Articles avec #coming out tag

Publié le 20 Janvier 2019

Les premières images de la troisième saison de « SKAM France » viennent d’être dévoilées. La série, adaptée d’un format norvégien, raconte le quotidien d’une bande de lycéens. Dans cette nouvelle salve, le personnage de Lucas,  jeune gay dans le placard, et Elliot, son amoureux, sont à l’honneur. TÊTU s’est rendu sur le tournage de la série et a pu dialoguer avec les deux acteurs.

 

« Je veux de la vie, je veux du sourire. On s’amuse s’il vous plait ! ». Le réalisateur David Hourregue s’époumone derrière sa caméra. Face à lui, une quinzaine d’actrices et d’acteurs, un peu dissipé.e.s, rejouent pour la vingtième fois la même scène. « Ok, ok, on est chauds », lui répond l’un d’eux, provoquant un fou rire collectif dans le petit groupe.

Entre chaque séquence, une vingtaine de technicien.ne.s s’activent dans ce grand hangar de Montreuil (Seine-Saint-Denis), où la température ne doit pas dépasser les 10 degrés en ce jour de novembre. Côté déco, des néons blancs, roses et jaunes, juchés sur les poutres du plafond, éclairent le sol en béton et des banderoles ont été installées sur un bar au fond de la salle. « Allez, action ! »

Aujourd’hui, David Hourregue tourne les dernières séquences des saisons 3 et 4 de SKAM France, dont les premières images sont diffusées à partir de ce samedi 19 janvier sur FranceTVSlash. La web-série, adaptée d’un format norvégien, raconte le quotidien d’une bande d’ados au lycée. Les deux premières saisons, déjà diffusées, se focalisaient sur les personnages d’Emma et Manon, évoquant sans tabou le cyber-harcèlement ou le ‘slut shaming’ sur fond de rivalités amoureuses. La saison 3 s’attardera sur le cas de Lucas, un jeune garçon homosexuel dans le placard.

 

« Il veut maintenant vivre comme il en a envie »

 

« Dans les deux premières saisons, le jeune lycée se cherche, il sort avec quelques filles », se remémore David Hourregue. Mais la saison 3 sera celle de la révélation et de l’acceptation, avec l’arrivée d’Elliot, joué par l’acteur et mannequin Maxence Danet-Fauvel. Cet élève de terminale, ouvertement pansexuel, va venir secouer le quotidien de Lucas.

Axel Auriant, installé dans un large fauteuil en cuir, nous confie avoir été bouleversée à la lecture du scénario. « C’est la révélation d’un ado qui a envie de vivre une histoire d’amour, mais qui se confronte à la difficulté de ne pas être dans la norme que nous impose la société, résume simplement l’acteur habillé d’un jean et d’une veste noire. Il a menti à tout le monde, il s’est menti à lui-même et il veut maintenant vivre comme il en a envie. »

 

Si le jeune comédien est hétéro, jouer un rôle gay ne lui a posé aucun problème :

 

« Moi aussi, comme Lucas, je suis tombé amoureux, sourit-il. Et pour moi, que ce soit une fille ou un mec, c’est exactement la même chose. Je n’aurais d’ailleurs aucun souci à tomber amoureux d’un garçon un jour. »

 

Une romance « banale »

 

Un avis partagé par son partenaire à l’écran, Maxence, qui veut que l’on regarde Elliot et Lucas au-delà de leur sexualité. « On a tout construit sur une histoire d’amour et pas sur une histoire de genre ou d’homosexualité, nous explique-t-il installé sur un petit banc en bois, les cheveux ébouriffés. On veut que des hétérosexuels puissent s’identifier à nous et faire qu’une romance entre deux mecs soit juste banale »

 

https://www.instagram.com/p/Bszr65egfp6/

 

Les deux acteurs, très complices à la vie comme à l’écran, parlent de leur rencontre comme d’une évidence : « On s’est vus un soir (après le recrutement de Maxence dans la série, NDLR) et on a pas mal bu, se souvient Axel. Le lendemain, c’était comme si on était potes depuis trois ans. » Un coup de cœur qui les a aidé à rendre cette histoire d’amour la plus « crédible » possible. 

« On ne s’attendait pas à ce qu’une telle connexion se créée, nous souffle Maxence dans un grand sourire. Avant de tourner nos scènes, de sexe notamment, on trépidait de sa sauter dessus, alors qu’on est hétérosexuels tous les deux. L’histoire d’amour entre Elliot et Lucas est stellaire. »

 

Difficulté du coming-out, harcèlement…

 

Mais si l’histoire d’amour entre Lucas et Elliot semble évidente et toute tracée, tout n’est pas simple pour autant. La série aborde notamment, avec finesse, la difficulté du coming-out. « On s’est plongé dans la question française du coming-out, confie David Hourregue. En Norvège, tout se passe relativement bien puisqu’ils ont dix à quinze ans d’avance sur nous par rapport à ces sujets-là. Mais la difficulté est clairement plus grande en France, surtout auprès des proches. »

La série se penche aussi sur la question du harcèlement. En effet, que ce soit dans les saisons 1, 2 ou 3, Lucas est souvent pointé du doigt par ses propres amis. « C’est un truc d’homo refoulé de dire ça » ; « Allez, viens le gay ! »… Un sujet qu’Axel connait bien pour l’avoir vécu lui aussi. « Je me suis fais traiter de ‘pédé’ au lycée parce que je sortais avec une fille magnifique et que j’étais pas le mec le plus viril qu’il soit, confie-t-il. Certains matins, je vomissais avant d’aller en cours, j’arrivais en retard en classe avec la boule au ventre… Et c’est presque impossible d’en parler à ses proches ou aux professeurs ».

 

Des clichés qui perdurent

 

Et si tous ces sujets sont bien abordés dans SKAM France, c’est loin d’être le cas dans toutes les séries et films français. « Quand on regarde une comédie comme Epouse-moi mon pote, on se dit que c’est en partie à cause de ça que perdurent les clichés sur l’homosexualité, s’agace Axel. J’ai maudis Tariq Boudali d’avoir fait ça à la cause homosexuelle. C’est abominable. »

L’acteur explique d’ailleurs avoir refusé de jouer dans la pièce de Laurent Ruquier, « Pourvu qu’ils soient heureux », une pièce qui raconte le coming-out d’un jeune garçon à ses parents.

 

« J’ai refusé le rôle car après l’avoir lu, je me suis dit que ce n’était clairement pas possible vu la façon dont le sujet était traité. Je veux éviter les clichés justement ! ».

 

Source têtu

Voir les commentaires

Rédigé par Michael

Publié dans #websérie gay, #Coming out

Repost0

Publié le 17 Janvier 2019

Dès le 19 janvier 2019, la saison 3 de "SKAM France", adaptation de la série norvégienne du même nom qui suit les tribulations d'un groupe d'adolescents, arrive sur la plateforme de Streaming france tv slash.

La troisième saison de SKAM France, adaptée de la série norvégienne du même nom, débarque sur la plateforme de streaming france tv slash dès le samedi 19 janvier, à raison d’un mini-épisode de 3 à 5 minutes tous les jours. Ce show, qui a pour habitude de traiter avec humour et sensibilité les problématiques qui touchent les adolescents d’aujourd’hui, se concentrera cette fois sur l’histoire d’amour passionnelle entre Lucas (Axel Auriant) et le petit nouveau du lycée, Eliott, incarné par Maxence Danet-Fauvel, jeune mannequin dont c’est ici l'un des premiers rôles. Homosexualité et Coming Out seront les thèmes principaux de ce nouvel opus avec en toile de fond la sensibilisation aux maladies mentales.

Avec ses plus de 9 millions de vues sur les différentes plateformes de visionnage (Youtube, Facebook et france tv slash combinées), SKAM France est un véritable succès d’audience auprès des ados, notamment grâce au dispositif unique mis en place qui permet de suivre les personnages sur leurs propres comptes Instagram. Une saison 4, portant cette fois-ci sur Imane (Assa Sylla) et le rapport à l’islamophobie, a d’ors et déjà été tournée, mais aucune date de diffusion n’a pour le moment été communiqué

Source allociné

Voir les commentaires

Rédigé par Michael

Publié dans #websérie gay, #séries gay, #Coming out

Repost0

Publié le 14 Janvier 2019

Le jeune secrétaire d'Etat au Numérique a marqué 2018 en faisant son coming out et en posant avec son époux. Mounir Mahjoubi a reçu de nombreux messages le remerciant de faire bouger les lignes, mais il souligne que ça n'a pas été facile. Il était l'invité d'On n'est pas couché...

Mounir Mahjoubi, secrétaire d'Etat au Numérique, était l'invité politique d'On n'est pas couché, samedi 12 janvier 2019 sur France 2. Après de nombreuses questions sur son parcours politique et le mouvement des gilets jaune, le jeune homme de 34 ans a été interrogé sur son couple par la chroniqueuse Christine Angot. L'occasion de revenir sur son coming out et les photos de son compagnon et lui parues dans Paris Match.

"On nous a proposé de faire ces photos, ensemble. Au début on n'était pas forcément pour. On a accepté. Vous savez ce qui s'est passé derrière ? J'ai reçu des centaines de messages, raconte Mounir Mahjoubi. Ce sont des gens qui m'ont dit 'ça fait du bien de vous voir'. Y'a eu des mamans qui m'ont dit 'on a pu en parler en famille'..."

Le secrétaire d'Etat révèle alors qu'une partie de sa famille a appris son homosexualité dans la presse : "Moi, ça n'a pas été facile dans la mienne puisque Paris Match est lu partout en France, partout au Maroc. Y'avait une partie de ma famille qui ne savait pas. Ça a été un peu dur. Sauf que maintenant c'est fait. Quand vous grandissez pauvre, que le reste de la société vous regarde comme un pauvre, et qu'en plus vous êtes homosexuel, ce qui est considéré comme une tare dans votre famille, ça on ne le perd jamais dans sa vie. Même quand on devient ministre, heureux, amoureux et qu'on fait la cuisine deux soirs par semaines à son chéri." Et d'ajouter à propos de son engagement politique : "Ce qui est sincère en moi là-dedans, c'est ce sentiment permanent de vouloir être entendu et puis que surtout on me laisse tranquille d'être comme je suis."

L'homophobie contamine les familles

Mounir Mahjoubi est marié avec Mickaël Jozefowicz. Dans Closer, le secrétaire d'État avait déjà évoqué la réaction de sa famille a cette exposition : "Mais vous savez, j'ai beau avoir 34 ans, être amoureux de Mickaël, être ministre, le fait d'évoquer ma vie publiquement a pu susciter quelques tensions dans une partie de ma famille. L'homophobie contamine les familles."

 

Source purepeople

 

Voir les commentaires

Rédigé par Michael

Publié dans #people, #Coming out

Repost0

Publié le 1 Janvier 2019

Du monde de la politique, du sport, des médias ou de la musique, nombreuses sont les personnalités qui ont publiquement annoncé leur homosexualité en 2018. Un acte pas anondin car il permet de donner une visibilité médiatique à la défense des droits LGBT.

Alors que Paris a été le théâtre d'une hausse des actes homophobes et que SOS Homophobie annonce également dans son rapport 2018 (sur les chiffres de l'année précédente) une hausse globale des actes LGBTphobes, faire un coming out quand on est une personnalité publique continue de participer à la visibilité des LGBT tout en donnant des modèles aux plus jeunes.

Comme chaque année, il y a eu des coming out inattendus et d'autres qui n'étaient que des confirmations après des années de rumeurs persistantes, venant des quatre coins du monde et dans des univers très variés.

En politique, milieu encore très fermé, on peut notamment citer le secrétaire d'État chargé du Numérique, Mounir Mahjoubi, qui a parlé publiquement depuis son entrée au gouvernement et a même présenté son amoureux. Au sein de sa famille politique, La République en marche, citons également les députés Matthieu Orphelin et Raphaël Gérard.

Côté sport, autre domaine d'activité réputé macho et peu gay friendly malgré une nette amélioration ces dernières années, on peut souligner le courage du catcheur israélien Rixon Ruas et du nageur espagnol Carlos Peralta. Il y a aussi eu la golfeuse anglaise Mel Reid. Citons aussi le cas de Sandra Forgues, ex-médaillée olympique en canoë biplace, qui a fait son coming outtrans.

Sur le petit écran, l'acteur américain de Grey's Anatomy Jake Borelli a fait part de son homosexualité, tout comme Garrett Clayton, ex-star Disney Channel, ou Kevin McHale, ex-star de Glee, qui est un homme amoureux. Quant au journaliste de France 2 Jean-Baptiste Marteau, il s'est montré plus flou mais tout le monde a compris qu'il parlait de son homosexualité lorsqu'il a posté un message au moment du Coming Out Day. Josie Totah, vue dans les séries Glee et Champions, a fait un coming out transgenre. Michael Smith, acteur de Gotham, a quant à lui fait un coming out queer.

En musique, le gagnant de la saison 2 de The Voice, Yoann Fréget (désormais connu sous le nom Yoann FreeJay), a annoncé son homosexualité en posant avec son chéri, la chanteuse Daya a déclaré être bisexuelle et en couple avec une femme, alors que sa consoeur Kehlani a annoncé être queer. Quant à la chanteuse Hoshi, si elle n'a pas officiellement fait de coming out, elle a présenté sa compagne aux NMA.

Citons aussi les prises de parole de l'acteur Joey Pollari (Love, Simon), des mannequins Derek Chadwick et Zander Hodgson, du journaliste Ronan Farrow, de l'acteur et metteur en scène Océan, du DJ Felix Jaehn...

Par Thomas Montet pour purepeople

 

Voir les commentaires

Rédigé par Michael

Publié dans #Coming out, #people

Repost0

Publié le 18 Décembre 2018

Indignée en lisant une interview de "Paris Match" évoquant son homosexualité, Hoshi affirme avoir été victime d'un "coming-out forcé". Quelques jours après ses accusations publiées sur les réseaux sociaux, la journaliste à l'origine de l'article se défend.

Le 14 décembre 2018, Paris Match publiait une nouvelle interview d'Hoshi, rencontrée lors d'un concert donné à Lyon quelques jours plus tôt. L'occasion pour la chanteuse de raconter comment est née sa passion pour la musique, son audition défaillante, sa famille... L'article de nos confrères s'achève alors sur une citation de la jeune interprète évoquant son homosexualité. Une mention que l'artiste n'a pas du tout appréciée après coup.

"Je suis lesbienne, je l'affiche sans problème même si je ne suis pas du genre à aller à la Gay Pride. Ma famille l'a toujours accepté et je ne vois pas pourquoi ce serait un problème pour les autres", ont pu lire les lecteurs de Paris Match. Quelques heures après la publication de l'entretien, Hoshi s'est saisie des réseaux sociaux pour pousser un coup de gueule, reprochant au magazine de vouloir faire "du scandale et du fric" en parlant de sa vie personnelle : "Ce matin, je me suis réveillée en larmes (...). Il a fallu que dans cet article l'on parle d'une orientation sexuelle, car c'est important aujourd'hui de mettre des étiquettes. Je n'avais pas répondu 'je suis lesbienne' tout simplement parce que ce n'était pas le sujet. (...) Je vomis en lisant cet article."

Il est trop facile de me prendre pour cible

Mais ce que l'artiste dénonce comme un "coming out forcé" ne l'est peut-être pas tant que ça. Très active sur Instagram, Twitter et Facebook, la jeune femme de 22 ans affiche pleinement sa relation amoureuse avec sa compagne de longue date, Gia Martinelli, qui est aussi sa manager. Le duo était d'ailleurs main dans la main sur le tapis rouge des NRJ Music Awards 2018 en novembre dernier.

La journaliste à l'origine de cette interview a finalement répondu à la chanteuse sur Twitter, ce lundi : "Il m'est apparu que tu t'assumais pleinement. Toi-même tu m'as dit 'je n'ai jamais eu à faire de coming out auprès de ma famille parce que c'était naturel' et j'ai trouvé chouette que tu affiches totalement ton orientation sexuelle (...). Il est trop facile, parce que tu regrettes tes propos, de me prendre pour cible", a notamment écrit Clémence Duranton. Hoshi peut effectivement regretter que l'on évoque sa vie personnelle lors d'une interview dédiée à sa musique, mais difficile de parler de "coming out forcé" lorsque son orientation sexuelle n'est en rien un secret.

Source purepeople

Voir les commentaires

Rédigé par Michael

Publié dans #people, #Coming out, #lesbien

Repost0

Publié le 29 Novembre 2018


 

Crédit photo : compte Twitter Jake Borelli.

L’acteur qui incarne le personnage du docteur Levi Schmitt dans la saison 15 a profité du coming-out de son personnage pour s’exprimer pour la première fois publiquement sur son homosexualité.

Il a fait son coming-out à 14 ans à sa famille et à ses amis. Mais, à Hollywood, l’acteur de 27 ans était encore dans le placard. L’acteur Jake Borelli incarne le docteur Levi Schmitt dans la quinzième saison de « Grey’s Anatomy« , actuellement en cours de diffusion aux Etats-Unis.

Le coming-out de son personnage lui a permis de faire le sien auprès d’une profession qui, sous un vernis progressiste, reste encore très conservatrice. Mais aussi auprès du grand public. Dans la foulée de la diffusion d’un baiser entre son personnage et celui du docteur Nico Kim (joué par Alex Landi), Jake Borelli a expliqué sur Instagram que« c’est exactement le type d’histoire dont j’aurais eu besoin en tant que jeune gay grandissant dans l’Ohio ».

Peur pour sa carrière

Dans une interview pour Attitude, l’acteur américain explique qu’il n’a pas fait son coming-out public plus tôt par craintes. « Cela affecte votre carrière, parfois d’une bonne, parfois d’une mauvaise façon, confie-t-il. C’est difficile de savoir quelle direction cela va prendre. »

« Désormais, je me préoccupe surtout d’être honnête et authentique, ajoute-t-il. Et j’espère sincèrement qu’Hollywood prend la même direction. »

Au-delà de son coming-out personnel, Jake Borelli insiste sur l’importance de représenter des personnages et des histoires LGBT. Un travail que fait selon lui très bien « Grey’s Anatomy ». « On voyait beaucoup de personnages gays dans des seconds rôles, observe-t-il. Tandis qu’avec des personnages comme Callie et Arizona, nous avons pu voir l’histoire entre deux personnages principaux de femmes. Et nous avons vu leur histoire évoluer. »


Le cas de « Grey’s Anatomy » est en effet particulièrement intéressant. Très inclusive, la série ne traite pas les questions LGBT selon le scénario classique (pour le dire vite, on intègre une romance entre deux gays blancs de la classe moyenne, et on voit si le public est prêt pour plus de personnages LGBT).

La série a déroulé une romance lesbienne pendant 13 saisons, intégré des histoires de patients transgenres très remarquées et suivi plusieurs personnages bisexuels. En 15 saisons, c’est la première fois qu’elle intègre une romance entre deux personnages principaux. Là encore, de manière différente. Cette romance naissante unit un personnage d’origine asiatique à un personnage blanc. Une diversité pas étonnante pour une série co-produite par les très engagées Shonda Rhymes et Ellen Pompeo.

Crédit photo : compte Twitter Jake Borelli.

Source têtu

Voir les commentaires

Rédigé par Michael

Publié dans #people, #séries gay, #Coming out

Repost0

Publié le 20 Novembre 2018

À seulement 20 ans, le fils de Will Smith se considère comme "gender fluid" et vient d'affirmer qu'après une relation avec une demoiselle, il est en couple avec le rappeur américain Tyler, The Creator. Jaden Smith a fait des confidences en plein concert...

Le jeune mannequin, acteur et chanteur Jaden Smith n'est plus un coeur à prendre. Alors qu'il avait déclaré être amoureux et en couple avec le rappeur Tyler, The Creator, lors d'un concert, beaucoup pensaient que c'était une mauvaise plaisanterie. Invité à la radio, il a confirmé leur relation.

Le 11 novembre 2018, il se produisait sur la scène du Dodger Stadium de Los Angeles dans le cadre de l'événement musical Camp Flog Gnaw Carnival, lorsque Jaden Smith a lâché, amusé : "Je veux juste dire que Tyler, The Creator est le meilleur ami au monde. Et que je l'aime tellement putain et je veux vous dire quelque chose : Tyler ne veut pas que j'en parle mais c'est mon putain de petit ami ! Depuis toujours." Des confidences faites sous les yeux du rappeur en question, lequel faisait en même temps signe que non de la main. "Hahaha, tu es un fou mon gars", a réagi Tyler The Creator, 27 ans, quelques heures plus tard sur Twitter.

Convié dans l'émission Apple Music's Beats 1 Radio, le 16 novembre, le filsde Will Smith et de Jada Pinkett-Smith en a remis une couche. "J'ai récemment dit que Tyler The Creator était mon petit ami et c'est vrai. Voilà, vous le savez", a-t-il lancé. Le jeune homme, qui s'est déclaré gender fluid("non binaire"), a fréquenté le mannequin Sarah Synder entre 2015 et 2017. Au printemps dernier, c'est auprès d'Odessa Adlon qu'on pouvait voir l'interprète d'Icon.

Tyler The Creator a longtemps été pointé du doigt pour son utilisation de termes homophobes dans ses chansons mais, l'an dernier, il publiait la chanson I Ain't Got Time dans laquelle il dit notamment : "J'embrasse des garçons blancs depuis 2004." Plus surprenant encore, en 2015, le chanteur avait posté un tweet dans lequel il semblait faire son coming out. "J'ai essayé de sortir du putain de placard il y a genre quatre jours et tout le monde s'en fout hahahahahah", avait-il posté. Le rappeur avait été traité de "pédale" par Eminem dans son dernier disque intitulé Kamikaze. Sa sexualité est de longue date le sujet de rumeurs et, en interview en septembre dernier pour le site Fantastic Man, il disait à ce propos être "dans une zone grise". "Même si je suis considéré comme bruyant, je suis très discret, ce qui est une étrange dichotomie", ajoutait-il.

Par  Thomas Montet pour purepeople

 

Voir les commentaires

Rédigé par Michael

Publié dans #people, #Coming out

Repost0

Publié le 7 Novembre 2018

Le chanteur de country gay, Brandon Stansell, vient de publier son dernier clip "Hometown". 

La vidéo est inspirée de sa propre expérience. Il parle de son coming out auprès sa mère qui le mènera dans la rue. Il va finalement se trouver une famille de cœur.

"C'était compliqué et tumultueux", a déclaré Stansell à l'occasion de son coming out. "Ma famille a eu du mal à gérer ses croyances religieuses et l'amour qu'ils avaient pour leur fils et leur frère, mais ils ont fini par privilégier les unes par rapport aux autres. Mais après presque une décennie, je suis capable voir le bon dans le mauvais, et le bon est ceci - ces expériences ont fait de moi ce que je suis, et c'est une personne dont je suis très fière ... Tout comme la chanson, le clip de 'Hometown' fait écho à ces sentiments. malgré tout le mal qui s'est passé, il en est résulté quelque chose de bon. J'ai pris la décision de ne plus vivre dans la douleur, mais que j'allais être mieux à cause de cela. "

Voir les commentaires

Rédigé par Michael

Publié dans #Musique gay, #Coming out

Repost0

Publié le 2 Novembre 2018

Jake Borelli, l'acteur de 27 ans qui interprète Levi Schmitt dans la série médical  Grey's Anatomy, a fait son coming out jeudi soir sur Instagram. Son article fait suite à l'épisode de la série dans lequel Schmitt apparaît également comme personnage gay dans la toute première romance masculine de la série avec Dr. Nico Kim (joué par Alex Landi).

Borelli porte un bandana arc-en-ciel et écrit: «En tant que mec gay, l'épisode de ce soir était si spécial pour moi. C’est exactement le genre d’histoire dont j’ai rêvé en tant que jeune garçon homosexuel qui a grandi dans l’Ohio, et je pense pouvoir donner vie au Dr Levi Schmitt alors qu’il commence à lutter contre sa propre sexualité cette saison dans Grey's anatomy . Sa vulnérabilité et son courage m'inspirent tous les jours et j'espère qu'il pourra faire la même chose pour vous. ”

Borelli poursuit: «Tous ceux qui se sentent comme le petit Lévis savent que moi aussi, je suis vu et que nous sommes tous dans le même bateau. Et à tous ceux qui m'ont soutenu au fil des ans, je ne saurais trop vous remercier et je vous aime plus que toutes les stars… »

Dans l'épisode, Schmitt a partagé un baiser avec le Dr Kim après quelques flirts et des moments d'intimité presque manqués. Il est prévu que Landi apparaisse dans au moins quatre épisodes, ce qui nous laisse nous demander combien de temps durera la romance à l'écran. 

Borelli a confié à Entertainment Weekly qu'il a fait son coming out auprès de sa famille et de ses amis il y a dix ans. Il aurait travaillé avec les scénaristes de la série pour s'assurer que son personnage fasse bien lui aussi son coming out.

 

Voir les commentaires

Rédigé par Michael

Publié dans #séries gay, #Coming out

Repost0

Publié le 31 Octobre 2018

Si encore beaucoup de chanteurs – et plus généralement d'artistes – refusent d'afficher publiquement leur homosexualité par peur(s), Emmanuel Moire a quant à lui choisi il y a déjà quelques années de s'assumer pleinement. À l'occasion de son retour dans les bacs, il s'exprime sur cet aspect de sa vie privée.

Après Et si on parlait d'amour, Emmanuel Moire propose déjà un nouveau single : La Promesse. Le chanteur de 39 ans s'est longuement livré sur cette chanson qui parle de son homosexualité dans une interview accordée à nos confrères de Purecharts.

Avec cette nouvelle chanson, Emmanuel Moire ne se contente plus d'assumer médiatiquement son homosexualité, il la chante et la clame haut et fort avec fierté. "J'ai été submergé de peur quand le label a accepté qu'on sorte La Promesse en deuxième single. Je le voulais mais j'ai eu hyper peur ! J'ai un super label qui me soutient dans ma démarche, qui m'encourage. (...) Mais ce sont des peurs qui dépassent les miennes. Ce sont des peurs liées à ce qu'on peut rabâcher, de ce qu'on peut raconter depuis toujours. Qu'est-ce que c'est la vie d'un homo ? J'ai été submergé de choses qui se transmettent de génération en génération. Mais, en fait, c'est important de prendre la parole là-dessus. Ma peur, ce n'est pas que la mienne. J'avais le sentiment que j'avais le devoir de le faire. Je me sentais responsable de le faire. Ça tempère un peu. Car quand je fais ça, je suis en accord", a-t-il confié au site.

Emmanuel Moire, révélé au grand public par la comédie musicale Le Roi Soleil, a fait son coming out il y a presque dix ans mais cela n'a pas été si simple. Pendant ses premières années de vie active dans la musique, il n'en parlait pas. "Je n'ai pas de regrets. Et puis ce n'est pas que dans ma carrière, c'est aussi dans ma vie surtout. J'avais le sentiment que pour être intégré et pour qu'on m'aime, je devais être comme tout le monde. Comme je sentais que je n'étais pas comme tout le monde, je n'osais pas. Je ne regrette pas mais je reconnais que je me suis trompé. Je n'ai pas mis de mot dessus mais je suis ok avec ça. Je ne pouvais pas faire autrement... J'accepte que je n'avais pas le courage nécessaire", dit-il aujourd'hui.

Le séduisant chanteur, qui avait révélé que le plus dur avait tout de même été de dire la vérité à sa maman, a pris du recul sur le sujet. "Comme je le dis dans la chanson, ça ne vaut pas la peine de mettre un autre costume pour plaire ou pour passer inaperçu. Je ne dis pas que c'est facile, mais avec du recul, après mon coming out, je n'ai fait que récolter des choses positives car c'était sincère. Je me suis incarné en faisant ça. (...) Mais il m'a fallu du temps pour que ça s'apaise chez moi et pour que je sois bien dans mes pompes", confesse-t-il. Reste à savoir si l'artiste est aujourd'hui un coeur à prendre ou pas. Par le passé, il a connu une première fois peu glorieuse ou l'amour fusionnel qui ne fonctionne pas..

Par  Thomas Montet pour purepeople

Voir les commentaires

Rédigé par Michael

Publié dans #people, #Coming out, #Musique gay

Repost0