cinema gay

Publié le 15 Février 2022

Un petit voyage dans le sud de la France pour déterrer les secrets enfouis de la famille Crawley...

 

Peu après avoir repoussé la sortie du film, Focus Features vient de mettre en ligne une nouvelle bande-annonce pour Downton Abbey 2 : A New Era, encore une fois écrit par Julian Fellowes et qui fera suite au film de 2019 et, bien sûr, à la série culte :

Il sera question d'un petit voyage familial dans le sud de la France, pour déterrer les souvenirs de Lady Violet Crowley,  qui vient d'hériter d'une nouvelle Villa. La comtesse de Grantham va passer la main à la jeune génération, mais que va-t-elle leur révéler au passage ?

Tous les anciens du casting seront de la fête : Hugh Bonneville (Robert), Laura Carmichael (Edith), Jim Carter (Carson), Brendan Coyle (Bates), Michelle Dockery (Mary), Kevin Doyle (Molesley), Joanne Froggatt (Anna), Matthew Goode (Henry), Harry Hadden-Paton (Bertie), Robert James-Collier (Thomas), Allen Leech (Branson), Phyllis Logan (Mme Hudges), Elizabeth McGovern (Cora), Sophie McShera (Daisy ), Lesley Nicol (Mme Patmore), Maggie Smith (La comtesse), Imelda Staunton (Lady Bagshaw) et Penelope Wilton (Isobel). Quelques petits nouveaux, dont Nathalie Baye, Hugh Dancy, Laura Haddock et Dominic West s'inviteront également dans Downton Abbey 2.

Downton Abbey: A New Era sortira le 20 mai 2022 au cinéma.

Voir les commentaires

Rédigé par Michael

Publié dans #sorties cinéma, #cinéma gay

Repost0

Publié le 14 Février 2022

Le 72e festival du film de Berlin, qui remettra encore cette année un prix d'interprétation non genré, offre une programmation emplie de questionnements sur ce que signifie être une femme ou un homme

La question de genre est au coeur de la programmation du premier grand festival du film européen de l'année. Le thème du gender-bending (inversion des sexes) connaîtra des variations tout au long du festival, organisé cette année dans un format réduit à cause de la pandémie.

La Berlinale s'est ouverte le 10 février avec Peter von Kant de François Ozon, adaptation du film de Rainer Werner Fassbinder de 1972 Les larmes amères de Petra von Kant. Mais dans sa version, le personnage principal, Petra von Kant, est remplacée par son alter ego masculin, Peter, interprété intensément par l'un de ses acteurs fétiche, Denis Ménochet (Grâce à Dieu).

Bassetti : et si on enlevait nos "lentilles binaires" ?

Dans le documentaire italien Nel mio Nome, projeté dans la section Panorama de la Berlinale, le réalisateur Nicolò Bassetti suit ainsi la vie de quatre amis de Bologne à différents stades de leur transition de femmes en hommes. Nicolò, Leonardo, Andrea et Raffaele parlent intimement de leurs vies, de leurs expériences d'enfance, de leurs partenaires et du processus de transition. Le producteur exécutif du film n'est autre qu'Elliot Page, la star oscarisée de "Juno", anciennement connue sous le nom d'Ellen Page avant de faire son coming-out transgenre en 2020. 

Nicolò Bassetti, inspiré par son propre fils transgenre Matteo, 27 ans, a déclaré que son objectif était de rendre compte de la "richesse de l'humanité", perceptible sans "lentilles binaires". Faire ce film lui a fait réaliser qu'il "devait vraiment arrêter d'essayer de faire des hypothèses sur ce que c'est qu'être un homme ou une femme et ce que c'est qu'être hétérosexuel ou homosexuel", explique le réalisateur à l'AFP. "Ces distinctions sont vraiment dépassées et ne sont plus applicables. J'ai plutôt essayé de voir la beauté de ces personnes, de ces êtres humains". Avec Nel mio Nome, Nicolò  Bassetti veut montrer aux spectateurs qu'ils n'ont pas à se soumettre à "la performance de la masculinité ou de la féminité", des codes selon lui "devenus discutables pour beaucoup".

Nouvelles perspectives sur les normes de genre

Sont également présentés dans la section Panorama Swing Ride et Beautiful Beings, deux autres films qui offrent de nouvelles perspectives sur les normes de genre. Dans Swing Ride, film italien de Chiara Bellosi, une jeune fille de 15 ans voit ses horizons s'élargir lorsqu'elle rencontre Amanda, une foraine qui refuse de se conformer aux stéréotypes de genre.

Beautiful Beings, film islandais écrit et réalisé par Gudmundur Arnar Gudmundsson, explore lui les tourments de Balli, un jeune inadapté de 14 ans, qui rencontre trois garçons de son âge. Mais leur nouvelle amitié menace de tourner au vinaigre alors qu'ils sont entraînés sur une route sombre dans un monde saturé de masculinité toxique. Dans la section Forum de la Berlinale, le film brésilien Three Tidy Tigers Tied a Tie Tighter suit la vie de trois jeunes amis queer pendant une future pandémie fictive à Sao Paolo.

Prix d'interprétation non genré

Et dans la section Génération 14plus, le court métrage portugais At Sixteen explore le désir et l'insécurité que suscite chez une adolescente le fait de voir deux filles s'embrasser. Ultime clin d'oeil à un avenir non binaire, le festival décernera cette année, pour la deuxième fois, un prix d'interprétation neutre, supprimant ainsi la distinction entre acteurs et actrices.

Pour Nicolò Bassetti, la division des personnes en genres fixes n'est "qu'une période de l'histoire de l'humanité", une période transitoire et "en aucun cas ce qu'il en a toujours été".

Source France info culture

Voir les commentaires

Rédigé par Michael

Publié dans #sorties cinéma, #cinéma gay, #Non binaire, #Berlinale

Repost0

Publié le 13 Février 2022

Réalisé par Terence Davies, le film prometteur Benediction s'intéressera à la vie de Siegfried Sassoon, un poète anglais réputé qui a participé à la Première Guerre mondiale... et dont l'homosexualité était notoire.

 

Au rayon des films que l'on n'attendait pas, Benediction. Bien que l'on ait peu entendu parler de ce long-métrage en France – une date de sortie en salles n'a même pas encore été précisée –, voilà qu'il s'apprête à débarquer outre-Manche après une projection acclamée lors de l'édition 2021 du Festival international du film de Toronto. Son pitch, qui réhabilite une figure queer peu connue du XXe siècle, aiguise notre curiosité. Et cette bande-annonce ne fait que confirmer ce vif intérêt.

Une figure du passé revisité

 

Benediction racontera donc la vie tumultueuse de Siegfried Sassoon, un poète britannique qui, après avoir combattu un temps durant la Première Guerre mondiale, a tenu tête au gouvernement et sa volonté de continuer la guerre. L'artiste avait une solide notoriété parmi ses pairs et était adulé par de nombreux membres de l'aristocratie. Il a notamment entretenu plusieurs relations amoureuses avec des hommes réputés. Et l'exploration de son homosexualité à une époque où elle était réprimée sera bien un élément-clé du film, comme le montre ce premier trailer.

 

Le film est signé Terence Davies. Le réalisateur britannique avait déjà honoré une illustre figure de la poésie, Emily Dickinson, dans le biopic A Quiet Passion avec l'actrice queer Cynthia Nixon (And Just Like That). Au casting cette fois, le comédien Jack Lowden (Dunkerque) interprètera la version jeune de Siegfried Sassoon tandis que Peter Capaldi (Doctor Who) campera le poète à un âge plus avancé. L'acteur Jeremy Irvine incarnera un de ses amants, le compositeur irlandais Ivor Novello, que l'on aperçoit dans la bande-annonce.

Source Têtu 

 

 

 

 

Voir les commentaires

Rédigé par Michael

Publié dans #sorties cinéma, #cinéma gay

Repost0

Publié le 9 Février 2022

Rencontre avec le réalisateur autrichien autour de son film, prix du jury Un Certain Regard au festival de Cannes, qui rappelle l’ampleur de la répression de l’homosexualité dans l’Allemagne de l’après-guerre.

 

Première : Great Freedom prend pour point de départ cette réalité historique largement méconnue : à la fin de la Seconde Guerre mondiale, les homosexuels allemands libérés des camps par les Alliés ne sont pas rentrés chez eux, ils sont allés en prison, car l’homosexualité était un crime…

Sebastian Meise : Oui. J’ai pris conscience de ça au hasard de la lecture d’une revue d’histoire gay, publiée à Hambourg. Ce n’était qu’une note de bas de page, à vrai dire. J’étais estomaqué, je n’en revenais pas de ne pas mieux connaître cette histoire, c’était très perturbant. J’ai réalisé que je ne savais pas grand-chose, au fond, du Paragraphe 175 (Décrété en 1872, le Paragraphe 175 du Code Civil allemand criminalisait l’homosexualité ; l’interdiction totale de l’homosexualité en Allemagne a perduré jusqu’en 1969 – ndlr). Nous avons donc commencé, avec mon coscénariste Thomas Rieder, à faire des recherches. Je n’avais pas idée de l’ampleur des persécutions.

Comment avez-vous procédé pour construire un scénario à partir de ces recherches ?

On ne voulait pas donner un cours d’histoire, ni même faire un film historique, mais raconter une histoire humaine avec cette réalité en toile de fond. Nous avons mené de nombreux entretiens avec des témoins, des gens qui étaient allés en prison à cause de leur homosexualité dans les années soixante. Ces recherches nous ont permis de créer nos personnages. Nos interlocuteurs, dans l’ensemble, avaient eu des expériences très similaires.

Great Freedom s’inscrit dans la tradition du film de prison…

J’ai toujours été un grand fan des films de prison. Le premier, ça a été L’Evadé d’Alcatraz, qui m’a laissé une forte impression quand j’étais enfant. Je crois que si je m’intéresse autant à ces films, c’est parce que l’une de mes plus grandes peurs, c’est justement de me retrouver en prison. C’est un cauchemar récurrent chez moi ! J’ai imaginé Great Freedom comme une sorte de point de rencontre entre le film de prison et le film d’amour, je souhaitais qu’il y ait un contraste entre la brutalité de l’emprisonnement et la quête d’amour de cet homme qui cherche à se rapprocher des autres.

Quels films avez-vous revus pour préparer le vôtre ?

Un chant d’amour de Jean Genet, Le Baiser de la femme araignée… Ce sont un peu des évidences, mais revoir d’autres films avant de faire le mien me sert surtout à déterminer ce que je ne veux pas faire, ce qui ne m’intéresse pas. Dans le cas de Genet en l’occurrence, c’est l’homoérotisme, le fétichisme lié à l’homosexualité. Ça ne correspondait à la direction que je voulais emprunter. Je m’intéresse à la nature humaine, à ce que signifie être enfermé dans un système. Et je ne voulais pas d’un homosexuel flamboyant comme celui du Baiser de la femme araignée. Au contraire, je voulais montrer des gens ordinaires, qui n’ont rien de spécial. C’est juste qu’ils aiment des hommes, voilà tout.

Le film montre des personnages errant dans une sorte de labyrinthe temporel sans fin. Quoi qu’ils fassent, ils sont condamnés à vivre enfermés. Dans l’une des rares scènes du film qui ne se déroule pas en prison, vous montrez les backrooms d’un club gay en insistant, justement, sur leur esthétique carcérale...

C’est quelque chose qui m’a toujours fasciné. Encore aujourd’hui, dans la culture des backrooms, on trouve tous les éléments de l’oppression, les barreaux, l’attirail policier, les uniformes, l’obscurité… Un des premiers clubs gays qui a ouvert à Berlin, au début des années 70, s’appelait Jail (« Prison ») et il y avait des barreaux sur le comptoir, à travers lesquels le barman passait les bières aux clients. La philosophe Judith Butler a écrit là-dessus, sur la manière dont le fétichisme permet de combattre l’oppression. Les symboles sont retournés, comme dans une parodie. Ils ne sont plus synonymes de danger, mais de jeu.

Great Freedom, de Sebastian Meise. Avec Franz Rogowski, Georg Friedrich, Anton von Lucke… Au cinéma le 9 février 2022.

Source Première

Voir les commentaires

Rédigé par Michael

Publié dans #sorties cinéma, #cinéma gay

Repost0

Publié le 1 Février 2022

Garance Marillier prêtera ses traits à la footballeuse Marinette Pichon dans le tout premier biopic français consacré à une sportive hexagonale, et dont le tournage débute ce lundi 31 janvier.

 

Également emmené par Emilie Dequenne, Fred Testot, Sylvie Testud, Alban Lenoir et Caroline Proust, le film, sobrement intitulé Marinette, sera événementiel à plus d'un titre. Car il s'agira du tout premier biopic consacré à une sportive en France. Ce qui fait, justement, écho au statut de Marinette Pichon, pionnière du football féminin français, et l'une des plus grandes stars du ballon rond.

 

Première joueuse hexagonale à faire carrière aux États-Unis, où elle est sacrée meilleure joueuse et meilleure buteuse en 2002 et 2003, Marinette Pichon a également détenu jusqu'en septembre 2020 le record (hommes et femmes confondus) du nombre de buts marqués sous le maillot bleu, avec 81 réalisations en 112 capes. Contre "seulement" 51 pour Thierry Henry, son homologue masculin.

 

MOI, TONYA COMME RÉFÉRENCE

 

Elle-même footballeuse, Virginie Verrier s'est intéressée à son destin en 2018, comme le rapporte Le Film Français. Et son opus "se veut le portrait d’une gamine issue d’un milieu ouvrier que rien ne prédestinait à cette trajectoire hors normes", peut-on lire dans le média. Étalé sur trois décennies, entre 1980 et 2006, année de sa dernière sélection en Équipe de France, le film se basera sur son parcours pour évoquer différents sujets.

 

Citant Moi, Tonya comme référence, Virginie Verrier compte développer un récit sous forme de séquences courtes et nombreuses. Et aborder les questions des violences intrafamiliales et domestiques (subies par Marinette Pichon dans son enfance puis sa vie privée), l'évolution et la reconnaissance du football féminin, l'émancipation que permet le sport…

 

Mais également l'homosexualité et le handicap, car elle est aussi l'une des premières sportives françaises de haut niveau à avoir fait son coming out, et partage sa vie avec Ingrid Moatti, championne de basket handisport. Alors que les prises de vues doivent durer 39 jours, Marinette n'a pas encore de date de sortie. Mais sa distribution française sera assurée par The Jokers, qui ajoute un titre supplémentaire à son line-up ambitieux.

Source allocine.fr 

 

Voir les commentaires

Rédigé par Michael

Publié dans #Biopic, #cinéma gay, #sorties cinéma, #lesbien

Repost0

Publié le 28 Janvier 2022

Antoni Porowski est l'un des quatre nouveaux acteurs du prochain projet de film de Jim Parsons. Le film s intitulera Spoiler Alert.

Le film suit pendant 11 mois "le parcours émotionnellement très difficile de Kit l'ex partenaire d'Ausiello, de son diagnostic de cancer en phase terminale jusqu'à sa mort. Avec de nombreux flash-back, on peut suivre 14 ans de leur vie de couple,  faite de haut et de bas.

Le film met en vedette Parsons dans le rôle d'Ausiello, l'acteur Ben Aldridge dans celui de Kit et Sally Field dans celui de la mère de Kit. 

Alors que Porowski est principalement connu comme l'expert en gastronomie et en vin  dans la télé réalité Queer Eye de Netflix.

Ce n'est pas le seul projet sur lequel Porowski travaille, il développe également une nouvelle série de comédies romantiques pour Netflix intitulée Girls & Boys sur ses propre expériences avec des hommes et des femmes. 

Voir les commentaires

Rédigé par Michael

Publié dans #sorties cinéma, #cinéma gay, #VOD gay

Repost0

Publié le 24 Janvier 2022

CICADA
1h 36min / Drame, Romance
 
New York, 2013. Après une série de rencontres infructueuses et maladroites, Ben, jeune homme blanc originaire de Long Island, développe une relation intense avec Sam, un Afro-américain de Brooklyn. Au fur et à mesure que l’été avance et que leur intimité grandit, Ben gagne finalement la force de faire face à un traumatisme d’enfance qu’il a longtemps réprimé.

Voir les commentaires

Rédigé par Michael

Publié dans #sorties cinéma, #cinéma gay, #VOD gay

Repost0

Publié le 20 Janvier 2022

L’histoire de Hans Hoffmann. Il est gay et l’homosexualité, dans l’Allemagne d’après guerre, est illégale selon le paragraphe 175 du Code pénal. Mais il s’obstine à rechercher la liberté et l’amour même en prison..
Arturo et Alessandro traversent une période de crise. Quinze ans de vie commune ont érodé la passion et l’amour qui les animaient. Un jour, Annamaria, la meilleure amie d’Alessandro, leur confie ses deux enfants car elle doit être hospitalisée pour des examens. S’installe alors un nouveau quotidien : celui d’une vie de famille inattendue. Entre maladresses et moments d'émotions, disputes et tensions, Arturo et Alessandro prennent des risques pour protéger ce nouvel amour qui grandit d'un côté, et refleurit de l'autre.

 

Satyricon

19 décembre 1969 / Drame, Historique, Péplum
Date de reprise 9 février 2022
Dans la Rome antique, Encolpe et Ascylte, deux étudiants qui cohabitent dans le quartier souterrain de Subure où ils vivent de rapines, se disputent les faveurs de leur jeune esclave Giton. Les trois comparses, tour à tour désunis et réunis, vont vivre différentes histoires au gré de leurs rencontres.

 

Les Affluents

16 février 2022 / Drame
Phnom Penh, aujourd’hui. Aspirés par les lumières rutilantes de la ville, Songsa, Thy et Phearum, trois jeunes garçons, en quête d’émancipation, voient leurs rêves de vie facile se télescoper à une société qui oscille entre archaïsme et modernité. Une photographie de la jeunesse cambodgienne, trois portraits aux accents queer et naturalistes qui questionnent les attentes et les désirs d’une génération.
Fils d’Iraniens exilés en Allemagne, Parvis profite pleinement de la vie dans sa petite ville de Basse-Saxe. Cependant, il continue d’y être considéré comme un étranger, notamment par les hommes qu’il rencontre sur grindr. Après avoir été surpris en train de voler à l’étalage, il est condamné à des travaux d’intérêt général dans un centre pour réfugiés. Il y rencontre Amon et sa sœur Banafshe, qui ont fui l’Iran. Sans papiers et sans visa, ils risquent à tout moment l’expulsion…
Vera, qui a combattu la dictature dans les années 70, s’occupe aujourd’hui à Rio d’un orphelinat pour enfants séropositifs. Sa fille, Tania, essaye depuis plusieurs mois, avec sa compagne, Vanessa, d’avoir un enfant par PMA. Entre elles deux, un fossé s’est creusé…

Voir les commentaires

Rédigé par Michael

Publié dans #sorties cinéma, #cinéma gay

Repost0

Publié le 15 Janvier 2022

The Last Thing Mary Saw – 20 janvier

 

Isabelle Fuhrman, Stefanie Scott et Rory Culkin sont les actrices de ce film d'horreur, sur l'oppression religieuse et les désirs interdits qui se déroulent en 1843. 

Catch the Fair One - 11 février

La vraie boxeuse Kali Reis joue le rôle d'une boxeuse queer déprimée qui a pour mission de se venger des trafiquants sexuels qui, selon elle, sont responsables de l'enlèvement de sa sœur disparue. 

Fallout - 11 février

 

Jenna Ortega joue le rôle d’une étudiante queer,  Vada Cavell, aux prises avec sa dépression à la suite d'une fusillade de masse dans son lycée californien. Elle développe une vive attraction pour ses camarades de classe, Mia Reed (Maddie Ziegler) et Quinton Hasland (Niles Fitch), avec qui elle s'est caché. Sur HBO Max le 27 janvier.

Thor : Amour et Tonnerre – 8 juillet

 

Taika Waititi revient pour diriger cette suite de Thor: Ragnarok dans laquelle la super-héroine queer Valkyrie (joué par l'acteur Tessa Thompson) serait à la recherche d'une reine pour la rejoindre sur le trône d'Asgard. 

 Bénédiction

 

Ce biopic suit la vie et les amours du poète et soldat britannique Siegfried Sassoon pendant la Première Guerre mondiale. Il raconte son attitude ouvertement critique envers la guerre, son mariage avec une femme qui connaissait sa sexualité et sa romance intermittente avec le compositeur. et acteur Ivor Novello. 

Potato Dreams of America

Basé sur une histoire folle mais vraie, Potato Dreams of America suit le déménagement du scénariste-réalisateur Wes Hurley qui est ouvertement gay, de la Russie vers l'Amérique lorsque sa mère épouse un homme beaucoup plus âgé et excentrique par correspondance.

Voir les commentaires

Rédigé par Michael

Publié dans #sorties cinéma, #cinéma gay

Repost0

Publié le 7 Janvier 2022

Nicolas Gob et son équipe de natation synchronisée haute en couleur renfilent leurs costumes cette année.

 

Trois ans après sa sortie en 2019, et avoir été sélectionné au festival de l'Alpe d'Huez comme gagnant du Prix spécial du Jury, Les Crevettes Pailletées est de retour ! La comédie LGBT de Maxime Govare et Cédric Le Gallo s'offre une suite sous forme de revanche avec La Revanche des Crevettes Pailletées, à nouveau en compétition au festival de l'Alpe d'Huez cette année. 

 

Avec à l'affiche Nicolas Gob, Michael Abiteboul, David Baïot, Romain Lancry, Bilal El Atreby, Roland Menou, Geoffrey Couët, Romain Brau, Félix Martinez, Yuliya Abiss, Iryna Mishyna, Benoit Maregial, Pierre Samuel et Oleksandr Ivanov, La Revanche des Crevettes Pailletées se passe deux ans après la mort de Jean (Alban Lenoir dans le premier long métrage). 

 

Matthias (Nicolas Gob), le coach, décide d'emmener Sélime, un jeune de banlieue qu'il croit homo, pour accompagner les Crevettes Pailletées aux Gay Games de Tokyo, un voyage pour rendre hommage à leur ami parti trop tôt. Mais après avoir raté leur correspondance, ils se retrouvent coincés en Russie, dans l'une des régions qui n'est pas la plus gay-friendly du monde. Le début d'une folle aventure aussi rocambolesque que périlleuse.

 

Cette nouvelle intrigue, datée pour le 6 avril prochain en salles, a déjà son premier teaser, rythmé par la reprise du tube Oops! I Did It Again de Britney Spears :

Source Première 

 

Voir les commentaires

Rédigé par Michael

Publié dans #sorties cinéma, #cinéma gay

Repost0