court-metrage gay

Publié le 28 Juin 2022

"Ca pourrait être ma réponse à Brokeback Mountain", explique le réalisateur.

 

A Manual for Cleaning Women, avec Cate Blanchett dans le rôle principal, ne sera finalement pas le prochain projet de Pedro Almodovar. Avant d’adapter le livre de Lucia Berlin, le cinéaste espagnol va réaliser un nouveau court-métrage, en langue anglaise lui aussi. Un western de 30 minutes intitulé Strange Way of Life, dont les deux rôles principaux seront tenus par Ethan Hawke et Pedro Pascal

L’an dernier, il avait déjà eu recourt à ce format pour La voix humaine, avec Tilda Swinton. "C’est très pratique pour moi. Je me sens plus libre de faire des choses en anglais de cette façon", a confié le réalisateur à Indiewire, à qui il a présenté son nouveau projet en exclusivité. Le tournage commencera très bientôt à Almeria et il sera produit par Yves Saint Laurent

Dans Strange Way of Life (du nom d’une chanson d’Amalia Rodrigues), Ethan Hawke incarnera un shérif, et Pedro Pascal un as de la gâchette. "L’un deux voyage à travers le désert pour trouver l’autre. Il y aura un affrontement entre les deux, mais l’histoire est avant tout intime", détaille Almodovar à Indiewire. Et par intime il faut sans doute comprendre romantique. 

"Ca pourrait être ma réponse à Brokeback Mountain", évoque Almodovar, qui avait failli réaliser le film, finalement mis en scène par Ang Lee. L’occasion pour le cinéaste espagnol d’expliquer sa réticence à travailler à Hollywood (il avait aussi refuser Sister Act !) : 

"Je pense qu’Ang Lee a fait un film magnifique, mais je n’ai jamais cru qu’ils me donneraient la liberté complète et l’indépendance pour faire ce dont j’avais envie. Personne ne m’a jamais dit ça. On me disait : ‘tu pourras faire tout ce que tu veux’, mais je savais qu’il y avait des limites.

Selon lui, partir travailler à Hollywood quand on est un réalisateur étranger est généralement une mauvaise idée : "Il y a des exceptions, comme Yorgos Lanthimos ou les amis mexicains (Alfonso Cuarón, Alejandro Gonzalez Iñarritu et Guillermo del Toro). Mais pour tous les autres, ça ne leur pas du tout réussi. Même un réalisateur comme John Woo. Son mélange d’action et de thriller est parfait pour Hollywood, et pourtant il n’y a pas survécu." 

Voilà pourquoi Almodovar tourne avec des acteurs hollywoodiens, mais dans des films El Deseo, la boite de production qu’il a montée avec son frère Augustin.

Source Première 

Voir les commentaires

Rédigé par Michael

Publié dans #Court-métrage gay, #Sorties cinéma, #Cinéma gay

Repost0

Publié le 7 Mai 2022

Le bleu du Caftan

De Maryam Touzani

Par Maryam Touzani

Avec Saleh Bakri, Lubna Azabal, Ayoub Missioui

Le film est présenté dans la section Un Certain Regard au Festival de Cannes 2022.

Halim est marié depuis longtemps à Mina, avec qui il tient un magasin traditionnel de caftans dans la médina de Salé, au Maroc. Le couple vit depuis toujours avec le secret d’Halim, son homosexualité qu’il a appris à taire. La maladie de Mina et l’arrivée d’un jeune apprenti vont bouleverser cet équilibre. Unis dans leur amour, chacun va aider l’autre à affronter ses peurs

Moonage d'adresse

Le film est présenté en séance de minuit au Festival de Cannes 2022.

 

Documentaire sur David Bowie réalisé par Brett Morgen qui s'est appuyé sur des milliers d'images jamais vues de performances du musicien pour dresser son portrait

Irma Vep (saison 1)

 

On y retrouvera donc une nouvelle Mira (Vikander), "star de cinéma désabusée à la fois par sa carrière et sa rupture récente. Elle arrive en France pour incarner Irma Vep dans un remake du classique français du film muet, « Les Vampires ». Au fur et à mesure du tournage, Mira réalise que les frontières entre elle-même et le personnage qu’elle joue commencent à s’estomper et à fusionner. Irma Vep explore les limites ténues entre la fiction et la réalité, l’artifice et l’authenticité, mais aussi l’art et la vie. Jeanne Balibar, qui jouera Zoe, une costumière un peu détraquée ayant une relation ambiguë avec Mira

Feu follet

film de João Pedro Rodrigues

Un conte musical érotique et drôle dans lequel un prince découvre la vie dans une caserne de pompier

A male

Le film est présenté à la Quinzaine des Réalisateurs au Festival de Cannes 2022.

De Fabián Hernández

Par Fabián Hernández

Titre original Un Varón

À l'âge de 16 ans, Carlos est confronté au rite de passage pour devenir un homme, au milieu d'un environnement dangereux, les rues d'un bidonville de Bogota. Inquiet pour sa mère et sa sœur, il se force à afficher un type de masculinité imposé socialement. En privé, Carlos explore sa sensibilité, sa fragilité et tout ce que les "vrais hommes" ne montrent pas

Le feu au lac

Le film est présenté en compétition au Festival de Cannes 2022 dans la section court-métrage.

 

Un hameau de haute montagne, en début d’été. Félix descend de l’alpage où il surveille ses vaches et découvre le corps de sa vieille mère inanimée sur son lit. Sous le choc, il prend la fuite. Il conduit plusieurs kilomètres dans la vallée pour se rendre chez un jeune homme qui vient de le contacter sur une application de rencontres

The pass

Réalisateur : Pepi Ginsberg
Pays de production : États-Unis
Année de sortie : 2022
Ventes internationales : Ouat Media

En vacances, Ben rencontre le beau Sam, à qui des amis lui conseillent d'aller sur une plage de drague privée, le Pass.

Quinzaine des Réalisateurs

Aribada

de Simon(e) Jaikiriuma Paetau et Natalia Escobar (Allemagne, Colombie)

Simon(e) Jaikiriuma Paetau, revisite le cinéma de genre

Le cinéaste cherche à en finir avec les clichés et aborde ces problématiques à partir des expériences de la population LGBTIQ+. 'Aribada' est son nouveau court métrage, dans lequel la culture Emberá se démarque, et est interprétée par des femmes trans de cette communauté.

 

Des jeunes filles enterrent leur vie de Maïté Sonnet (France)

Axelle vit le pire jour de sa vie : alors qu’elle se remet mal d’une rupture amoureuse, elle doit se rendre à l’Enterrement de Vie de Jeune Fille de sa sœur, dans une station thermale fantomatique en pleine montagne. Heureusement, parmi les invitées, il y a Marguerite. Au détour d’un regard, l’amour revient.

 

Les Créatures qui fondent au Soleil de Diego Céspedes (Chili, France)

L’histoire se concentre sur “une femme trans qui visite une mystérieuse communauté qui fond au soleil”.

 

Hideous de Yann Gonzalez (Royaume-Uni)

Oliver Sim, chanteur du groupe de rock britannique, The xx, dompte ses démons en chansons.

 

 

Voir les commentaires

Rédigé par Michael

Publié dans #Cannes 2022, #Queer Palm, #Sorties ciné, #Ciné gay, #Court-métrage gay

Repost0

Publié le 31 Janvier 2022

Le plus important des festivals du court-métrage au monde, celui de Clermont-Ferrand, s’est ouvert vendredi 28 janvier. Grande nouveauté de 2022 : le festival s’est associé à l’équipe de la Queer Palm et à Têtu pour créer le premier Prix du Queer métrage qui sera remis jeudi 3 février à un film de la compétition traitant de sujets LGBTQI+.Prix du Queer métrage, une première

 

La mise en avant de la diversité au cinéma gagne encore du terrain. Le festival du court-métrage de Clermont-Ferrand et la Queer Palm du festival de Cannes lancent cette année le premier prix dédié aux films traitant des thématiques LGBTQI+ et au-delà ("ouvert sur un monde résistant aux normes") en association avec TÊTU et TitraFilm.

 

Le premier jury est composé de la réalisatrice Pauline Penichout, multi-primée l’année dernière à Clermont-Ferrand pour son film Mat et les gravitantes (Grand prix compétition nationale, Prix Étudiant de la jeunesse/compétition nationale, Prix du meilleur film documentaire), du président du festival de cinéma queer Ecrans Mixtes de Lyon Olivier Leculier et du comédien Jonas Ben Ahmed, découvert dans Plus belle la vie et vu récemment aux côtés de Noémie Merlant dans A Good Man de Marie-Castille Mention-Schaar.

 

Ils devront départager 14 films issus des trois compétitions du festival. Le film lauréat bénéficiera d’une dotation en travaux techniques offerte par TitraFilm ainsi que d’une dotation financière de la DREETS, Direction régionale de l’économie, de l’emploi, du travail et des solidarités.

 

Les films en compétition :  

• Compétition Labo

Prosopagnosia / Prosopagnosie de Steven Fraser (Royaume-Uni - Animation – Documentaire – 10 mn)

 

• Compétition nationale

Jeudi vendredi samedi de Arthur Cahn (Fiction – 20 mn)

Léo la nuit de Nans Laborde-Jourdàa (Fiction – 23 mn)

Un corps brûlant de Lauriane Lagarde (Fiction – 14 mn)

Voyage à Santarém de Laure Desmazières (Fiction – 28 mn)

Warsha de Dania Bdeir (Coproduction France-Liban – Fiction – 16 mn)

 

• Compétition internationale

5pm Seaside / 17h au bord de la mer de Valentin Stejskal (Autriche/Grèce – Fiction – 25 mn)

Ambasciatori / Les Ambassadeurs de Francesco Romano (Italie – Fiction – 19 mn)

Como respirar fora d'água / Comment respirer hors de l’eau de Victoria Negreiros Guedes et Júlia Dordetti Fávero (Brésil - Fiction – 17 mn)

Egúngún de Olive Nwosu (Nigeria - Royaume-Uni - Fiction – 14 mn)

Ensom cowgirl / Cow-girl solitaire de Gina Kippenbroeck (Danemark – Fiction – 19 mn)

Die Geheimnisvollen Inseln / Îles dans la ville de Marian Freistuehler (Allemagne, Documentaire-Fiction, 23 mn)

São Paulo Open Wound / La Plaie ouverte de São Paulo de Elizabeth Rocha Salgado (Brésil - Pays-Bas, Documentaire, 18 mn)

Tjejtoan 4-ever / Toilettes filles 4-ever de Angelika Abramovitch (Suède – Fiction – 20 mn)

 

Source Têtu

Crédit photo : 5pm Seaside

 

 

Voir les commentaires

Rédigé par Michael

Publié dans #festival gay, #Court-métrage gay

Repost0

Publié le 25 Janvier 2022

Critique publiée par Jérôme Oren le 16 janvier 2021 pour sens critique 

 

Délicieux court-métrage de Sophie Kargman, La proposition (Query en VO) traite avec humour et brio de la frontière parfois ambigüe entre amour et amitié. Deux jeunes hommes, Jay (Justice Smith) et Alex (Graham Patrick Martin), meilleurs amis depuis l'âge de 11 ans et colocataires, confrontent leur conception de la sexualité. Alex met en cause les idées plutôt arrêtées de Jay, jusqu'à ce que ce dernier lui lance un défi.

En 9 minutes seulement, le film fait naître toute sorte d'émotions. Les deux acteurs sont convaincants, les dialogues fluides et l'ambiance estivale. Signalons qu'Armie Hammer (Oliver dans Call me by your name) fait une brève apparition.

Après ce petit bijou, on espère que Sophie Kargman nous livrera un long-métrage de la même trempe

Désolé c'est en VO non sous-titré 😔

Voir les commentaires

Rédigé par Michael

Publié dans #Court-métrage gay

Repost0

Publié le 7 Mai 2021

Festival Le court en dit long #29

Version Bicéphale : CWB & Cité internationale des arts

En 2021, le festival se viralise, se déterritorialise et tend à l’ubiquité.

Après une édition 2020 mutée en cyberspace, la programmation de cette édition se déploiera simultanément sur différents territoires et médiums ; au Centre Wallonie-Bruxelles – cœur du festival – où sera projetée la sélection des courts métrages inédits en compétition et à la Cité internationale des arts – complice 2021 – qui accueillera des installations, l’atelier professionnel et la journée de clôture, mais aussi en Cyberspace avec la diffusion des web-séries belges francophones sur Youtube.

Cité internationale des arts de Paris
18 Rue de l'Hôtel de ville, 75004 Paris
Et 

Salle de cinéma CWB
46 rue Quincampoix
75004 Paris
 
LGBT+

Programme 5

1 - Amours libres – Emily Worms
(2021 – Belgique – animation – 4 min.36)
Production : Atelier de production de la Cambre. Distribution : Adifac.

 

Deux amis discutent de leurs relations. Entre polyamour et politique, ils parlent de leur manière de vivre l’amour librement.
 


2 - Nuits sans sommeil – Jérémy van der Haegen
(2020 – Belgique/France – 30 min.)
Avec : Vidal Arzoni, Jessica Batut, Alyssia Desmeth, Sébastien Vion.
Production : Néon Rouge Production, Tact Production, CCA.
Meilleur film court compétition « Rebel with a Cause » PÖFF Tallin 2020.

 

Portrait d'une enfance au quotidien. Un village, une famille, un petit garçon qui aime porter des robes, le retour du loup et la vie de chaque jour, ordinaire et banale, sont la matière d'un récit qui raconte les désirs enfouis.
 


3 - Shams – Pauline Beugnies
(2020 – Belgique/France – 24 min. – VO stf.)
Avec : Claire Beugnies, Reem El-Maghraby, Zainab Magdy, Amina El-Banna.
Production : Rayuela Productions, CCA, Hauteville Productions, France 3, Thowra.
Primé à Pink Screens 2020, Thess International Short Film Festival.

 

Au Caire, Eden, une jeune Belge de 30 ans, tombe amoureuse de Shams. Après avoir confié à sa mère qu’elle aime une femme, Shams disparaît brutalement. Avec l’aide de deux amies égyptiennes, Eden entame une lutte contre ses propres peurs, dénis et préjugés pour retrouver Shams.
 


4 - Des choses en commun – Ann Sirot & Raphaël Balboni
(2020 – Belgique – 24 min.)
Avec : Gwen Berrou, Ninon Borsei, Fanny Estève, Jérémy Grynberg, Marie Lecomte, Benoît Piret, Hervé Piron.
Production : Angie Productions, Helicotronc, CCA, Screen Brussels. Distribution : Agence belge du court métrage.
Primé au MECAL Barcelone 2020, au FIFF Namur 2020.

 

A bords de véhicules partagés, des destins se croisent. En route vers un centre commercial, un festival, un mariage ou simplement pour une session de conduite accompagnée, conducteurs et passagers testent et réinventent leurs liens d’amour, d’amitié ou de famille.
 


5 - On my way – Sonam Larcin
(2020 – Belgique – 22 min. – 1er film)
Avec : Yannick Renier, Tijmen Govaert, Goua Grovogui
Production : Need Productions, CCA, RTBF.
. Primé au FIFF Namur 2020. 

 

L'arrivée d'un migrant nigérian dans la campagne belge bouscule le quotidien fragile de deux hommes vivant une relation cachée.

 

03 JUIN 2021 18:00

durée totale : 104 minutes

Salle de cinéma CWB
46 rue Quincampoix
75004 Paris

Voir les commentaires

Rédigé par Michael

Publié dans #cinéma gay, #Court-métrage gay, #festival gay

Repost0

Publié le 22 Avril 2021

Le studio d'animation Pixar: la maison de production appartenant à Disney a lancé la recherche d'une actrice adolescente pour exprimer «authentiquement» un personnage trans et jeune dans un projet à venir.

Pixar n'a pas encore officiellement commenté la nouvelle, à part annoncer une brève description du personnage et des critères de casting.

«Le personnage, Jess, est une jeune fille transgenre de 14 ans. Elle est compatissante, drôle et vous soutient toujours. Nous recherchons des actrices de 12 à 17 ans qui:

 

  • Sont enthousiastes, extravertis, drôles et énergiques
  • Sentez-vous à l'aise d'agir devant un microphone
  • Peut représenter authentiquement une fille transgenre de 14 ans

 

Pixar a présenté un personnage gay dans son film  Onward l'année dernière , exprimé par l'actrice queer Lena Waithe.

L'année dernière, le studio a sorti  Out , un  court métrage sur le thème du coming out 

Voir les commentaires

Rédigé par Michael

Publié dans #dessin animé gay, #Court-métrage gay

Repost0

Publié le 4 Janvier 2021

Thomas, un lycéen de 17 ans, se découvre une attirance pour Esteban, un autre garçon de son lycée. La rumeur de l'homosexualité de Thomas va vite se répandre et il va commencer à subir le regard des autres.

Voir les commentaires

Rédigé par Michael

Publié dans #Court-métrage gay

Repost0

Publié le 20 Novembre 2020

Rédigé par Michael

Publié dans #programmes télé gay, #Court-métrage gay

Repost0

Publié le 16 Septembre 2020

Apparemment, l'opéra n'a pas retenu son intérêt.

Stalls , le nouveau court-métrage du réalisateur brésilien João Dall'stella, est en ligne.

Le film suit Jonathan perplexe (Andrew Ableson) lors d'une soirée à l'opéra. Alors que les chanteurs s’epoumonent, Jonathan se dirige vers les toilettes dans l'espoir de trouver un petit quelque chose pour pimenter la soirée. Après avoir tâtonné et tapoté dans l'espoir d'attirer l'attention à travers un trou dans le mur, le film part dans un délicieux délire très audacieux.

Voir les commentaires

Rédigé par Michael

Publié dans #Court-métrage gay

Repost0

Publié le 20 Août 2020

Sincère, humain et visuellement beau, le dernier film de Florent Gouëlou interroge la masculinité avec brio. À découvrir sur Arte.tv.

L'acceptation est une notion récurrente lorsqu'on est queer. Il faut accepter son identité. Accepter son orientation amoureuse. Accepter les autres et, parfois, le fait que ces personnes-là ne nous acceptent pas. C'est le propos essentiel de Beauty Boys, un court-métrage impeccablement réalisé par Florent Gouëlou. Grâce à l'histoire de deux frères aux antipodes l'un de l'autre, le jeune cinéaste explore en filigrane comment, avec suffisamment d'efforts, un meilleur vivre-ensemble est possible.

La rencontre de deux mondes

Il fait beau, il fait chaud. Mais au lieu de se prélasser au soleil, Léo, 17 ans, répète sa chorégraphie pour la scène ouverte de son village, épaulé de ses fidèles amis, Yaya et Ambre. Plus pour faire évoluer les mentalités que par goût du risque, ils décident de se produire en drag-queens. Un choix osé qui est loin de séduire Jules, le grand frère de Léo à la masculinité plus qu'affirmée. Et si leur spectacle était l'occasion de réellement changer les choses ? Et si un pont pouvait exister entre Léo et Jules ? Et si leurs différences se muaient finalement en similitudes ?

Paru en 2020, Beauty Boys est le bébé de Florent Gouëlou, diplômé de la Femis. Sélectionné pour de nombreux festivals ciné à l'international, ce court-métrage décortique la relation houleuse de deux jeunes frères. D'un côté, Léo, minet chétif en apparence mais dévoré par un besoin ardent de se rebeller. De l'autre, Jules, gaillard viril pris au piège de sa propre masculinité. Quand leurs personnalités s'entrechoquent, c'est surtout deux conceptions de la vie qui entrent en collision.

S'aimer soi (et les autres)

En se représentant devant la foule du village avec sa tenue tape-à-l’œil et son maquillage outrancier, Léo veut provoquer "une guérilla". Il est en guerre contre les esprits étriqués de son entourage, contre une société qui tente frénétiquement de le ranger dans une case. Mais surtout, il se bat pour être accepté. C'est grâce à sa résilience et sa rage que le propos de Beauty Boys fait autant écho aux combats quotidiens de la communauté LGBT+.

Avec un travail léché sur l'éclairage, une sélection attentive des couleurs, Beauty Boys est un film éminemment symbolique qui encourage son public, queer ou non, à être fier. Fier d'être différent, fier d'oser affirmer sa différence. Simon Royer et Marvin Dubart forment un tandem efficace et sensible sous les traits de Léo et Jules respectivement. En moins d'une vingtaine de minutes, Florent Gouëlou tisse un récit percutant qui dézingue la masculinité toxique. Et délivre, à travers lui, une ode à l'acception de soi et de l'autre. C'est inspirant, et à visionner gratuitement sur le site d'Arte.tv.

Crédit photo : Yukunkun Productions

source Têtu 

Voir les commentaires

Rédigé par Michael

Publié dans #Court-métrage gay, #Arte

Repost0