédigé par Michael

Publié dans #sorties cinéma, #cinéma gay

Repost0

Publié le 26 Avril 2019

Préoccupé, Max est parti dans sa maison au bord de la mer pour se ressourcer. Sa bande de potes, qu’il n’a pas vue depuis plus de 3 ans débarque par surprise pour lui fêter son anniversaire ! La surprise est entière mais l’accueil l’est beaucoup moins... 

 

Coming Out

1 mai 2019 / 1h 03min / Documentaire
A travers un montage de vidéos bouleversantes filmées par des jeunes du monde entier, Coming Out nous fait vivre au plus près ce moment de basculement intime, et social, qu’est le coming out.
Guatemala, Pablo, 40 ans, est un "homme comme il faut", religieux pratiquant, marié, père de deux enfants merveilleux. Quand Il tombe amoureux de Francisco, sa famille et son Église decident de l’aider à se "soigner". Dieu aime peut-être les pécheurs, mais il déteste le péché.

 

#Female Pleasure

1 mai 2019 / 1h 41min / Documentaire
Cinq héroïnes, cinq pays, même combat : s’affranchir des préjugés, combattre les violences faites aux femmes, conquérir le droit à disposer de son propre corps. Brisons le silence, soyons invincibles, revendiquons #Female Pleasure !
Depuis 50 ans, l’histoire de Mai 68 est racontée par des hommes, presque exclusivement. Comme si les femmes n’avaient pas leur place dans cette histoire, n’y avaient été que des figurantes. Pourtant, elles ont permis l’émergence d’un discours féministe moderne et structuré.
Après avoir tenu des propos homophobes, Mathias Le Goff, vice-champion du monde de natation, est condamné à entraîner "Les Crevettes Pailletées", une équipe de water-polo gay, davantage motivée par la fête que par la compétition.
Pedro gagne sa vie en tant que Cam Boy. Devant sa caméra, il sait comment créer le désir… Doucement le jeune homme se déshabille, plonge ses doigts dans des peintures colorées, subtilement il les laisse glisser sur son corps nu…

 

Just Charlie

15 mai 2019 / 1h 37min / Drame
Charlie vit à Tamworth, une petite ville anglaise où tout le monde se connaît. C’est un adolescent destiné à un bel avenir dans le football et son père voit en lui le professionnel qu'il n'a jamais pu être. Mais Charlie se retrouve tiraillé entre le désir de répondre aux attentes de son père et le fait qu’il se sent emprisonné dans le corps d'un garçon.
Rocketman est l’épopée rock d’une star au destin exceptionnel.Biopic consacré au chanteur Elton John et à son fantastique destin, le film retrace la vie de la star britannique depuis ses années d’enfance jusqu’à son avènement en tant que rock star interplanétaire !

Voir les commentaires

Rédigé par Michael

Publié dans #sorties cinéma, #cinéma gay

Repost0

Publié le 24 Avril 2019

L'ADIEU À LA NUIT

 

Date de sortie 24 avril 2019 (1h 43min)
Genre Drame
Nationalités FrançaisAllemand
Muriel est folle de joie de voir Alex, son petit-fils, qui vient passer quelques jours chez elle avant de partir vivre au Canada.  Intriguée par son comportement, elle découvre bientôt qu’il lui a menti. Alex se prépare à une autre vie. Muriel, bouleversée, doit réagir très vite…

André Téchiné retrouve Catherine Deneuve pour L’Adieu à la nuit. Ça n’est jamais que leur huitième collaboration depuis Hôtel des Amériques, en 1981. Cette fois, le cinéaste raconte l’histoire d’une grand-mère, Muriel (Catherine Deneuve, donc), qui, lorsqu’elle comprend que son petit-fils (joué par Kacey Mottet Klein, acteur révélé en 2016 par Téchiné dans Quand on a 17 ans) s’apprête à partir en Syrie afin de rejoindre Daesh, va tout faire pour le retenir auprès d’elle. Des personnages à vif se débattent dans le décor sublime du Sud-Ouest de la France, cher au réalisateur.

Après Nos années folles (son dernier film en date sur un déserteur qui se travestit pour échapper à la guerre), et surtout Quand on a 17 ans, récit de la naissance d’une histoire d’amour entre deux adolescents, le cinéaste revient avec un film social. Et surtout casse-gueule.

En s’emparant d’un sujet hautement inflammable (la radicalisation de la jeunesse française), il prend, à 76 ans, des risques assumés. Et, malgré quelques longueurs dans les dialogues, il réussit un film touchant et nuancé, où le motif de l’homosexualité surgit sans crier gare. C’est aussi un film lumineux sur une adolescence en rupture. Cette jeunesse qu’André Téchiné n’a eu de cesse de scruter tout au long de sa carrière.

Source têtu

Voir les commentaires

Rédigé par Michael

Publié dans #sorties cinéma, #cinéma gay

Repost0

Publié le 21 Avril 2019

Les acteurs, qui sont tous ouvertement homosexuels, se réuniront cet été pour une adaptation au film Netflix.

Les acteurs de The Boys in the Band vont se retrouver pour une version cinématographique du hit de Broadway qui sera présenté sur Netflix l'année prochaine. La nouvelle a été annoncée sur Instagram par le producteur Ryan Murphy.

Dans son message, Murphy écrivait: 

"Les garçons de la bande étaient à Broadway, battant des records. Cet été, The Boys In the Band sera un film événement pour Netflix. Tous les membres du casting de Broadway reprendront leurs rôles dans le film. J'ai hâte d'être sur le plateau avec Joe et Jim Parsons, Zachary Quinto, Andrew Rannells, Matt Bomer, Charlie Carver, Robin de Jesus, Tuc Watkins, Michael Benjamin Washington et Brian Hutchison. Je produirai le film avec David Stone et Ned Martel."

Voir les commentaires

Rédigé par Michael

Publié dans #Netflix, #cinéma gay

Repost0

Publié le 21 Avril 2019

La bande-annonce de Wild Nights With Emily, le film de Madeleine Olnek avec Molly Shannon dans le rôle d’Emily Dickinson, vient  d’être dévoilée. La comédie biographique, qui sortira le 12 avril prochain aux Etats-Unis aborde un aspect moins connu de la vie de la poétesse américaine : sa relation amoureuse avec sa belle-soeur  Susan Huntington Gilbert (Susan Ziegler) qui durera toute sa vie. Avec un ton opposé à celui de A Quiet Passion, le film de Terence Davies avec Cynthia Nixon, sorti en 2017, Wild Nights With Emily explore le côté plein de vie et irrévérencieux d’Emily Dickinson et revient sur l’histoire de deux amantes passionnées et clandestines qui se battent pour se faire une place dans l’Histoire.

 

La narratrice du film, Mabel Loomis Todd (Amy Seimetz), amante du frère d’Emilie, Austin Dickinson, n’a jamais rencontré la poétesse bien que les deux femmes ont échangé des lettres. C’est elle, qui, avec l’éditeur Thomas Wentworth Higginson  publia en 1890 le premier recueil posthume de poèmes de Dickinson dont le contenu a été altéré. Il aura fallu attendre 1955 et la sortie du recueil Les poèmes d’Emily Dickinson (The Poems of Emily Dickinson), édité par Thomas H. Johnson, pour découvrir son oeuvre pratiquement intacte.
 
Source Jeanne magazine

Voir les commentaires

Rédigé par Michael

Publié dans #sorties cinéma, #cinéma gay, #lesbien

Repost0

Publié le 21 Avril 2019

Charlie vit à Tamworth, une petite ville anglaise où tout le monde se connaît. C’est un adolescent destiné à un bel avenir dans le football et son père voit en lui le professionnel qu’il n’a jamais pu être. Mais Charlie se retrouve tiraillé entre le désir de répondre aux attentes de son père et le fait qu’il se sente emprisonné dans le corps d’un garçon. En proie à une crise identitaire, la relation précieuse qu’il avait alors avec son père se dégrade et c’est tout son univers qui est sur le point de basculer, y compris sa future carrière de footballeur. Sa quête d’identité va bouleverser l’équilibre de sa famille et de ses amis.

JUST CHARLIE est un film sur l’acceptation de soi et l’acceptation des différences.

Le film sera en salles le 15 MAI  2019

Sortie ciné : Just Charlie

JUST CHARLIE est sélectionné pour le festival LGBT IN&OUT qui se tiendra à Cannes du 23-23 juin et à Nice du 25 au 30 Juin
JUST CHARLIE a été recommandé Film ART & ESSAI par l’AFCAE
JUST CHARLIE sera en compétition aux Cannes Écrans Juniors 2019

Le film a reçu de nombreux prix :
Festival Mamers en Mars (2018, Edition 28), Prix du Public
Festival Univerciné Britannique (2018, Edition 2017-2018), Prix du Public
Festival CinéPride Nantes (2018, Edition 15), Prix du Public
Festival international du film d'Édimbourg EIFF (2017, Edition 71), Prix du Public 
Festival Européen du Film de Séville (2017, Edition 14), Prix du Public
Festival du film de Zlin (2017, Edition 57), Meilleur long métrage pour les jeunes

Nominations de JUST CHARLIE
British Independent Film Awards BIFA (2017, Edition 20), Nommé, Harry Gilby, Meilleur espoir
Festival international du film du Caire (2017, Edition 39), Nommé, Prix de la semaine de critique internationale
Festival international du film de Guadalajara (2017, Edition 32), Nommé, Meilleur film, Premio Maguey

Voir les commentaires

Rédigé par Michael

Publié dans #sorties cinéma, #cinéma gay, #Trans&transgenre

Repost0

Publié le 18 Avril 2019

La 72e édition du festival se déroulera du 14 au 26 mai.

Thierry Frémaux et Pierre Lescure viennent d’annoncer la sélection du 72e festival de Cannes.

Il sera présidé par Alejandro Gonzalez Inarritu (le réalisateur de Birdman, The Revenant...) et les cérémonies d’ouverture et de clôture seront comme l'année dernière animées par Edouard Baer. Alain Delon recevra la Palme d'or d'honneur de cette nouvelle édition.

En marge du festival, l’actrice Virginie Ledoyen présidera le jury de la 10e Queer Palm, prix indépendant qui récompense un film des sélections du Festival de Cannes évoquant les questions LGBT.

Films LGBT en compétition : 

 

Douleur et gloire de Pedro Almodovar

Genre Drame
Nationalité Espagnol

Une série de retrouvailles après plusieurs décennies, certaines en chair et en os, d’autres par le souvenir, dans la vie d’un réalisateur en souffrance. Premières amours, les suivantes, la mère, la mort, des acteurs avec qui il a travaillé, les années 60, les années 80 et le présent. L’impossibilité de séparer création et vie privée. Et le vide, l’insondable vide face à l’incapacité de continuer à tourner.

Roubaix, une lumière d'Arnaud Desplechin

Genres ThrillerDrame
Nationalité Français
À Roubaix, un soir de Noël, Daoud le chef de la police locale et Louis, fraîchement diplômé, font face au meurtre d’une vieille femme. Les voisines de la victime, deux jeunes femmes, Claude et Marie, sont arrêtées. Elles sont toxicomanes, alcooliques, amantes…

Matthias et Maxime de Xavier Dolan

Genre Drame
Nationalité Canadien

Deux amis d’enfance s’embrassent pour les besoins d’un court métrage amateur. Suite à ce baiser d’apparence anodine, un doute récurrent s’installe, confrontant les deux garçons à leurs préférences, bouleversant l'équilibre de leur cercle social et, bientôt, leurs existences. 

Little Joe de Jessica Hausner

Nationalités AutrichienAllemandBritannique
Alice créé une nouvelle plante en faisant des croisements et la nomme "Little Joe",  surnom qu'elle donne à son jeune fils. Mais soudain, toutes les personnes qui entrent en contact avec les plantations échangent leur corps...

Portrait de la jeune fille en feu de Céline Sciamma

Genres DrameHistorique
Nationalité Français

Sur une île isolée en Bretagne, à la fin du XVIIIème siècle, une peintre est mandatée pour faire le portrait de mariage d’une jeune femme.

Films LGBT hors compétition :

 

Rocketman de Dexter Fletcher

Genres DrameBiopic
Nationalité Britannique
Rocketman est l’épopée rock d’une star au destin exceptionnel.
Biopic consacré au chanteur Elton John et à son fantastique destin, le film retrace la vie de la star britannique depuis ses années d’enfance jusqu’à son avènement en tant que rock star interplanétaire !

Un Certain Regard la sélection LGBT :

Invisible Life de Karim Aïnouz
Brésil
Réalisateur : 
avec : Carol Duarte , Julia Stockler , Gregório Duvivier ,  ,Fernanda Duarte

Le film est présenté dans la section Un Certain Regard au Festival de Cannes 2019.
A Rio de Janeiro, dans les années 1940, l'histoire de deux soeurs, Guida et Euridice Gusmão, qui vont mener un combat féministe.

Port Authority de Danielle Lessovitz

Genre Drame
Nationalité Américain
Devant Port Authority, la gare routière de New York, une jolie fille nommée Wye vogue avec ses amis. Paul, un jeune homme qui vient d’arriver dans la grande ville, l’observe, fasciné. Wye fait partie de la scène du « ballroom », communauté queer adepte du voguing. Alors que leur amour grandit, Paul découvre que Wye est trans. Il est alors forcé d’affronter sa propre identité et de choisir sa véritable famille.

Voir les commentaires

Rédigé par Michael

Publié dans #Cannes 2019, #sorties cinéma, #cinéma gay

Repost0

Publié le 17 Avril 2019

 

VITA & VIRGINIA

Date de sortie 10 juillet 2019 (1h 50min)

Genres BiopicDrameRomance
Nationalités BritanniqueIrlandais
 
 
Virginia Woolf et Vita Sackville-West se rencontrent en 1922. La première est une femme de lettres révolutionnaire, la deuxième une aristocrate mondaine. Quand leurs chemins se croisent, l'irrésistible Vita jette son dévolu sur la brillante et fragile Virginia. Commence une relation passionnelle qui fait fi des conventions sociales et de leurs mariages respectifs. La fascination que Virginia ressent pour Vita, l'abîme entre sa vie d’artiste et le faste de l'excentrique aristocrate donneront naissance à Orlando, une de ses œuvres maîtresses, bouleversante réflexion sur le genre et sur l’art.

Voir les commentaires

Rédigé par Michael

Publié dans #sorties cinéma, #cinéma gay, #lesbien

Repost0