cinema gay

Publié le 1 Mai 2016

Sorties ciné gay "Les amants de Caracas"

Le 4 mai 2016

Ce film au rythme lent, marqué par les silences et les contrastes entre un monde intime aride et un extérieur plein de vie, est le premier long métrage de fiction de Lorenzo Vigas, né en 1967.

Ce réalisateur, qui avait présenté en 2004 au Festival de Cannes le court-métrage "Les éléphants n'oublient jamais", centré sur le désir de vengeance d'un frère et d'une soeur contre leur père, explore à nouveau le thème de la paternité et de l'absence du père dans ce film.

"L'Amérique latine est un continent où le père est absent, c'est quelque chose qui fait partie de l'inconscient collectif, de l'archétype qui définit les Sud-Américains", expliquait Lorenzo Vigas à la Mostra de Venise, confiant qu'il entretenait pour sa part une excellente relation avec son père Oswaldo Vigas, artiste plasticien reconnu.

C'est vrai que je suis "obsédé par ce sujet", a souligné le réalisateur, auteur également de nombreux documentaires.

"Les Amants de Caracas" ("Desde Alla") raconte l'histoire d'Armando, un homme de la classe moyenne d'une cinquantaine d'années, qui attire souvent des jeunes hommes chez lui, et leur demande de se déshabiller contre de l'argent. Il rencontre Elder, un adolescent violent et charismatique, leader d'une bande de délinquants basée dans l'un des quartiers les plus dangereux de Caracas, pour qui il éprouve une fascination et avec qui il va nouer une relation singulière. La rencontre entre Armando et Elder, extraverti et arrogant, dont le père est en prison, va les changer l'un et l'autre pour toujours.

Deux mondes différents

"Mon film parle toujours du manque d'affection et d'émotion dans toutes les strates de la société", explique Vigas, qui a eu l'audace d'intégrer à son film une scène de sexe entre deux hommes si crue qu'elle fera date. "Il me semblait intéressant que le film explore ce thème de l'homosexualité, étant donné que l'Amérique latine est très conservatrice et largement homophobe", souligne-t-il.

Mais au-delà de ces scènes destinées à provoquer et donc à lancer un débat, le metteur en scène admet utiliser une manière bien à lui de filmer les différences sociales, illustrées dans le film par des images floues et des bruits hors champ. "Cela a été comme si je filmais deux mondes différents", assure Vigas, expliquant avoir tourné les scènes du film dans les rues de Caracas, sans autorisation, sans contrôle du trafic automobile, en slalomant entre les piétons.

Les contrastes entre ces deux mondes sont emblématiques d'un pays, voire d'un continent. "La tension sociale et politique au Venezuela marque encore plus la division entre les classes sociales", reconnaît le réalisateur.

Le cinéaste s'est très bien entouré pour ce film. Son scénariste est le Mexicain Guillermo Arriaga ("Babel", "Trois enterrements", "21 grammes"), également producteur du film. Le cinéaste mexicain Michel Franco est aussi co-producteur. Son acteur principal, le Chilien Alfredo Castro, qui joue Armando, est un emblème du cinéma latino-américain indépendant et engagé, vu notamment dans "El Club" et "No" du Chilien Pablo Larrain.

La quête par Armando de jeunes hommes aux arrêts de bus, son habitude d'espionner un homme âgé lié à son passé, son incapacité à communiquer, au point qu'il ne se laisse pas toucher, tous ces éléments propres à la vie du personnage sont une façon d'évoquer la distance, et le manque.

L'interprétation d'Alfredo Castro avait été remarquée à Venise, tout comme celle du jeune acteur Vénézuélien Luis Silva dans le rôle d'Elder, qui fait ses débuts au cinéma dans ce film. Il vient lui-même d'un quartier modeste de Caracas, et n'a pas non plus connu son père. Impressionné par son talent, Lorenzo Vigas a dit voir en lui le prochain Gael Garcia Bernal.

(Source AFP)

Voir les commentaires

Rédigé par Michael

Publié dans #sorties cinéma, #cinéma gay

Repost0

Publié le 1 Mai 2016

Sorties ciné gay mai 2016
Les Amants de Caracas

Un film de Lorenzo Vigas

Titre original : DESDE ALLA (Vénézuela)

Duree : 1H33 mn

Distributeur : Happiness Distribution

Sortie en salles le 04 Mai 2016

Année de production : 2015

Armando, un homme aisé d'âge mur, racole de jeunes hommes en échange d'argent. Il ne veut pas les toucher, seulement les regarder à distance. Une intimité déroutante va naître entre lui et un adolescent nommé Elder.

Sorties ciné gay mai 2016
The Sea is Behind

Un film de Hicham Lasri

Titre original : AL BAHR MIN OUARAIKOUM (Maroc)

Duree : 1H28 mn

Distributeur : Les Films de l'Atalante

Sortie en salles le 04 Mai 2016

Année de production : 2014

Tarik s'habille en femme, se maquille, danse sur le chariot de son père, dans la pure tradition de ces hommes travestis qui égayaient les cérémonies de mariage. Mais derrière cette joie contrainte, cette allégresse de circonstance, se dissimule un mal-être et une tristesse profonde.

Sorties ciné gay mai 2016
La Visita

Un film de Mauricio Lopez Fernandez, avec Daniela Vega et Rosa Ramirez

Nationalité : Chili

Duree : 1H22 mn

Distributeur : Outplay

Sortie en salles le 11 Mai 2016

Année de production : 2014

Coya est domestique au sein d’une famille chilienne catholique et conservatrice. Dans la grande demeure bourgeoise, patrons et employés cohabitent sous le même toit. La mort du mari de Coya va occasionner une visite inattendue qui va bouleverser l’ordre apparent…

Sorties ciné gay mai 2016
Boulevard

Un film de Dito Montiel avec Robin Williams, Bob Odenkirk, Kathy Baker...

Titre original : BOULEVARD (Etats-Unis)

Duree : 1H28 mn

Distributeur : Zelig Films distribution

Sortie en salles le 18 Mai 2016

Année de production : 2014

Si Nolan (Robin Williams) et sa femme Joy (Kathy Baker) vivent sous le même toit, ils font chambre à part depuis longtemps. Employé de banque modèle, Nolan affiche pourtant un air absent et se montre insensible à une promotion. Rien ne semble pouvoir combler le vide de son existence.

Un soir, alors qu'il circule le long d'une avenue déserte, il fait la rencontre de Léo (Roberto Aguire), jeune homme écorché. Rattrapant le temps perdu, Nolan retrouve un nouveau sens à sa vie et décide enfin de ne plus se mentir...

Voir les commentaires

Rédigé par Michael

Publié dans #sorties cinéma, #cinéma gay

Repost0

Publié le 20 Avril 2016

Sortie ciné gay de la semaine

Mékong stories

Date de sortie 20 avril 2016 (1h 42min)

De Phan Dang Di

Avec Do Thi Hai Yen, Le Cong Hoang, Truong The Vinh plus

Genre Drame

Nationalités Vietnamien, Français, Allemand, Néerlandais

Saïgon, début des années 2000. Vu est apprenti photographe, Thang vit de petits trafics et Van rêve de devenir danseuse. Réunis par le tumulte de la ville, ils vont devoir affronter la réalité d’un pays en pleine mutation.

il s’agit d’un intense triangle amoureux qui accorde autant d’importance à l’histoire d’amour entre le garçon et la fille qu’à l’histoire d’amitié entre cette-dernière et l’autre garçon qu’à l’amour de ce-dernier pour le premier.

Voir les commentaires

Rédigé par Michael

Publié dans #sorties cinéma, #cinéma gay

Repost0

Publié le 19 Avril 2016

King Cobra 1er extrait

King Cobra, est un film indépendant mettant en lumière les coulisses de l’industrie pornographique aux Etats-Unis.

Dans ce long-métrage réalisé par Justin Kelly, Christian Slater incarne Bryan Kocis, un producteur de porno gay, propriétaire du label Cobra Video et violemment assassiné à son domicile de Pennsylvanie en 2007. Le biopic retrace en parallèle l’ascension de la star du X Sean Paul Lockhart, alias Brent Corrigan, interprété par le jeune Garrett Clayton. Pour ce drame inspiré de faits réels, les deux acteurs sont également rejoints au casting par James Franco et Keegan Allen.

Source tétu

King Cobra 1er extrait

Voir les commentaires

Rédigé par Michael

Publié dans #sorties cinéma, #cinéma gay

Repost0

Publié le 13 Avril 2016

Sortie ciné gay avril 2016

The Rocky Horror Picture Show car il sort quarante ans plus tard dans une version restaurée. Et que vous n’avez pas le choix. Il s’agit d’un film culte – il ne faut pas employer ce mot à toutes les sauces, mais les années suffisent dans ce cas pour l’affirmer – que les fans voient et revoient inlassablement autour du globe dans des séances interactives où tout le monde connait les chansons, et se jette par exemple de l’eau à la figure quand les personnages le font. Ou du sang.

L'histoire :

Une nuit d’orage, la voiture de Janet et Brad, un couple coincé qui vient de se fiancer, tombe en panne. Obligés de se réfugier dans un mystérieux château, ils vont faire la rencontre de ses occupants pour le moins bizarres, qui se livrent à de bien étranges expériences.

« Fritz Bauer, un héros allemand»

Juif et homosexuel, Fritz Bauer a fait de la traque des nazis après la Seconde Guerre mondiale un des combats judiciaires de sa vie. Mais c'était compter sans l'opposition d'une Allemagne en pleine amnésie. Un film haletant et utile.

L'histoire officielle, souvent écrite par des hommes hétérosexuels, a tendance à passer sous silence les exploits de personnalités LGBT. Alan Turing, ce mathématicien britannique de génie qui joua un rôle crucial lors de la Seconde Guerre mondiale en cassant le code secret de l''armée allemande, n'a été totalement réhabilité qu'en 2013.

Dans les années 50 en Allemagne, le juge Fritz Bauer a été des plus grands combats contre l'oubli des crimes nazis et un film réalisé par Lars Kraume lui est aujourd'hui consacré.

Voir les commentaires

Rédigé par Michael

Publié dans #sorties cinéma, #cinéma gay

Repost0

Publié le 7 Avril 2016

Biopic : Tom of Finland

Un film retraçant la vie de Tom of Finland, véritable icône de la culture gay, est actuellement en tournage. #CuirMoustache.

L’histoire de Tom of Finland sur une cinquantaine d’années

En Finlande, un projet de biopic sur Touko Laaksonen fut déjà abordé en 2013, avant d’être finalement avorté. L’initiative est ensuite reprise par Heidi Laitinen, productrice chez Helsinki Film et grande fan de Tom of Finland. Actuellement en tournage, le film est réalisé par Dome Karukoski, fier de rendre hommage à cette figure nationale finlandaise :

Pour moi, les thèmes centraux du film sont le courage, la liberté et le plaisir. Il faut rappeler que Touko Laaksonen faisait de l’art homoérotique à une époque où l’homosexualité était encore illégale en Finlande, et ce jusqu’en 1971. Il fallait avoir du courage pour oser se battre afin d’avoir le droit à ses propres fantasmes, et à la liberté d’expression.

Le long-métrage retracera en effet la vie de Toukko Laaksonon, depuis son retour de la Seconde Guerre mondiale, jusqu’à son décès en novembre 1991. Au niveau du casting, l’artiste finlandais sera interprété par l’énigmatique Pekka Strang. Par soucis d’exactitude, la production du film collabore également avec la Fondation Tom of Finland basée aux Etats-Unis, lui permettant d’accéder aux œuvres mais aussi à la correspondance du dessinateur, et de recueillir les témoignages de personnes ayant croisé la route de l’artiste.

Loin d’être anecdotique, ce film se propose de porter un regard différent sur un artiste dont l’œuvre a traversé les décennies, comme s’en est confié le scénariste Aleksi Bardi :

C’est l’histoire d’un héros qui survit, et qui fait quelque chose auquel personne ne croyait, même pas lui : partir à la conquête du monde avec des fantasmes sexuels. Le but du film est de montrer comment les images peuvent changer le monde et la perception que le gens ont d’eux-mêmes.

Le tournage se déroule actuellement en Suède, puis se poursuivra en Finlande, en Allemagne et aux Etats-Unis ; il y a quelques semaines, la production était d’ailleurs à la recherche de figurants supplémentaires… si l’envie de porter du cuir vous titille.

L’histoire de Tom of Finland devrait sortir au cinéma en février 2017,

Source tétu

Pekka Strang

Pekka Strang

Voir les commentaires

Rédigé par Michael

Publié dans #cinéma gay, #sorties cinéma

Repost0

Publié le 3 Avril 2016

La sociologue et l'ourson

Quand des peluches racontent le mariage pour tous

Prenez une spécialiste des métamorphoses de la famille, Irène Théry, faites-la dialoguer avec son fils et... des peluches, vous obtenez un film inventif, drôle et grave, "La sociologue et l'ourson", récit d'un an de débats enflammés autour du mariage homosexuel.

Sortie ciné gay "La sociologue et l'ourson"

En salles mercredi, ce film d'ours en peluche et de protagonistes réels, de François Hollande aux députés ou manifestants, mêle dialogue familial et feuilleton national, avec la voix off d'Irène, discutant des enjeux du projet de loi avec son fils Mathias Théry, coréalisateur de "La sociologue et l'ourson" avec Étienne Chaillou.

Le film des deux trentenaires, ex-élèves des Arts Déco, fait revivre les débats houleux de septembre 2012 à mai 2013, quand la France se déchire sur le projet de loi ouvrant le mariage aux couples homosexuels.

A l'époque, la sociologue Irène Théry est sollicitée par les politiques, les médias, les associations... Lorsque certains crient à la fin de la civilisation, elle démontre que les évolutions de la famille ont du sens, cherche à apaiser les esprits. Tout en la suivant dans son travail, le duo enregistre les conversations téléphoniques entre le fils et sa mère, "à l'insu d'Irène pendant deux mois, pour plus de spontanéité", confie Mathias.

"Quand on lui a dit, elle a trouvé le projet intéressant et accepté d'y participer. Mais nous restions maîtres du film". Les conversations ont ensuite été mises en scène à l'aide de jouets et de peluches. "Les marionnettes nous ont permis de regarder les débats sous un autre angle. Les personnages réels incarnés par les peluches devenaient des symboles, citoyen, enfant, couple homosexuel...".

"C'est comme si on zoomait sur la société, puis qu'on prenait du recul". "Irène se préparait à une année mouvementée, sans imaginer tout ce qui se passerait. Elle était enthousiaste: son sujet d'étude des quinze dernières années allait s'inscrire dans le code civil", relève Étienne Chaillou. "C'est également un film sur la démocratie en marche, les coulisses d'une loi en train de s'écrire". "On cherchait aussi un côté +fait à la maison+ pour montrer qu'on pouvait raconter des choses importantes avec une économie de moyens", explique Mathias Théry.

"Le montage a été difficile, entre scènes réelles et peluches animées. Et derrière chacune d'elles, imaginez des gens à quatre pattes, les bras en l'air. On a travaillé avec quelqu'un des Guignols". "C'était notre premier film avec des peluches et sans doute le dernier", conclut-il.

(Source AFP)

Voir les commentaires

Rédigé par Michael

Publié dans #sorties cinéma, #cinéma gay

Repost0

Publié le 3 Avril 2016

James Franco dans les méandres du porno gay

King Cobra, le film relatant l’assassinat d’un producteur de porno gay avec James Franco au casting, sera présenté au festival du film de Tribeca à New York.

King Cobra va bientôt se confronter au regard du public. En effet, le film retraçant le meurtre du producteur de films pornos Bryan Kocis sera présenté dans le cadre du festival du film indépendant de Tribeca à New York, le 16, le 18 et le 22 avril.

Cette affaire sordide agitait les Etats-Unis en janvier 2007 lorsqu’un producteur de films pornos gay était retrouvé poignardé dans sa maison de Pennsylvanie, les principaux soupçons se portant alors sur deux escortes. Le film King Cobra, en référence à Cobra Video du nom du studio de Bryan Kocis, relate cette histoire, mettant en lumière les rivalités sanglantes qui agitent l’industrie du film pour adultes.

Christian Slater, Garrett Clayton, Keegan Allen et Molly Ringwald également à l’affiche

James Franco y interprète un producteur rival de Bryan Kocis, lui-même joué par Christian Slater. Ils sont rejoints au casting par Garrett Clayton, un poulain de la compagnie Disney qui a spécialement travaillé ses abdos pour l’occasion, dans le rôle de Sean Paul Lockhart, plus connu sous son nom de porn star, Brent Corrigan. Sean Paul Lockhart aurait d’ailleurs commencé à tourner pour Bryan Kocis alors qu’il était encore mineur. Egalement à l’affiche, Keegan Allen, déjà vu dans la série Pretty Little Liars, et Molly Ringwald dont on se rappelle le rôle dans The Breakfast Club.

Pour cette production, James Franco a de nouveau travaillé avec Justin Kelly, le réalisateur qui l’avait dirigé dans I Am Michael. Dans ce biopic sorti en 2015, James Franco interprétait le militant gay Micheal Glatzeaux côtés de Zachary Quinto.

Source tétu

Voir les commentaires

Rédigé par Michael

Publié dans #sorties cinéma, #cinéma gay

Repost0

Publié le 31 Mars 2016

Les Teddy Awards débarquent à Paris

Onze films inédits, fictions et documentaires, sélectionnés au dernier festival de Berlin, pour un panorama du queer cinema mondial du 1er au 3 avril 2016

La sélection des films présentés lors de la dernière Berlinale et qui concouraient pour les prestigieux Teddy Awards, premier des prix de cinéma LGBT débarque à Paris.

Durant trois jours, vous allez pouvoir découvrir le meilleur de la production du queer cinema mondial: des documentaires en Chine (Inside The Chinese Closet) et en Autriche (Brothers of the Night) ou sur des personnalités gays comme le photographe Robert Mapplethorpe (Mapplethorpe : Look at the Pictures); mais aussi des longs métrages inédits comme Tomcat, film autrichien de Händl Klaus, Teddy du meilleur film ou encore You'll Never Be Alone du réalisateur chilien Álex Anwandter. Au total, ce sont 11 films inédits à Paris qui seront visibles au Luminor.

Plus d'infos sur la programmation à découvrir ici.

Publié par Christophe Martet pour yagg

Voir les commentaires

Rédigé par Michael

Publié dans #cinéma gay, #sorties cinéma

Repost0

Publié le 31 Mars 2016

A venir au cinéma : "Viva"

Viva

Date de sortie 6 juillet 2016 (1h 40min)

De Paddy Breathnach

Avec Héctor Medina Valdés, Jorge Perugorria, Luis Alberto Garcia plus

Genre Drame

Nationalités Irlandais, Cubain

A Cuba, un jeune homme qui coiffe les perruques d'artistes travestis, rêve de chanter dans leur cabaret. Mais son père, qui sort de prison, a d'autres rêves pour lui…

Voir les commentaires

Rédigé par Michael

Publié dans #cinéma gay, #sorties cinéma

Repost0