Articles avec #cinema gay tag

Publié le 8 Octobre 2020

Du 14 au 24 novembre prochains, les cinéphiles pourront découvrir environ 140 œuvres cinématographiques honorant la communauté queer.

Histoire de littéralement égayer une année 2020 autrement morne, le festival Chéries-Chéris prépare son attendu come-back. À peine dévoilée, il faut avouer que la programmation fait envie. C'est un total de 60 longs-métrages et 80 formats courts que les spectateurs et spectatrices de cette 26ème édition pourront dévorer. Pour commencer, le film d'ouverture ne sera nul autre qu'Ammonite, le deuxième long-métrage prometteur de Francis Lee (Seule la terre). Porté par Kate Winslet et Saoirse Ronan, il explorera une romance lesbienne tumultueuse dans les années 1840.

Bien entendu, Ammonite fera partie de la compétition fiction aux côtés de 11 autres films. Parmi lesquels : Cicada de Matthew Fifer et Kieran Mulcare, Comets de Tamar Shavgulidze, Forgotten Roads de Nicol Ruiz, Las mil y una de Clarisa Navas, Moffie d'Oliver Hermanus, No Hard Feelings de Faraz Shariat, Un printemps à Hong Kong de Ray Yeung, Vendra la muerte y tendra tus ojos de José Luis Torres Leiva et enfin Vent chaud de Daniel Nolasco. Également en lice, Le Prédateur de Marco Berger – qui nous avait surpris avec Le Colocataire plus tôt cette année – et A Good Man de Marie-Castille Mention-Schaar, d'ores et déjà décrié pour sa représentation de la transidentité.

Premières, cycle et nostalgie

Parmi les autres propositions alléchantes du festival Chéries-Chéris cette année, on retiendra Saint-Narcisse, le tout nouveau film du réalisateur Bruce LaBruce, mais aussi Petite fille de Sébastien Lifshitz. Après l'excellent Adolescentes débarqué en salles en septembre dernier, le documentariste s'intéresse à Sasha, 7 ans, qui vit comme une petite fille depuis ses 3 ans. Parallèlement, cette 26ème édition comprendra des projections de films cultes pour notre communauté tels que Beautiful Thing de Hettie Macdonald et Showgirls de Paul Verhoeven.

Enfin, en adéquation avec le mouvement Black Lives Matter qui prend de l'ampleur aux États-Unis depuis plusieurs mois, cette 26ème édition inclura un cycle de films issus des années 80 et 90. Des longs-métrages qui mettent en avant le cheminement de pensée antiraciste et dont le propos résonne plus que jamais aujourd'hui. Intitulé Renaissance noire, ce cycle comprendra A Place of Rage de Pratibha Parmar, The Watermelon Woman de Cheryl Dunye ou encore The Passion of Remembrance de Maureen Blackwood et Isaac Julien.

"Les artistes que nous avons retenus en cette 26ème édition nous proposent leur lecture et leurs représentations de nos identités multiples, avance Grégory Tilhac, délégué général du festival Chéries-Chéris. Toute l’équipe du Festival, essentiellement composée de bénévoles, a travaillé d’arrache-pied pour présenter les plus belles productions issues des 4 coins du globe ; une programmation riche et variée comprenant près de 140 œuvres se plaçant dans la droite lignée de l’invention géniale – à la fois inclusive et fédératrice – du rainbow flag de Gilbert Baker".

Le festival Chéries-Chéris aura donc lieu du 14 au 24 novembre 2020, avec des projections prévues dans les cinémas MK2 Beaubourg, Quai de Seine et Bibliothèque.

Source Têtu 

Voir les commentaires

Rédigé par Michael

Publié dans #festival gay, #cinéma gay

Repost0

Publié le 1 Octobre 2020

The Goddess of Fortune raconte l'histoire d'Arturo et Alessandro, un couple de longue date qui ont une relation ouverte qui est sur le point de s'effondrer. L'arrivée de leur vieille amie Annamaria avec ses deux enfants ne fait que compliquer les choses, surtout lorsqu'elle révèle qu'elle souffre d'une étrange maladie cérébrale. Alors que l'état d'Annamaria s'aggrave, Arturo et Alessandro doivent consolider leur relation et jouer les pères de substitution face aux enfants précoces d'Annamaria.

Voir les commentaires

Rédigé par Michael

Publié dans #sorties cinéma, #cinéma gay

Repost0

Publié le 28 Septembre 2020

Kajillionaire (2020)

30 septembre 2020 / 1h 44min / Comédie, Drame
Nationalité Américain

Theresa et Robert ont passé 26 ans à former leur fille unique, Old Dolio, à escroquer, arnaquer et voler à chaque occasion. Au cours d'un cambriolage conçu à la hâte, ils proposent à une jolie inconnue ingénue, Mélanie, de les rejoindre, bouleversant complètement la routine d'Old Dolio.

Kajillionaire,  de la scénariste-réalisatrice Miranda July, est à la fois profondément drôle et déchirant car il offre de l'espoir à un personnage qui a été coupé de toute interaction humaine, à l'exception de celle de ses parents froids et acharnés. Il plonge également dans les histoires qui affectent la vie des LGBTQ + avec une histoire d'amour queer, la notion de famille retrouvée et la présentation fluide du genre.

Voir les commentaires

Rédigé par Michael

Publié dans #sorties cinéma, #cinéma gay, #lesbien

Repost0

Publié le 27 Septembre 2020

THROUGH THE GLASS DARKLY (thriller)

Charlie, lesbienne dans une petite ville est sous le choc de l'enlèvement non résolu de sa fille. Plus d'un an après, sa relation avec sa partenaire de longue date s'est dissoute et elle est tombée dans l'alcoolisme. Puis, lorsque la fille de Trip Carmichael ( Michael Trucco ) - l'homme le plus riche de la ville - disparaît, Charlie s'associe à une journaliste ambitieuse, Amy (Shanola Hampton) pour arrêter le ravisseur.

Voir les commentaires

Rédigé par Michael

Publié dans #sorties cinéma, #cinéma gay, #lesbien

Repost0

Publié le 22 Septembre 2020

Supernova avec Colin Firth, et Stanley Tucci. Les 2 acteurs jouent un couple gay de longue date, Sam et Tusker, qui doivent faire face à la maladie, notamment à une démence et à la perte de ses facultés. Les deux hommes choisissent de faire un voyage à travers le pays en camping-car pour célébrer leurs derniers moments avant que l'inévitable ne commence.

Supernova a déjà généré nombre de récompenses pour Firth & Tucci, deux amis de longue date dans la vraie vie. 

Voir les commentaires

Rédigé par Michael

Publié dans #sorties cinéma, #cinéma gay

Repost0

Publié le 22 Septembre 2020

"Fin de siècle", du réalisateur argentin Lucio Castro, explore le couple gay, ses ambiguïtés et ses mystères. 

Ocho et Javi se retrouve à Barcelone. Vingt ans ans plus tôt, en 1999, ils avaient interrompu leur relation amoureuse par peur de révéler leur homosexualité.

Avec "Fin de siècle" (Fin de siglo), un film argentin, Lucio Castro évoque les mystères de la relation amoureuse, les défis du couple à long terme, l’attrait de la liberté personnelle, l’homoparentalité… 

Ces sujets sont explorés avec force dans ce premier long métrage sexy, drôle et émouvant.

Une romance belle et sensuelle dans laquelle la mémoire, le désir et la réalité se scindent en de nombreuses chronologies ludiques et mélancoliques.

Primée au prestigieux Festival LGBT de San Francisco Frameline, le film a été montré au Festival parisien LGBT Chéries Chéris. 

Source e-llico

Voir les commentaires

Rédigé par Michael

Publié dans #sorties cinéma, #cinéma gay

Repost0

Publié le 20 Septembre 2020

Le thème de l'homosexualité n'est pas exactement ce que l'on peut appeler une nouveauté au cinéma; loin s'en faut. Précisément, à quand remonte justement sa première évocation à l'écran ?

 

Le thème de l'homosexualité au cinéma est très, très loin d'être une chose récente. Il est évoqué pour la première fois en 1919 dans un film allemand, Différent des autres, réalisé par Richard Oswald. Il met en scène la romance secrète entre un pianiste du nom de Paul Körner (Conrad Veidt) avec Kurt (Fritz Schulz), étudiant en musique. Quand leur histoire est découverte et qu'on les fait chanter, Paul se suicide...

Lorsque les nazis arrivèrent au pouvoir, ils s'emparèrent des copies du film pour les détruire. Seule la moitié d'une copie a pu être sauvée, grâce à la découverte d'une bobine en Ukraine à la fin des années 1970. Le reste a été irrémédiablement perdu, hélas.

Ce film fut conçu comme un argument contre les lois en vigueur en Allemagne, et notamment le paragraphe 175. Une référence à l'article 175 du code pénal allemand, qui criminalisait l'homosexualité entre hommes, de 1871 à... 1994. C'est au nom de ce paragraphe qu'environ 50 000 personnes ont été poursuivies et pour certaines envoyées dans les camps de concentration sous le Troisième Reich. Ce même paragraphe a également permis, avant 1933 et encore longtemps après la Seconde Guerre mondiale (dans la pratique, jusqu'aux années 1970), de poursuivre les homosexuels devant la justice et de les condamner parfois à des peines de prison.

Ci-dessous, un extrait du film mutilé...

Source Allociné par  OP (@Olivepal) 

Voir les commentaires

Rédigé par Michael

Publié dans #cinéma gay

Repost0

Publié le 18 Septembre 2020

Le chanteur / acteur Harry Styles a annoncé  son prochain projet : le drame queer  My Policeman .

Basé sur l'histoire de l'auteur Bethan Roberts,  My Policeman suit Tom (Styles), un beau flic qui tombe amoureux d'un charmant conservateur de musée nommé Patrick. Les deux hommes tombent  instantanément amoureux l'un de l'autre, mais étant donné le décor des années 1950, Tom et Patrick craignent de ne jamais être ensemble. Du coup il épouse une institutrice Marion, et un triangle amoureux tendu voit le jour.

Voir les commentaires

Rédigé par Michael

Publié dans #sorties cinéma, #cinéma gay

Repost0

Publié le 15 Septembre 2020

Le réalisateur de Call Me By Your Name  a défendu sa décision de choisir des acteurs hétérosexuels dans les rôles principaux de personnage gay dans le film.

Luca Guadagnino, dans une interview avec The  Independent  a balayé les critiques pour avoir choisi Timothée Chalamet dans le rôle d' Elio, 17 ans, et Armie Hammer dans le rôle de son amant plus âgée, Oliver.

«J'ai trop lu Freud pour prendre au sérieux ce genre de critiques», dit-il. «Ce qui veut dire que je ne crois pas honnêtement avoir le droit de décider si un acteur est hétéro ou non. Qui suis-je pour savoir ce que quelqu'un pense de lui-même ou d'elle-même. Oui, Armie est un homme hétéro avec une femme et des enfants et on peut en dire autant de Timothée. Mais est-ce que je leur demande de dire toute la vérité sur leur sexualité, sur leurs identités, sur leurs envies, avant de les caster ? non !"

«Si je dois caster des acteurs sur ce que les gens pensent être la vraie chose pour un rôle, je ne serais pas en mesure de tourner. Je ne peux pas choisir un homosexuel pour jouer Oliver. Je dois choisir Oliver pour jouer Oliver parce que les identités des hommes gays sont aussi multiples que les fleurs du royaume de la terre ", a-t-il déclaré." Il n'y a donc pas d'identité gay. Une personne qui est gay est complètement différente d'une autre personne qui est gay.

«Donc, si je dois être précis face à ce genre de remarque ennuyeuse, je pourrais choisir Oliver mais Oliver n'existe pas. C'est une créature de [l'écrivain] André Aciman. Nous revenons au dernier point que je veux faire valoir, à savoir que la beauté de jouer est la possibilité de créer et d'incarner de nouveaux moi à travers l'art de jouer.

De plus, Guadagnino a comparé les appels à la distribution authentique de rôles homosexuels, qui, en raison d' une histoire de préjugés à Hollywood, s'adressent généralement à des acteurs hétérosexuels, à celui de faire jouer un véritable tueur en série pour incarner le Dr Hannibal Lecter dans Le silence des agneaux.

«M. Hopkins doit-il être lui-même un tueur en série pour jouer ce rôle?» demanda Guadagnino.

Guadagnino a également répondu aux critiques du scénariste de Call Me by Your Name , James Ivory, qui a affirmé que son scénario original intégrait de la nudité frontale. Les contrats de Hammer et Chalamet auraient des clauses de non-nudité.

Pour The Independent, Guadagnino a déclaré qu'Ivory était «un peu sourd à ce sujet».

"Tout ceux qui connaissent mon travail ne peuvent pas dire que je suis timide à propos de la nudité masculine ou féminine", dit-il. «Ainsi, la critique de James Ivory  était, d'une certaine manière, dénuée de pragmatisme ou de relation avec le film lui-même. Ma question pour lui est est-ce que ce film a besoin d'une nudité masculine frontale ?. Je ne pense pas. Ce n'est pas le cas. "

Voir les commentaires

Rédigé par Michael

Publié dans #cinéma gay, #dvd gay, #people

Repost0

Publié le 12 Septembre 2020

Immense star de la pop, la chanteuse Madonna n'a pas eu la reconnaissance qu'elle désirait avec ses expériences au cinéma. Elle se lance dans un nouveau projet qui sera un biopic sur sa propre vie, avec la scénariste Diablo Cody. Des premières informations viennent de tomber.

 

On sait ce que manigance Madonna avec Diablo Cody

En août dernier, Madonna dévoilait qu'elle était en train de travailler sur un projet de long-métrage avec la scénariste Diablo Cody. On ne savait pas de quoi il allait être question, les deux femmes entretenant le secret. Mais on vient enfin de comprendre ce qui se trame avec un live sur Instagram (via Youtube). Madonna apparaît avec sa collaboratrice pour nous annoncer qu'elles planchent ensemble sur un biopic qui retracera sa vie. On doit dire qu'on s'y attendait un petit peu, même si le doute était permis et qu'elles auraient pu s'orienter vers une fiction qui rejoint leurs obsessions. La rencontre sonne comme une évidence, pour ces personnalités qui sont habitées par une vision commune du féminisme. Madonna n'a jamais hésité à jouer la provocatrice pour défendre l'image de la femme libre, quand Diablo Cody est passée de stripteaseuse à scénariste, avec une envie de parler des femmes (elle signera Juno ou le mal-aimé Jennifer's Body).

Le scénario en cours d'élaboration (107 pages ont été écrites) ne devrait pas traiter de la vie de Madonna dans sa globalité. D'après la chanteuse, il se déroule en partie dans les années 80, quand elle est à New York. Une époque où elle explose, avec son second album, Like a Virgin. Des figures comme Andy Warhol, Jean-Michel Basquiat, Keith Haring et Martin Burgoyne apparaîtront dans le film. Il sera aussi question du tournage d'Evita auquel elle a participé dans les années 90. Autant dire que le récit va s'étendre sur plusieurs années et parler du succès provoqué par la pop-star. L'intention des deux femmes n'est pas de faire une comédie musicale mais il est évident que des passages chantés vont ponctuer le film. Aucun nom n'est annoncé pour le rôle principal, ni pour la réalisation.

Le biopic musical est un genre plébiscité depuis peu grâce aux succès conjugués de Bohemian Rhapsody et RocketmanPlusieurs projets sont sur le feu, en plus de celui dont on vient de parler sur Madonna. Pour faire un rapide tour d'horizon de ce qui nous attend, Respect (sur Aretha Franklin), Stardust (sur David Bowie) et I Wanna Dance with Somebody (sur Whitney Houston) sont prévus. On peut ajouter à la liste le film Aline qui arrive le 18 novembre (sur Céline Dion, de et avec Valérie Lemercier dans le rôle principal) ou cette comédie musicale inspirée par les chansons de Prince, à la manière de Mamma Mia !.

Madonna et le cinéma, une histoire qui ne roule pas

Si elle n'a plus rien à prouver dans le monde de la musique, Madonna a vu sa carrière au cinéma être quasiment jonchée d'échecs. Dans les années 80, elle tente de se faire une place à Hollywood avec quelques petits rôles. Pendant une vingtaine d'années, elle glane des apparitions à droite et à gauche, jusqu'à parvenir à un début de reconnaissance avec son Golden Globe pour sa performance dans Evita. Une réussite qui ne va pas lui donner envie de continuer très longtemps, elle stoppe cette activité peu de temps après. D'autres artistes musicaux ont réussi à élargir leur palette mais la star ne semble pas en capacité de répondre aux exigences que réclament ce métier.

Elle n'abandonne cependant pas le 7ème art et passe à la réalisation. Malheureusement, elle se loupe complètement. Ses deux essais, Obscénité et Vertu puis W./E. : Wallis et Édouard sont d'énormes échecs financiers et critiques. Symbole de ces ratages répétés, elle cumule plusieurs prix à la fameuse cérémonie des Razzie Awards. Ce biopic sera peut-être une revanche, même s'il elle ne devrait pas être présente devant ou derrière la caméra.

Source ciné séries 

Voir les commentaires

Rédigé par Michael

Publié dans #sorties cinéma, #cinéma gay, #Biopic

Repost0