Articles avec #homophobie tag

Publié le 3 Février 2019

Quatre jours après son agression survenue dans les rues de Chicago, l'acteur américain Jussie Smollett a décidé de sortir du silence pour donner de ses nouvelles. Hospitalisé après avoir été aspergé d'un liquide et frappé par deux hommes, il rassure sur sa santé.

Jussie Smollett, star de la série Empire, a été victime d'une grave agression à Chicago dans la nuit de lundi à mardi 29 janvier 2019. L'acteur de 36 ans a été battu par deux hommes qui hurlaient Make America Great Again - le slogan de campagne de Donald Trump. Il a réussi à se rendre jusqu'à l'hôpital quand ses agresseurs se sont enfuis. Alors qu'Hollywood est sous le choc, il est sorti du silence.

Dans une lettre adressée au site Essence, l'acteur déclare : "Laissez-moi commencer par dire que ça va. Mon corps est fort mais mon âme l'est encore plus. Et plus important encore, je veux vous dire merci. L'énorme quantité d'amour et de soutien de ma ville a signifié plus pour moi que je ne pourrais vraiment le dire avec des mots. Je collabore avec les autorités et j'ai été factuel à 100% et constant à tous les niveaux. Malgré mes frustrations et mes profondes inquiétudes avec certaines inexactitudes et mauvaises représentations qui ont été partagées [par les médias, NDLR] je crois toujours que la justice sera rendue."

L'acteur, dont l'agression semble être clairement raciste et homophobe, a ajouté s'associer au précédent communiqué de sa famille. "Comme ma famille l'a déclaré, ces attaques lâches se produisent quotidiennement contre mes soeurs, mes frères et mes frères et soeurs qui ne rentrent pas dans le moule. Je ne suis pas et ne devrais pas être considéré comme un incident isolé. Nous aurons une conversation là-dessus bientôt et je parlerai de tous les détails de cet horrible incident, mais il me faut un peu de temps", a-t-il ajouté.

Par Thomas Montet pour purepeople

 

Voir les commentaires

Rédigé par Michael

Publié dans #people, #homophobie

Repost0

Publié le 29 Janvier 2019

La star de l' Empire Jussie Smollett a été hospitalisée à Chicago après avoir été attaquée ce matin vers 2 heures, rapporte TMZ .

Deux délinquants connus se sont approchés de lui et ont attiré son attention en lui criant des insultes racistes et homophobes. Les agresseurs ont commencé à frapper la victime au visage et à verser un substance chimique inconnu sur la victime. L'un des délinquants a enroulé une corde autour du cou de la victime. Les agresseurs ont pris la fuite. La victime s'est auto-transportée à l'hôpital Northwestern et son état est satisfaisant.

 That Grape Juice rapporte que l'acteur ouvertement homosexuel a récemment reçu une menace avec des lettres découpées dans des magazines: "Tu mourras black f * g". 

Voir les commentaires

Rédigé par Michael

Publié dans #people, #homophobie

Repost0

Publié le 29 Janvier 2019

Habitué des menaces et des insultes, le jeune chanteur et youtubeur Bilal Hassani fait face à un déferlement de haine d'une violence inouïe (on souhaite par exemple sa mort dans un attentat) depuis qu'il a remporté "Destination Eurovision" et qu'on sait qu'il portera les couleurs tricolores au concours européen de la chanson. Il a réagi.

Cette fois, son application magique pour faire le tri dans ses messages sur les réseaux sociaux ne sera pas suffisante face à l'ampleur de la haine. Bilal Hassani, choisi pour représenter la France à l'Eurovision avec son titre Roi, est victime d'une campagne d'homophobie qui l'a poussé à porter plainte.

Mardi 29 janvier 2019, Bilal Hassani a donc choisi de faire appel à la justice. Le chanteur de seulement 19 ans, qui aime les perruques et le maquillage, a mandaté son avocat Étienne Deshoulières pour porter plainte en son nom contre X pour "injures, provocation à la haine et à la violence et menaces homophobes". Des propos pour lesquels leurs auteurs "encourent jusqu'à 6 ans d'emprisonnement et 45 000 euros d'amende", n'a pas manqué de rappeler l'avocat à l'AFP. Une démarche qui a reçu le soutien de Stop Homophobie, Mousse et Urgence Homophobie.

La plainte du chanteur, ouvertement homosexuel, s'inscrit dans un sursaut initié depuis plusieurs mois par la communauté LGBT contre les agressions et les menaces dont elle est victime. Mi-janvier, 213 plaintes ont été déposées dans douze tribunaux pour des messages à caractère homophobe recensés principalement sur Twitter. "Comme pour ces 200 plaintes, l'objectif de celle de Bilal Hassani, c'est de dire qu'on ne peut plus insulter, menacer, appeler au meurtre sur internet sans que les associations de lutte contre l'homophobie réagissent, a détaillé son avocat. Il faut que les personnes qui se croient protégés par l'anonymat derrière leur ordinateur soient inquiétées."

L'avocat de Bilal Hassani, lequel peut heureusement compter sur ses prochesdans cette épreuve, affirme toutefois que le chanteur reste sur un petit nuage. "Il est tellement heureux d'être à l'Eurovision qu'il ne se laisse pas démonter par des propos haineux sur internet", assure-t-il.

Interrogée sur Europe 1 par Nikos Aliagas, la maman de Bilal, Amina, a pris la parole pour réagir. "Je le protège tout simplement en lui disant tous les jours que je l'aime, que le plus important dans ma vie c'est son bonheur. Si je peux me permettre un conseil aux parents, c'est de toujours prouver votre amour à vos enfants. Quand un enfant s'en prend plein la tête toute la journée au collège ou au lycée, quand il rentre, même si vous êtes fatigués, prenez 30 secondes pour lui dire que vous l'aimez tel qu'il est !", a-t-elle clamé. Des propos qui font chaud au coeur.

Par  Thomas Montet pour purepeople

 

Voir les commentaires

Rédigé par Michael

Publié dans #people, #homophobie, #Musique gay, #Eurovision 2019

Repost0

Publié le 28 Janvier 2019

"ENVOYÉ SPÉCIAL" JEUDI 7 FÉVRIER À 21H00 SUR FRANCE 2

Homo en banlieue, le combat de Lyes


En 2018, le nombre d’agressions homophobes a augmenté de 15 %. Une violence qui s’exprime souvent dans les grandes villes, et aussi en banlieue. Dans certaines cités, afficher sa sexualité peut s'avérer risqué, au point que de nombreux homosexuels décident de se cacher. Univers parfois macho, pression des caïds, harcèlement en ligne… L'homophobie peut se manifester dès l'enfance. Pourtant, la parole se libère peu à peu. Lyes, un jeune homme de Gennevilliers, près de Paris, a décidé de porter au grand jour la voix des homosexuels des quartiers. Distribution de tracts, manifestations, il dérange. Envoyé Spécial a suivi le combat de ce lanceur d’alerte, et raconte le quotidien complexe de gays et lesbiennes vivant en banlieue.

Voir les commentaires

Rédigé par Michael

Publié dans #programmes télé gay, #homophobie

Repost0

Publié le 21 Janvier 2019

Depuis qu'il est considéré comme le favori de la compétition "Destination Eurovision", qui doit l'envoyer représenter les couleurs de la France au célèbre concours de chant européen, on découvre petit à petit qui est Bilal Hassani. Voilà qu'il a même droit à son portrait dans "Libération".

À 19 ans, Bilal Hassani est la nouvelle star du moment. Le jeune chanteur et youtubeur, passé par The Voice Kids, mène la danse dans Destination Eurovision avec son titre Roi. Toutefois, il ne saura que samedi 26 janvier s'il sera envoyé au prochain concours de l'Eurovision. Adoré des uns, cible des autres, il se dévoile dans Libération.

Le chanteur, victime quotidienne d'homophobie sur les réseaux sociaux, revient notamment dans le portrait qui lui est consacré sur son coming outauprès de sa mère adorée, Amina. "Le jour où il lui a annoncé sa préférence pour les garçons, la cheffe de projet informatique lui a simplement demandé d'aller faire la vaisselle", lit-on dans Libération. Une manière plutôt inattendue de prendre la nouvelle ! Celle-ci, divorcée du père de ses fils(qui vit Singapour et accepte Bilal tel qu'il est, perruques et maquillages compris), veille toujours sur Bilal et son frère Taha. La petite famille réside en Seine-Saint-Denis.

Bilal Hassani a d'ailleurs bien besoin du soutien et du réconfort de sa mère et de son clan, lui qui est souvent menacé. Le chanteur a ainsi été coursé dans le métro ("une expérience traumatisante") et ne prend donc plus les transports en commun, laisse ses perruques dans son sac quand il sort et fait protéger ses apparitions par des gardes du corps. Outre ses proches, Bilal peut aussi compter sur... son amoureux. Une relation peu connue sur laquelle il reste, pour une fois, bien secret. Tout juste apprend-on que les deux jeunes gens se sont rencontrés au concert de Beyoncé au Stade de France...

Thomas Montet pour purepeople

 

Voir les commentaires

Rédigé par Michael

Publié dans #people, #Coming out, #homophobie, #Eurovision 2019

Repost0

Publié le 16 Janvier 2019

"Le climat général est différent, la culture est différente et nos points de vue sont différents."

Dimanche dernier, dans Family Guy, Peter Griffin s'est retrouvé à la Maison Blanche, face à Donald Trump. Un face à face qui a rapidement tourné au pugilat. Mais entre deux coups de poing, on a pu entendre Peter annoncer également à Trump que Family Guy allait "essayer d'éliminer progressivement" ses blagues sur les gays.

Alors la série va-t-elle réellement mettre le holà aux vannes se moquant de la communauté LGBTQ ? "En quelque sorte, oui", confirment les producteurs exécutifs Rich Appel et Alec Sulkin dans TVLine. "Si vous regardez une série de 2005 ou 2006 et que vous la mettez à côté d'une série de 2018 ou 2019, il y aura quelques différences. Certaines choses sur lesquelles nous nous sentions à l'aise, qu'on pouvait dire facilement, sur lesquelles on pouvait plaisanter à l'époque, sont désormais inacceptable, et on le comprend."

Les producteurs expliquent dans la foulée que ce changement de ton est aussi dû à la longévité du show. "Quand une série est littéralement diffusée depuis 20 ans, la culture change entre temps. Et ce n’est pas tellement nous qui réagissons et qui pensons : 'Ils ne nous laisseront plus [dire certaines choses]'. Non, c'est nous qui avons changé aussi. Le climat général est différent, la culture est différente et nos points de vue sont différents. Ils sont façonnés par la réalité qui nous entoure, alors je pense que la série doit changer et évoluer de plein de façons différentes..."

Source première

Voir les commentaires

Rédigé par Michael

Publié dans #homophobie

Repost0

Publié le 12 Janvier 2019

Il y a deux ans, Matthieu Delormeau faisait son coming-out dans "Touche pas à mon poste". Un aveu qui l'a libéré comme il l'a confié dans l'émission du jeudi 10 janvier 2019. Le chroniqueur de Cyril Hanouna a toutefois admis que, depuis, il vivait dans la peur.

Matthieu Delormeau s'est livré à coeur ouvert dans Touche pas à mon poste(C8), jeudi 10 janvier 2019. Cyril Hanouna et son équipe ont notamment évoqué le coming out à la télévision, un sujet qui a particulièrement touché l'ancien animateur de NRJ12.

Matthieu Delormeau, qui ne cache pas sa préférence pour les hommes, a en effet admis qu'il était heureux d'avoir révélé qu'il était homosexuel dans TPMP. Il n'a toutefois pas caché que, depuis son coming out, il recevait de nombreux messages de haine sur les réseaux sociaux ou par SMS. "Ce qui est sûr, c'est que derrière, je n'imaginais pas ce que je vivrais tous les jours, a expliqué Matthieu Delormeau qui a ensuite indiqué qu'il recevait 50 SMS d'insultes par jour et s'être déjà fait agresser. Deux fois dans la rue, je me suis fait agresser. Une fois je me suis fait sortir d'un taxi, c'est très violent, c'est très dur. Je fais souvent des captures des messages en me demandant ce que je pourrais en faire."

"Ce qui me fait le plus de mal aujourd'hui, c'est de me rendre compte à quel point c'était difficile à vivre, à quel point j'ai peur parfois quand je sors du parking parce que c'est compliqué. On a peur de se faire agresser", a poursuivi le chroniqueur de 44 ans. Cyril Hanouna a confirmé que Matthieu Delormeau était particulièrement effrayé ces derniers temps et qu'il l'appelait souvent le soir. "Je me dis que sur les 500 qui envoient des menaces dans la semaine, il y en a bien un, un jour, un fou, qui va m'attendre devant et qui pourra me faire très mal. (...) Si j'en avais les moyens, je vous promets qu'aujourd'hui je prendrais un garde du corps parce que je sais qu'un jour, ça va m'arriver. (...) Je vis dans la peur depuis deux ans. Je n'imaginais pas un jour à mon âge vivre dans la peur. C'est très dur", a conclu Matthieu Delormeau.

Du côté des audiences, TPMP a rassemblé 1,24 million de téléspectateurs hier soir (soit 5,1% de part de marché).

Source purepeople

Voir les commentaires

Rédigé par Michael

Publié dans #people, #homophobie

Repost0

Publié le 26 Décembre 2018

C'est un des films les plus bouleversants de l'année. Et il vient d'un pays, le Pérou, peu connu pour son cinéma. « Mon Père », d’Alvaro Delgado-Aparicio, primé à Berlin du Teddy Award du meilleur premier film, est un chef d'œuvre d'émotion.

Ce film conte l’histoire de Segundo, un adolescent qui vit dans un village un peu perdu de la cordillère des Andes et qui apprend aux côtés de son père un métier d’artisanat d’art typiquement péruvien, celui du retable. C’est l’une des découvertes cinématographiques les plus bouleversantes de cette année. Komitid vous dit pourquoi, en essayant d’éviter tout spoiler. Il ne faut pas passer à côté de Mon Père !

Parce que la relation père-fils est inédite et émouvante

Dès les premières images, ce premier film d’Alvaro Delgado-Aparicio nous plonge au cœur de la transmission, de l’héritage dans la vie d’une famille d’artisans. Le jeune Segundo assiste son père, Noé, dans son travail quotidien qui consiste à restituer, en créant décors et figurines, des scènes traditionnelles, religieuses ou païennes, ou des événements particulièrement marquants de la vie quotidienne à la demande des villageois. L’art du retable est une tradition ancestrale de cette région du Pérou et on peut aisément comprendre ce qui a séduit le cinéaste Alvaro Delgado-Aparicio dans ce qu’elle a de commun avec le cinéma : l’art de la mise en scène. La relation entre Noé et Segundo est traitée avec une infinie douceur. C’est par l’apprentissage de ces gestes d’artisanat traditionnel, précis et mesurés, qu’une forme de dialogue presque silencieux s’établit, qu’une connexion opère entre père et fils. C’est tout le quotidien de ce tandem qui va être bouleversé par la découverte d’un secret dont les conséquences vont affecter la vie de toute la famille.

Parce que l’homophobie est au cœur de l’intrigue

Le secret, que nous n’évoquerons pas ici pour préserver sa découverte à la vision du film mais qui repose sur des mécanismes bien connus (l’homosexualité vs l’homophobie, l’individu face à la communauté), va jouer un rôle d’accélérateur des sentiments les plus forts et les plus violents. Ce petit monde, cette vie de village où tout est codifié et dans laquelle chacun a un rôle social préétabli, va prendre l’allure d’un retable qui aurait été détruit, vandalisé, mettant à mal les relations entre les uns et les autres, brisant l’organisation même de cette microsociété un peu hors du monde et hors du temps, qui se complaisait jusqu’alors dans une harmonie souriante de façade. La vie ne sera plus jamais la même. Mais le plus fort, le plus émouvant, ce qui fait battre le cœur, c’est la façon dont les relations entre le père et le fils va être bousculée, redéfinie et renforcée.

Parce que vous n’avez (presque) jamais vu de film péruvien

Pays de 30 millions d’habitants, dont le tiers vit à Lima la capitale, le Pérou produit très peu de films. Depuis le mitan des années 2000, une jeune génération de cinéastes renouvelle un peu l’offre et connaît enfin un écho international. On peut citer Claudia Llosa avec Madeinusa, Ours d’or à Berlin en 2006 et nommé aux Oscars par la suite, les frères Daniel et Diego Vega qui ont obtenu le prix du jury « Un certain regard » à Cannes en 2010 avec Octobre, ou encore le film queer Contracorriente, romance entre un artiste peintre gay et un homme marié à une femme qui attend leur premier enfant, réalisé par Javier Fuentes- León et qui a, en 2009, remporté de nombreuses distinctions à travers le monde (Prix LGBT à San Sebastian, prix du jury et du public au festival de Sundance ou encore prix spécial au célèbre festival OutFest de Los Angeles).

Alvaro Delgado-Aparicio, le réalisateur de Mon Père, a bénéficié, après deux courts métrages, du Sundance Program Film Lab et de participations financières norvégienne et allemande pour développer ce premier long métrage qui a notamment reçu le Teddy Award du meilleur premier film lors du dernier festival de Berlin. Des coups de pouce qui permettent au film de voyager et de rencontrer le public, notamment en France depuis mercredi dernier. Les linguistes noteront le choix de privilégier le quechua (une des langues officielles du Pérou avec l’espagnol) dans un souci de réalisme, l’intrigue prenant place dans une région des Andes où cette langue est encore majoritairement utilisée. Une raison de plus pour apprécier l’authenticité de ce récit et la force de son propos assez inédit.

 

Mon Père
Drame – Pérou/Allemagne/Norvège – 2017– 1h41
Réalisation : Alvaro Delgado-Aparicio
Distribution : Junior Béjar, Amiel Cayo, Magaly Solier, Hermelinda Luján, …
En salles depuis le 19 décembre 2018

Par  pour Komitid

Voir les commentaires

Rédigé par Michael

Publié dans #sorties cinéma, #cinéma gay, #homophobie

Repost0

Publié le 23 Décembre 2018

Un brin déçu de ne pas avoir été contacté pour participer à la dernière campagne de sensibilisation menée par Urgence Homophobie, Laurent Kerusoré a tout de même pris la parole sur ses réseaux sociaux pour soutenir l'association...

Laurent Kerusoré a un petit regret, il aurait aimé participer au clip d'Urgence Homophobie intitulé De l'amour. Un titre écrit par Patxi Garat (ex-élève de la Star Academy et faiseur de tubes pour Louane) et interprété par 70 personnalités parmi lesquelles on retrouve Muriel Robin, Laurent Ruquier ou encore Élodie Frégé.

Sur Instagram, le comédien de 44 ans rendu célèbre par la série Plus belle la vie (France 3) a commenté : "Bonjour à tous, comme vous le savez, je suis très très concerné par la campagne Urgence Homophobie, toujours déçu de ne pas y avoir participé mais c'est pas bien grave, je reste solidaire de la cause évidemment !"

Et le comédien de poursuivre après avoir relayé une séquence choc de la 3e saison de Plus belle la vie, une scène mettant en avant une violente agression homophobe à l'encontre de son personnage de Thomas Marci : "À l'époque, disons que je me cachais peut-être encore derrière mon personnage pour défendre la cause. Je ne pensais pas que j'allais vivre autant de choses après. J'en ai pris plein la tronche, donc je reste solidaire de tous les gens qui en prennent encore plein la tronche. Vive nous, vive vous, vive Plus belle la vie de dénoncer ces choses-là et à bas les homophobes !"

Pour rappel, début 2017, Laurent Kerusoré confiait au magazine Public qu'il quittait Marseille à cause de multiples agressions (treize !) dont il a été la victime en marge des tournages de Plus belle la vie. "J'en ai marre d'être parfois le punching-ball de la connerie de certains. (...) Un jour, je me suis même retrouvé dans le coffre d'une bagnole ! J'ai cru que j'allais crever." Une histoire qui fait froid dans le dos...

Découvrez la prise de parole de Laurent Kerusoré ci-dessous :

Source purepeople

 

Voir les commentaires

Rédigé par Michael

Publié dans #people, #homophobie

Repost0

Publié le 19 Décembre 2018

"De l'amour à chaque instant chaque jour/celui qu'on peut vivre au grand jour/ne plus avoir peur de qui je suis": 70 artistes et personnalités dont Christiane Taubira, Muriel Robin, Julie Gayet et Marc-Olivier Fogiel se sont réunis pour un clip et une chanson contre l'homophobie.

À l'initiative de l'association Urgence Homophobie, avec le partenariat de France Télévisions, la chanson "De l'amour" a été écrite par Patxi Garat.

"Parce que dans certains pays du monde être homosexuel ou transgenre est toujours considéré comme un crime passible d'emprisonnement ou de peine de mort, parce qu'avec plus de 15% d'agressions physiques supplémentaires enregistrées en France en 2018 (par rapport à l'année précédente), ils ne sont toujours pas libres de s'aimer ou d'assumer leur identité, même dans notre pays", justifie Urgence Homophobie qui lance cette campagne de sensibilisation à la radio et à la télévision.

La chanson "De l'Amour" raconte l'histoire d'Azamat, le premier réfugié accueilli par Urgence Homophobie en France. Le clip choral réalisé par Benoît Pétré entremêle des scènes de violences et des scènes d'amour, "représentatives du quotidien de la population LGBTQI+" , souligne l'association dans un communiqué.

"La réalisation coup de poing cherche à éveiller les consciences en nous faisant comprendre qu'être spectateur de cette réalité et garder le silence, c'est aussi être acteur de l'agression", ajoute l'association d'aide aux LGBTQI+ en danger.

Les comédiens Agnès Jaoui, Françoise Fabian, Camille Cottin, Vincent Dedienne, Laura Smet, les chanteuses de Brigitte et Amanda Lear, l'animateur Laurent Ruquier, les chanteurs Emmanuel Moire et Christophe Willem participent aussi à cette campagne.

Toutes les recettes de la chanson seront reversées à Urgence Homophobie.

(Source AFP) pour e-llico

Voir les commentaires

Rédigé par Michael

Publié dans #homophobie, #Musique gay

Repost0