Articles avec #homophobie tag

Publié le 20 Novembre 2020

Le jeudi 19 novembre 2020, la marque Gillette a révélé une nouvelle campagne de publicité mettant en scène une multitude de visions de la "perfection au masculin". Attaqué sur les réseaux sociaux, le jeune Simon Vendeme a pris la parole.

La masculinité toxique, Gillette tente régulièrement de l'effacer à coups de mousse à raser et de campagnes publicitaires inclusives. Le jeudi 19 novembre 2020, à l'occasion de la Journée internationale de l'homme, la célèbre marque de rasoir a dévoilé une nouvelle série d'affiches. Sur ces visuels, disponibles entre autres dans les couloirs du métro de Paris, les modèles sont loin des stéréotypes que l'on nous rabâche depuis l'enfance. On peut, entre autres, apercevoir plusieurs représentants de la communauté queer, dont Lois, un jeune homme trans de 22 ans, et le couple formé par le jeune youtubeur Simon Vendeme et son petit-ami Mickael - connu en ligne sous le pseudonyme de Snake.

 

Beaucoup de personnes continuent de considérer bêtement que les gays ne sont pas de vrais hommes

Forcément, les grands messieurs poilus bloqués au Moyen-Âge se sont sentis touchés, souillés dans leur virilité. Chose qu'ils n'ont pas manqué de signaler sous les diverses publications de la marque sur Twitter. "J'ai vu que ça commence à faire polémique ici alors étant directement concerné, je voulais vous partager ma réaction, a fini par répondre le jeune Simon Vendeme. Pour la première fois une pub Gillette avec un couple LGBTQ+ voit le jour sur les réseaux sociaux et est affichée dans des dizaines de stations de métro à Paris ! Les réactions homophobes et machos fusent, car beaucoup de personnes continuent de considérer bêtement que les gays ne sont pas de vrais hommes à part entière. Mais pour commencer, qu'est-ce qu'un vrai homme ? Il y a tellement de façon d'être masculin. Il n'y a pas qu'un type de masculinité prédéfinie et cette pub le souligne aujourd'hui avec mon couple."

QUI EST SIMON VENDEME ?

Rien de bien alarmant, pourtant. Sur l'affiche qui fait polémique, Simon Vendeme et Snake sont debout, côte à côte et torses nus dans une salle de bain. En couple depuis 4 mois, les deux jeunes hommes se disent "vraiment fiers de participer à faire avancer les choses". Ouvertement pansexuel, le jeune modèle de 20 ans est très actif sur les réseaux sociaux, dont Youtube, Instagram et Twitter. Il dispose également d'un compte sur la plateforme Onlyfans, sur laquelle il dévoile des photos de "nu artistique" contre des "milliers d'euros". Une partie de ses revenus est reversée, chaque mois, à l'association Le Refuge, la fondation qui héberge et accompagne les jeunes LGBT+ rejetés par leurs parents...

 

Source purepeople.com 

Voir les commentaires

Rédigé par Michael

Publié dans #Pub gay, #homophobie

Repost0

Publié le 28 Octobre 2020

Lors du deuxième prime de la saison, sa voix subtilement éraillée et sa composition originale engagée ont ému les juges de l'émission. Rencontre avec Ezra, le jeune artiste qui veut rendre à la communauté LGBTQ+ tout ce qu'elle lui a apporté.

 

Un trémolo sincère et maîtrisé. Un sourire authentique. Et, surtout, une volonté imparable de soutenir une communauté trop longtemps bridée. Voilà les armes avec lesquelles s'est pointé Ezra, ce mardi 27 octobre sur le plateau de La France a un incroyable talent. Sur scène, guitare sous le bras, ce jeune musicien marseillais a touché les juges en interprétant "Je m'appelle courage". Une chanson écrite par ses soins, conçue comme un hymne d'empouvoirement pour les personnes victimes de LGBTphobies.

 

"C'était interdit"

Après deux tentatives pour rejoindre un autre télé-crochet bien connu appelé The Voice, Ezra finit par se replier sur l'émission de M6. Une bénédiction pour le chanteur en herbe. "J'ai voulu faire cette émission parce que c'est un rêve depuis tout petit, nous confie-t-il par téléphone. Puis, grâce à elle, j'ai pu interpréter ma propre chanson et faire passer un message d'aide aux personnes qui sont dans la même situation que moi quelques années plus tôt". Car s'il est tout sourire durant son prime, ça n'a pas toujours été le cas.

Durant sa vidéo de présentation, Ezra se remémore le moment où il a pris conscience de son attirance pour la gent masculine. Il s'agissait de son premier coup de cœur : Thierry Amiel, finaliste de la première édition de Nouvelle Star. Mais sa prise de conscience est vite ternie par son entourage. "J'avais demandé s'il était possible de trouver un garçon beau, se souvient-il. Et on m'avait dit qu'il ne fallait pas dire ça, que c'était interdit. Toute ma vie, j'ai grandi avec un tas de réactions homophobes qui me faisaient me renfermer sur moi-même". Il évoque ensuite des années collège délicates, où il se comportait lui-même de façon homophobe, "même si je savais que j'étais comme eux". Désormais, le plus difficile est derrière lui.

Ancien du Refuge

En septembre 2017, Ezra passe un coup de fil à l'association Le Refuge. "Parce que j'étais à bout, nous détaille-t-il. J'en avais marre de rester chez moi tout seul, de ne plus sortir, d'avoir pris 50 kilos et d'avoir honte de moi". Avant de commettre l'irréparable, il décide de tendre la main une dernière fois. Un acte salvateur pour ce jeune musicien. "On m'a redirigé vers l'antenne marseillaise du Refuge, décrit-il. Là-bas, un jeune m'a ouvert la porte et m'a accueilli. Il y avait un clip qui passait à la télé. Il m'a demandé si je trouvais le chanteur mignon. Et là, j'ai eu un déclic. J'ai enfin pu être qui je suis depuis le début".

Désormais, Ezra ne cache plus son homosexualité et est pleinement soutenue par sa mère, avec qui il entretient une relation fusionnelle. "On a seize ans d'écart, c'est comme une grande sœur, assure le chanteur de 25 ans. Ma mère m'a donné la vie une première fois, puis une deuxième fois quand elle m'a accepté après mon coming out".

La musique dès la naissance

Même si la situation n'est pas encore au beau fixe, Ezra ne désespère pas. Au contraire, il est convaincu que les mentalités vont évoluer, à leur rythme. "Je pense qu'il y a surtout un gros manque de connaissance, fait-il remarquer. On ne leur a pas expliqué ce qu'était l'homosexualité. Si on leur explique au fur et à mesure des générations, ça peut évoluer". Constat similaire à l'égard de Marseille, la ville qui l'a vu grandir tout au long de sa vie. "C'est la ville de la diversité parce qu'il y a beaucoup de communautés qui se mélangent, reconnaît-il. Et malheureusement oui, il y a beaucoup d'homophobie ambiante mais je pense que ces mentalités sont en train de changer".

En attendant, Ezra, lui, sait bien s'entourer. Et trouve du plaisir dans sa passion de toujours : la musique. "Je chante depuis que je suis tout gamin à la maison, confirme le jeune musicien. Dans ma communauté gitane, on chante beaucoup. C'est l'amour de la musique dès la naissance". Autodidacte, il s'est formé à la guitare comme au piano grâce à YouTube. Mais aujourd'hui, il est prêt à prendre du galon et à passer à l'étape supérieure. "J'attends de voir si l'émission va m'ouvrir de nouvelles portes", espère-t-il. On ne peut que lui souhaiter.

Crédit photo : Lou Breton/M6

Source Têtu 

Voir les commentaires

Rédigé par Michael

Publié dans #programmes télé gay, #homophobie

Repost0

Publié le 13 Octobre 2020

Rédigé par Michael

Publié dans #programmes télé gay, #Documentaire, #homophobie

Repost0

Publié le 9 Septembre 2020

Good Joe Bell va voir le jour grâce aux scénaristes de Brokeback Mountain. Le film, tiré d'une histoire vraie, parlera d'un père qui n'accepte pas le suicide de son jeune fils gay..

La terrible histoire vraie met en vedette Mark Wahlberg en tant que père, Joe Bell, qui a entrepris de traverser les États-Unis pour sensibiliser le public à l'intimidation suite au suicide de son fils de 15 ans Jadin, joué par Reid Miller.

 

Good Joe Bell  montrera le road-trip de ce père et des scènes de flashback dépeignant «l'homophobie brutale» que Jadin a vécue à l'école.

Ossana a expliqué au Hollywood Reporter que c'était elle qui avait convaincu McMurtry de se lancer dans le projet, comme avec Brokeback Mountain plus de 15 ans auparavant.

Elle a déclaré: «Larry a eu une période difficile au début, avant de commencer à écrire. Il n'était pas content du personnage de Joe. Je lui ai parlé de l'état psychologique de Joe. Mais Joe aimait profondément ses enfants, et j'ai dit à Larry que nous devions y arriver".

Le vrai Joe Bell a été heurté par une voiture et tué en octobre 2013, huit mois après la mort de son fils, mais sa veuve et les amis de Jadin ont été étroitement impliqués dans le projet.

Voir les commentaires

Rédigé par Michael

Publié dans #sorties cinéma, #cinéma gay, #homophobie

Repost0

Publié le 2 Septembre 2020

 28 octobre sortira "Garçon chiffon" de et avec Nicolas Maury. L'acteur, révélé par la série "Dix pour cent", s'est confié en interview auprès du magazine "Madame Figaro". Cash, il a évoqué son film dont plusieurs scènes font référence à sa vie. À commencer par son homosexualité et ses conséquences.

Certes, le cinéma mise tout sur Tenet pour relancer la fréquentation des salles, mais plusieurs films pourraient aussi tirer leur épingle du jeu. Ainsi, plusieurs films français sont prévus au programme, d'Énorme à Parents d'élèves en passant par Garçon chiffon, présenté récemment à Angoulême. Le réalisateur de ce dernier film, Nicolas Maury, en parle dans les pages de Madame Figaro.

 

Auprès du magazine, l'acteur et désormais réalisateur, révélé par la série Dix pour cent (France 2), a évoqué plusieurs scènes du film qui n'hésite pas à plonger à coups de flash-back dans l'enfance de son personnage principal. On peut alors voir un petit garçon, rouge sur les lèvres, se déhancher sur du Vanessa Paradis et être moqué par ses cousins. "Bien sûr que dans la cour de l'école de Saint-Yrieix, c'était difficile. Mais même acteur à Paris. Il y a une semaine, je marchais rue de Lappe, deux garçons de 18-20 ans viennent vers moi : 'Tu baisses ton regard, sale tafiole.' Dans le métro, une grand-mère qui me crache un truc d'une violence...", a raconté Nicolas Maury au magazine. Ce n'est pas la première fois qu'il fait part de l'homophobie à laquelle il est confronté quasi quotidiennement et qui suscite chez lui la peur de menaces physiques.

 

 

Nicolas Maury a poursuivi ses confidences en relatant les coulisses de son confinement, révélant que ses lectures publiques de poèmes d'Emily Dickinson sur Instagram avaient pris une tournure désagréable. Il recevait malheureusement des messages de haine et des menaces. "Les goulags, c'est dommage que pour les pédés comme toi, ça n'existe plus. On sait où t'habites, on va venir", a-t-il pu lire... S'il refuse le statut de victime tout comme celui de porte-parole, il reconnaît toutefois que son travail artistique est influencé par sa vie d'homosexuel. "En revanche, c'est vrai, j'ai fait Garçon chiffon aussi pour ça. Parce que, quand on me parle d'Hervé [son personnage dans Dix pour cent, NDLR], des jeunes me disent : 'Voilà, j'ai 18 ans, je m'appelle Thomas, mon père adore le personnage d'Hervé et, du coup, il a compris pour moi.' Ça crée un lien dans les familles. Les fictions donnent l'occasion de se parler. J'espère que mon film va permettre le dialogue. Pas seulement sur l'homosexualité, mais aussi sur la possibilité d'être soi", a-t-il ajouté.

Source purepeople.com 

Voir les commentaires

Rédigé par Michael

Publié dans #people, #homophobie

Repost0

Publié le 7 Août 2020

L'association américaine de défense de la liberté d'expression Pen America a publié mercredi un rapport qui accuse Hollywood de pratiquer allègrement l'autocensure pour permettre à ses films de réussir en Chine

 

Mercredi 5 juillet, l'association américaine de défense de la liberté d'expression Pen America a publié une étude relayée par l'AFP selon laquelle Hollywood, ses producteurs, mais aussi ses scénaristes et ses réalisateurs, n'hésiteraient pas à opérer certaines modifications sur les films (scénarios, scènes coupées) pour s'assurer de pouvoir exploiter le film en Chine, auprès de son milliard de spectateurs potentiels. 

"Flatter le gouvernement chinois et ses censeurs est devenu une façon comme les autres de faire des affaires", dénonce le rapport de Pen America, qui cite de nombreux exemples pour corroborer cette accusation. Ainsi, Hollywood est prêt à éviter complètement d'aborder dans ses films les sujets qui pourraient fâcher la Chine : le Tibet, Taïwan, Hong Kong... Jusqu'à éviter de mettre en scène des personnages LGBT. 

Dans Top Gun : Maverick, un drapeau taïwanais a été retiré du blouson de Tom Cruise ; dans World War Z, la Chine n'est finalement pas responsable du virus zombie. Alors qu'Avengers : Endgame et le dernier volet des aventures de Spider-Man ont rapporté plus sur le marché chinois que sur le marché américain, les dirigeants des studios ne veulent pas prendre le risque que leurs films se voient refuser un visa par le département de propagande du Parti communiste chargé d'accorder les visas aux films étrangers et dont le système de censure compte parmi les plus répressifs. 

"Le Parti communiste chinois exerce en fait une influence majeure sur le fait qu'un film hollywoodien soit rentable ou non - et les dirigeants des studios le savent", explique l'étude, qui déplore toutefois que certains acteurs de l'industrie hollywoodienne "s'approprient volontairement ces restrictions, sans qu'on le leur demande", quand d'autres vont jusqu'à convier les censeurs chinois sur les tournages. De là à penser qu'Hollywood fait preuve de complaisance avec la Chine, il n'y a qu'un pas.

Source Allociné 

Voir les commentaires

Rédigé par Michael

Publié dans #homophobie

Repost0

Publié le 3 Juillet 2020

Le présentateur de France Télévisions était l'invité de Maxime Guény sur Radio VL, le 1er juillet . Et Alex Goude a fait de terribles révélations sur son quotidien après son coming-out et l'annonce de sa paternité.

La bonne nouvelle était tombée en février 2015. Alex Goude (44 ans) et son ancien mari Romain sont devenus papa pour la première fois d'un petit garçon prénommé Elliot, né par GPA aux Etats-Unis. Et peu de temps après, l'animateur de Jouons à la maison (France 3) avait fait son coming-out. Une parole libérée qui a permis a de nombreuses personnes d'assumer qui elles étaient. Mais il n'y a malheureusement pas eu que des conséquences positives.

Le  1er juillet 2020, Alex Goude était l'invité de Maxime Guény sur Radio VL. Et il a admis auprès de l'animateur de 33 ans qu'il avait aussi eu le droit à un déferlement de haine après qu'il a assumé sa famille homoparentale. "Je n'ai jamais eu autant de menaces de mort, de menaces de kidnapping de mon fils, de poursuites, de menaces de découpage de mon corps... C'était l'enfer, ça a été hyper violent. A chaque fois je portais plainte, mais il n'y a pas eu de suites", a-t-il confié sous le regard médusé de l'équipe de l'émission radio.

 

Selon Alex Goude, toute cette haine a joué sur son couple et fait qu'aujourd'hui, il ne partage plus la vie de Romain. Mais il préfère se concentrer sur les nombreux témoignages d'amour qu'il a reçu ces dernières années : "Il y a un truc que je ne regrette pas, c'est le bien que ça a pu faire, à des tas d'enfants qui m'ont écrit, des tas d'adultes qui m'ont écrit, des vieux aussi qui grâce à moi se sont dits c'est possible, je peux être heureux, me marier, avoir un enfant, un chien. Je n'ai jamais eu autant de lettres et de messages d'amour qu'à ce moment-là."

PLUS DE COUPLE MÉDIATISÉ POUR ALEX GOUDE

Aujourd'hui, Alex Goude poursuit son engagement, en travaillant avec des associations comme Le Refuge. "Si je l'ai fait, c'était aussi parce que je vivais mieux en ne me cachant plus", a-t-il ajouté. S'il ne cache plus qu'il aime les hommes, le présentateur aura bien du mal à médiatiser une nouvelle fois ses futures histoires d'amour, tant les répercussions ont été négatives la première fois. "J'ai appris la leçon, je suis vacciné. Je ne veux plus médiatiser mon couple. Ça m'a coûté très cher. Mais tout va bien avec mon ex mari que j'embrasse, avec son nouveau mari. On va partir ensemble en vacances", a-t-il conclu.

Interrogé par Purepeople en avril dernier, Alex Goude s'était confié sur son confinement loin de son fils. Alors qu'il était à Paris, Elliot était à Vegas, avec son deuxième papa. "J'ai mon fils tous les jours en FaceTime, il peut me voir à la télé, il est content il voit son papa tous les jours ce qui est un peu nouveau pour lui. (...) Aller le voir, c'est la première chose que je ferai après le déconfinement mais on va attendre quand même que ça se calme un peu partout (...) Je ne pensais pas que ça durerait aussi longtemps...", nous avait-il expliqué.

Source purepeople 

Voir les commentaires

Rédigé par Michael

Publié dans #people, #homoparentalité, #homophobie

Repost0

Publié le 26 Juin 2020

Alors que le monde continue de chercher une solution à la pandémie mondiale actuelle, la communauté LGBTQ + s'est retrouvée affectée de manière disproportionnée par le virus.

Des recherches récentes menées par la Fondation LGBT ont révélé à quel point les personnes queer ont souffert pendant cette période d'auto-isolement et de distanciation sociale.

Les principales constatations portent sur 8% des personnes LGBTQ + qui ne se sentent pas en sécurité là où elles se trouvent actuellement pendant le confinement, tandis que 42% aimeraient avoir accès à un soutien psychologique.

De plus, 18% des répondants LGBTQ + craignaient que la crise mondiale actuelle ne les conduise à l'abus d'alcool ou de substances.

Ces résultats ont également mis en évidence des problèmes liés au sans-abris, à l'accès aux soins de santé et aux troubles de l'alimentation.

Pour sensibiliser aux défis auxquels les personnes LGBTQ + sont confrontées pendant un confinement, l'agence de publicité The Gate s'est associée à la Fondation LGBT pour un nouveau clip puissant.

Voir les commentaires

Rédigé par Michael

Publié dans #homophobie, #Trans&transgenre

Repost0

Publié le 22 Mai 2020

Welcome to Chechnya, le troisième film du documentariste gay David France, débutera le 30 juin sur HBO.

La bande-annonce du film met en lumière les efforts d'évasion furtifs des LGBTQ + de Tchétchénie, une région russe semi-autonome. Ces dernières années, des responsables tchétchènes ont pris pour cible des personnes LGBTQ + , enlevant, emprisonnant, torturant et même tuant certains.  

David France - qui a récemment réalisé The Death and Life of Marsha P. Johnson  en 2017 et a été nominée aux Oscars pour son film en 2012  How to Survive a Plague  -  met en évidence la terreur exercée par l'État et présente un clip tristement célèbre de l'ancien président tchétchène Ramzan Kadyrov, où il affirme que les homosexuels n'existent pas en Tchétchénie.

Welcome to Chechnya a été salué l'année dernière dans les festivals de cinéma, rapporte IndieWire . Non seulement le film capture intimement les efforts de vie ou de mort pour sauver les homosexuels, mais il utilise la nouvelle technologie d'échange de visage afin de donner un visage anonyme aux victimes qui ne peuvent pas afficher leur identité face caméra. 

Voir les commentaires

Rédigé par Michael

Publié dans #Documentaire, #homophobie

Repost0

Publié le 18 Mai 2020

Rédigé par Michael

Publié dans #people, #homophobie

Repost0