festival gay

Publié le 26 Avril 2022

Pour cette 14e édition d’In & Out de Nice du 28 avril au 7 mai 2022, Lisboa et In&Out, les festivals internationaux du film queer de Lisbonne et de Nice, se sont associés pour ÉcoQueerÉcho, une programmation abordant les thèmes de l’écologie, du paysage, de la durabilité et de la coexistence inter-espèces.

Éclairage sur les « João »,  João Pedro Rodrigues et João Rui Guerra da Mata, couple emblématique du cinéma queer portugais, à travers une master class et une rétrospective de leurs films.

Questionnements sur l’importance des archives dans la construction de nos luttes, sous le patronage de précieux témoins tels que Patrick Cardon et Lionel Soukaz.

Et toujours le meilleur du cinéma queer et du cinéma LGBT.

• 40 projections dont 8 avant premières, réparties sur 6 lieux de festivités  et des séances « Replay »,

Et bien plus encore...

Voir les commentaires

Rédigé par Michael

Publié dans #festival gay, #cinéma gay

Repost0

Publié le 22 Mars 2022

La cinquième édition de ce festival placé sous le signe de l’inclusion vient de s’achever. Le jury a notamment récompensé le film chinois Moneyboys.

 

Le premier long-métrage du sino-autrichien C.B Yi, Moneyboys a reçu le Prix du meilleur film de la cinquième édition du Festival Pluriel.les qui vient de s’achever à Compiègne dans l’Oise. Le jury présidé par les réalisatrices Marie-Castille Mention-Schaar (A Good Man…) et Andréa Bescond (Les chatouilles…) a donc distingué ce long-métrage qui raconte le quotidien difficile d’un adolescent qui débarque de sa campagne du fin fond de la Chine pour une grande ville. Afin de subvenir aux besoins de sa famille, il va se prostituer. Le film distribué par ARP est en salles depuis le 15 mars.

 

Le Festival Pluriel.les entend selon ses deux délégués généraux célébrer : « l’inclusion de toutes les minorités encore peu représentées au cinéma (…) et ouvre le débat sur le sexisme, les LGBT phobies, le racisme, le validisme, l'âgisme etc. Il devient le premier festival en France à le faire. »

 

Le jury également composé cette année de la réalisatrice et chanteuse Aurélie Saada, de l’acteur-réalisateur Pascal Elbé et des deux comédiens Arnaud Valois et Guang Huo a également distingué : l’actrice costaricaine Wendy Chinchilla pour son rôle dans Clara Sola de Nathalie Alvarez Mesén, l’acteur principal de Moneyboys, Kai Ko ou encore la française Laetitia Masson pour le scénario de Un hiver en été.

 

Un hiver en été est un film choral porté par Benjamin Biolay et Elodie Bouchez. Il décrit la rencontre d’hommes et des femmes le temps d’une nuit particulière glaciale.

 

Parmi les autres récompenses, notons le Prix du meilleur documentaire décerné à Aissa Maïga pour Marcher sur l’eau et le Prix emergence pluriel.les du meilleur film français, à Elie Grappe pour Olga.

 

Infos : festivalplurielles.com

Source Première 

 

 

Voir les commentaires

Rédigé par Michael

Publié dans #festival gay, #cinéma gay, #sorties cinéma

Repost0

Publié le 9 Février 2022

Next Gaymer est la première association pour les geeks et gamers LGBT+ francophones.

Elle est un espace sûr pour valoriser leurs visibilité et épanouissement parmi les personnes Lesbiennes, Gaies, Bisexuelles, Trans et toutes les personnes en interrogation sur leur orientation sexuelle ou leur identité.

Après un festival virtuel appelé l’Online Festival, la volonté a été de porter le virtuel au réel, dans un projet plus abouti et vivant. Ce premier festival se tiendra du 24 au 27 février dans la ville de Lyon et sera diffusé sur Twitch.

Au programme : des jeux vidéo, une exposition virtuelle, des jeux de société, des tournois, un show drag gaming, la participation des Soeurs de la perpétuelle indulgence du couvent des 69 Gaules, SOS Homophobie et bien plus encore. C'est notre premier festival sur site ! 

Voir les commentaires

Rédigé par Michael

Publié dans #festival gay

Repost0

Publié le 31 Janvier 2022

Le plus important des festivals du court-métrage au monde, celui de Clermont-Ferrand, s’est ouvert vendredi 28 janvier. Grande nouveauté de 2022 : le festival s’est associé à l’équipe de la Queer Palm et à Têtu pour créer le premier Prix du Queer métrage qui sera remis jeudi 3 février à un film de la compétition traitant de sujets LGBTQI+.Prix du Queer métrage, une première

 

La mise en avant de la diversité au cinéma gagne encore du terrain. Le festival du court-métrage de Clermont-Ferrand et la Queer Palm du festival de Cannes lancent cette année le premier prix dédié aux films traitant des thématiques LGBTQI+ et au-delà ("ouvert sur un monde résistant aux normes") en association avec TÊTU et TitraFilm.

 

Le premier jury est composé de la réalisatrice Pauline Penichout, multi-primée l’année dernière à Clermont-Ferrand pour son film Mat et les gravitantes (Grand prix compétition nationale, Prix Étudiant de la jeunesse/compétition nationale, Prix du meilleur film documentaire), du président du festival de cinéma queer Ecrans Mixtes de Lyon Olivier Leculier et du comédien Jonas Ben Ahmed, découvert dans Plus belle la vie et vu récemment aux côtés de Noémie Merlant dans A Good Man de Marie-Castille Mention-Schaar.

 

Ils devront départager 14 films issus des trois compétitions du festival. Le film lauréat bénéficiera d’une dotation en travaux techniques offerte par TitraFilm ainsi que d’une dotation financière de la DREETS, Direction régionale de l’économie, de l’emploi, du travail et des solidarités.

 

Les films en compétition :  

• Compétition Labo

Prosopagnosia / Prosopagnosie de Steven Fraser (Royaume-Uni - Animation – Documentaire – 10 mn)

 

• Compétition nationale

Jeudi vendredi samedi de Arthur Cahn (Fiction – 20 mn)

Léo la nuit de Nans Laborde-Jourdàa (Fiction – 23 mn)

Un corps brûlant de Lauriane Lagarde (Fiction – 14 mn)

Voyage à Santarém de Laure Desmazières (Fiction – 28 mn)

Warsha de Dania Bdeir (Coproduction France-Liban – Fiction – 16 mn)

 

• Compétition internationale

5pm Seaside / 17h au bord de la mer de Valentin Stejskal (Autriche/Grèce – Fiction – 25 mn)

Ambasciatori / Les Ambassadeurs de Francesco Romano (Italie – Fiction – 19 mn)

Como respirar fora d'água / Comment respirer hors de l’eau de Victoria Negreiros Guedes et Júlia Dordetti Fávero (Brésil - Fiction – 17 mn)

Egúngún de Olive Nwosu (Nigeria - Royaume-Uni - Fiction – 14 mn)

Ensom cowgirl / Cow-girl solitaire de Gina Kippenbroeck (Danemark – Fiction – 19 mn)

Die Geheimnisvollen Inseln / Îles dans la ville de Marian Freistuehler (Allemagne, Documentaire-Fiction, 23 mn)

São Paulo Open Wound / La Plaie ouverte de São Paulo de Elizabeth Rocha Salgado (Brésil - Pays-Bas, Documentaire, 18 mn)

Tjejtoan 4-ever / Toilettes filles 4-ever de Angelika Abramovitch (Suède – Fiction – 20 mn)

 

Source Têtu

Crédit photo : 5pm Seaside

 

 

Voir les commentaires

Rédigé par Michael

Publié dans #festival gay, #Court-métrage gay

Repost0

Publié le 1 Décembre 2021

La 27e édition du festival parisien Chéries-Chéris vient de révéler les films primés cette année. Une belle sélection qui reflète les réalités de la communauté LGBTQI+.

Des dizaines de films ont été projetés à Paris dans le cadre de la 27e édition du festival de cinéma LGBTQI+ Chéries-Chéris. Mais ils ne sont qu'une poignée à repartir victorieux. À commencer par Great Freedom qui décroche le Grand Prix de la compétition en catégorie fiction. Dans ce film autrichien nous est contée l'histoire d'un homme gay dans l'Allemagne d'après-guerre qui brave les interdits pour trouver l'amour. Bonne nouvelle : ceux qui n'ont pas pu assister à une séance pourront se rattraper dès le 9 février prochain, date de sa sortie en salles.

Toujours au rayon des fictions, le Prix du Jury a été décerné à Valentina de Cássio Pereira dos Santos, un drame brésilien sur une jeune adolescente trans en quête d'un nouveau départ. En parallèle, les deux actrices italiennes Celeste Cescutti et Ondina Quadri se partagent le Prix d'interprétation pour leur performance dans Picollo Corpo, un film d'époque onirique ayant pour thème, entre autres, la maternité. Le film est attendu au cinéma le 16 février 2022.

Le militantisme à l'honneur

Du côté des documentaires, Nos corps sont vos champs de bataille d'Isabelle Solas s'accapare le Grand Prix pour son portrait bouleversant de militantes trans au sein de l'Argentine d'aujourd'hui. Le Prix du Jury dans cette catégorie a été remis à Silent Voice de Reka Valerik, où l'on est invité à suivre Khavaj, un jeune réfugié tchétchène qui n'a eu d'autre choix que de fuir son pays natal en réalisant que son frère comptait le tuer après avoir pris conscience de son homosexualité.

Enfin, pour ce qui est des courts-métrages, le format suédois The Night Train de Jerry Carlsson repart avec le Grand Prix pour son exploration sexuelle très juste de deux adolescents lors d'un trajet en train de nuit. Du côté du Prix du Jury, c'est un ex-æquo qui sacre à la fois Playtime de Simone Bozzelli et Les Démons de Dorothy du réalisateur prometteur Alexis Langlois. Pour terminer, un Prix spécial du Jury a été décerné à Perchés de Guillaume Lilo, tournant autour du périple d'un jeune homme dépressif. Un palmarès varié pour une édition réussie.

En parallèle, les deux actrices italiennes Celeste Cescutti et Ondina Quadri se partagent le Prix d'interprétation pour leur performance dans Picollo Corpo, un film d'époque onirique ayant pour thème, entre autres, la maternité. Le film est attendu au cinéma le 16 février 2022.

Le militantisme à l'honneur

Du côté des documentaires, Nos corps sont vos champs de bataille d'Isabelle Solas s'accapare le Grand Prix pour son portrait bouleversant de militantes trans au sein de l'Argentine d'aujourd'hui. Le Prix du Jury dans cette catégorie a été remis à Silent Voice de Reka Valerik, où l'on est invité à suivre Khavaj, un jeune réfugié tchétchène qui n'a eu d'autre choix que de fuir son pays natal en réalisant que son frère comptait le tuer après avoir pris conscience de son homosexualité.

Enfin, pour ce qui est des courts-métrages, le format suédois The Night Train de Jerry Carlsson repart avec le Grand Prix pour son exploration sexuelle très juste de deux adolescents lors d'un trajet en train de nuit. Du côté du Prix du Jury, c'est un ex-æquo qui sacre à la fois Playtime de Simone Bozzelli et Les Démons de Dorothy du réalisateur prometteur Alexis Langlois. Pour terminer, un Prix spécial du Jury a été décerné à Perchés de Guillaume Lilo, tournant autour du périple d'un jeune homme dépressif. Un palmarès varié pour une édition réussie.

Le militantisme à l'honneur

Du côté des documentaires, Nos corps sont vos champs de bataille d'Isabelle Solas s'accapare le Grand Prix pour son portrait bouleversant de militantes trans au sein de l'Argentine d'aujourd'hui. Le Prix du Jury dans cette catégorie a été remis à Silent Voice de Reka Valerik, où l'on est invité à suivre Khavaj, un jeune réfugié tchétchène qui n'a eu d'autre choix que de fuir son pays natal en réalisant que son frère comptait le tuer après avoir pris conscience de son homosexualité.

Enfin, pour ce qui est des courts-métrages, le format suédois The Night Train de Jerry Carlsson repart avec le Grand Prix pour son exploration sexuelle très juste de deux adolescents lors d'un trajet en train de nuit. Du côté du Prix du Jury, c'est un ex-æquo qui sacre à la fois Playtime de Simone Bozzelli et Les Démons de Dorothy du réalisateur prometteur Alexis Langlois. Pour terminer, un Prix spécial du Jury a été décerné à Perchés de Guillaume Lilo, tournant autour du périple d'un jeune homme dépressif. Un palmarès varié pour une édition réussie.

Source Têtu

Voir les commentaires

Rédigé par Michael

Publié dans #festival gay, #sorties cinéma, #cinéma gay

Repost0

Publié le 2 Septembre 2021

Du 12 au 24 octobre, À la folie organise, dans le parc de la Villette à Paris, BIZARRE, le premier festival queer de grande ampleur depuis l'éclatement de la pandémie.

Clubbing militant

Du 12 au 24 octobre 2021, trois lieux du parc de La Villette, dans le 19e arrondissement de la capitale, vibreront au rythme de propositions musicales, artistiques, et festives issues des communautés LGBTQI+. Des collectifs et des artistes qui "partagent l’idée d’un point de vue minoritaire, un regard sur le monde porteur de créativité et d’une attention particulière pour l’accueil des personnes dont les identités sont marginalisées".

Source têtu

Voir les commentaires

Rédigé par Michael

Publié dans #festival gay, #Paris

Repost0

Publié le 22 Juin 2021

La 11ème édition du festival lyonnais de cinéma queer s’ouvre mercredi 23 juin

La 11ème édition du festival lyonnais de cinéma queer s’ouvre mercredi 23 juin. Au programme de ces neuf journées : des films inédits et des classiques restaurés, un focus sur les réalisatrices du new queer cinéma, des rétrospectives consacrées à Gaël Morel et à Ulrike Ottinger et un hommage à Delphine Seyrig croquée sur l’affiche du festival dans son rôle-culte de fée des Lilas dans Peau d’âne. 

Gaël Morel invité d’honneur

C’est Gaël Morel qui sera cette année l’invité d’honneur du festival Ecrans Mixtes. Un retour au pays pour le comédien découvert dans Les Roseaux sauvages d’André Téchiné en 1994 et très vite devenu à son tour réalisateur. Pour cette première rétrospective, il présentera ses films au public lyonnais :  A toute vitesse (film d’ouverture), Premières neiges, Les Chemins de l’Oued, Le Clan, Après lui, New Wave, Notre Paradis, Prendre le large et son documentaire Famille, tu me hais.

Une œuvre riche sur laquelle il reviendra lors d’une masterclass animée par le journaliste des Inrocks Gérard Lefort. La deuxième rétrospective sera consacrée à l’une des rares figures féminines qui côtoya Rainer Werner Fassbinder, Werner Herzog ou Rosa von Praunheim au sein du mouvement dit du Nouveau Cinéma Allemand : Ulrike Ottinger, réalisatrice iconoclaste dont les films ont été très peu (voire pas du tout pour certains) montrées en France. L’occasion de découvrir une cinéaste singulière qui apporte un éclairage particulier aux luttes minoritaires tout en poursuivant un parcours assez passionnant en termes de recherche esthétique. Elle croisa notamment la route d’un autre insoumise, la comédienne, réalisatrice et militante, Delphine Seyrig, icône mise à l’honneur par cette 11ème édition du prestigieux festival de l’agglomération lyonnaise.  

Femmes réalisatrices

Côté « films de patrimoine », ne ratez pas le focus consacré aux films cultes des femmes réalisatrices du New Queer Cinema (Go Fish, High Art, The Watermelon Woman, entre autres), le double programme Showgirls / You don’t Nomi (documentaire de 2019 qui analyse avec pertinence l’échec public et critique du film de Verhoeven), la séance consacrée à la copie restaurée du Yentl de Barbra Streisand ou la soirée consacrée au porno gay français des années 70 avec le documentaire Mondo Homo et le sublime porno Equation à un inconnu, qui a inspiré Yann Gonzalez pour Un couteau dans le cœur. 

Films inédits

Côté films inédits, signalons parmi une belle sélection de nouveautés, trois films très différents mais tout aussi réussis qui feront leur première française lors du festival : Tomber pour Ali, film sobre et d’actualité réalisé par un jeune cinéaste lituanien très prometteur Romas Zabarauskas qui viendra rencontrer le public lyonnais, le très beau dernier film du réalisateur turco-italien Ferzan Ozpetek, Pour Toujours (La Dea Fortuna, programmé en clôture) et, l’un de nos gros coups de cœur de cette année de cinéma queer, Playdurizm, l’incroyable et hypnotique premier film d’un jeune réalisateur à suivre de près : Gem Deger qui viendra présenter le film avec son équipe

Source komitid.fr 

Voir les commentaires

Rédigé par Michael

Publié dans #festival gay, #sorties cinéma, #cinéma gay

Repost0

Publié le 25 Mai 2021

Au programme de cette sélection en ligne : 20 longs-métrages et 20 courts-métrages mélangeant fiction, documentaire, patrimoine et un focus-événement « Une renaissance Noire ».

Le festival de cinéma LGBTI+ de Paris a confirmé les dates de report de sa 26ème édition qui se tiendra du 29 juin au 6 juillet prochains dans les salles MK2 à Paris. Mais, dès aujourd’hui et jusqu’au 1er juin, le festival propose une sélection de films à découvrir en avant-première sur la plateforme Mk2curiosity.com.

Côté fictions, vous pouvez découvrir pas moins de 15 films parmi lesquels le dernier film inédit et surprenant du réalisateur canadien culte Bruce LaBruce, Saint-Narcisse, un objet de cinéma étrange où se mêlent enquête familiale, extases sexuelle et religieuse et « twincest » (relation incestueuse entre jumeaux), rien que ça !

Style particulier

À l’affiche également une œuvre parmi les plus emblématiques du New Queer Cinema, The Watermelon Woman (prix Teddy Award du meilleur film en 1996), un film qui a marqué l’histoire de l’affirmation des lesbiennes noires américaines et initié un style particulier mêlent documentaire et fiction.

Conseillés également, deux films qui témoignent du dynamisme créatif du cinéma queer sud-américain : Je m’appelle Bagdad, joli « coming of age » brésilien sur une skateuse de 17 ans qui célèbre la sororité et Los Fuertes, une véritable passion amoureuse entre Lucas et Antonio dans un village de pêcheurs du sud du Chili. 

Identité noire et queer

Côté documentaires, Sous la peau suit le parcours d’un ado trans en Suisse, le film canadien La Fabrique du consentement : Regards lesbo-queer interroge les sexualités queer féminines via les notions de consentement et de culture du viol.

Deux documentaires questionnent l’identité noire et queer : le mythique Black is… Blanck ain’t de Marlon Riggs (1994), mort du sida pendant le tournage et A Place of Rage de Pratibha Parmar (1991) qui donne la parole à des artistes et militantes africaines-américaines. 

Le pass valable pour visionner l’intégralité des films proposés par le festival pour cette semaine de « before » est à 14,90 euros dès aujourd’hui et 70 pass sont mis en vente au tarif de 10,90 euros pour les « early birds », autrement dit les premier.e.s arrivé.e.s sur le site cheries-cheris.com

Source komitid.fr 

Voir les commentaires

Rédigé par Michael

Publié dans #festival gay

Repost0

Publié le 7 Mai 2021

Festival Le court en dit long #29

Version Bicéphale : CWB & Cité internationale des arts

En 2021, le festival se viralise, se déterritorialise et tend à l’ubiquité.

Après une édition 2020 mutée en cyberspace, la programmation de cette édition se déploiera simultanément sur différents territoires et médiums ; au Centre Wallonie-Bruxelles – cœur du festival – où sera projetée la sélection des courts métrages inédits en compétition et à la Cité internationale des arts – complice 2021 – qui accueillera des installations, l’atelier professionnel et la journée de clôture, mais aussi en Cyberspace avec la diffusion des web-séries belges francophones sur Youtube.

Cité internationale des arts de Paris
18 Rue de l'Hôtel de ville, 75004 Paris
Et 

Salle de cinéma CWB
46 rue Quincampoix
75004 Paris
 
LGBT+

Programme 5

1 - Amours libres – Emily Worms
(2021 – Belgique – animation – 4 min.36)
Production : Atelier de production de la Cambre. Distribution : Adifac.

 

Deux amis discutent de leurs relations. Entre polyamour et politique, ils parlent de leur manière de vivre l’amour librement.
 


2 - Nuits sans sommeil – Jérémy van der Haegen
(2020 – Belgique/France – 30 min.)
Avec : Vidal Arzoni, Jessica Batut, Alyssia Desmeth, Sébastien Vion.
Production : Néon Rouge Production, Tact Production, CCA.
Meilleur film court compétition « Rebel with a Cause » PÖFF Tallin 2020.

 

Portrait d'une enfance au quotidien. Un village, une famille, un petit garçon qui aime porter des robes, le retour du loup et la vie de chaque jour, ordinaire et banale, sont la matière d'un récit qui raconte les désirs enfouis.
 


3 - Shams – Pauline Beugnies
(2020 – Belgique/France – 24 min. – VO stf.)
Avec : Claire Beugnies, Reem El-Maghraby, Zainab Magdy, Amina El-Banna.
Production : Rayuela Productions, CCA, Hauteville Productions, France 3, Thowra.
Primé à Pink Screens 2020, Thess International Short Film Festival.

 

Au Caire, Eden, une jeune Belge de 30 ans, tombe amoureuse de Shams. Après avoir confié à sa mère qu’elle aime une femme, Shams disparaît brutalement. Avec l’aide de deux amies égyptiennes, Eden entame une lutte contre ses propres peurs, dénis et préjugés pour retrouver Shams.
 


4 - Des choses en commun – Ann Sirot & Raphaël Balboni
(2020 – Belgique – 24 min.)
Avec : Gwen Berrou, Ninon Borsei, Fanny Estève, Jérémy Grynberg, Marie Lecomte, Benoît Piret, Hervé Piron.
Production : Angie Productions, Helicotronc, CCA, Screen Brussels. Distribution : Agence belge du court métrage.
Primé au MECAL Barcelone 2020, au FIFF Namur 2020.

 

A bords de véhicules partagés, des destins se croisent. En route vers un centre commercial, un festival, un mariage ou simplement pour une session de conduite accompagnée, conducteurs et passagers testent et réinventent leurs liens d’amour, d’amitié ou de famille.
 


5 - On my way – Sonam Larcin
(2020 – Belgique – 22 min. – 1er film)
Avec : Yannick Renier, Tijmen Govaert, Goua Grovogui
Production : Need Productions, CCA, RTBF.
. Primé au FIFF Namur 2020. 

 

L'arrivée d'un migrant nigérian dans la campagne belge bouscule le quotidien fragile de deux hommes vivant une relation cachée.

 

03 JUIN 2021 18:00

durée totale : 104 minutes

Salle de cinéma CWB
46 rue Quincampoix
75004 Paris

Voir les commentaires

Rédigé par Michael

Publié dans #cinéma gay, #Court-métrage gay, #festival gay

Repost0

Publié le 2 Décembre 2020

Initialement planifiée pour le mois de novembre, la 26ème édition du festival queer Chéries-Chéris s'est vue repoussée à cause de la crise sanitaire. Elle se déroulera désormais à la rentrée prochaine, du 9 au 19 janvier 2021.

Bien que le reconfinement ait eu raison du festival Chéries-Chéris cette année, ses organisateurs n'ont pas dit leur dernier mot. Un temps prévue pour novembre, la 26ème édition de l'événement se voit finalement décalée au début de la nouvelle année. En effet, du 9 au 19 janvier 2021, les films LGBTQ+ en lice investiront les salles parisiennes, précisément les cinémas MK2 Beaubourg, Quai de Seine et Bibliothèque. Les dates et horaires exacts de chaque projection n'ont pas encore été communiqués.

Une nouveauté qui fait envie

Bonne nouvelle : le line-up du festival demeure inchangé. En d'autres termes, les cinéphiles de la capitale pourront voir les derniers fleurons du cinéma queer, à l'instar du touchant Un printemps à Hong-Kong de Ray Yeung ou encore Le Prédateur, soit le nouveau long-métrage du réalisateur argentin Marco Berger. Le très attendu Ammonite de Francis Lee (Seule la terre) restera le film d'ouverture. On soulignera un ajout notable à la programmation : Supernova, le film gay dramatique porté par le duo Colin Firth/Stanley Tucci, fera partie de cette 26ème édition – bien qu'il ne soit pas intégré dans la compétition fiction du festival.

Signé Harry Macqueen (Hinterland), Supernova relate la vie commune de deux hommes gays, Tusker et Sam, ensemble depuis une vingtaine d'années. Mais leur idylle toujours vive est ternie par une terrible annonce : Tusker est atteint de démence et la maladie menace d'impacter rapidement son quotidien. Suite à ce diagnostic, le couple décide de partir en voiture afin de parcourir l'Angleterre rurale, déterminé à profiter de ses proches avant que la santé de Tusker n'en pâtisse. On prépare déjà les mouchoirs.

Crédit photo : Outplay

Source Têtu 

Voir les commentaires

Rédigé par Michael

Publié dans #festival gay

Repost0