court-metrage gay

Publié le 7 Mai 2021

Festival Le court en dit long #29

Version Bicéphale : CWB & Cité internationale des arts

En 2021, le festival se viralise, se déterritorialise et tend à l’ubiquité.

Après une édition 2020 mutée en cyberspace, la programmation de cette édition se déploiera simultanément sur différents territoires et médiums ; au Centre Wallonie-Bruxelles – cœur du festival – où sera projetée la sélection des courts métrages inédits en compétition et à la Cité internationale des arts – complice 2021 – qui accueillera des installations, l’atelier professionnel et la journée de clôture, mais aussi en Cyberspace avec la diffusion des web-séries belges francophones sur Youtube.

Cité internationale des arts de Paris
18 Rue de l'Hôtel de ville, 75004 Paris
Et 

Salle de cinéma CWB
46 rue Quincampoix
75004 Paris
 
LGBT+

Programme 5

1 - Amours libres – Emily Worms
(2021 – Belgique – animation – 4 min.36)
Production : Atelier de production de la Cambre. Distribution : Adifac.

 

Deux amis discutent de leurs relations. Entre polyamour et politique, ils parlent de leur manière de vivre l’amour librement.
 


2 - Nuits sans sommeil – Jérémy van der Haegen
(2020 – Belgique/France – 30 min.)
Avec : Vidal Arzoni, Jessica Batut, Alyssia Desmeth, Sébastien Vion.
Production : Néon Rouge Production, Tact Production, CCA.
Meilleur film court compétition « Rebel with a Cause » PÖFF Tallin 2020.

 

Portrait d'une enfance au quotidien. Un village, une famille, un petit garçon qui aime porter des robes, le retour du loup et la vie de chaque jour, ordinaire et banale, sont la matière d'un récit qui raconte les désirs enfouis.
 


3 - Shams – Pauline Beugnies
(2020 – Belgique/France – 24 min. – VO stf.)
Avec : Claire Beugnies, Reem El-Maghraby, Zainab Magdy, Amina El-Banna.
Production : Rayuela Productions, CCA, Hauteville Productions, France 3, Thowra.
Primé à Pink Screens 2020, Thess International Short Film Festival.

 

Au Caire, Eden, une jeune Belge de 30 ans, tombe amoureuse de Shams. Après avoir confié à sa mère qu’elle aime une femme, Shams disparaît brutalement. Avec l’aide de deux amies égyptiennes, Eden entame une lutte contre ses propres peurs, dénis et préjugés pour retrouver Shams.
 


4 - Des choses en commun – Ann Sirot & Raphaël Balboni
(2020 – Belgique – 24 min.)
Avec : Gwen Berrou, Ninon Borsei, Fanny Estève, Jérémy Grynberg, Marie Lecomte, Benoît Piret, Hervé Piron.
Production : Angie Productions, Helicotronc, CCA, Screen Brussels. Distribution : Agence belge du court métrage.
Primé au MECAL Barcelone 2020, au FIFF Namur 2020.

 

A bords de véhicules partagés, des destins se croisent. En route vers un centre commercial, un festival, un mariage ou simplement pour une session de conduite accompagnée, conducteurs et passagers testent et réinventent leurs liens d’amour, d’amitié ou de famille.
 


5 - On my way – Sonam Larcin
(2020 – Belgique – 22 min. – 1er film)
Avec : Yannick Renier, Tijmen Govaert, Goua Grovogui
Production : Need Productions, CCA, RTBF.
. Primé au FIFF Namur 2020. 

 

L'arrivée d'un migrant nigérian dans la campagne belge bouscule le quotidien fragile de deux hommes vivant une relation cachée.

 

03 JUIN 2021 18:00

durée totale : 104 minutes

Salle de cinéma CWB
46 rue Quincampoix
75004 Paris

Voir les commentaires

Rédigé par Michael

Publié dans #cinéma gay, #Court-métrage gay, #festival gay

Repost0

Publié le 22 Avril 2021

Le studio d'animation Pixar: la maison de production appartenant à Disney a lancé la recherche d'une actrice adolescente pour exprimer «authentiquement» un personnage trans et jeune dans un projet à venir.

Pixar n'a pas encore officiellement commenté la nouvelle, à part annoncer une brève description du personnage et des critères de casting.

«Le personnage, Jess, est une jeune fille transgenre de 14 ans. Elle est compatissante, drôle et vous soutient toujours. Nous recherchons des actrices de 12 à 17 ans qui:

 

  • Sont enthousiastes, extravertis, drôles et énergiques
  • Sentez-vous à l'aise d'agir devant un microphone
  • Peut représenter authentiquement une fille transgenre de 14 ans

 

Pixar a présenté un personnage gay dans son film  Onward l'année dernière , exprimé par l'actrice queer Lena Waithe.

L'année dernière, le studio a sorti  Out , un  court métrage sur le thème du coming out 

Voir les commentaires

Rédigé par Michael

Publié dans #dessin animé gay, #Court-métrage gay

Repost0

Publié le 4 Janvier 2021

Thomas, un lycéen de 17 ans, se découvre une attirance pour Esteban, un autre garçon de son lycée. La rumeur de l'homosexualité de Thomas va vite se répandre et il va commencer à subir le regard des autres.

Voir les commentaires

Rédigé par Michael

Publié dans #Court-métrage gay

Repost0

Publié le 20 Novembre 2020

Rédigé par Michael

Publié dans #programmes télé gay, #Court-métrage gay

Repost0

Publié le 16 Septembre 2020

Apparemment, l'opéra n'a pas retenu son intérêt.

Stalls , le nouveau court-métrage du réalisateur brésilien João Dall'stella, est en ligne.

Le film suit Jonathan perplexe (Andrew Ableson) lors d'une soirée à l'opéra. Alors que les chanteurs s’epoumonent, Jonathan se dirige vers les toilettes dans l'espoir de trouver un petit quelque chose pour pimenter la soirée. Après avoir tâtonné et tapoté dans l'espoir d'attirer l'attention à travers un trou dans le mur, le film part dans un délicieux délire très audacieux.

Voir les commentaires

Rédigé par Michael

Publié dans #Court-métrage gay

Repost0

Publié le 20 Août 2020

Sincère, humain et visuellement beau, le dernier film de Florent Gouëlou interroge la masculinité avec brio. À découvrir sur Arte.tv.

L'acceptation est une notion récurrente lorsqu'on est queer. Il faut accepter son identité. Accepter son orientation amoureuse. Accepter les autres et, parfois, le fait que ces personnes-là ne nous acceptent pas. C'est le propos essentiel de Beauty Boys, un court-métrage impeccablement réalisé par Florent Gouëlou. Grâce à l'histoire de deux frères aux antipodes l'un de l'autre, le jeune cinéaste explore en filigrane comment, avec suffisamment d'efforts, un meilleur vivre-ensemble est possible.

La rencontre de deux mondes

Il fait beau, il fait chaud. Mais au lieu de se prélasser au soleil, Léo, 17 ans, répète sa chorégraphie pour la scène ouverte de son village, épaulé de ses fidèles amis, Yaya et Ambre. Plus pour faire évoluer les mentalités que par goût du risque, ils décident de se produire en drag-queens. Un choix osé qui est loin de séduire Jules, le grand frère de Léo à la masculinité plus qu'affirmée. Et si leur spectacle était l'occasion de réellement changer les choses ? Et si un pont pouvait exister entre Léo et Jules ? Et si leurs différences se muaient finalement en similitudes ?

Paru en 2020, Beauty Boys est le bébé de Florent Gouëlou, diplômé de la Femis. Sélectionné pour de nombreux festivals ciné à l'international, ce court-métrage décortique la relation houleuse de deux jeunes frères. D'un côté, Léo, minet chétif en apparence mais dévoré par un besoin ardent de se rebeller. De l'autre, Jules, gaillard viril pris au piège de sa propre masculinité. Quand leurs personnalités s'entrechoquent, c'est surtout deux conceptions de la vie qui entrent en collision.

S'aimer soi (et les autres)

En se représentant devant la foule du village avec sa tenue tape-à-l’œil et son maquillage outrancier, Léo veut provoquer "une guérilla". Il est en guerre contre les esprits étriqués de son entourage, contre une société qui tente frénétiquement de le ranger dans une case. Mais surtout, il se bat pour être accepté. C'est grâce à sa résilience et sa rage que le propos de Beauty Boys fait autant écho aux combats quotidiens de la communauté LGBT+.

Avec un travail léché sur l'éclairage, une sélection attentive des couleurs, Beauty Boys est un film éminemment symbolique qui encourage son public, queer ou non, à être fier. Fier d'être différent, fier d'oser affirmer sa différence. Simon Royer et Marvin Dubart forment un tandem efficace et sensible sous les traits de Léo et Jules respectivement. En moins d'une vingtaine de minutes, Florent Gouëlou tisse un récit percutant qui dézingue la masculinité toxique. Et délivre, à travers lui, une ode à l'acception de soi et de l'autre. C'est inspirant, et à visionner gratuitement sur le site d'Arte.tv.

Crédit photo : Yukunkun Productions

source Têtu 

Voir les commentaires

Rédigé par Michael

Publié dans #Court-métrage gay, #Arte

Repost0

Publié le 2 Août 2020

Voir les commentaires

Rédigé par Michael

Publié dans #Court-métrage gay, #Trans&transgenre

Repost0

Publié le 20 Juillet 2020

Fidélité Films

25 ans avant Eté 85, le réalisateur explorait déjà le thème de la romance estivale et gay.

 
 

A l’occasion de la sorte d’Eté 1985, en salles depuis le 14 juillet, nous vous proposons, en partenariat avec l’Agence du court-métrage, de découvrir cette semaine Une robe d’été, peut-être le court le plus marquant du début de carrière de François Ozon. Deux ans avant son premier long, Sitcom (1998), le réalisateur se faisait remarquer avec ce petit film présenté à la Semaine de la Critique à Cannes. 

Comme dans Eté 85, il s’agit d'une histoire d’amour entre deux garçons, sur fond de vacances, qui se retrouve perturbée par l’intervention d’un personnage féminin : l’actrice espagnole Lucia Sanchez que Ozon dirigera par la suite dans Sitcom.

Source première

Voir les commentaires

Rédigé par Michael

Publié dans #Court-métrage gay

Repost0

Publié le 29 Mai 2020

Rédigé par Michael

Publié dans #Musique gay, #Court-métrage gay

Repost0

Publié le 23 Mai 2020

Rédigé par Michael

Publié dans #Court-métrage gay, #programmes télé gay

Repost0