cinema gay

Publié le 3 Mars 2018

Le long métrage de Robin Campillo a parfait la 43e cérémonie en remportant son 6e César.

La belle aventure de 120 battements par minute, débutée au Festival de Cannes avec à la clé un Grand Prix du Jury, s'est achevée aux César du Cinéma 2018 avec le prix du meilleur film. Un 6e César décerné au film de Robin Campillo, qui raconte avec justesse et puissance le combat des militants d'Act Up-Paris dans l'indifférence générale, au début des années 90.

Les deux producteurs, ainsi que le réalisateur Robin Campillo, ont notamment "salué les 850 000 spectateurs qui ont été voir ce film et qui nous aident à faire d'autres films". A l'instar des autres discours de primés pour 120 battements par minute, les remerciements ont vite laissé place à l'engagement. "Je voudrais rappeler qu'au commencement d'Act Up, il y avait la colère", a rappelé la productrice Marie-Ange Luciani, tremblante. "Je dois à celles et ceux qui se sont battus avant nous le droit de parler devant vous ce soir, le droit de pouvoir avorter, le droit de pouvoir voter, le droit de pouvoir me marier avec une femme", a-t-elle ajouté.

Rémy Hamai, actuel président d'Act Up-Paris, est également monté sur scène pour rappeler que le combat continue...

Source pure people

 

Meilleur film : 120 Battements par minute

Meilleur acteur dans un second rôle : Antoine Reinartz (120 Battements par minute)

Meilleur espoir masculin : Nahuel Pérez Biscayart (120 Battements par minute)

Meilleur scénario original : 120 Battements par minute

Meilleure musique originale : 120 Battements par minute

Meilleur montage : 120 Battements par minute - Robin Campillo

Voir les commentaires

Rédigé par Michael

Publié dans #césars 2018, #cinéma gay

Repost0

Publié le 2 Mars 2018

Actuellement sur nos écrans, le film Call Me By Your Name pourrait bien avoir droit à des suites, c'est en tout cas le souhait de son réalisateur Luca Guadagnino... On vous explique tout !

ATTENTION SPOILERS !

Que ceux qui ont été émus par Call Me By Your Name, actuellement en salles chez nous, et qui sont encore imprégnés de son atmosphère si particulière, chaude et sensuelle, se rassurent : l'histoire d'amour et d'amitié entre Elio et Oliver n'est peut-être pas terminée. Comme l'explique le réalisateur Luca Guadagnino au Hollywood Reporter, la fin du long-métrage n'est pas la même que celle du roman dont il est l'adaptation, et cette modification pourrait permettre d'envisager une ou plusieurs suites à la manière de la saga Before Sunrise Before Sunset / Before Midnight :

"Le roman contient 40 pages à la fin qui reviennent sur les 20 ans des vies d'Elio et d'Oliver qui ont suivi, ce que l'on peut considérer comme une indication de la part de l'auteur Andre Aciman que l'histoire peut continuer. A mon sens, Call Me peut être le premier chapitre d'une succession de chroniques sur ces deux personnes; si le premier est celle du passage à l'âge adulte, d'un jeune garçon qui devient un homme, peut-être que la suivante pourrait partir de ces questions : quel est le rapport au monde d'Elio, que veut-il faire de sa vie et que reste-t-il quelques années plus tard de cette relation qui l'a tant marqué et qui a fait celui qu'il est devenu ?

Un sujet que Guadagnino aimerait évoquer est celui du SIDA, savamment évité dans le premier film en transposant l'action du livre qui se déroulait en 1987 à l'été 1983, une période d'insouciance où la maladie vient seulement de faire son apparition et n'est donc pas encore connue de tous.

"J'aimerais qu'Elio soit un cinéphile et je voudrais qu'il aille au cinéma voir le film Encore de Paul Vecchialli sorti en 1988 qui a pour sujet celui d'un homme qui tombe amoureux d'un autre homme après avoir quitté sa femme; il s'agissait du premier film français à parler du SIDA. Ce pourrait être la première scène de ce sequel.

Lors du BFI Film Festival, le réalisateur avait déjà fait part de son souhait de continuer à raconter cette histoire, avec un plan très précis en tête : "Si l'on fait le calcul, Timothée [Chalamet] aura 25 ans en 2020, et c'est cet âge-là qu'Elio aurait dans le second film." Quant à Armie Hammer, l'interprète d'Oliver, il aurait 34 ans, tandis que son personnage en aurait 31. Le souhait de Guadagnino serait, au fond, de faire d'Elio son Antoine Doinel à lui, en référence au héros des films de Truffaut : "Ce serait l'écran et la vraie vie qui se rencontrent et se parlent, ce serait tellement bien d'assister à cette évolution (...) c'est vers ça que j'aimerais aller.

En attendant 2020, le réalisateur ne va pas chômer : son prochain film, Suspiria, devrait sortir cette année; et il développe également un projet avec Jennifer Lawrence

Source allociné

Voir les commentaires

Rédigé par Michael

Publié dans #sorties cinéma, #cinéma gay

Repost0

Publié le 1 Mars 2018

Comme la saison des récompenses va bientôt commencer, on ne peut s'empêcher de se demander quels films sortiront du lot  l' année prochaine ? 

Le  Festival du film de Sundance,vient de présenter un certain nombre de films destinés à la critique et au public. Parmi ces films se trouvent peut être la révélation de l'année ?

Jetez un œil à cet aperçu des films déjà générateurs en prix buzz ...

A Kid Like Jake

Le comédien Jim Parsons joue le rôle du réalisateur de ce drame au sujet d'un couple essayant d'inscrire son enfant transgenre à la maternelle. Claire Daines et Octavia Spencer, lauréate d'un Oscar, dans un film réalisé par le réalisateur transsexuel Silas Howard.

The happy prince

L'acteur hors pair Rupert Everett  a écrit, dirige et joue dans ce film sur les derniers jours de l'écrivain gay, Oscar Wilde . Après une condamnation à la prison pour son homosexualité, Wilde réfléchit à sa vie et trouve l'humour dans sa situation difficile. Le casting comprend également Emily Watson et Colin Firth.

Lizzie

L'histoire se souvient de Lizzie Borden comme une femme torturée ou une meurtrière de sang-froid. La vérité, cependant, est beaucoup plus compliquée. Kristen Stewart et Chloé Sevigny sont les vedettes de ce thriller qui révèle les obsessions lesbiennes cachées de Borden.

The Miseducation of Cameron Post

Chloe Grace Moritz joue dans ce drame sur une adolescente forcée à une thérapie de conversion après avoir été surprise ayant des relations sexuelles avec la reine du bal. Le film a fait ses débuts au Festival de Sundance, où il a remporté le Grand Prix du Jury, le plus grand honneur du festival.

Believer (doc)

Dan Reynolds du groupe Imagine Dragons produit et raconte ce documentaire sur la façon dont l' Église mormone cible et discrimine les personnes LGBT . Comme il reste actif dans l'église, Reynolds tente de forcer l'église à changer sa position sur l'homosexualité

Voir les commentaires

Rédigé par Michael

Publié dans #sorties cinéma, #cinéma gay, #festival gay

Repost0

Publié le 1 Mars 2018

Avant-première ! Pour sa troisième séance Gay-Friendly, TÊTU met à l’honneur le magnifique documentaire Coby de Christophe Sonderegger, en salles le 28 mars.

Salle comble pour l’avant-première de Call me by your name en janvier : merci chers lecteurs et chères lectrices ! Nous vous invitons cette fois à venir découvrir un film beaucoup plus confidentiel, mais totalement bouleversant : Coby. L’histoire de la transition d’un jeune homme au cœur de sa famille. Aucun voyeurisme ici : c’est Coby lui-même qui a demandé à son demi-frère, le réalisateur Christophe Sonderegger, de documenter ses années de transitions.

Synopsis : Dans un village au cœur du Middle-West américain, Suzanna, 23 ans, change de sexe. Elle devient un garçon : Coby. Cette transformation bouleverse la vie de tous ceux qui l’aiment. Une métamorphose s’opère alors sous le regard lumineux et inattendu du réalisateur.

Le réalisateur Christophe Sonderegger sera présent pour une discussion après la projection.

 

Lien vers la page Facebook

Réservez vos places sur le site de Gaumont Opéra

Cinéma Gaumont Opéra (côté Premier)

32, rue Louis Le Grand – 75002 – Paris

20h – mardi 6 mars 2018

Source têtu

Voir les commentaires

Rédigé par Michael

Publié dans #sorties cinéma, #cinéma gay

Repost0

Publié le 28 Février 2018

 
Un film de  avec  et .
Nationalité : France
Distributeur : UGC
Sortie en salles le 07 Mars 2018
Année de production : 2017
Hélène est éditrice de romans à l’eau de rose et mène une vie rythmée par le travail. Elle se réfugie dans les livres, persuadée que la vie y est plus belle que dans la réalité. Se complaisant dans une certaine routine, son quotidien va être bouleversé par l’installation d’une nouvelle voisine, Madame Mills. 
Cette vieille Américaine excentrique va prendre rapidement une importance insoupçonnée dans la vie d’Hélène. Mais les apparences sont parfois trompeuses…
 
Un film de .
Nationalité : France
Duree : 1h22 mn
Sortie en salles le 07 Mars 2018
Hafsia, Douce, Delphine et Charlotte : quatre jeunes femmes qui cherchent à s’affranchir des limites qu’on voudrait leur imposer.
 
Un film de , avec Theo Galvalisi, Chris Imberdis et Nourit Teboul
Nationalité : France
Sortie en salles le 21 Mars 2018
Année de production : 2017
Leo, un jeune homme d'une vingtaine d'années, quitte sa province natale pour s'installer à Paris.
Il n'a pas vu son père depuis plus de dix ans.
Ce dernier habitant Paris et, après avoir repris contact, Leo s'installe provisoirement chez lui, le temps de trouver du travail.
Ces retrouvailles vont s'avérer difficiles surtout que le père de Leo cache un terrible et lourd secret....
 
Un film de  et , avec ,  et .
Nationalité : Brésil
Duree : 2h15 mn
Distributeur : Jour2Fête
Sortie en salles le 21 Mars 2018
Année de production : 2015
Clara, une infirmière solitaire de la banlieue de São Paulo, est engagée par la riche et mystérieuse Ana comme la nounou de son enfant à naître. Alors que les deux femmes se rapprochent petit à petit, la future mère est prise de crises de somnambulisme.
 
Un film de , avec , Anna Ivacheff et .
Nationalité : France
Duree : 1h13 mn
Distributeur : Vendredi Distribution
Sortie en salles le 28 Mars 2018
Année de production : 2017
Antonio et Giorgio, un couple improbable trouvent refuge à l'Hôtel Occidental qui devient le théâtre d'évènements absurdes. L'équipe de cet hôtel arrivera-t-elle à comprendre ce qui se trame dans un contexte qui mêle racisme, terrorisme et manipulation politique ?
 
Un film de Christian Sonderegger.
Nationalité : France
Duree : 1h17 mn
Distributeur : Epicentre Films
Sortie en salles le 28 Mars 2018
Année de production : 2018
Dans un village au cœur du Middle-West américain, Suzanna 23 ans change de sexe. Elle devient un garçon : Coby. Cette transformation bouleverse la vie de tous ceux qui l’aiment. En définitive, la chrysalide de Coby devient celle de toute une famille, acculée à s’adapter. Une métamorphose dont l’enjeu dépasse le seul physique s’opère alors sous le regard lumineux et inattendu du réalisateur.
« Changer a des conséquences. Ne pas le faire, en a aussi »
 
 
Un film de Fernando Guzzoni, avec Alejandro Goic, Nicolás Durán et Sebastián Ayala.
Nationalité : Etats-Unis
Duree : 1h30 mn
Distributeur : Optimale
Sortie en salles le 28 Mars 2018
Année de production : 2016
Depuis la mort de sa mère, Jesús, 18 ans, vit avec son père souvent absent dans un petit appartement du centre-ville de Santiago. Il aime dessiner des mangas et danse dans un groupe à la façon des pop-stars coréennes. Depuis peu, il ne va plus à l’école et préfère trainer le soir dans les parcs avec son groupe de copains. Il séduit les filles mais aussi les garçons, ce qu’il est obligé de cacher. Lors d’une nuit d’excès, Jesús perd le contrôle.
 

Voir les commentaires

Rédigé par Michael

Publié dans #sorties cinéma, #cinéma gay

Repost0

Publié le 24 Février 2018

Cinéma

Call me by your name, un film sur le désir sans idée préconçue

Avec "Call me by your name", l'Italien Luca Guadagnino a voulu "parler du désir d'un jeune homme sans idée préconçue", signant un film délicat et langoureux sur un premier amour.

 

 

 

 

 

Le long-métrage, en salles mercredi, ravit les cinéphiles depuis plus d'un an. Il avait alors été présenté au festival américain de Sundance puis sélectionné dans plusieurs festivals. Il est à présent dans la course aux Oscars dans quatre catégories: meilleur film, meilleur acteur pour le nouveau venu Timothée Chalamet, meilleure adaptation et meilleure musique originale.

En promotion à Paris fin janvier, Luca Guadagnino s'est avoué "surpris" par cet engouement. "C'est assez fantastique de voir comment cette histoire sur des individus dans un petit coin du nord de l'Italie a touché des gens dans le monde entier."

Le film de 2h11 est l'adaptation d'un roman paru en 2007 ("Appelle-moi par ton nom"). Un homme se souvient de son adolescence et de son premier amour, en 1983. James Ivory ("Retour à Howards End", "Les vestiges du jour"), qui signe le scénario, a choisi de raconter l'histoire au présent.

Elio Perlman, 17 ans, passe son été dans la torpeur italienne avec son père, spécialiste de la culture gréco-romaine (Michael Stuhlbarg) et sa mère, traductrice (Amira Casar), dans la demeure familiale, une villa du XVIIe siècle nichée dans un paysage enchanteur. L'adolescent lit, joue de la musique et flirte avec son amie Marzia (Esther Garrel) pour passer le temps.

La nouvelle coqueluche d'Hollywood, Timothée Chalamet, 22 ans, aussi à l'affiche de "Lady Bird" incarne Elio. Il s'est mis à l'italien pour le rôle. "Timothée n'était pas seulement parfait pour le rôle comme je l'imaginais mais il a aussi l'ambition et la capacité de se mettre au défi" pour ce film, estime Luca Guadagnino.

Face à lui, le réalisateur a choisi Armie Hammer ("The social network") pour interpréter Oliver, le doctorant américain au physique de playboy invité à passer quelques semaines dans la maison des parents d'Elio. "Il a la capacité d'introduire de la vulnérabilité dans ses personnages", explique l'Italien.

Prendre son temps

Luca Guadagnino ambitionnait-il de faire un film sur l'homosexualité, sur un premier amour et la déception qui en résulte, ou sur les liens qui unissent une famille? Il refuse de trancher et a juste voulu "être libre d'explorer le désir de ce jeune homme, sans idée préconçue".

Dans le roman, l'histoire se déroule en bord de mer. Mais le cinéaste ("A bigger splash", "Amore") a préféré ancrer l'histoire dans la ville de Crema, en Lombardie, qu'il connait bien, une manière aussi pour lui de rendre hommage à Bernardo Bertolucci, qui avait tourné dans la plaine du Pô ("1900").

Pour raconter l'éclosion du désir entre les deux hommes, le cinéaste avance à petit pas. Il filme l'intimité qui se crée lors de longues balades à vélo à travers la campagne italienne, de baignades dans la rivière, de longues après-midis au bord de la piscine, laissant affleurer la sensualité à travers de petits gestes, de simples regards.

Le film rend compte des "mouvements du coeur et de l'âme d'Elio et d'Oliver", mais leur histoire d'amour va "prendre son temps" avant d'éclore. Sans vouloir parler d'une suite, le réalisateur aimerait accompagner ses personnages dans de prochains épisodes de leur vie et assure avoir "quelque chose de précis en tête".

Luca Guadagnino et le directeur de la photographie Sayombhu Mukdeeprom ont choisi de tourner sur pellicule, avec un seul objectif de 35 mm.

(Source AFP) et e-llico

Voir les commentaires

Rédigé par Michael

Publié dans #sorties cinéma, #cinéma gay

Repost0

Publié le 24 Février 2018

The Happy Prince

Rupert Everett, un acteur derrière la caméra pour faire écho à son expériences de vie

Les derniers jours d'Oscar Wilde: pour ses débuts derrière la caméra, l'acteur Rupert Everett se saisit d'une histoire résonnant avec sa vie. Son film est présenté à la Berlinale, le festival berlinois qui s'achève ce week-end.

Les derniers jours d'Oscar Wilde: pour ses débuts derrière la caméra, l'acteur Rupert Everett se saisit d'une histoire résonnant avec sa vie.

Pour ce pionner du cinéma gay, très populaire dans les années 90, se pencher sur la vie d'Oscar Wilde est une évidence.

L'acteur de 58 ans ("Le mariage de mon meilleur ami", avec Julia Roberts) a déjà tourné dans deux films sur Wilde et participé à plusieurs pièces de théâtre sur l'écrivain irlandais, avant de se lancer dans la réalisation de "The Happy Prince", avec Colin Firth et Emily Watson.

Dans le film, présenté lors d'une séance spéciale à la Berlinale, il se penche sur l'exil en France et en Italie de Wilde, après une condamnation en 1895 pour indécence liée à son homosexualité. Il passa alors deux ans de prison à Reading, dans le sud-est de l'Angleterre.

Rupert Everett tient le rôle principal dans le film qu'il a également produit. "Il y a de nombreux parallèles entre être un acteur homosexuel et être rejeté ou pas totalement accepté dans un milieu fermé. Je pense que c'est très clairement une des choses qui m'a poussé à essayer de raconter cette histoire", a expliqué le Britannique à Berlin.

Pour Everett, c'est le scandale touchant Oscar Wilde qui constitue le point de départ du mouvement de lutte pour le droit des homosexuels.

Mais pourquoi faire un nouveau film sur ce personnage, surtout après le biopic réalisé en 1997 par Stephen Fry ? Pour montrer cette page moins connue de sa vie et son côté autodestructeur, répond Everett.

Longtemps jugé risqué, ce projet a été monté grâce à des fonds provenant de Belgique, d'Allemagne et d'Italie. Après une telle expérience, Everett se dit prêt à recommencer derrière la caméra, sans évoquer de projets précis.

"Je peux filmer toutes les cultures", affirme l'acteur, jugeant dangereux de ranger les films selon un type de catégories.

(Avec AFP) et e-llico

Voir les commentaires

Rédigé par Michael

Publié dans #sorties cinéma, #cinéma gay

Repost0

Publié le 14 Février 2018

Afrique du Sud

Un film d'amour homosexuel sur fond de rite de circoncision interdit de diffusion dans les cinémas

La commission sud-africaine des films a décidé mercredi d'interdire la diffusion dans les cinémas d'un long-métrage qui a suscité la controverse en racontant une histoire d'amour homosexuelle sur fond de rite initiatique de circoncision.

"The Wound" ("Les Initiés" en français) du réalisateur sud-africain John Trengove, présélectionné pour la cérémonie américaine des Oscars, était initialement réservé aux plus de 16 ans.

Mais saisie par plusieurs organisations de défense des traditions, la commission du film a revu sa copie et finalement décidé de l'interdire aux moins de 18 ans.

En conséquence, le film "peut seulement être distribué dans des établissements pour adultes. Cela signifie que le film ne peut pas être montré dans les cinémas", a expliqué la commission.

Cette décision a été prise après des plaintes qui "portaient essentiellement sur la déformation" dans le film" de la tradition de la circoncision dans la culture xhosa", a-t-elle ajouté.

La projection du film, sorti début février en Afrique du Sud, a déjà été suspendue dans plusieurs cinémas du pays.

Présenté aux festivals de Sundance (Etats-Unis) et de Berlin, l'oeuvre a déjà été primée à plusieurs reprises, notamment au London Film Festival et au festival de Carthage (Tunisie).

(Source AFP)

Voir les commentaires

Rédigé par Michael

Publié dans #sorties cinéma, #cinéma gay

Repost0

Publié le 12 Février 2018

La bande-annonce française de "Love, Simon" de Greg Berlanti vient d'être dévoilée. Le film porté par Nick Robinson et adapté du roman de Becky Albertalli sortira dans nos salles le 20 juin.

Si vous avez aimé Nos étoiles contraires, ne ratez pas Love, Simon, qui est d'ailleurs produit par la même société (Temple Hill). Dans ce long métrage, Nick Robinson (Jurassic World, La 5ème vague) incarne un lycéen ayant une vie normale, une famille qu'il adore et entouré d'amis extraordinaires, mais il garde pour lui un grand secret: personne ne sait qu’il est gay et il ne connait pas l’identité de son premier coup de cœur, avec qui il communique en ligne. Quand son secret est révélé, la vie du jeune homme bascule. Ses amis prendront alors une place essentielle pour l’aider à changer sa vie et découvrir le premier amour. 

Mise en scène par Greg Berlanti (Bébé mode d'emploi, Supergirl, Flash...), cette comédie dramatique sur les premiers émois amoureux et l'acceptation de soi est adaptée du roman à succès de Becky Albertalli, Moi, Simon, 16 ans, Homo Sapiens

Côté casting, le héros partage l'affiche de ce teen movie avec Katherine Langford (13 Reasons Why), Alexandra Shipp (X-Men: Apocalypse), Jennifer Garner ou encore Josh Duhamel

Love, Simon sortira dans nos salles le 20 juin prochain.

Voir les commentaires

Rédigé par Michael

Publié dans #cinéma gay, #sorties cinéma

Repost0

Publié le 6 Février 2018

Le film  Hello Again suit 10 vies à travers 10 époques new-yorkaises dans une exploration intemporelle de l'amour doux-amer. Avec une gamme de partenaires de même sexe, y compris un couple joué par Tyler Blackburn et Cheyenne Jackson, la comédie musicale offre un regard engageant et diversifié sur l'amour et la luxure à travers les âges. Regardez la bande - annonce 

A venir : Hello again

Voir les commentaires

Rédigé par Michael

Publié dans #sorties cinéma, #cinéma gay

Repost0