Articles avec #homophobie tag

Publié le 17 Octobre 2018

Christophe Beaugrand réagit aux attaques homophobes: "Nous n'avons pas à être discrets ou à nous cacher!"


Comme vous l'a rapporté ce matin jeanmarcmorandini.com, Guillaume Mélanie, le président de l'association Urgence Homophobie, a été agressé hier soir à la sortie d'un restaurant à Paris, près du métro Etienne Marcel. Sur les réseaux sociaux, c'est avec le visage tuméfié qu'il est apparu sur une photo.

Suite à cette nouvelle agression homophobe, de nombreuses personnalités ont vivement réagi, dont Christophe Beaugrand. Dans la Matinale de France Bleu Paris, l'animateur de TF1, qui s'est récemment marié avec son compagnon, a déclaré: "Aujourd'hui, de plus en plus, les homosexuels ne se cachent plus, donc ils sont plus à même d'être agressés. "

Et d'ajouter: "A partir du moment où le thème de l'homosexualité revient sur le devant de l'actualité, ça réveille les haines qui étaient tapies, endormies...". Avant de poursuivre: "Aujourd'hui, nous faisons partie de la société, il va falloir que ceux qui n'en ont pas envie s'y fassent. Nous n'avons pas à être discrets et à nous cacher"

 

Source jeanmarcmorandini.com

Voir les commentaires

Rédigé par Michael

Publié dans #people, #homophobie

Repost0

Publié le 14 Octobre 2018

Quand Midnight, Texas a commencé à être diffusé, Jason Lewis a été présenté aux côtés de Bernardo Saracino en tant que couple marié, Joe Strong et Chuy. Il a fallu quatre épisodes avant que le couple ait eu leur premier baiser, et bien sûr, les gens se sont plaints à ce sujet .

Lindsay Kornick, qui écrit pour Newsbusters, a déclaré: «C’est déjà assez grave que je ne puisse regarder une seule émission sans voir un couple gay impliqué dans une intrigue (nous avons déjà dépassé de loin les 4% de représentation de la communauté LGBT), mais maintenant ils affectent les symboles d'une religion résolument non homosexuelle. "

Malgré le contrecoup de ces propos, Lewis s'en fiche complètement et, dans une interview accordée au Daily Telegraph, en Australie, il dit qu'il était peu probable que son personnage s'en soucie.

«Ouais, cool, sois intolérant envers nous et vois à quel point tu te sens bien après ça», dit-il. «Joe dépasse un peu les soucis sexuels mineurs de l'être humain moyen. Cela fait trop longtemps (environ 1000 ans) que j'ai vu quelqu'un avec des valeurs aussi étroites et il est temps d' évaluer."

Et dans une interview avec Blackbook , l’ancien acteur de Sex and the City a expliqué sa proximité avec la communauté LGBTQ et la façon dont son rôle gay l’avait aidé dans Midnight, au Texas.

«J'aime ces gens, j'ai toujours aimé», a-t-il déclaré. «Je suis un enfant de la génération hippie californienne. Dans cette industrie, il y a beaucoup de gays, j'ai toujours été entouré de personnes gays.

«Dans Brothers & Sisters, j’ai joué un personnage qui ne savait pas où il pouvait être lui-même. Je pense que cela a certainement été évoqué dans Midnight, Texas, mais je ne pense pas que la réalité de Joe se résume à ça. Car je ne sais pas ce qu'ils vont écrire pour la saison 2. Mais ce type existe depuis 2 000 ans, alors beaucoup d'autres facteurs pèsent dans l'esprit de ce genre de créature."

Source gaytimes

Voir les commentaires

Rédigé par Michael

Publié dans #séries gay, #people, #homophobie

Repost0

Publié le 26 Septembre 2018

Retrouvez l'interview de Christophe Soret le fondateur de Garçon magazine pour Morandini Live suite à la dégradation de ses locaux. Directement à 22.04 mn

 

Voir les commentaires

Rédigé par Michael

Publié dans #homophobie

Repost0

Publié le 8 Septembre 2018

L'animateur de France 4 était l'invité de Benjamin Castaldi dans "Touche pas à mon poste" vendredi 7 septembre 2018. Interrogé sur son couple avec Romain, Alex Goude a admis avoir reçu des menaces de mort après avoir médiatisé leur relation.

Le 2 septembre 2018, Alex Goude a fait son retour sur France 4 aux commandes du jeu Drôlement bêtes qui voit s'affronter des célébrités sur des questions portant sur les similarités et les différences étonnantes entre les comportements humains et animaliers. Afin de faire la promotion de son programme, l'animateur de 43 ans a accepté de se rendre sur le plateau de Touche pas à mon poste (C8).

Lors de la séquence "Sur le grill" (qui consiste à poser à des invités des questions qui peuvent fâcher), Alex Goude n'a pas échappé à une question sur son couple avec Romain Taillandier, l'occasion pour lui de révéler qu'il a été victime de menaces de mort : "Pas une seconde je n'ai regretté d'avoir médiatisé mon couple. Mais on est quand même sur les réseaux sociaux, il y a plus souvent des gens qui viennent vous dire du mal que des gens qui viennent vous dire du bien. Le ratio entre les messages horribles de menaces de mort, de tout ce que tu veux et le message de gamins ou de jeunes à qui ça a servi (...) Je peux me prendre tous les trucs du monde par rapport au ratio des gens que ça rendu heureux."

Pour rappel, Alex Goude avait pris la décision de faire son coming out lors de la naissance de son fils Elliot, né par GPA, en 2015. Le couple est marié et a fait une cérémonie à Las Vegas.

Source purepeople

 

Voir les commentaires

Rédigé par Michael

Publié dans #people, #homophobie, #programmes télé gay

Repost0

Publié le 24 Juillet 2018

Pratique aussi douloureuse que très contestable, la thérapie de conversion, visant à transformer une personne homosexuelle en individu hétérosexuel, à été interdite dans nombre de pays et certains Etats américains. Mais reste légale en France. Récit.

Sorti en salles le 18 juillet dernier, le beau film de Desiree Akhavan, Come as you are, primé au festival du film de Sundance et porté par la lumineuse présence de la jeune Chloë Grace Moretz, a aussi valeur de catharsis pour la réalisatrice. Pour écrire le script du film, Akhavan et la scénariste Cecilia Frugiuele se sont notamment basé sur l'expérience personnelle de la cinéaste. Jeune, elle avait suivi un traitement pour trouble alimentaire au sein d’un centre de rééducation pratiquant la thérapie de conversion : "J’aime beaucoup les histoires se déroulant dans des centres de rééducation et j’ai toujours voulu réaliser un projet qui parlerait de ce qu’on peut ressentir dans cet environnement. Tout est fait pour «aller mieux», mais qu’est-ce que cela veut dire au fond ? Chacun a sa propre perception de ce que cela peut signifier. Il y aussi des alliances qui se forment selon la volonté profonde de chacun d’aller mieux ou non. [...] Que signifie "aller mieux" quand de simples prières ne peuvent pas avoir d’effet sur l’homosexualité de quelqu’un ? Voilà le noyau autour duquel nous avons commencé à écrire le scénario avec Cecilia."

Quant à la comédienne, elle profitait justement de l'éclairage apporté par le prix remporté par le film au festival pour dénoncer une administration Trump "qui croit totalement aux thérapies de conversion", tout en rappelant que le vice-président Mike Pence "a même tenté de les subventionner avec des fonds publics". Et de pointer du doigt dans la foulée l'Etat du New Hampshire, dont le Congrès a raté l’occasion d’interdire ces camps de conversion au début du mois de janvier 2018.

Ci-dessous, la bande-annonce du film...

LES THÉRAPIES DE CONVERSION, TRAITEMENTS INDIGNES

 

Pour expliquer ce qu'on appelle les thérapies de conversion, parfois appelée thérapie de réorientation sexuelle ou bien encore thérapie réparatrice par ses défenseurs, il faut revenir en arrière. L'homosexualité a en effet longtemps été considérée par le corps médical comme une pathologie des maladies mentales. A la suite de quoi plusieurs thérapies de conversion ont vu le jour un peu partout dans le monde. Il s'agit en fait d'un ensemble de traitements d'origines diverses utilisés dans le but supposé (et controversé) de tenter de changer l'orientation sexuelle d'une personne, pour la faire passer de l'homosexualité à l'hétérosexualité.

En 1973, l'Association américaine de psychiatrie propose de substituer au diagnostic d'homosexualité celui de "perturbation de l'orientation sexuelle" dans le manuel américain de classification des maladies mentales (DSM); un outil de référence dans le monde médical. En France, l'homosexualité avait jusqu'en 1992 sa place dans un diagnostic, au même titre que la schizophrénie ou la dépression...

Dans la première moitié du XXe siècle, des techniques médicales agressives telles que la lobotomie et la sismothérapie (traitement par éléctrochocs) ont été expérimentées. Les thérapies de conversion proprement dites apparaissent spécifiquement durant les années 60, à la faveur de l'élargissement des thérapies comportementales aux dysfonctions sexuelles. Les modalités reposent essentiellement sur les techniques aversives. Autrement dit, il s'agit de coupler un stimulus à contenu homosexuel (par exemple des image d'hommes ou de femmes nu(e)s) à un stimulus qui provoque des sensations déplaisantes, telles que des nausées. Après plusieurs répétitions, le stimulus sexuel à contenu homosexuel devient un stimulus conditionnel qui déclenche automatiquement une réponse d'anxiété chez le patient. Le stimulus aversif le plus souvent utilisé était le choc électrique (de faible intensité), mais des stimuli olfactifs ont aussi eu les préférences de certains expérimentateurs.

Au-delà des réels enjeux éthiques, la mesure de l'efficacité de ces techniques a été elle-même très discutée. Les différentes techniques employées n'ont certainement pas transformé des homosexuels exclusifs en hétérosexuels. Dans une toute récente étude dont les résultats ont été publiés en janvier 2018 par le Williams institute, du Département des études juridiques de l'Université UCLA, les chiffres font froid dans le dos. 698 000 personnes ont déjà subi, aux États-Unis, une thérapie de conversion destinée à modifier leur orientation sexuelle ou leur identité de genre vécu, dont 350.000 lorsqu’elles étaient mineures. Près de 80.000 adolescents subiront une thérapie de conversion avant d’atteindre la majorité aux États-Unis. Si on ajoute les cures prodiguées en dehors du corps médical, par une institution religieuse ou spirituelle par exemple (57000 cas), le chiffre s’élève à 77 000 adolescents dans tout le pays.

 

DES PRATIQUES DISCRÉDITÉES

 

Ces traitements sont une source de controverse dans de nombreux pays. Depuis 1999, un mouvement s'est engagé à travers le monde, visant à interdire les thérapies de conversion. Des pays comme Malte (premier Etat européen à voter l'interdiction en décembre 2016), la Chine (depuis 2014), le Brésil (depuis 1999), le Canada (2015) et certains Etats américains l'interdisent, comme la Californie (depuis 2012) ou l'Etat de Washington (mars 2018).

Aux Etats-Unis, les plus grandes instances américaines de médecine s’accordent désormais sur leur inefficacité et leur nocivité, en particulier sur le bien être psychique. L’Association médicale américaine, l’Association psychiatrique américaine et l’Académie américaine des pédiatres se sont publiquement opposées à leur pratique. Si la pratique reste encore légale dans certains Etats américains, d'autres en revanche semblent prêts à prononcer une interdiction de cette pratique. Un sondage de 2016 cité par l'étude du Williams Institute rapporte par exemple que 71% des habitants de la Floride souhaitent l'interdiction des thérapies de conversion, tandis qu'ils sont 64% en Virginie, et 60% au Nouveau-Mexique. Les interdictions pourraient être progressives, si l'on en juge par les chiffres fournis par l'étude.

En 2014, à peine 8% des américains estimaient ces thérapies efficaces. Parmi les plus fervents partisans de la thérapie de conversion, on retrouve principalement des groupes de fondamentalistes chrétiens, ainsi que d'autres organisations religieuses d'extrême droite. Celles-ci profitent d'ailleurs d'une faille ou, en tout cas, d'un vide juridique. Ainsi, dans certains Etats qui ont banni les thérapies de conversion (Californie, Oregon, Nevada, ect...), n'importe quel individu peut toutefois proposer ces thérapies (qui d'ailleurs ne se dénomment pas forcément sous cette terminologie), même si c'est interdit dans l'Etat donc; à la seule condition de se revendiquer comme membre d'un clergé ou appartenant à un mouvement religieux et, dans certains cas, à la condition de ne pas faire payer ce "service". Des procédés qui rendent vulnérables les jeunes de 13 à 17 ans, très ciblés, et qui seraient au nombre de 57.000 dans ce cas chaque année, comme nous le disions plus haut.

Et en France ? Le flou règne, et ces thérapies de conversion ne sont pas condamnées. Mais il est très difficile d'évaluer leurs nombres, comme le révélait un article paru dans le journal Libération et daté de janvier 2017. "En France, il y a cinq ou six groupes qui pratiquent des “thérapies” de conversion" expliquait Louis-Georges Tin, militant homosexuel et auteur du Dictionnaire de l’homophobie (publié aux PUF en 2003). "Mais elles sont aussi le fait de psychiatres et des psychothérapeutes, difficiles à combattre, qui continuent à "guérir" leurs patients dans le secret des cabinets." Reste que si Malte, pour revenir à cet exemple, est effectivement devenu le premier pays européen à interdire les "traitements" censés "guérir" les personnes LGBT et qu'il s'est même penché sur l'ouverture de l'union civile et de l'adoption aux couples homosexuels, avorter dans ce minuscule Etat très catholique est encore totalement interdit, même s'il y a un risque vital pour la mère...

Quant au cinéma, il n'en a pas fini avec le sujet; loin s'en faut. Le 21 novembre prochain sortira Boy Erased. Basé sur les mémoires de Garrard Conley, le film retrace le parcours d'un fils de pasteur, incarné par Lucas Hedges (et épaulé par Nicole Kidman et Russell Crowe), la révélation de Manchester By The Sea, outé à l'âge de 19 ans et obligé de suivre une thérapie de conversion contre son gré, loin de ses parents, de sa famille et de ses croyances. Vous pouvez décrouvrir la bande-annonce du film ci-dessous.

Source allociné  Par Olivier Pallaruelo (@Olivepal) 

Voir les commentaires

Rédigé par Michael

Publié dans #sorties cinéma, #cinéma gay, #homophobie

Repost0

Publié le 24 Juillet 2018

© BestImage
L'animateur de "Questions pour un champion" sur France 3 n'a pas que des admirateurs bienveillants sur les réseaux sociaux... Cependant, quand on le cherche un peu trop, Samuel Étienne sait réagir avec force !

Samuel Étienne aime dialoguer avec son public sur les réseaux sociaux. Pour autant, quand il lit quelque chose qui ne lui plaît pas du tout, il hésite rarement à répliquer.

Après avoir répondu avec humour à un message l'assimilant à des animateurs "vieux et pas beaux" la veille, l'animateur de Questions pour un champion (France 3) a été moins bien amusé par une remarque déplacée formulée sur Twitter ce 23 juillet 2018 au soir. Face à un internaute, @NicklausF1, qui lui demandait expressément de ne plus souhaiter une "douce soirée" à ses abonnés sous prétexte que ça ferait "tarlouze", le journaliste et animateur de 47 ans a répliqué : "Vous savez quoi, je vais m'appliquer à continuer, juste pour vos beaux yeux... Et vous devriez arrêter avec 'tarlouze', ça fait vraiment homophobe tendance gros con."

Un message qui n'est pas passé inaperçu puisque l'internaute en question a aussitôt supprimé sa remarque totalement choquante et insultante. Une réaction également commentée par Samuel Étienne bien décidé à donner une leçon à ses haters. "Homophobe et pleutre. Qui a couru effacer son tweet après l'indignation générale. Je ne vous salue pas Monsieur NickLaus", a-t-il finalement asséné.

Qui s'y frotte, s'y pique !

Source purepeople

 

Voir les commentaires

Rédigé par Michael

Publié dans #people, #homophobie

Repost0

Publié le 12 Juillet 2018

Le réalisateur québécois en a assez des "débats haineux".

Après Daisy Ridley, Kelly Mary Tran ou Millie Bobby Brown, c’est au tour de Xavier Dolan de prendre ses distances avec les réseaux sociaux. Le cinéaste à qui l’on doit Mommy ou Juste la fin du monde a tout simplement supprimé son compte Twitter après en avoir averti ses followers dans un dernier tweet rédigé en anglais.

Très actif sur Twitter, Xavier Dolan avait l’habitude de discuter avec ses fans, mais aussi ses pourfendeurs, et ce sans prendre de pincettes. Ce qui aboutissait régulièrement à des échanges volcaniques, comme lorsqu’on a appris que Jessica Chastain avait été coupée au montage de son prochain film, Ma vie avec John F. Donovan. Invectivé par un internaute qui ne cache pas son inimitié pour le metteur en scène, Dolan avait lâché un cinglant "je m’en bats les couilles" avant de démonter l’argumentation de son contradicteur

Visiblement las de ses joutes verbales, le réalisateur a donc expliqué qu’il se contenterait désormais d’Instagram pour communiquer avec son public :

"Mes amis, j’ai décidé de fermer ce compte. C’est une décision personnelle basée sur ce que je souhaite prioriser. Je me retrouve entrainé dans des débats haineux que je préférerais éviter plutôt que d’y perdre mon temps. On se verra sur Instagram où je peux me concentrer sur ce qui compte : les tenues que porte Harry Styles en tournée."

Attention toutefois, si les gens sont généralement plus bienveillants sur Instagram, le harcèlement de stars y est aussi pratiqué. L’actrice de Star Wars Kelly Mary Tran peut en témoigner…

Source première

Voir les commentaires

Rédigé par Michael

Publié dans #people, #homophobie

Repost0

Publié le 3 Juillet 2018

YouTube s'est excusé d'avoir ajouté des publicités anti-gays sur des vidéos de YouTubers LGBT. Cela fait suite à une récente controverse sur les relations de YouTube avec les contenus LGBT sur le site.


En effet, plusieurs youtubers LGBT ont vu un flot d'annonces anti-gays avant la diffusion de leur contenu, et ils étaient très en colère contre la compagnie pour avoir accepté de l'argent des organisations anti-LGBT.

Dans une série de messages diffusés le 30 juin à l'occasion de la fin du mois des fiertés - le compte Twitter officiel de YouTube a répondu aux plaintes, s'excusant pour les publicités homophobes, et promettant d'améliorer sa politique pour protéger la communauté LGBT.

« C'est le dernier jour du Mois des fiertés et nous voulions rejoindre la communauté LGBTQ. Nous sommes fiers des incroyables voix LGBTQ sur notre plateforme et du rôle important que vous jouez dans la vie des jeunes », a déclaré YouTube sur Twitter.

Voir les commentaires

Rédigé par Michael

Publié dans #youtube, #homophobie

Repost0

Publié le 3 Juillet 2018

L'acteur de 57 ans a tenu des propos jugés homophobes lors de son passage dans "ONPC", samedi 30 juin 2018, sur France 2. Le CSA a donc été saisi par les téléspectateurs. Voyant que la polémique enflait, Jean-Claude Van Damme a brisé le silence lors d'une interview exclusive pour CNews.

Jean-Claude Van Damme n'a pas tardé à réagir à la polémique au coeur de laquelle il est actuellement. Recadré dans On n'est pas couché par la secrétaire d'État Marlène Schiappa pour un "mansplaining", il avait aussi prononcé une phrase homophobe. Et, sans surprise, sa défense est assez irréelle. Interrogé dans le cadre de l'émission Morandini News, sur CNews, l'acteur belge de 57 ans a souhaité être interviewé en compagnie du chien de son agent.

Il s'est défendu d'être homophobe, assurant ne pas savoir ce que ce terme signifiait : "On ne peut plus s'amuser à la télé. Je n'ai rien contre les homos, les femmes et les chiens. Donc ne vous inquiétez pas, la vie est belle, tout est impeccable. Toutes ces rumeurs, ce sont des choses que l'on crée à la télé. On veut peut-être me faire du mal, je ne sais pas ce qu'il se passe. En tout cas, je vous aime tous." Puis, après avoir confié ne pas être contre le mariage homosexuel, Jean-Claude Van Damme a adressé un message cash au CSA : "Ils pensent ce qu'ils veulent, je les emmerde."

Pour rappel, samedi 30 juin 2018, la star du film Lukas était l'invitée de Laurent Ruquier dans On n'est pas couché (France 2). Après avoir été recadré par la secrétaire d'État Marlène Schiappa à la suite d'un "mansplaining", il avait prononcé une phrase qui avait instantanément provoqué la colère des internautes : "Les hommes se marient, les femmes se marient, les chiens se marient... Tout le monde se marie et tout le monde divorce !"

Comme l'ont dévoilé nos confrères de LCI, le CSA a depuis été saisi d'une vingtaine de signalements. "La Haute Autorité doit désormais se pencher sur la séquence en question pour déterminer s'il y a des manquements de la part de l'animateur et de la chaîne", a précisé le site.

Source purepeople

 

Voir les commentaires

Rédigé par Michael

Publié dans #people, #homophobie, #programmes télé gay

Repost0

Publié le 2 Juillet 2018

La semaine dernière, quelques minutes après l'annonce du successeur de Yann Moix dans "On n'est pas couché", Philippe Bligier a posté un message sur Twitter. "Comme Laurent Ruquier a au moins un point commun avec  Charles Consigny homosexuel comme lui, on est sûr que le second ne risquera pas les foudres du premier comme l'invité Nicolas Dupont-Aignan. Je sens qu'on va regretter Yann Moix quand il partira", a-t-il déclaré sur le réseau social.

Ce matin, Philippe Bilger était l'invité de Jean-Marc Morandini dans "Morandini Live" sur CNews et Non Stop People. Le magistrat honoraire s'est expliqué sur son tweet. "Je trouve que c'est du délire d'avoir donné une telle importance à un tweet insignifiant (...) C'est tout sauf de l'homophobie. J'ai voulu relier, peut-être de manière éparse et discutable, trois éléments, dont deux étaient d'actualité (le départ de Yann Moix et le pétage de plomb de Ruquier contre Nicolas Dupont-Aignan). (...) Je ne dis pas que c'est brillant, fulgurant... Je dis que ce n'est pas criminel, ni honteux", a-t-il déclaré en précisant qu'il est "tout sauf homophobe"

Et d'ajouter : "Le lien peut être discuté. Mais, je suis scandalisé par le procès qui m'est fait. J'aime intensément la liberté d'expression. Je suis absolument contre l'homophobie, le racisme et l'antisémitisme. J'admets une faute.(...) Je n'ai pas l'habitude de dire quelque chose et, comme les politiques, de me rétracter. (...) J'ai été mal compris et peut-être été maladroit".

A la question de savoir s'il s'excuse, Philippe Bilger répond : "Ah non, pas du tout. Depuis la publication de ce tweet, je suis trainé dans le boue d'une manière que je n'ose même pas qualifier. Quand je l'écris j'ai le courage intellectuel de l'assume. (...) Je ne le referai pas".

Source Morandini live

Voir les commentaires

Rédigé par Michael

Publié dans #programmes télé gay, #homophobie, #people

Repost0