Articles avec #cinema gay tag

Publié le 21 Mars 2020

Monsoon
Prochainement / 1h 25min / Romance, Drame
Nationalité Britannique

Un britannique d'origine vietnamienne décide d'en savoir plus sur ses origines. Il part effectuer un voyage de près de trente heures, en train, de Saïgon à Hanoï.

Monsoon est une réflexion riche et poignante sur une lutte pour découvrir son identité dans un endroit où le passé pèse lourdement sur le présent", lit-on dans la description officielle du film. "Kit (Henry Golding, Crazy Rich Asians ) revient à Hô Chi Minh-Ville pour la première fois depuis l'âge de six ans lorsque sa famille a fui le pays au lendemain de la guerre américano-vietnamienne. Il a du mal à se comprendre dans une ville qu'il ne connaît plus, il entreprend un voyage personnel à travers le pays qui ouvre la possibilité d'amitié, d'amour et de bonheur. "

Voir les commentaires

Rédigé par Michael

Publié dans #sorties cinéma, #cinéma gay

Repost0

Publié le 15 Mars 2020

Une curiosité pour les amateurs de fantastique chic et décadent.

 

Les fans de cinéma fantastique et underground ont longtemps fantasmé sur Les Lèvres rouges, du cinéaste belge Harry Kümel, un objet de curiosité longtemps invisible que Malavida a fini par exhumer en DVD en 2013, et qui vient de ressortir en salles. Tourné au tout début des années 70, le film est un huis-clos vénéneux rejouant le mythe de la comtesse Bathory – la "comtesse sanglante" qui se baignait dans le sang de ses victimes – dans un hôtel d’Ostende, où l'héroïne, une diva éthérée, va croiser la route d’un couple de jeunes mariés en pleine lune de miel. Harry Kümel (connu aussi pour son adaptation de Malpertuis avec Sylvie Vartan et Orson Welles) filme son actrice, Delphine Seyrig, qui sortait alors tout juste du tournage du Peau d’Ane de Demy, comme une star de l’âge d’or égarée dans la mauvaise époque, errant dans une ville fantôme – Ostende est saisie dans sa gangue hivernale, comme endormie, l’hôtel est désert et la nuit envahie par la brume.

Dans une interview donnée au site chaosreigns, le cinéaste raconte que Seyrig venait alors de revoir beaucoup de films avec Marlene Dietrich et avait demandé à "faire son entrée dans l’hôtel comme Dietrich dans Angel, comme un coup de vent". Tout en se référant aux icônes du passé, l’actrice, impériale et ironique à la fois, annonce le style chic et décadent de Catherine Deneuve et David Bowie dans Les Prédateurs de Tony Scott, et est la grande attraction de ce film ouvertement féministe, où la comtesse choisit sa prochaine victime moins pour l’asservir que pour la libérer du joug d’un mari violent et pervers. Au croisement du chic, du bis, de l’érotisme soft et de Fassbinder, Kümel fait souffler sur un coin de Flandre irréel des effluves d’un Hollywood décadent et babylonien. On regarde ainsi le film comme on feuilletterait des pages oubliées et jaunies d’un livre inédit de Jean-Jacques Schuhl, un fantasme de cinéma à la von Sternberg raconté avec l’amertume et le désenchantement typique du début des seventies. Les amoureux qui tombent ici dans les filets de la Bathory ressemblent à un couple de branchés invités à une fête en plein cœur du Swinging London, mais qui se seraient trompés de route, se réveillant soudain seuls au monde, avec une violente gueule de bois. Et un méchant goût de sang dans la bouche.

Source première 

Voir les commentaires

Rédigé par Michael

Publié dans #sorties cinéma, #cinéma gay, #lesbien

Repost0

Publié le 11 Mars 2020

Rahne Sinclair, Illyana Rasputin, Sam Guthrie et Roberto da Costa sont quatre jeunes mutants retenus dans un hôpital isolé pour suivi psychiatrique. Le Dr Cecilia Reyes, qui estime ces adolescents dangereux pour eux-mêmes comme pour la société, les surveille attentivement et s'efforce de leur apprendre à maîtriser leurs pouvoirs.

 

Le Colocataire

22 avril 2020 / 1h 51min / Drame, Romance
Juan doit vite trouver un colocataire après le départ de son frère. C’est finalement Gabriel, son collègue charmant et taciturne, qui emménage. Ce qui débute comme un arrangement innocent se transforme rapidement en attraction naissante, puis en passion…

Voir les commentaires

Rédigé par Michael

Publié dans #sorties cinéma, #cinéma gay

Repost0

Publié le 4 Mars 2020

Un long-métrage signé de l'artiste Leilah Weinraub qui parlera de la Culture du Strip Club chez les lesbiennes afro-américaines.

 

En 2019, Pornhub a enregistré quelques 42 milliards de visites estimées. Le premier site de pornographie au monde veut désormais diversifier son activité et a produit son premier film non adulte. Il est disponible dès aujourd'hui mercredi, rapporte Variety.

Le film en question est un documentaire intitulé Shakedown, et signé Leilah Weinraub, cinéaste et artiste conceptuel. Il montre des femmes et des hommes "queer" qui peuplent la scène des clubs de strip-tease lesbiens de Los Angeles. Le film est le fruit de 15 années de tournage, des séquences filmées par Weinraub au cours de sa vie d'adulte, et offre un regard humoristique, sensuel et informatif sur une sous-culture vibrante.

 

 

Repris par le distributeur Grasshopper, le film sera diffusé gratuitement sur Pornhub pendant tout le mois de mars (vous pouvez le visionner en cliquant ici) avant d'être diffusé sur Criterion Channel, et, enfin, sur l'iTunes Store d'ici l'été.

"Il y a une bonne opportunité en ce moment de présenter des films dans l'espace artistique, il y a plus d'ouverture à la diversité et au contenu, et une autre sorte de narration", confie Weinraub à Variety, qui avoue espérer toucher plus particulièrement les utilisatrices de Pornhub.

Le géant du porno, de son côté, précise que ce documentaire pas classé X marque un "engagement général plus large de Pornhub à soutenir toutes les formes d'art. Nous voulons être considérés comme une plateforme que les artistes et les créateurs peuvent utiliser..."

Source première 

Voir les commentaires

Rédigé par Michael

Publié dans #sorties cinéma, #cinéma gay

Repost0

Publié le 4 Mars 2020

Le film récompensé par le césar de la meilleure photographie devance celui de Roman Polanski sur la semaine du 14 au 20 février. (Source : Le Film Français)

 

Si Portrait de la jeune fille en feu n’a remporté qu’un seul César sur ses dix nominations vendredi dernier, le film de Céline Sciamma continue d’exploser à l’étranger. Avec 90 878 entrées hors France la semaine du 14 au 20 février et un cumul total de 6 millions de dollars de recettes, le drame porté par Adèle Haenel et Noémie Merlant fait un pied de nez au film J’accuse de Roman Polanski, récompensé par trois César. Le film a surtout cartonné aux États-Unis, où, en dix jours seulement, il est parvenu à dépasser le seuil symbolique du million de dollars de recette. Depuis sa sortie, le film cumule actuellement 888 907 entrées dans une trentaine de territoires étrangers (dont 138 000 en Corée du Sud, 100 000 en Italie, 88 000 en Allemagne ou encore 81 000 aux Pays-Bas).

Source première 

Voir les commentaires

Rédigé par Michael

Publié dans #sorties cinéma, #cinéma gay, #lesbien

Repost0

Publié le 3 Mars 2020

presque-love-trailer.jpg

Il s'agit d'une comédie romantique sur un groupe d'amis autour de l'amour et les relations alors qu'ils atteignent  un tournant de leur vie. Au cœur de l'histoire se trouve Adam (Scott Evans), un peintre talentueux coincé dans l'ombre de l'artiste contemporaine à succès, Ravella Brewer (Patricia Clarkson). Lui et Marklin (Augustus Prew) arrivent au cinq ans de leur relation. Ils n'ont pas d'enfants, ils ne sont pas mariés et font face à une question existentielle "Est-ce tout ce qu'il y a ?"

Leur cercle d'amis est confronté à la même question de nombreuses façons : Elizabeth (Kate Walsh), la meilleure amie d'Adam, est à ses 15 ans de mariage, prête à reprendre sa liberté lorsqu'elle découvre la relation inappropriée de son mari avec une jeune femme . Cammy (Michelle Buteau) sort avec Henry (Colin Donnell), mais ils ne quittent jamais la maison. Haley (Zoe Chao) essaie de comprendre si ses sentiments pour Scott James (Christopher Gray) sont maternels ou quelque chose de plus.

"Tout le monde est un peu en désordre mais en même temps éternellement optimiste quant à la recherche de nouvelles façons de faire fonctionner les choses."

Voir les commentaires

Rédigé par Michael

Publié dans #sorties cinéma, #cinéma gay

Repost0

Publié le 3 Mars 2020

Présenté à l’Alpe d’Huez en janvier, il devait sortir le 11 mars.

 

Le premier film français victime du coronavirus est donc Miss, de Ruben Alves, porté par Alexandre Wetter, Pascale Arbillot et Isabelle Nanty. A l’heure où tous les cinémas de l’Oise et du Morbihan doivent rester fermés durant 14 jours, la Warner Bros a décidé de ne plus sortir cette comédie dramatique en mars, mais en septembre. Prévu la semaine prochaine, le mercredi 11 mars, dans les salles, ce projet qui avait fait sensation au dernier festival de l’Alpe d’Huez sera finalement visible à partir du 23 septembre. Un report de plusieurs mois, qui, espère l’équipe, "lui donnera toutes les chances de rencontrer son public."

L’histoire de Miss : Alex, petit garçon gracieux de 9 ans qui navigue joyeusement entre les genres, a un rêve : être un jour élu Miss France. 15 ans plus tard, Alex a perdu ses parents et sa confiance en lui et stagne dans une vie monotone. Une rencontre imprévue va réveiller ce rêve oublié. Alex décide alors de concourir à Miss France en cachant son identité de garçon. Beauté, excellence, camaraderie… Au gré des étapes d’un concours sans merci, aidé par une famille de cœur haute en couleurs, Alex va partir à la conquête du titre, de sa féminité et surtout, de lui-même…

Source première 

Voir les commentaires

Rédigé par Michael

Publié dans #sorties cinéma, #cinéma gay, #Trans&transgenre

Repost0

Publié le 2 Mars 2020

 

Woman

4 mars 2020 / 1h 44min / Documentaire
Ce documentaire est l’occasion de révéler au grand jour les injustices que subissent les femmes partout dans le monde. Mais avant tout, il souligne la force intérieure des femmes et leur capacité à changer le monde, en dépit des multiples difficultés auxquelles elles sont confrontées. WOMAN, qui repose sur des entretiens à la première personne, aborde des thèmes aussi variés que la maternité, l'éducation, le mariage et l'indépendance financière, mais aussi les règles et la sexualité.

 

Si C’Était De L’Amour

4 mars 2020 / 1h 22min / Documentaire
Ils sont quinze jeunes danseurs, d’origines et d’horizons divers. Ils sont en tournée pour danser Crowd, une pièce de Gisèle Vienne inspirée des raves des années 90, sur l’émotion et la perception du temps. En les suivant de théâtre en théâtre, Si c’était de l’amour, documente leur travail et leurs étranges et intimes relations.
 

 

Les Lèvres rouges

25 novembre 1971 / 1h 36min / Fantastique
Date de reprise 11 mars 2020 - Version restaurée
Valérie et Stefan, immobilisés à Ostende, séjournent dans un vaste hôtel désert en cette morte-saison. Le couple fait alors la connaissance de l'inquiétante comtesse Bathory et de sa protégée Ilona, ténébreuses créatures de la nuit. Elles envoûtent d’abord le jeune homme, fasciné par des meurtres mystérieux perpétrés dans la région, puis Valérie, intriguée par l’étrange relation qui unit les deux femmes…
Charlie se bat pour sauver de la faillite son entreprise familiale de chaussures traditionnelles. Il fait par hasard la connaissance de Lola, une exubérante artiste drag queen, qui lui fait découvrir le monde de la mode et des boîtes de nuit.

 

Madame

18 mars 2020 / 1h 34min / Documentaire
Saga familiale basée sur des images d’archives privées qui s’étalent sur trois générations. MADAME crée un dialogue entre Caroline, une grand-mère au caractère flamboyant, et son petit-fils cinéaste Stéphane, lors duquel les tabous de la sexualité et du genre sont remis en question dans un monde patriarcal à priori hostile à la différence.
BROOKLYN SECRET
18 mars 
1h 29min / Drame
Nationalités AméricainPhilippin
Olivia travaille comme soignante auprès d’Olga, une grand -mère russe ashkénaze de Brighton Beach à Brooklyn. Fragilisée par sa situation d’immigrante philippine, elle paie secrètement un Américain pour organiser un mariage blanc. Alors que celui-ci se rétracte, elle rencontre Alex, le petit fils d’Olga, avec qui elle ose enfin vivre une véritable histoire d’amour…
Comment vivre sa vie quand on est immigrante illégale à New-York, femme trans sans papiers à l’ère de Donald Trump et de sa politique qui renforce les contrôles en matière de séjour illégaux et d’attaques aux libertés fondamentales des personnes trans ? Que faire quand l’amour vous tombe dessus dans cette situation pour le moins inconfortable ? Ce sont les questions qui traversent le film d’Isabel Sandoval comme le personnage central d’Olivia qu’elle incarne avec sensibilité et retenue.

Voir les commentaires

Rédigé par Michael

Publié dans #sorties cinéma, #cinéma gay

Repost0

Publié le 2 Mars 2020

 

Les Teddy Awards ont été décerné vendredi soir au Berlin Volksbühne dans le cadre du palmarès de la Berlinale. Le premier film de Faraz Shariat "Futur Drei" a été primé deux fois. "Bienvenue en Tchétchénie" a reçu le prix Amnesty Film.

La Berlinale n'est pas seulement le plus important festival du film allemand, c'est aussi le cadre du Teddy Award décerné par un jury de LGBT.

Parmi près de 30 longs métrages projetés en quelques jours, le jury du Teddy Award a finalement choisi de récompenser "Futur Drei" comme meilleur long métrage.

"Futur Drei" est un film politique, jeune et frais sur un gay germano-iranien qui tombe amoureux d'un réfugié. Un film qui traite des questions de fuite, de migration, d'identité, d'arrivée, de doutes et de conflits entre les générations.

De son côté, Amnesty International a décerné son prix au film "Bienvenue en Tchétchénie", qui a également obtenu le prix du public de la Berlinale.

Ce documentaire américain sur la persécution des personnes LGBTI en Tchétchénie a été diffusé dans la section "Panorama" de la Berlinale.

Le jury d'Amnesty a justifié sa décision comme suit: "Le titre est insuffisant; ce film va bien au-delà de la Tchétchénie. C'est un film sur un principe dans lequel la personne soi-disant différente est stigmatisée comme malade ou indigne de vivre, qu'elle soit queer, politiquement différente, juive, musulmane... À une époque où des gens en Allemagne sont abattus en raison de leur différence, le film nous invite à prendre position et à agir".

Source e-llico 

Voir les commentaires

Rédigé par Michael

Publié dans #sorties cinéma, #cinéma gay, #Teddy awards 2020

Repost0

Publié le 29 Février 2020

Apparemment, le réalisateur Scott Derrickson serait en train de préparer un film centré sur Constantine. En tout cas c’est ce qu’il dit sur son compte Twitter personnel. Est-ce bientôt le retour du personnage DC ?

 

Scott Derrickson est célèbre pour avoir mis en scène l’excellent Sinister et pour avoir adapté pour Marvel Studios le célèbre Doctor Strange. Alors qu’il devait initialement mettre en scène les secondes aventures du sorcier suprême, il lâché le morceau. Apparemment à cause de divergences artistiques avec Marvel Studios. Et quand le studio perd un de ses réalisateurs, DC et Warner sont toujours au rendez-vous pour les repêcher. C’est déjà ce qu’ils avaient fait avec James Gunn lorsqu’il avait été écarté de Les Gardiens de la Galaxie Vol. 3, avant d’être finalement rappelé. Ainsi, Scott Derrickson serait sur un autre héros mystique : Constantine.

Un nouveau film Constantine ?

À bien des égards, le personnage de Constantine est culte. Créé en 1985 par Alan Moore, ce personnage est entré rapidement dans le cœur des fans pour sa dimension mystique spirituelle. Chasseur de démon charismatique notamment membre de la Dark Justice League, il est très apprécié des lecteurs de comics.

En 2005, Francis Lawrence est chargé d’adapter le comics sur grand écran avec l’irremplaçable Keanu Reeves devant la caméra. Le long métrage reçoit des critiques majoritairement négatives au moment de sa sortie et fait un score assez timide au box office : un peu moins de 231 millions de dollars de recettes pour un budget de 100 millions. Mais avec le temps, le film est constamment réévalué, et se crée une solide communauté de fans désireux d’en voir une suite. Depuis, une série Constantine créée par David S Goyer, a été annulée après une saison.

Les fans vont être servis puisque Scott Derrickson serait en train de travailler dessus. C’est sur son compte Twitter que le cinéaste a rapporté cette information. Un fan lui demande s’il ne voudrait pas faire un film Justice League Dark. Ce à quoi le réalisateur répond un simple et précis : « Je ferais Constantine ».

Une information qui n’a pour le moment pas été corroborée par Warner Bros ou DC. Même si le cinéaste est clair et précis, aucune déclaration officielle ne vient appuyer ses dires. En tout cas, un film Constantine par Scott Derrickson serait une véritable aubaine au vu de l’accointance de l’homme pour le genre horrifique.

Source cinéséries 

Voir les commentaires

Rédigé par Michael

Publié dans #sorties cinéma, #cinéma gay, #bisexualité

Repost0